AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266174134
Éditeur : Pocket (12/06/2008)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 175 notes)
Résumé :

Jeune aspirant au service de l'Empire de Lumière, Cellendhyll de Cortavar a été trahi par les siens et accusé à tort du meurtre de son mentor. Laissé pour mort dans un cachot, il n'a dû sa survie qu'à l'intervention des mystérieuses puissances du Chaos. Dix années ont passé. Sous la coupe de Morion, le Prince des Apparences, le jeune homme idéaliste est devenu un mercenaire impitoyable. On le nomme désormais l'Ange du Chaos, et il ne poursuit qu'un seul but ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
Tatooa
  05 mars 2015
Et bien... Moi qui avais repoussé la lecture de ce tome 1 à cause de critiques parlant de "trop de sexe" (et même "outrancier" !), j'ai adoré...
Malgré quelques maladresses, c'est vraiment d'un très bon niveau. On a là une dark fantasy clairement ADULTE, mature, et si elle ne révolutionne pas le genre, au moins lui fait-elle honneur ! Et c'est français, en plus !
Les références, bien exploitées, moorcockienne et zelaznyenne sont omniprésentes et ouvertement évoquées, au moins pour Zelazny.
Parlons peu mais parlons clair : dire qu'il y a "trop de scènes de sexe" dans ce livre, dans un pays où "50 nuances" a été en tête des ventes de livres pendant des mois, c'est se foutre de la gueule du monde. En plus, écrites par un mec, elles sont courtes (jamais plus d'une page, souvent moins d'une demi), concises, sans fioritures inutiles et ne sont finalement là que pour renforcer l'idée qu'on se fait de la personnalité de chaque personnage (Et non, dans ce bouquin-là, il n'y a pas de beaux sentiments quand l'un tape sur l'autre. Mais c'est sans doute à cause de ça que ça plait moins, c'est trop réaliste, lol !). A aucun moment je ne les ai trouvées "trop nombreuses", ou dérangeantes, ce n'est clairement pas le sujet du livre, ni le but de l'auteur d'en farcir son roman (un peu comme pour P. Kearney)... Si vous ne voulez pas lire la moindre scène de sexe (ni de combats (mais à ce moment là pourquoi lisez-vous de la fantasy ? )) dans de la fantasy adulte, lisez de la littérature pour ados, c'est pas ça qui manque et au moins vous aurez ce que vous voulez, et laissez la littérature pour adultes à ceux qui assument leurs choix, au lieu de descendre un bouquin juste pour ça, et du coup de faire hésiter les lecteurs potentiels. Et taper sur l'auteur parce qu'il fut un jour sportif de haut niveau reconverti à l'écriture, c'est minable, petit, bas, et ça pue la jalousie... M'énerve, point.
En plus c'est une histoire de vengeance (sujet que j'affectionne), bien menée, qui s'éclaire au fur et à mesure du livre par des flash-backs, et qu'on ne comprend réellement qu'à la toute fin, c'est vraiment bien amené, bien distillé.
Le monde est fascinant, cohérent, les descriptions m'ont donné des envies de dessin.
Et je ne comprends toujours pas ce qu'on peut lui reprocher, hormis, parfois, une certaine "facilité" et quelques clichés "fantasy" (les "elfes" (fendyrs) tous beaux et tous gentils, notamment...).
Bref, c'est un coup de coeur pour moi et je suis contente, ça faisait un peu trop longtemps que ça ne m'était pas arrivé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2213
strummer
  09 juin 2013
Quel est le point commun entre un mec qui a participé à une émission de télé débile de plongeon, un mec qui a fait des paris pas clairs et celui qui a écrit ce bouquin ? le Handball
Imaginez ça dans le monde du foot, nasri aurait fait une émission avec nadine de rotchshild sur la bienséance, messi aurait filé de la thune à l'association des nains de jardin et toulalan aurait écrit l'Edit commandements.
J'ai fait confiance à un libraire, auquel j'avais avoué n'avoir jamais lu d'heroic fantasy, j'ai bien tenté de lui expliquer mes goûts littéraires, mais lui était parti dans un concert de louanges digne d'un fan de johnny halliday persuadé qu'à côté de lui elvis presley est un petit joueur.
Bref l'histoire réunit tout le saint Frusquin, des mages, des voleurs, des elfes, des guerriers sanguinaires, des monstres avec du sang jaune, avec du sang vert, en gros l'histoire c'est un mix entre conan le barbare et le comte de Monte Cristo, un gars s'est fait avoir, il part 10 ans et après il revient très en colère et il tue tous ses ennemis, aidé en cela par des tribus, genre une qui vit dans des arbres, une dans des grottes, après ou avant les combats sanguinaires où il tue, découpe, façonne, énucle des eunuques, taille des entrecôtes de méchants, il ne rechigne pas à culbuter quelques nanas tankées comme des déesses, évidemment les hommes sont très musclés, les mages très intelligents et ils fument du cannabis mais c'est plus fun de dire que c'est du bleu-songe
Bref je ne honnis pas ce livre, mais il m'a beaucoup de fois fait penser à ce que l'on peut trouver dans les San-Antonio, une collection de clichés mais pas volontairement drôles, là de temps en temps j'étais mort de rire alors que ce n'était pas l'effet recherché.
J'ai plus aimé les descriptions que les dialogues et j'imagine que ce doit être très dur de renouveler le genre.
Au final c'était divertissant, mais le genre ne m'a pas convaincu/séduit
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          187
selena_974
  22 janvier 2013
Dès les premières pages, ce monde sombre et cruel créé par Michel Robert m'a plu. Et le fait que le héros appartiennent au Chaos m'a encore plus séduite. Pour une fois on laisse de côté les gentils héros qui se découvrent de grands pouvoirs et se flagellent pendant 300 pages parce qu'ils ont dû tuer un méchant qui en voulait à leur vie. Non, ici, dans L'Ange du Chaos, c'est bien différent. La violence, le sang, la drogue, le sexe, la manipulation, la trahison, les intrigues... Tous les vices semblent présents, acceptés et savourés de tous. Et tous les moyens sont bons pour que Cellendhyll de Cortavar, un agent des Ombres, parvienne à assouvir sa vengeance. Mais cela n'empêche pas notre redoutable héros de montrer de la bonté, de la générosité, voire de la pitié envers les innocents qu'il croise en chemin... Cette histoire sombre et sans concession laisse cependant la part belle au merveilleux et à la magie, et Cellendhyll, dans sa quête de vengeance, va peu à peu redécouvrir l'amitié et la confiance au fil de ses rencontres, sans jamais perdre de vue son objectif.
Ce monde complexe regroupant plusieurs factions (la Lumière, les Ténèbres et le Chaos) qui se font la guerre m'a tout de suite fait penser à mon jeu préféré du moment, Heroes of Might & Magic, même si l'histoire n'a rien à voir. Je me suis sentie en terrain connu, et c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai suivi les dangereuses péripéties de ce héros tourmenté, plein de rancoeur et de colère envers ceux qui l'ont trahi. le récit est très vivant, rythmé, l'histoire haletante et pleine d'action... Quant au héros, le mystère qui l'entoure suffit à lui donner une aura digne d'un Ange du Chaos. Certes l'originalité n'est pas toujours de mise et les rebondissements sont souvent attendus, mais ça n'enlève en rien le plaisir de la découverte de ce premier tome de L'Agent des Ombres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Suny
  29 mai 2011
Je me souviens des toutes premières pages du tout premier tome, l'Ange du Chaos. J'y comprenais rien, j'avais du mal à m'insérer dans l'histoire, je me suis dit bon sang, encore un de ces trucs de fantasy compréhensibles que par les geeks. Et puis, très rapidement, au fil des pages, j'ai fait connaissance avec Cellendhyll, le héros du cycle, un personnage à la fois antipathique et charismatique, auquel je n'ai eu aucun mal à m'attacher. Et puis avec d'autres personnages, beaucoup de détestables et quelques uns auxquels on s'attache aussi, puis avec un monde très complexe mais construit et décrit avec une précision effarante.
Ce monde se décompose en fait en trois mondes, ou plutôt en plans : la lumière, le chaos et les ténèbres, chacun régi par ses propres lois et tous ennemis les uns des autres. Dit comme ça, on se dit : facile, la lumière c'est les gentils, les ténèbres les méchants et le chaos c'est le bordel au milieu, c'est du vu, revu et déjà vu. Hé ben non! Il y a des méchants partout, et les Lumineux sont pas les derniers à faire des coups vaches...
Dans tout ce bazar, Cellendhyll, qui se promettait à un avenir lumineux, est trahi par les siens et recueilli par le Chaos pour intégrer la très secrète équipe des Agents des Ombres, guerriers discrets mais redoutables.
Et c'est un pur régal. L'imagination et la plume de cet auteur sont un plaisir pour l'oeil comme pour les neurones, mais aussi pour les tripes. C'est violent, il y a du sexe, ouais, la recette des ventes faciles, mais au delà de ça il y a la complexité des personnages et des liens entre eux, des scènes tellement précises qu'on se croirait dans un film alors qu'il n'y passe pas trois pages... Bref, il y a le truc qui en fait pour moi un inoubliable (et une série que je relirai très certainement).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Xialyd
  14 octobre 2015
Ce livre, c'est une amie qui me l'a donnée car elle allait s'en débarrasser avec plein d'autres que j'ai récupéré. C'est avec appréhension et curiosité que je l'ai lu. J'avais peur des gros clichés sur les démons (ou du moins ce qui s'en rapporte), surtout dans la première partie.
L'univers assez sombre est intéressant. Ce "monde" ou plutôt devrais-je dire "ces mondes" car ils sont découpés en Plans d’existence me semblent très originaux et me questionnent. Ce n'est hélas pas la pseudo petite annexe très succincte à la fin du roman qui va nous les décrire dans leurs complexités. Donc j'imagine, que l'univers sera mieux expliqué et mieux dépeint dans les autres tomes. Mais néanmoins il manque quelque chose pour m'y faire adhérer clairement.
Le héros au nom sonnant étrangement elfique " Cellendyll" mais qui n'a rien d'un sylvain proche de la nature, est plutôt intéressant malgré de gros clichés. J'aime particulièrement qu'il n'est rien du preux chevalier blanc aux grands idéaux, ce qu'il fut par le passé néanmoins.
Les autres personnages sont soient assez caricaturaux, je pense à Estrée hélas qui ne me parle pas du tout et qui se rapproche plus de la succube nympho BDSM. Heureusement qu'elle est censée être intelligente et brillante parce que sinon on se poserait des questions.
Rathe et Reydorn sont clairement les personnages que je préfère sûrement pour leur humour, leur humanité bien spécifique qui leur donne un charisme qui n'est pas basé juste sur leur physique plus qu'avantageux ( ce qui n'est pas leur cas) et sur leur niveau de "badasserie".
Les personnages féminins sont insipides si je puis parler d'Estrée, qui elle semble trop "gouteuse" XD.
La seule que je trouvais intéressante et ayant un background intrigant et à découvrir, Nérine, s'efface vite alors qu'elle semblait être importante dans la trame principale. J'ai bien rigolé quand elle a "violé" le héro pendant qu'elle le soignait et qu'il était dans les vapes car bien amoché. Plus tard, elle s'amourache d'un gars de la forêt au bout d'une semaine et s'en va l'épouser fissa façon princesse Disney... okay.... Je veux bien que t'ai vécu des horreurs et tout, que tu aspires à autre chose et à ne plus être seule mais bon...
Kell et Marg... alors je n'ai absolument pas accroché. Ce n'est pas le fait qu'elles soient en couple, ni le fait qu'elles se qualifient libres d'aller voir ailleurs qui me dérange. C'est... je ne sais pas. Kell qui apparait un peu comme une sorte de "Reine des elfes" et Marg en guerrière impulsive sans trop de cervelle, elles semblent aussi ne pas sortir tant que ça du lot.
L'histoire de vengeance on la voit venir tour de même, et je dirais que cela met beaucoup de temps à se mettre en place une fois qu'on a compris plus ou moins comment fonctionne Cellendyll. Cette histoire de complots entre les Ténèbres, le Chaos, la Lumière et les Territoires-Francs, reste à découvrir ainsi que cette prophétie (parce qu'il en faut bien une). Tout cela se met par contre, plus en place vers la toute fin du livre.
D'ailleurs ce côté forces du mal contre force du bien et force "neutre" me semblent un peu bateau et manichéen. Mais l'ensemble parait assez sombre et donc m'interpelle car je suis curieuse de voir où tout cela peut bien mener mis à par la conquête du pouvoir et patati et patata.
Pour conclure, je dirais que c'est un bon divertissement mais qu'il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard. Je pense que ce tome 1 sert surtout d'introduction, de construction, de mise en place de l'univers et de l'histoire et je n'ai pas envie de m'arrêter à ça. Je lirai je pense, le tome 2 pour voir si cela devient plus accrocheur. Pour le moment je suis "ferrée" juste à 45 %
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
balrogbalrog   16 septembre 2012
Le Corbeau guida ensuite Cellendhyll jusqu'au bord du toit.
- Tu vois, c'est en face qu'on va. Personne ne remarquera notre arrivée.
- Cela me semble un peu loin pour sauter...
- Sauter ? Toi, t'es vraiment fissuré ! Sauter ? Et puis quoi encore ! Pourquoi pas se jeter dans le vide et s'envoler jusqu'aux deux lunes, pendant que tu y es !
Rathe s'esquiva quelques instants pour revenir avec une grande planche de pin délavée.
- Tiens, aide-moi, au moins...Sauter ! C'est moi qui fume, mais c'est toi qui délires !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
wentworth23wentworth23   04 février 2014
Deux tentes spacieuses se faisaient face sur les versants est et ouest de la vallée, situées à des points stra­tégiques et dépourvues toutes deux du moindre orne­ment : cette rencontre n'avait rien d'officiel.
Au centre de la vallée reposait un péristyle de pierre blanche, tel un navire échoué sur une mer d'herbe vivace d'un agréable vert tendre. Couvertes d'un lierre odoriférant, trois colonnes de pierre y pointaient encore leur fierté vers le ciel serein. Au pied de ces colonnes avait été dressée une longue table, recouverte d'une nappe de soie immaculée, de couverts d'argent, d'un triple jeu de verres à vin en cristalune, un service à liqueur, ainsi que d'une délicate vaisselle en porcelaine de Latill. Le marquis avait lui-même veillé au choix des deux lourds fauteuils de brocart or et rouge qui les recevraient lui-même et son interlocuteur ; les sièges offraient tout le confort nécessaire. Le Légat réfléchit un instant à ce qu'il aurait pu oublier dans ses préparatifs mais ne trouva rien. Aujourd'hui, tout particulièrement aujourd'hui, les choses se devaient d'être par­faites.
Leprín jouait en effet le tout premier mouvement d'un plan à long terme, soigneusement élaboré pour le hisser vers les plus hautes destinées.
Justement, un signal ténu, conçu et émis pour ses seules oreilles, l'avertit de l'arrivée de son invité. Le Légat vérifia l'ordre de sa tenue et se prépara pour le tournant de sa carrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TatooaTatooa   01 mars 2015
L'entrevue se déroula sur un Plan abandonné des Puissances, à mi-chemin des Ténèbres et du Chaos, au milieu d'une modeste vallée de la région de Bénarius. Cette rencontre, le marquis Leprin, Légat du royaume des Ténèbres, l'avait très minutieusement préparée. Il ne pouvait ni ne voulait commettre le moindre impair.
Commenter  J’apprécie          70
TatooaTatooa   02 mars 2015
Vêtu d'une ample chemise blanche ouverte sur sa poitrine velue, d'un pantalon moulant de cuir rouge et de cuissardes en peau de griffon, le Loki ne passait nulle part inaperçu. Gheritarish aimait attirer l'attention, et, en général, après l'attention, venaient les ennuis.
Commenter  J’apprécie          70
TatooaTatooa   03 mars 2015
"Un trône. Un homme."
Le trône d'Epine et le Père de la Douleur. Le Roi-Sorcier des Ténèbres, le seigneur et maître du Légat, ennemi juré du Patriarche de la Lumière : l'être le plus redouté de tous les Plans d'existence confondus.
"Nul ne connaissait son nom. On disait de lui qu'il était né aux tous premiers instants de l'univers connu."
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Michel Robert (III) (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Robert (III)
À l'occasion de la 17e édition des Utopiales à Nantes, rencontre avec Michel Robert autour de son ouvrage "L'agent des ombres. Volume 9, Ruisseaux de sang" aux éditions Fleuve.
autres livres classés : dark fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1253 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..