AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
L'Agent des ombres tome 1 sur 9
EAN : 9782266174138
512 pages
Pocket (12/06/2008)
3.92/5   320 notes
Résumé :

Jeune aspirant au service de l'Empire de Lumière, Cellendhyll de Cortavar a été trahi par les siens et accusé à tort du meurtre de son mentor. Laissé pour mort dans un cachot, il n'a dû sa survie qu'à l'intervention des mystérieuses puissances du Chaos. Dix années ont passé. Sous la coupe de Morion, le Prince des Apparences, le jeune homme idéaliste est devenu un mercenaire impitoyable. On le nomme désormais l'Ange du Chaos, et il ne poursuit qu'un seul but ... >Voir plus
Que lire après L'agent des ombres, tome 1 : L'ange du chaosVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (59) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 320 notes
Un excellent moment

Cellendhyll de Cortavar est un agent du Chaos chargé d'une mission, assassiner un membre du plan de la Lumière, au profit des Ténèbres, pour éviter une guerre. Accessoirement, il accomplira sa vengeance contre ceux qui l'ont trahi autrefois.

De la violence, un peu de sexe (et non, ce n'est pas de l'Urban Fantasy en vogue, prétexte aux scènes de débauches inter espèces les plus improbables, et par ailleurs notre héros ne semble pas très porté sur la chose). Pas trop de bons sentiments, ce qui ne nous empêche pas de faire de belles rencontres qui aideront dans la quête du personnage principal
Il ne passe pas sont temps à s'apitoyer sur son sort, à regretter de devoir tuer. Il fait ce qui est nécessaire, le fait bien et sans remords. Ce n'est pas aussi noir et glauque que pourrait le laisser penser d'autres critiques, un juste milieu qui remplit totalement son rôle. du divertissement très page turner.
Cela m'a fait penser un peu à l'atmosphère des romans d'Abercrombie. du grimm & gritty fort bien tourné.
Les scènes d'action s'enchaînent presque sans répit, puisque, même quand on trouve un havre de paix, il faut se battre « pour le plaisir ».
La littérature peut-elle être genrée (vous avez quatre heures) ? Sans vouloir en débattre, écrit en 2004, je dirais que l'auteur s'adresse à un public « cible » essentiellement masculin avec ce roman. Tous les codes sont là à mon sens.

Quand j'attaque directement le tome suivant, c'est que j'ai généralement adoré le moment passé avec le premier opus… Suivant mon système de notation rénové, cela vaut donc 4 et demi.
Commenter  J’apprécie          776
Et bien... Moi qui avais repoussé la lecture de ce tome 1 à cause de critiques parlant de "trop de sexe" (et même "outrancier" !), j'ai adoré...
Malgré quelques maladresses, c'est vraiment d'un très bon niveau. On a là une dark fantasy clairement ADULTE, mature, et si elle ne révolutionne pas le genre, au moins lui fait-elle honneur ! Et c'est français, en plus !
Les références, bien exploitées, moorcockienne et zelaznyenne sont omniprésentes et ouvertement évoquées, au moins pour Zelazny.

Parlons peu mais parlons clair : dire qu'il y a "trop de scènes de sexe" dans ce livre, dans un pays où "50 nuances" a été en tête des ventes de livres pendant des mois, c'est se foutre de la gueule du monde. En plus, écrites par un mec, elles sont courtes (jamais plus d'une page, souvent moins d'une demi), concises, sans fioritures inutiles et ne sont finalement là que pour renforcer l'idée qu'on se fait de la personnalité de chaque personnage (Et non, dans ce bouquin-là, il n'y a pas de beaux sentiments quand l'un tape sur l'autre. Mais c'est sans doute à cause de ça que ça plait moins, c'est trop réaliste, lol !). A aucun moment je ne les ai trouvées "trop nombreuses", ou dérangeantes, ce n'est clairement pas le sujet du livre, ni le but de l'auteur d'en farcir son roman (un peu comme pour P. Kearney)... Si vous ne voulez pas lire la moindre scène de sexe (ni de combats (mais à ce moment là pourquoi lisez-vous de la fantasy ? )) dans de la fantasy adulte, lisez de la littérature pour ados, c'est pas ça qui manque et au moins vous aurez ce que vous voulez, et laissez la littérature pour adultes à ceux qui assument leurs choix, au lieu de descendre un bouquin juste pour ça, et du coup de faire hésiter les lecteurs potentiels. Et taper sur l'auteur parce qu'il fut un jour sportif de haut niveau reconverti à l'écriture, c'est minable, petit, bas, et ça pue la jalousie... M'énerve, point.

En plus c'est une histoire de vengeance (sujet que j'affectionne), bien menée, qui s'éclaire au fur et à mesure du livre par des flash-backs, et qu'on ne comprend réellement qu'à la toute fin, c'est vraiment bien amené, bien distillé.
Le monde est fascinant, cohérent, les descriptions m'ont donné des envies de dessin.
Et je ne comprends toujours pas ce qu'on peut lui reprocher, hormis, parfois, une certaine "facilité" et quelques clichés "fantasy" (les "elfes" (fendyrs) tous beaux et tous gentils, notamment...).

Bref, c'est un coup de coeur pour moi et je suis contente, ça faisait un peu trop longtemps que ça ne m'était pas arrivé !
Commenter  J’apprécie          3514
Quel est le point commun entre un mec qui a participé à une émission de télé débile de plongeon, un mec qui a fait des paris pas clairs et celui qui a écrit ce bouquin ? le Handball

Imaginez ça dans le monde du foot, nasri aurait fait une émission avec nadine de rotchshild sur la bienséance, messi aurait filé de la thune à l'association des nains de jardin et toulalan aurait écrit l'Edit commandements.

J'ai fait confiance à un libraire, auquel j'avais avoué n'avoir jamais lu d'heroic fantasy, j'ai bien tenté de lui expliquer mes goûts littéraires, mais lui était parti dans un concert de louanges digne d'un fan de johnny halliday persuadé qu'à côté de lui elvis presley est un petit joueur.

Bref l'histoire réunit tout le saint Frusquin, des mages, des voleurs, des elfes, des guerriers sanguinaires, des monstres avec du sang jaune, avec du sang vert, en gros l'histoire c'est un mix entre conan le barbare et le comte de Monte Cristo, un gars s'est fait avoir, il part 10 ans et après il revient très en colère et il tue tous ses ennemis, aidé en cela par des tribus, genre une qui vit dans des arbres, une dans des grottes, après ou avant les combats sanguinaires où il tue, découpe, façonne, énucle des eunuques, taille des entrecôtes de méchants, il ne rechigne pas à culbuter quelques nanas tankées comme des déesses, évidemment les hommes sont très musclés, les mages très intelligents et ils fument du cannabis mais c'est plus fun de dire que c'est du bleu-songe

Bref je ne honnis pas ce livre, mais il m'a beaucoup de fois fait penser à ce que l'on peut trouver dans les San-Antonio, une collection de clichés mais pas volontairement drôles, là de temps en temps j'étais mort de rire alors que ce n'était pas l'effet recherché.

J'ai plus aimé les descriptions que les dialogues et j'imagine que ce doit être très dur de renouveler le genre.

Au final c'était divertissant, mais le genre ne m'a pas convaincu/séduit
Commenter  J’apprécie          227
Dès les premières pages, ce monde sombre et cruel créé par Michel Robert m'a plu. Et le fait que le héros appartiennent au Chaos m'a encore plus séduite. Pour une fois on laisse de côté les gentils héros qui se découvrent de grands pouvoirs et se flagellent pendant 300 pages parce qu'ils ont dû tuer un méchant qui en voulait à leur vie. Non, ici, dans L'Ange du Chaos, c'est bien différent. La violence, le sang, la drogue, le sexe, la manipulation, la trahison, les intrigues... Tous les vices semblent présents, acceptés et savourés de tous. Et tous les moyens sont bons pour que Cellendhyll de Cortavar, un agent des Ombres, parvienne à assouvir sa vengeance. Mais cela n'empêche pas notre redoutable héros de montrer de la bonté, de la générosité, voire de la pitié envers les innocents qu'il croise en chemin... Cette histoire sombre et sans concession laisse cependant la part belle au merveilleux et à la magie, et Cellendhyll, dans sa quête de vengeance, va peu à peu redécouvrir l'amitié et la confiance au fil de ses rencontres, sans jamais perdre de vue son objectif.

Ce monde complexe regroupant plusieurs factions (la Lumière, les Ténèbres et le Chaos) qui se font la guerre m'a tout de suite fait penser à mon jeu préféré du moment, Heroes of Might & Magic, même si l'histoire n'a rien à voir. Je me suis sentie en terrain connu, et c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai suivi les dangereuses péripéties de ce héros tourmenté, plein de rancoeur et de colère envers ceux qui l'ont trahi. le récit est très vivant, rythmé, l'histoire haletante et pleine d'action... Quant au héros, le mystère qui l'entoure suffit à lui donner une aura digne d'un Ange du Chaos. Certes l'originalité n'est pas toujours de mise et les rebondissements sont souvent attendus, mais ça n'enlève en rien le plaisir de la découverte de ce premier tome de L'Agent des Ombres.
Commenter  J’apprécie          190
Deux poches achetés, un gratuit. Entre deux propositions, je choisis vite fait celui que je juge le « moins pire » pour faire plaisir à la libraire. J'aurais dû aller gratter un ticket dans la foulée, car, bonne, excellente pioche que cet Ange du Chaos. L'intrigue se situe sur divers Plans d'univers, dont les principaux sont ici : les Ténèbres, le Chaos, la Lumière auxquels les belligérants accèdent au moyen de portails magiques. Magie, créatures fantastiques, les différents plans s'interpénètrent tandis que leurs servants ourdissent complots et trahisons pour la domination de leurs factions. Transfuge de la Lumière, c'est le désir de vengeance qui guide les instincts de l'Ange, devenu un agent de l'Ombre au service du Chaos, et c'est sa quête qui est ici contée avec force talent et imagination. le tome est le premier d'une saga qui en compte 8 à ce jour.
Commenter  J’apprécie          230

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Le Corbeau guida ensuite Cellendhyll jusqu'au bord du toit.
- Tu vois, c'est en face qu'on va. Personne ne remarquera notre arrivée.
- Cela me semble un peu loin pour sauter...
- Sauter ? Toi, t'es vraiment fissuré ! Sauter ? Et puis quoi encore ! Pourquoi pas se jeter dans le vide et s'envoler jusqu'aux deux lunes, pendant que tu y es !
Rathe s'esquiva quelques instants pour revenir avec une grande planche de pin délavée.
- Tiens, aide-moi, au moins...Sauter ! C'est moi qui fume, mais c'est toi qui délires !
Commenter  J’apprécie          100
La haine était mauvaise conseillère, prédisait le dicton. Chez l’Adhan, au contraire, elle se révélait un puits incandescent dans lequel il puisait l’énergie dont il avait besoin. Il tiendrait, jusqu’au bout.
Commenter  J’apprécie          230
Deux tentes spacieuses se faisaient face sur les versants est et ouest de la vallée, situées à des points stra­tégiques et dépourvues toutes deux du moindre orne­ment : cette rencontre n'avait rien d'officiel.
Au centre de la vallée reposait un péristyle de pierre blanche, tel un navire échoué sur une mer d'herbe vivace d'un agréable vert tendre. Couvertes d'un lierre odoriférant, trois colonnes de pierre y pointaient encore leur fierté vers le ciel serein. Au pied de ces colonnes avait été dressée une longue table, recouverte d'une nappe de soie immaculée, de couverts d'argent, d'un triple jeu de verres à vin en cristalune, un service à liqueur, ainsi que d'une délicate vaisselle en porcelaine de Latill. Le marquis avait lui-même veillé au choix des deux lourds fauteuils de brocart or et rouge qui les recevraient lui-même et son interlocuteur ; les sièges offraient tout le confort nécessaire. Le Légat réfléchit un instant à ce qu'il aurait pu oublier dans ses préparatifs mais ne trouva rien. Aujourd'hui, tout particulièrement aujourd'hui, les choses se devaient d'être par­faites.
Leprín jouait en effet le tout premier mouvement d'un plan à long terme, soigneusement élaboré pour le hisser vers les plus hautes destinées.
Justement, un signal ténu, conçu et émis pour ses seules oreilles, l'avertit de l'arrivée de son invité. Le Légat vérifia l'ordre de sa tenue et se prépara pour le tournant de sa carrière.
Commenter  J’apprécie          20
L'entrevue se déroula sur un Plan abandonné des Puissances, à mi-chemin des Ténèbres et du Chaos, au milieu d'une modeste vallée de la région de Bénarius. Cette rencontre, le marquis Leprin, Légat du royaume des Ténèbres, l'avait très minutieusement préparée. Il ne pouvait ni ne voulait commettre le moindre impair.
Commenter  J’apprécie          80
Vêtu d'une ample chemise blanche ouverte sur sa poitrine velue, d'un pantalon moulant de cuir rouge et de cuissardes en peau de griffon, le Loki ne passait nulle part inaperçu. Gheritarish aimait attirer l'attention, et, en général, après l'attention, venaient les ennuis.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Michel Robert (III) (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Robert (III)
À l'occasion de la 17e édition des Utopiales à Nantes, rencontre avec Michel Robert autour de son ouvrage "L'agent des ombres. Volume 9, Ruisseaux de sang" aux éditions Fleuve.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (980) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2560 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..