AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782260032465
252 pages
Éditeur : Editions Julliard (16/08/2018)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 95 notes)
Résumé :
"J'avais huit ans quand j'ai su que je ne finirais pas mes jours ici. Qu'ici je ne deviendrais personne. Qu'ici je n'aimerais personne. Qu'ici, rien. Je ne ressentirais rien.
J'avais huit ans et j'ai décidé de partir un jour. J'ai choisi de ressentir. J'ai choisi de souffrir. À partir de là, je suis condamnée à cette histoire."
Sujet inconnu, c'est, dans un style brut et très contemporain, l'histoire d'un amour qui tourne mal. Entre jeux de jambes et j... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (63) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  20 avril 2019
Rien n'est connu dans ce roman de Loulou Robert. Ni le nom de l'héroïne, ni l'histoire finalement. le sujet ? Inconnu.
La narratrice est jeune, vingt ans. Elle souffre de vivre, elle souffre d'observer le monde. Elle patauge, elle étouffe, elle se noie. Son seul ami, une peluche nommée Sam. Dans ses oreilles, David Bowie et consorts. Elle ne vibre pas, ne s'extasie pas. Ses yeux angoissent. Elle regarde les autres. Elle lit pour combler un vide même si les livres ne font que masquer son mal être. Elle écrit, elle écrit, elle écrit.
Son histoire. Sujet inconnu.
Elle ne se croit pas faite pour l'amour, elle n'a pas de désir, comment pourrait-il en être autrement. Jusqu'au jour de la rencontre. Fulgurante, aimantante, violente.
Juste quelques mots. Sujet, verbe, complément. L'essentiel. Rien de plus.
Du vent dans les mots. Une urgence avant les courants d'air. Des mots hachés, à vif, comme une échappée belle.
Amour, quête existentielle, vide, maladie, mort, sdf, connerie des hommes, voilà autant de thèmes abordés dans Sujet inconnu.
Rien n'est superflux. Juste l'essentiel.
Mais l'essentiel sans nom, sans histoire avec ce sujet inconnu peut devenir dangereux, lassant ou trop inaccessible.
C'est lu. Bientôt digéré.
J'ai aimé ce style dans l'urgence.
Peut-être ne me fallait-il pas non plus dix pages de plus. L'inconnu c'est pas mal mais le connu c'est plus rassurant.
Merci à mon amie Lindsay de m'avoir permis de découvrir ce roman déroutant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          777
le_Bison
  09 novembre 2018
Otis Redding.
Une musique qui s'écoute à deux,
La double prise jack branchée,
Deux coeurs qui se frôlent, des mains qui se caressent.
Sitting on the dock of the bay.
La brume et le soleil qui se lève.
Deux êtres passionnés. Mais est-ce ça l'amour ?
S'asseoir sur un banc, regarder un cygne qui regarde ta solitude intérieure, cette musique dans les écouteurs, un signe. L'amour qui cogne à ta porte, ton coeur qui cogne encore plus fort et ce mur - de briques - qui s'effrite, s'écroule, la fracture, la douleur, les urgences, another brick in the wall.
Deux êtres qui écrivent chacun de leur côté leur histoire, tapant frénétiquement pour l'une fiévreusement pour l'autre ou vice-versa, le verso du vice, retourne-toi sur le son du piano. Mais est-ce ça vraiment l'amour ?
Quand tu te réveilles au milieu de la nuit, le silence et au-dessus, les étoiles, allume le téléphone, écris ces mots des maux à l'autre bout d'un rivage d'une mer aussi profonde que l'âme que tu souhaites y donner, blue moon. Parce qu'il y a urgence de le faire, ordre de ton coeur.
Prêt au décollage. Major Tom aux commandes.
Écriture en urgences, fulgurance des mots des sentiments des maux et des silences. Fuir cette région Est, froide et sans âme. Rien de bien n'est sorti de cette région, pas même moi, l'insignifiance. Partir, s'enfuir, pour vivre. Trouver l'amour, la complicité, la destruction. Perdre le contrôle de sa vie, Major Tom. Certaines passions se veulent destructives, des bleus, des coups, la nuit, la lune, l'écriture. Roger. Écrire pour aimer, écrire pour s'aimer, panser ses plaies, blue moon.
Ne pas parler d'une plume mais de la plume, le coeur de ce roman. Incisive. Acérée. Émotive. L'écriture vient des tripes, du coeur, de l'âme de Loulou. Les défilés de mode sont d'un autre passé. Elle est belle, elle est sauvage. Comme une indomptable féline, elle griffe, elle caresse. Furieusement vive, de la douleur dans chaque phrase, chaque maux. La vie est un combat de boxe, et je suis Knock-out, prêt à gerber ma vie. Depuis bien longtemps... Loulou, elle se relève, elle a cette force, cette âme qui l'habite pour encaisser les coups et les défaites. Reprendre son souffle, s'épuiser de nouveau. Force brutale des sentiments, de la spirale de la vie. Ce monde est trop violent pour moi, mais cette écriture flash me correspond, elle me fait vivre, souffrir, aimer. L'héroïne se demande ce qu'il y aura après l'écriture de ce roman ? La vie, l'amour ? ou tout simplement un autre roman. le pauvre type se demande ce qu'il y aura après cette chronique ? probablement une autre chronique. Il croit en la littérature, la vie dans les romans, K.-O dans les cordes.
J'aime l'écriture aux tripes, celle où on y laisse une partie de son âme, celle qui se fait avec des papillons dans le ventre. J'aime ces brunes épicées qui savent parler et écrire. Tout leur ressenti, sans concession. Je reste dans mon coin, le silence j'observe, je (sur)vis intérieurement dans un monde qui est trop rapide pour moi, trop bavard, trop percutant. Je ferme mon livre, dix, je regarde le ciel noir, neuf, décompte à rebours, huit, les étoiles mortes, sept, la lune, six, elle est bleue, cinq, des bleus à l'âme, quatre, mon âme perdue invisible inexistante vide, trois, comme mon verre de rhum, deux, Major Tom, un sujet inconnu, Ignition, blue moon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          617
La_Bibliotheque_de_Juju
  26 octobre 2018
Je n'avais pas encore lu Loulou Robert.
Pourtant j'avais ces deux précédents ouvrages sur mes étagères. Mon pacsoux (mot de ma création, mix entre époux et pacsé pour les incultes) apprécie particulièrement sa plume.
Mais je n'étais pas attiré. Parfois … On se fait de drôles de mauvaises idées des choses …
Du coup, c'est sous le regard entendu du pacsoux que je débute SUJET INCONNU.
Un style. Qui tape, frappe et rebondit. Haché. Comme une respiration saccadée, un essoufflement, une goulée d'air, comme on remonte à la surface. Une urgence.
Chirurgical. Des verbes. S'enchaînent. Efficacité. Beauté. Emotion brute.
Vérité. Mal à dire. Bonne à taire. C'est pourtant dit.
J'ai lu d'une traite. A la suite de cette héroïne moderne. Qui souffre de vivre. Si belle de vivre. Déboussolée, seule, réaliste.
Il y a un véritable souffle dans ce récit. Une force. Celle de la l'urgence d'être. Celle de la passion. Vive. Brûlante. Destructrice. Celle de la vérité. Dure, gênante parfois, intransigeante et émouvante.
Et si on vous demande quel est le sujet justement de ce livre, vous n'aurez qu'à ne pas répondre. C'est mieux.

Loulou écrit avec ses tripes, son coeur et son ventre. Loulou, elle écrit comme on hurle en murmurant. Ça se sent, ça se ressent et ça se prend en pleine face. Et Dieu que c'est bon !
Loulou Robert compte désormais dans la littérature française. Et je suis sûr qu'elle nous offrira de grands moments de lecture dans les années à venir.
En attendant, je vais me faire l'intégrale moi grâce à mon pacsoux et sa longueur d'avance sur ce coup là !

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          615
lilibookncook
  22 mars 2019
Ahhhhh l'amour, ses joies comme ses peines, ses colères et ses trahisons, l'insouciance des premiers instants, mais aussi l'absence de toujours. Mais finalement, c'est quoi l'amour ? Comment laisser s'exprimer le sentiment amoureux dans un couple ? Peut-on tout accepter par amour ? Quelle différence entre amour passionné et possession ? Ces questions, je me les suis posées à la lecture de ce roman coup de coeur, ce roman fou écrit dans un souffle. Loulou Robert par de courtes et intenses phrases m'a emporté loin, dans un tourbillon incandescent où les cendres virevoltent encore à son passage. Qu'il soit filial ou amoureux, le sentiment est fort, presque tout ou rien. Indélébile. En baladant son héroïne à la limite de la rupture, l'auteure m'a plongée dans un précipice. Prise dans l'engrenage insensé de cet amour brûlant. Violent.
Son nom, on ne le connaît pas, mais quelle importance ? Nouvelle étudiante parisienne, notre héroïne se débat avec elle-même, et ce, depuis toujours. A peine quittée sa petite ville du Grand Est comme ses parents aux disputes incessantes, elle intègre l'université, elle, l'élève douée, l'élève silencieuse. Introvertie, à fleur de peau, celle qui a choisit de ressentir ne connaît pas encore les affres de l'amour ni celui du plaisir véritable. Jusqu'au jour où son regard croise celui de l'autre. Où l'irrésistible appel des corps dépasse la raison. Alors que notre narratrice découvre l'éclosion des sentiments et du plaisir de la chair, l'obsession amoureuse prend une tournure malsaine. Au rythme silencieux de la maladie qui s'empare de sa mère, le fracas de cette passion résonne avec d'autant plus d'intensité.
De cet amour obsessionnel, déraisonné, déraisonnable, j'ai tout d'abord été fasciné puis horrifié. Avec intensité, Loulou Robert relate l'amour fou d'une fille pour sa mère, d'une femme pour un homme, avec la capacité d'accrocher le lecteur dès les premières pages. Distillant les indices sur la face obscure de cette idylle naissante, la romancière impose un rythme de plus en plus effréné, où l'urgence de la situation asphyxie. L'amour comme une drogue, l'amour violent.
De l'ambiguïté des sentiments, on y retrouve l'engrenage de la brutalité, mais aussi le jeu pervers d'un homme égoïste et narcissique. Comment se sauver d'une spirale destructrice quand on aime si fort ? L'écriture. Salvatrice, tout comme sujet d'envie, l'écriture est au centre de ce roman. Quelle soit cathartique pour notre protagoniste ou mordante pour notre auteure, l'écriture est forte et constructive. Révélatrice.
Lien : http://bookncook.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3315
Stelphique
  14 octobre 2019
Ce que j'ai ressenti:
Je.Tu.Elle.Nous.Vous.Ils.
Elle tue moi. Il tue Elle. Elle se Tu. Je Tu Elle. Sujet Verbe Complément. Nous, direct dans son chaos. Nous, direct dans son amour. Nous, dans les flots de ses mots. Eux, dans les fléaux de leurs maux.
Sujet Inconnu. Ils sont fracassants, les mots de cette jeune fille. Et dans ses points, alors c'est pire. Ce sont des coups de poings. Tous des gouffres, tous des bleus. C'est sans doute dans cette ponctuation que sont les plus fortes percussions. Inconnue et maintenant Sujet, à écrire.
Quand j'ai lu ce livre, ma respiration s'est arrêtée. Plus ça allait, et moins ça allait. En apnée, jusqu'au point final. C'est un style d'écriture puissant. À vif. Carrément écorché. Profondément urgent. Chaque point devient souffrances, et ces silences deviennent des instants de ressentis intenses. J'ai adoré Elle. Parce que c'est de l'intime et de l'émotion à l'état brut.
« Je » n'a pas de prénom. « Tu » n'as pas de prénom. Elle se meure de lui. Il arrache tout d'elle. Quand c'est, que ça va s'arrêter? Cancer, que tu dégages de nos vies? Et puis, c'est quoi l'amour? Un Nous inconnu, un Sujet tabou? Sujet Inconnu et part en vrille…
Mais Elle, cette histoire, elle devient oppressante au fil des pages. Elle prend tout l'espace, s'infiltre dans les cris et les murmures, prends vie dans les silences et se remplit dans l'abîme. C'est toxique. C'est violent. Une « Bad » romance.
« Tu » ne laisse pas de place à « Je ». « Je » ne peux se passer de « Tu ». Et Elle a choisi de tout dire, le choix de se donner corps et âme dans le Ressentir. Sans filtre. Sans concession. Une écrivaine est née. Dans la douleur. Dans l'abandon. Dans l'émotion. Une fulgurance. Et Je l'aime tant pour ça.
À la puissance Coeur. À la puissance Chair. À l'urgence d'écrire. À l'urgence de survivre. Insolente de vie. Insolente devant l'injustice de la vie. Folle d'amour. Folle de douleur. Elle a pris la plume parce que c'était ce qu'il fallait, pour la sortir de ses drames à répétitions. Tout plutôt l'ennui, tout plutôt que la morosité. Elle fait le choix de la passion. de L'émotion. du danger aussi, mais elle y allait consciente. Tout plutôt que rien. Tout plutôt que le vide. À ses risques et périls, certes, mais, pour ressentir intensément. Écrire comme Survie.
Et pour nous, c'est un moment de lecture incroyable. Envoûtant et dérangeant. Mais un moment aussi, bouleversant. Et une plume sensationnelle, sensorielle, hypnotisante. Elle nous a tout donné dans ses lignes. Son coeur, son sang, ses tripes, son Moi, et je la remercie pour cela. Pour l'intensité. Pour cette folle intensité. Cette sensibilité à fleur de peau. Pour la vérité nue de ses maux. « A la fin du livre, ma vie continue ». La mienne aussi, mais elle aura eu quelques heures de lectures ressenties à la puissance 1000. Tu m'as déglingué le coeur et mon souffle, Sujet Inconnu...
Une écrivaine est née. J'aimerai beaucoup vous rencontrer, Loulou Robert.
Ma note Plaisir de Lecture 9/10.
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234


critiques presse (1)
Actualitte   11 septembre 2018
Loulou Robert revient en trombe avec un nouvel ouvrage paru chez Juillard, Sujet inconnu. Un récit décapant, toujours dans un style abrupt et saccadé, sur l’intensité de la passion amoureuse, du mauvais amour (ou de l’amour mauvais) et de ses redoutables conséquences...
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   04 octobre 2018
Une nuit. Seize épisodes de Friends. Deux cents quatre-vingts "Here Come the Sun". Dix avions dans le ciel. Un livre de trois cents pages. Une nuit ; plus de temps. J'avais plus de temps. Dans mon studio, la nuit était l'occasion de faire connaissance avec mes voisins. Appartement 402 : un couple de quarantenaires. A peine plus âgés que mes parents. Sans enfant ; un bulldog français. Elle, les cheveux aux épaules, fine du haut, large du bas. Le visage qui n'a pas souri. Les rides qui tiraient son visage au sous-sol. A la cave. Lui, crâne rasé sur un corps d'ancien rugbyman. Un léger strabisme à l’œil gauche. Plus chaleureux que sa femme ; un petit côté pervers refoulé. J'ai partagé l’ascenseur avec eux une semaine après mon emménagement. C'est tout. Seulement trois étages, soit moins d'une minute. Je ne leur ai jamais parlé. Les murs l'ont fait. Ils laissaient passer les ronflements. Les grincements de lits, de dents, de tout. Le programme télé. Je regardais plusieurs films en même temps. Le four sonnait chez eux. Chez moi, le micro-ondes. Je prenais des bains. Eux des douches. Tard le soir. Tôt le matin. Ils se disputaient souvent. Ne se réconciliaient jamais. Ils aimaient leur chien. Ils le trainaient comme un enfant. Lui regardait des films pornos dans la salle de bains. Elle, des rediffusions du Docteur House. Ils baisaient une fois par semaine. Ils ne faisaient pas l'amour. Ils baisaient.
Je partageais leur vie. Sans bruit. Ils ne me connaissaient pas. Ils n'ont jamais sonné à ma porte. J'avais l'âge d'être leur fille. J'étais leur voisine, j'étais silencieuse et je n'existais pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          184
le_Bisonle_Bison   06 novembre 2018
J’allume mon ordinateur. Reprenons.
Je ne raconterai pas l’histoire de ce que j’écris. Il y a des personnages, une route et des péripéties. Une trajectoire. Un début et une fin. Il s’y passe des choses. Pas de dragons ni de tueurs en série. Je suis chacun de ces personnages ; je suis imaginaire. Je ne sais pas de quoi le texte parle. Il parle, c’est tout. Je ne sais pas non plus de quoi la vie parle. Je la laisse aller. L’écriture aussi. Elle coule. Les yeux fermés, mes doigts connaissent le chemin. Je sens la fin. Ils tentent de me freiner. Retarder. Je n’ai pas pensé à après, quand le dernier point aura été tapé. La différence entre un livre et la vie ? A la fin du livre, la vie continue. Et ma vie ? Est-ce qu’elle va continuer ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
le_Bisonle_Bison   09 octobre 2018
Des jours en vrac. Ils comptent. Ils marquent. Ils frappent. Ils blessent. Ils renforcent. Ils s'entrechoquent. Des chiffres. Des années. Des litres. Des kilogrammes. Des kilomètres. On compte. On décompte. Tic-tac. Le chrono avance. Il ne s'arrêtera jamais. Tic-tac. Même le jour où c'est terminé, il continue sa route. Pour les chiffres, il n'y en a qu'une.
J'aurais pu être comptable. Des plus et des moins. Un résultat. C'est clair et simple. Pas droit à l'erreur. Cocher. Vérifier. Taper sur des touches. Revérifier. Tout est rangé. Exact. Ordre et perfection. J'aurais dû être comptable.
Je n'aime pas les maths.
Je ne suis pas en ordre.
Je ne suis pas exacte.
Je ne suis pas parfaite.
Je ne suis pas comptable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
le_Bisonle_Bison   30 septembre 2018
Je devrais commencer par me présenter.
Ce qui vous intéresse est de savoir si cette histoire est vraie. Si la personne qui a écrit cette histoire a vécu cette histoire. Si son cerveau a vrillé comme celui du personnage. Pulsation cardiaque. Boum. Boum. Boum. Si ce cœur était réel. Si ce cœur était le mien. Cette question revient à chaque page. Chaque passage à la radio. Est-ce sa voix ? A la télé. Son visage ? Je pourrais parler à la troisième personne. Dire elle. Dire tu.
Je dis je. Cette histoire existe. Réelle ou pas. Elle existe. La réalité on s'en fout. La réalité n'écrit pas d'histoires. Je. Tu. Il. Elle ne vit pas. Elle ne mange pas. Ne ressent pas. Ne baise pas. N'aime pas. Ne meurt pas.
Je ne veux pas être réelle.
Je ne veux plus savoir qui je suis.
Je ne sais plus qui je suis.
Je ne me présenterai pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
LadybirdyLadybirdy   18 avril 2019
Un père extrêmement intelligent, qui travaillait pour respirer, qui savait relativiser les choses de la vie. Un sage, faussement sage, car derrière sa voix douce et son savoir, mon père était malheureux. Son intelligence la rendu ainsi. Voir le monde tel qu’il est, c’est une malédiction.
Commenter  J’apprécie          431

Videos de Loulou Robert (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Loulou Robert
« J'aurais pu être un millier de choses, mais j'ai choisi de consacrer ma vie à aimer. » Dès qu'elle le voit, elle scelle un pacte avec elle-même : il sera à elle. Il lui prend la main. Elle le suit à Paris. Il devient journaliste. Elle, sa groupie. Elle l'aime, le hurle, le pleure. Rien d'autre n'a d'importance. Elle est jalouse, dangereuse, prête à tous les excès. Elle veut qu'il la regarde encore, qu'il l'aime comme elle l'aime. Sans limites. À coups de phrases courtes et sans artifices, Loulou Robert fait ici le récit d'un amour sacrificiel, tragique et sublime, un amour au quotidien, taillé pour l'éternité. Elle raconte les failles, la folie et la dévotion d'une femme pour un homme. Elle dit la maternité, la vieillesse, la solitude, l'usure d'un couple. Elle dit la vérité d'un corps et de ses cicatrices. Toute une vie à aimer.
+ Lire la suite
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3979 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..