AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070134205
104 pages
Éditeur : Gallimard (06/05/2011)

Note moyenne : 3.14/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Jean-Marc Roberts revient sur la longue amitié qui le lie à François-Marie Banier. À contre-courant de tout ce qu'on a pu lire sur lui, l'auteur nous livre le portrait d'un homme qu'il connaît comme personne.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
liratouva2
  13 octobre 2011
L'affaire Bettencourt comme un roman balzacien et tous les personnages qui gravitent autour, de près ou de loin, tous plus excessifs les uns que les autres. Une histoire de famille, de fric surtout, un rapport mère-fille explosif aussi et des avocats, des juristes, des juges, des journalistes qui tournoient autour entre le ricanement sarcastique, le soupir exaspéré, le cri scandalisé et la moue méprisante ou écoeurée, tous les sentiments humains s'y retrouvent: c'est la plus significative des misérables comédies humaines actuelles.(...)
J'ai lu celui de l'ami de longue date de Banier, bien que depuis une trentaine d'années ils ne se soient pas revus. N'empêche! Jean-Marc Roberts a senti le besoin d'écrire à son ancien ami tendrement aimé dans les années soixante-dix. Il en dresse un portrait attendri et, ce faisant, il dessine aussi son autoportrait. Il semble sincère, c'est cru, dru, bien écrit, je veux dire sans fioritures, ni plaintes, ni récriminations.
Qu'en retiendrai-je sinon que ces deux-là se sont rencontrés au printemps 1973, qu'ils ont passé leur jeunesse en compagnie d'Aragon, de Madeleine Castaing, la décoratrice et de tant d'autres personnes célèbres avec lesquelles ils partageaient tout, que Banier est « plus intéressant qu'intéressé »
C'est le genre de livre que je n'aurais jamais acheté mais que j'ai choisi pour l'avoir trouvé sur la table des nouveautés de la bibliothèque. Je ne le regrette pas d'ailleurs, c'est comme un article de Match un peu plus détaillé et amical.
Lien : http://liratouva2.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Lexpress   21 juin 2011
A travers son amitié de longue date avec le dandy sulfureux François-Marie Banier, Jean-Marc Roberts livre un autoportrait pervers.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
liratouva2liratouva2   13 octobre 2011
Quand le chauffeur entend la destination, il t’ordonne de descendre, c’est trop près trois cents mètres. Je dois négocier avec lui, m’arranger sur un montant de course minimal, je double la somme afin qu’il t’emporte.
Le type ne t’a pas reconnu et tu en souffres, tu en es presque choqué. «Comment ça, hurles-tu, comment ça, ma tête ne vous dit rien, Banier, Bangkok, Ankara, Nouméa, Iéna, Eldorado, Rambouillet, Banier. Je suis l’assassin de la reine d’Angleterre, le neveu d’oncle Jean, l’amant de Louis Aragon. Banier (Tu scandes ton nom tel un putois.) J’ai ratiboisé la femme la plus riche du pays. T’es pas français, Avance, vermisseau, je suis sûr que tu as un local. Tu veux qu’on te la roule à deux, mon copain sera d’accord. Allez, roule, ma poule!»
Le taxi, effrayé, démarre. Je vous ai couru après mais la voiture a grillé le premier feu rouge comme si le chauffeur avait décidé de me semer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fanfanouche24fanfanouche24   20 octobre 2019
[Extrait d'un texte de Barbara, que Jean-Marc Roberts a choisi en exergue pour cet ouvrage ]

Si la photo est bonne
juste en deuxième colonne
il y a le voyou du jour
qui a une petite gueule d'amour
Dans la rubrique du vice
il y a l'assassin de service
qui n'a pas du tout l'air méchant
qui a plutôt l'oeil intéressant
coupable ou non coupable
s'il doit se mettre à table
Oh ! Dites-lui qu'il vienne
pour se mettre à la mienne .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jean-Marc Roberts (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marc Roberts
« Nous avions tous le même âge, treize, quatorze, quinze ans. Les plus jolies filles portaient des bikinis. On les appelait due pezzi, oui, " deux morceaux ". C'étaient les étés des paris, des défis. Plus faciles à gagner qu'une rémission mais tout de même. » Jean-Marc Roberts fait le récit de « deux morceaux » de sa vie : celui de sa maladie, dont il met en scène les saisons et, intimement associé à elle, le souvenir de quatre étés passés en Calabre, adolescent. le soleil italien vient pénétrer le froid de l'hôpital, l'oncle Félix s'invite entre deux rendez-vous de médecins, les petites amoureuses calabraises, Amalia et Mariella, croisent femmes et enfants. Et Jean-Marc Roberts, qui dit préférer dans la vie les tours d'illusionnistes, réussit parfaitement celui-ci : il rend ce lointain passé terriblement vivant et nous fait croire que la gravité n'est peut-être pas là où on l'attend.
+ Lire la suite
autres livres classés : souvenirsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Affaires étrangères

Affaires étrangères, raconte l'histoire d'un jeune cadre d'entreprise qui s'appelle....

Bertrand Faucille
Jean Lamontagne
Louis Coline
François Ventoux
Etienne Dolomites
Gérard Aneto

15 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Affaires étrangères de Jean-Marc RobertsCréer un quiz sur ce livre