AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782262047160
450 pages
Perrin (14/01/2016)
4.08/5   77 notes
Résumé :
L'histoire du monde, des origines à nos jours : LA référence internationale (plus d'un million d'exemplaires vendus) arrive enfin en France. Premier tome : les âges anciens.

Raconter et décrypter l'histoire du monde, tel est le pari de cette œuvre majeure, divisée en trois volumes. Ce premier tome, qui couvre la période allant de 7 000 av. J.-C. à 500 ap. J.-C., s'ouvre sur la préhistoire pour se conclure lorsque chutent les Empires romain et Han. Les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
4,08

sur 77 notes
5
9 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
1 avis

Henri-l-oiseleur
  30 janvier 2016
Il y a tromperie sur la marchandise, je crois. L'acheteur qui croira se procurer un ouvrage d'histoire globale et planétaire comme il commence à s'en écrire aujourd'hui doit savoir que le livre date de 1976, et que cet ancien succès de librairie anglo-saxon paraît en France en 2015. D'autre part, l'auteur se contente de réécrire et de répéter sous forme filandreuse et ennuyeuse ce que l'on trouvera exposé brillamment, clairement et avec les bonnes questions, dans des ouvrages plus spécialisés, mais toujours destinés au grand public, sur les époques et les eres de l'histoire qui l'intéressent. Mieux vaut lire Nicolas Grimal sur l'Egypte ancienne, Jean Bottéro sur la Mésopotamie, Pierre Briant sur la Perse, ou Paul Petit sur la Rome antique, etc ..., que de parcourir ces chapitres vagues et superficiels qui couvrent beaucoup de matière, de temps et d'espace, pour n'en dire, finalement, que ce que l'on trouve déjà dit partout ailleurs, et souvent dans une perspective plus rigoureuse. L'histoire globale, qui parlera des grands ensembles et des époques dans leur interconnexion, reste encore à écrire ou à traduire (dans quarante ans peut-être ?).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Marie987654321
  21 janvier 2020
Raconter l'histoire du monde est peut être une ambition démesurée d'historien mégalomane mais ce genre d'ambition est tout le sel de cette belle activité humaine qu'est la science historique : non pas la description par le menu des détails de la vie des hommes en tel temps et en tel lieu (description bien évidemment nécessaire, parfois également passionnante, parfois ennuyeuse d'érudition stérile), mais la mise en mouvement sous nos yeux des hommes du passé pour mieux comprendre non seulement les raisons et les causes qui les ont poussés à agir ainsi qu'ils l'ont fait et surtout ce que nous leur devons et ce en quoi ils ont forgé notre monde, nos vies et nos idées...
Dans ces "seulement" 450 pages consacrées à l'apparition des humains et à la naissance des premières civilisations jusqu'au VI ème siècle, les auteurs tentent de comprendre pourquoi et comment sont apparues les premières grandes civilisations ; celles qui ont laissé des traces matérielles, mais surtout des traces majeures dans les sociétés contemporaines. L'un et l'autre étant probablement liés d'ailleurs. Peut être d'autres sociétés de ces temps anciens (évoquées en marge et dont l'existence est avérée principalement par leurs contact avec ces civilisations) ont su développer des cultures riches et complexes mais fautes de traces nous n'avons hérité de rien. Ou nous n'en savons rien.
Les auteurs se centrent sur trois aires géographiques principales où sont nées les premières civilisations : la Mésopotamie et puis plus largement le pourtour méditerranéen, l'Inde et la Chine. Dans ces univers, la néolithisation et l'apparition de l'agriculture ont débouché sur des sociétés complexes, organisées, disposant d'États puissants, des sociétés qui ont inventé l'écriture, développé des techniques sophistiquées, des religions élaborées et parfois très abstraites. Ils s'attachent à montrer les liens, les rapports entre ces civilisations à la fois dans le temps et dans l'espace.
Des contacts ont probablement existé dès les temps anciens entre le monde indien et le monde mésopotamien. La multiplication et l'élargissement des contacts est certainement la cause de l'accélération des évolutions à partir de foyers de civilisation distincts au départ. Dans le même temps ces foyers se sont construits sur des fondements très différents dont les principes et les valeurs sont restées toujours présents aujourd'hui dans une continuité millénaire. Les auteurs présentent une vision de très longue durée des civilisations indienne et chinoise. La présentation n'est pas tout à fait la même pour notre aire culturelle qui occupe plus de pages et dont nous maitrisons mieux les étapes (un peu d'ethnocentrisme?). Mais les ruptures et les changements y paraissent plus marqués.
Et les autres me direz vous ? l'Amérique, l'Afrique et l'Europe, voire l'Océanie. de cette dernière, rien n'est dit. l'Amérique est bien plus récemment humanisée (l'auteur évoque un peuplement humain il y a 20 000 ans seulement ) et un essor de l'agriculture bien plus récent ; environ 2700 avant JC. Les civilisations précolombiennes ne sont que brièvement évoquées ici. L'Afrique reste à part : berceau de l'humanité, lieu de développement d'une très brillante civilisation égyptienne (dont l'auteur souligne qu'elle a laissé peu de postérité, est morte d'épuisement et d'incapacité à s'adapter et a eu peu d'influence culturelle sur le reste du monde), le reste de son territoire est resté pour l'essentiel aux marges des grands courants jusqu'à une époque récente. L'Europe est également à cette époque un territoire isolé où agriculture se développe ainsi que des techniques de travail de la pierre et la métallurgie mais sans donner lieu à une civilisation comparable aux empires de Mésopotamie ou de la Chine ancienne à la même époque.
L'auteur émet une hypothèse : la civilisation est née là où les conditions matérielles favorisaient l'agriculture (vallée du Nil, de l'Indus, Croissant fertile, Fleuve Jaune et Yangzi ) mais nécessitaient que les hommes collaborent pour maitriser les forces de la nature. "Dans les grandes vallées fluviales il fallait, si l'on voulait survivre, travailler collectivement pour contrôler l'irrigation et exploiter la terre, alors que, dans la plus grande partie de l'Europe, une famille pouvait grappiller seule de quoi subsister. Il n'est pas besoin de disserter à perdre haleine sur les origines de l'individualisme occidental pour reconnaitre là un véritable trait distinctif d'une grande importance pour l'avenir" (page 217).
Les auteurs s'intéressent ensuite aux périodes dites "classiques" : antiquité grecque et romaine et transition chrétienne, dynastie Han et empire Maurya, ; soit globalement les siècles qui précédent et suivent la naissance de JC. Nous sommes ici en terrain de plus en plus connu.
l'importance du monde grec est particulièrement mis en exergue et semble particulièrement fasciner l'auteur : la culture grecque a apporté la raison au monde des hommes, les a aidé à sortir de l'obscurantisme et de la superstition par la réflexion rationnelle . " la civilisation grecque représenta tout simplement l'effort le pus important que l'homme ait accompli jusqu'alors pour devenir maitre de sa destinée. En l'espace de quatre siècles, la Grèce avait inventé la philosophie, la politique, l'essentiel de l'arithmétique et de la géométrie, ainsi que les grandes catégories de l'art occidental" (pages 283).
La transition chrétienne est l'autre moment central dans la présentation des auteurs : le moment du passage de l'empire romain vers ce que seront l'Europe et l'Orient médiévaux. Réunis par l'empire, ils deviendront deux pôles de civilisations différents. le rôle de l'église catholique se glissant dans les structures de l'empire, en Occident, est essentiel.
Cette période est, d'ailleurs, depuis longtemps pour moi un sujet de fascination et d'émotion historiques : moments indéfinissables où ce qui était n'est plus tout à fait et ce qui adviendra n'est pas encore là. Tout est changement dans l'histoire, sinon il ne s'agit pas d'histoire mais il s'agit là d'un moment particulier où les hommes ont pu vivre à l'échelle d'une vie ou de la mémoire de quelques générations le passage de la grandeur, même affaiblie, d'un empire qui apportait la culture, la paix et la stabilité aux troubles et à l'incertitude d'un monde éclaté qu'il fallait reconstruire ou tout au moins dans lequel il fallait réussir à vivre. Ma lecture de Boece m'a beaucoup marqué.
.
Mais revenons-en à nos auteurs : finalement une lecture passionnante que l'on a du mal à lâcher, un souffle historique, une hauteur de vue et une force d'évocation certaine qui tente de donner à sens au chaos de l'histoire humaine en retenant ce qui leur apparait fondateur. Les spécialistes de telle ou telle période peuvent y trouver des oublis ou des simplifications. J'ai moi même parfois été étonnée de l'importance donnée à certaines étapes comme par exemple le long passage sur Saint Augustin. Mais tenter de s'extirper des sables mouvants des détails pour tisser une vue d'ensemble est plus important et plus enrichissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
majero
  04 juillet 2018
Fragilité de l'espèce humaine, condamnée, à l'instar de l'homo Erectus ou de Néanderthal?
Etonnante civilisation sumérienne  relatant déjà le déluge, la création du monde à partir de la mer, l'homme issu de l'argile....
Fabuleux voyage des origines au moyen âge, parfois un peu trop exhaustif pour moi,  traitant de philosophie, droit des femmes, origine de l'écriture, des sciences au coeur des civilisations sumeriennes, hindoues, chinoise,  grecque...
Commenter  J’apprécie          190
barjabulette
  17 septembre 2016
Les ages anciens de l'histoire du monde : ... vaste programme. Et de fait, le contenu est complet.
Sur le contenu, justement, je ne m'étendrai pas. Je pense que l'auteur original connait mieux le sujet que moi et que son bouquin est largement documenté.
Sur la façon dont est agencée ce bouquin : ça c'est un peu déconcertant puisqu'on ne voyage pas d'années en années mais de régions en régions.
Du coup, j'étais souvent perdue car je m'attendais à une histoire chronologique.
Je n'ai donc pas su, tout le temps, faire les liens qui m'auraient permis une compréhension complète du livre. Certains éléments, certains enjeux des uns et des autres me sont totalement passés au dessus de la tete car les époques étaient, pour moi, trop alambiquées.
Sur le style de cette version, je sais que c'est un livre traduit. Je pense que la traduction est bien faite car le livre est tout de meme passionnant à lire. Il est fastidieux parfois mais sur l'ensemble des pages il reste captivant.
Ce n'est pas un livre à découvrir en vacances au soleil sur la plage. C'est plutot un ouvrage qui demande une certaine concentration et réflexion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Marie987654321
  16 mai 2016
Raconter l'histoire du monde est peut être une ambition démesurée d'historien mégalomane mais ce genre d'ambition est tout le sel de cette belle activité humaine qu'est la science historique : non pas la description par le menu des détails de la vie des hommes en tel temps et en tel lieu (description bien évidemment nécessaire, parfois également passionnante, parfois ennuyeuse d'érudition stérile), mais la mise en mouvement sous nos yeux des hommes du passé pour mieux comprendre non seulement les raisons et les causes qui les ont poussés à agir ainsi qu'ils l'ont fait et surtout ce que nous leur devons et ce en quoi ils ont forgé notre monde, nos vies et nos idées...
Dans ces "seulement" 450 pages consacrées à l'apparition des humains et à la naissance des premières civilisations jusqu'au VI ème siècle, les auteurs tentent de comprendre pourquoi et comment sont apparues les premières grandes civilisations ; celles qui ont laissé des traces matérielles, mais surtout des traces majeures dans les sociétés contemporaines. L'un et l'autre étant probablement liés d'ailleurs. Peut être d'autres sociétés de ces temps anciens (évoquées en marge et dont l'existence est avérée principalement par leurs contact avec ces civilisations) ont su développer des cultures riches et complexes mais fautes de traces nous n'avons hérité de rien. Ou nous n'en savons rien.
Les auteurs se centrent sur trois aires géographiques principales où sont nées les premières civilisations : la Mésopotamie et puis plus largement le pourtour méditerranéen, l'Inde et la Chine. Dans ces univers, la néolithisation et l'apparition de l'agriculture ont débouché sur des sociétés complexes, organisées, disposant d'États puissants, des sociétés qui ont inventé l'écriture, développé des techniques sophistiquées, des religions élaborées et parfois très abstraites. Ils s'attachent à montrer les liens, les rapports entre ces civilisations à la fois dans le temps et dans l'espace.
Des contacts ont probablement existé dès les temps anciens entre le monde indien et le monde mésopotamien. La multiplication et l'élargissement des contacts est certainement la cause de l'accélération des évolutions à partir de foyers de civilisation distincts au départ. Dans le même temps ces foyers se sont construits sur des fondements très différents dont les principes et les valeurs sont restées toujours présents aujourd'hui dans une continuité millénaire. Les auteurs présentent une vision de très longue durée des civilisations indienne et chinoise. La présentation n'est pas tout à fait la même pour notre aire culturelle qui occupe plus de pages et dont nous maitrisons mieux les étapes (un peu d'ethnocentrisme?). Mais les ruptures et les changements y paraissent plus marqués.
Et les autres me direz vous ? l'Amérique, l'Afrique et l'Europe, voire l'Océanie. de cette dernière, rien n'est dit. l'Amérique est bien plus récemment humanisée (l'auteur évoque un peuplement humain il y a 20 000 ans seulement ) et un essor de l'agriculture bien plus récent ; environ 2700 avant JC. Les civilisations précolombiennes ne sont que brièvement évoquées ici. L'Afrique reste à part : berceau de l'humanité, lieu de développement d'une très brillante civilisation égyptienne (dont l'auteur souligne qu'elle a laissé peu de postérité, est morte d'épuisement et d'incapacité à s'adapter et a eu peu d'influence culturelle sur le reste du monde), le reste de son territoire est resté pour l'essentiel aux marges des grands courants jusqu'à une époque récente. L'Europe est également à cette époque un territoire isolé où agriculture se développe ainsi que des techniques de travail de la pierre et la métallurgie mais sans donner lieu à une civilisation comparable aux empires de Mésopotamie ou de la Chine ancienne à la même époque.
L'auteur émet une hypothèse : la civilisation est née là où les conditions matérielles favorisaient l'agriculture (vallée du Nil, de l'Indus, Croissant fertile, Fleuve Jaune et Yangzi ) mais nécessitaient que les hommes collaborent pour maitriser les forces de la nature. "Dans les grandes vallées fluviales il fallait, si l'on voulait survivre, travailler collectivement pour contrôler l'irrigation et exploiter la terre, alors que, dans la plus grande partie de l'Europe, une famille pouvait grappiller seule de quoi subsister. Il n'est pas besoin de disserter à perdre haleine sur les origines de l'individualisme occidental pour reconnaitre là un véritable trait distinctif d'une grande importance pour l'avenir" (page 217).
Lien : http://maryclaudef.free.fr/d..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
danaelladanaella   21 juillet 2016
Le rôle des Grecs fut déterminant dans l'avènement de ce monde, et c'est par eux que son histoire doit commencer. Ils ont contribué, plus que tout autre peuple, à lui donner son dynamisme, son aura mythique et sa force d'inspiration.
Commenter  J’apprécie          60
brunacecilebrunacecile   01 mars 2016
Quoi qu'il en soit, la créature qui s'apprête à franchir sous nos yeux le seuil qu'il a fera entrer dans l'histoire nous est déjà familière: c'est l'Homme, ce faiseur de changements.
Commenter  J’apprécie          40
Topper67Topper67   14 mai 2022
Les hommes d'affaires étaient handicapés par l'idée, bien ancrée depuis longtemps chez les Grecs de la classe supérieure, que le commerce et l'industrie étaient des occupations indignes d'un homme bien né, dont l'idéal de vie devait consister à se consacrer, grâce aux revenu de ses terres, à des loisirs cultivés. Cette idée devait passer dans la tradition européenne, avec les conséquences que l'on sait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Topper67Topper67   18 mai 2022
Pourtant, les fils de l'empereur furent élevés comme des chrétien et, si le nouvel édifice qu'il avait bâti révéla sa fragilité peu après sa mort en 337, Constantin n'en était pas moins parvenu à opérer une vraie rupture avec la tradition de la Rome classique. Au bout du compte, sans l'avoir voulu, il jeta les bases de l'Europe chrétienne et, par voie de conséquence, du monde moderne.
Commenter  J’apprécie          00
FifrildiFifrildi   19 janvier 2019
Quand donc commence l'histoire?
Commenter  J’apprécie          80

Videos de John Morris Roberts (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Morris Roberts
Retrouvez vos "Live Books" du premier numéro saison 2 de Gérard Part En Live ici :
Batman - White knigh de Sean Murphy et Matt Hollingsworth aux éditions Urban Comics https://www.lagriffenoire.com/130546-...
Le lambeau - Prix Femina 2018 de Philippe Lançon aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/109311-...
Idiotie - Prix Médicis 2018 de Pierre Guyotat aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/122345-...
Leurs enfants après eux - Prix Goncourt 2018 de Nicolas Mathieu aux éditions Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/121213-...
Le sillon - Prix Renaudot 2018 de Valérie Manteau aux éditions Le Tripode https://www.lagriffenoire.com/122541-...
Avec toutes mes sympathies Avec toutes mes sympathies de Olivia de Lamberterie aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/121624-...
La brigade des cauchemars Tome 2 de Franck Thilliez et Yomgui aux éditions Jungle https://www.lagriffenoire.com/95114-b...
La brigade des cauchemars, Tome 2 de Franck Thilliez Jungle https://www.lagriffenoire.com/?fond=p...
Mujirushi ou Le signe des rêves (Tome 2) de Urasawa,Naoki et Nguyên,Ilan aux éditions Futuropolis https://www.lagriffenoire.com/128090-...
Concours pour le Paradis de Clélia Renucci aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/121084-...
Le dernier Vénitien: roman de Gilles Hertzog aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/129308-...
La Neuvième Heure La Neuvième Heure de Alice McDermott et Cécile Arnaud aux éditions Quai Voltaire https://www.lagriffenoire.com/121709-...
Le crépuscule de Shigezo de Sawako Ariyoshi et Jean-Christian Bouvier aux éditions Mercure de France https://www.lagriffenoire.com/129432-...
Le miroir des courtisanes de Sawako Ariyoshi aux éditions Picquier Poche
Les inséparables de Julie Cohen et Josette Chicheportiche aux éditions Mercure de France
SHI - tome 3 - Revenge ! de Zidrou et Homs aux éditions Dargaud https://www.lagriffenoire.com/130532-...
Noise T01 de Tetsuya Tsutsui et David Le quere aux éditions Ki-oon https://www.lagriffenoire.com/123229-...
La vérité sort de la bouche du cheval de Meryem Alaoui aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/121725-...
Une autre histoire de la littérature française (Tome 1 et 2) de Jean d’Ormesson aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/131191-...
Histoire du monde de Odd Arne Westad, John M. Roberts, Jacques Bersani au éditions Tempus https://www.lagriffenoire.com/131923-...
Ceux de 14 de Maurice Genevoix aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/126423-...
Rroû de Maurice Genevoix et Anne Wiazemsky aux éditions La Table Ronde https://www.lagriffenoire.com/40590-d...
La Dernière harde de Maurice Genevoix aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/?fond=p...
Il faut flinguer Ramirez - Tome 01 de Nicolas Petrimaux aux éditions Glénat https://www.lagriffenoire.com/115846-...
La cité des rêves de Tyler Anbinder et Simon Duran aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/?fond=p...
L'Affaire Rose Keller de Ludovic Miserole aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/124185-...
+ Lire la suite
autres livres classés : histoireVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2632 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre