AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756417920
Éditeur : Pygmalion-Gérard Watelet (21/10/2015)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 86 notes)
Résumé :
La vengeance. La vengeance est le but ultime de Caleb. Il la prépare depuis douze ans. Pour réussir, son « arme » doit être vraiment spéciale. Elle sera un cadeau inestimable dont tout le monde parlera.
La fille qu’il surveille de l’autre côté de cette rue passante est parfaite. Elle est différente de ses proies habituelles. Elle n’est pas consentante, elle n’est pas vendue par son père, elle ne lui a pas été envoyée…Elle sera sa conquête.
Dans ce huis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
Hamisoitil
  26 octobre 2015
Je me suis lancée dans cette lecture à cause de la couverture que je trouvais intrigante mais jolie et ensuite, je me suis attardée sur le synopsis. Je savais plus ou moins à quoi m'attendre avec ce livre. Je préfère vous prévenir tout de suite, tout le monde ne sera pas à l'aise avec cette lecture, pourtant, si l'on compare à un cinquante nuances de Grey ou un livre sur les biker, Captive in the dark ne devrait pas trop vous choquer. A un ou deux détails près tout de même.
Je ne sais pas trop quoi en dire sur ce livre. J'en sors assez mitigée à vrai dire, car c'est quand même un sujet difficile voire tabou qui n'est habituellement pas abordé dans les livres à part si l'auteur lui-même en est concerné ; donc une biographie. Ici, l'auteur met le sujet bien en avant et d'ailleurs tout tourne autour de ça. Il y a des scènes choquantes, très dérangeantes comme la soumission que l'auteur pousse jusqu'à l'extrême. Il y a aussi les corrections infligées à l'esclave quand elle a un soupçon de rébellion.
Tout d'abord, l'héroïne a dix-huit quand elle se fait kidnapper par Caled. Je trouve que la pilule ne passe pas du tout quand tu vois que la gamine est jeune comme ça. Elle se retrouve dans une pièce, plongée dans le noir. Pourquoi ? Parce que Caled doit se venger de l'homme qui a détruit sa vie en lui faisant subir les pires sévices étant enfant. Mais pour l'atteindre, il lui faut ramener un magnifique cadeau. Prêt à l'emploi. Une esclave sexuelle vierge. C'est pour ça que l'héroïne, cette jeune-fille se retrouve dans cette chambre. Il va la former et pour y arriver, il doit être le Maître et elle, l'esclave. Il n'a pas le choix. On comprend bien qu'il a du mal, qu'il n'aime pas faire ça, d'où certaines caresses et tendresse envers la victime pour l'apaiser. Elle doit se soumettre à lui. Mais jusqu'où l'être humain est prêt à aller pour assouvir sa vengeance. Dingue. Et le plus drôle dans tout ça, c'est de se retrouver à avoir de l'empathie pour le bourreau. Suis-je cinglée ? Comment vous expliquer ça
sans trop en dire ?!
L'auteure, CJ Roberts, nous met en face un bourreau soit le Maître qui doit dompter sa victime afin d'être opérationnelle le jour J. Sauf que voilà, nous rentrons directement dans la peau de nos deux personnages. Complètement immergés dans la phase de torture. du coup, quand Caleb corrige ou fait subir à Olivia, certaines choses, il se remet souvent en question. On sait donc que c'est dur pour lui mais qu'il n'a pas le choix. le truc est enclenché. Pour atteindre son but final, il doit agir ainsi.
Quand par exemple, la jeune-fille se fait corriger, toucher voire plus, par son Maître, on souffre aussi. Y a de quoi disjoncter, sincèrement ; mais, c'est assez romancé en plus d'être glauque (enfin, je trouve) même si c'est loin d'être une romance.
Les deux finalement sont attachants même si l'histoire reste tordue avec un comportement ambiguë pour l'un au fil des pages ! Il parait qu'un lien se tisse chaque jour que l'on passe avec son bourreau....jusqu'à la fuite...s'il y a fuite.
CJ Robert a été forte sur ce coup là. Il faut quand même de l'imagination avec esprit assez chiffonné pour écrire une histoire pareille. Comme je l'ai précisé plus haut, j'en ressors mitigée après lecture. J'ai eu un peu de mal à cause de l'âge de cette jeune-fille et d'une scène qui m'a assez déroutée, même si on comprend en avançant dans l'histoire, pourquoi Caleb a réagi ainsi. La première partie est un huit clos. C'est donc éprouvant, étouffant pour elle comme pour nous. Nous sommes cloîtrés dans le noir à attendre notre sort, tout comme Olivia. Qu'est-ce qui va se passer. La deuxième partie est la fuite mais pour combien de temps ? L'écriture de l'auteure est fluide, addictive et crue parfois. Les pages tournent rapidement tout simplement parce que l'on veut savoir où l'auteure veut nous emmener.
C'est un roman très spécial avec une suite que j'aie l'intention de lire même si, je le répète, je reste mitigée. La fin, ma foi, présage quelque chose de lourd dans le tome 2.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
BookyMary
  28 janvier 2016
J'ai la sensation que l'on n'arrive plus à injecter à un récit ce côté tragique qui nous bouleverser tant dans certains grands classiques et que l'on cherche depuis des années comment redonner ces sentiments complexes et intense dans un contemporain. C'est l'un des objectifs de ce sous-genre que l'on nomme la "Dark Erotica", dont "Captive in the Dark" fait partie.
Le fait d'injecter à l'histoire un aspect tragique et une ambiance qui suinte le sombre, le sale, l'obscur...le tragique dans son sens premier; un personnage soumis à un destin funeste, alarmant. Donc soumis à une certaine fatalité, et dans le cas de notre héroïne Livvie, soumise à ce que lui réserve Caleb.
C'est avec une plume très fluide et très maîtrisée que je suis rentrée dans cet univers très sombre et brutale, où j'ai trouvée très intelligent de la part de l'auteur de ne jamais mettre aucun des personnage dans un position qui ferait pitié.
On est peiné pour ce qui arrive à Livvie mais jamais on n'a pitié d'elle au contraire, de la voir lutter et se battre empêche la relation entre elle et Caleb de devenir trop malsaine pour qu'on la rejette.
Ce qui rends cette "romance" supportable voir appréciable, c'est majoritairement dû au fait que l'auteur sublime ses personnages et leur action, ce qui ne m'a pas spécialement plu, mais qui m'a permis de finir le roman en ayant apprécier la relation qui se tisse entre nos deux protagonistes.
Caleb ne violente pas vraiment Livvie, même si on à droit à une scène assez dure lors de son arrivée dans la maison, le personnage est plus une âme traumatisée par son passé et ne sachant plus où poser des limites lorsqu'il est en contacte avec une personne qui a bon coeur et qui lui insuffle de l'amour, qu'un véritable monstre qui n'a aucune morale et aucune compassion.
Livvie aussi est très largement sublimée, car elle reste belle et forte malgré ce qu'elle subit, d'autant plus que son passé n'a rien d'attrayant et donc ne la retient pas très longtemps, ce qui permet au lecteur de plus facilement accepter ce point de non-retour vers lequel elle se dirige.
De même que l'action générale de l'histoire qui reste survolée et que les scènes de tortures restes acceptable et s'approche beaucoup plus de jeux BDSM que de sévices violents et tordus, car si l'auteur voulait vraiment parler des trafiques d'êtres humains de manière frontale, on aurait eu un texte qui serait parfaitement insoutenable tant la réalité est beaucoup plus vicieuse que ça.
Ici, l'auteur explore beaucoup plus la mise en abîme de deux personnes en quête de rédemption et d'amour dans un monde grave et obscur, mais qui créent un lien fort et passionné.
D'où, par exemple, , ce qui marque un réel tournant dans leur relation car il commence à s'ouvrir d'avantage à elle; très belle métaphore avec la lumière et son contraire.
Cependant, ce que j'ai beaucoup appréciée, c'est le fait que l'on montre bien la différence entre le désir que peut éprouver une femme pour la domination de son amant et la répugnance qu'elle éprouve pour l'idée du viol.
Car entre la scène du ...Venait me dire après ça que les femmes fantasment sur l'idée du viol !!!
Cela se ressent très clairement dans la mise en scène de l'auteur, car la première scène est posée dans une ambiance sensuelle, et même si l'héroïne est confuse sur ses sentiments pour lui, elle le DÉSIR, elle a clairement envie de lui et c'est réciproque, d'autant plus qu'il ne cherche pas à lui faire de mal au contraire.
Alors que , ceci est fortement appuyer par le champs lexical que l'auteur a choisi, en accentuant les mauvaises odeurs, la violence de l'action et les sensations douloureuses qu'elle ressent ainsi que les insultent qui sont proférées.
Donc non ! le roman ne fait en aucun cas l'apologie du viol ni d'aucune autres formes de violence. Caleb ne nous est jamais dépeint comme un gentil garçon, rien ni même les flashbacks de son passé ne sont là pour excuser ses actes, mais pour nous faire comprendre son état d'esprit et ses dilemmes intérieurs.
De la même façon Livvie n'est jamais prise en pitié mais au contraire est dépeinte comme une femme forte qui ne capitule pas et continue de se battre contre les sévices qu'elle subit.
Les sentiments qu'elle développe par la suite pour Caleb n'ont rien à voir avec un coup de foudre amoureux, mais plutôt avec le fait de réaliser qu'ils ne sont pas si différent que ça et que si ils commettent des actes violents c'est toujours dans le but de survivre et d'exister dans un monde malsain et brutal...(Suite sur le blog)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Walkyrie29
  20 juillet 2016
Un roman à la fois dérangeant, révoltant mais aussi très prenant voire même passionnant, le sujet est difficile et la mise en place d'une romance dans ce contexte qui en rebutera plus d'une est quelque chose de sacrément osé. Pourtant cela a fonctionné pour moi, ce roman est intéressant et soulève aussi énormément de réflexions sur la relation dominant / soumis mais aussi bourreau / victime ainsi que sur ce qui fait ce que nous sommes, nos expériences passées qui façonnent notre façon de voir les choses, de les penser, comment arrivons – nous à avoir un comportement déviant ? (du moins pour le conformisme de notre société actuelle) Si Livvie semble être l'héroïne du roman, son point de vue étant nettement mis en valeur par le « Je », le personnage de Caleb rend perplexe et suscite énormément de sentiments ou d'émotions disparates. On le déteste, on ne le comprend pas et pourtant, ce personnage peut réussir à émouvoir et à solliciter notre empathie, mais est-ce suffisant pour l'accepter ?
Il faut vraiment garder à l'esprit que c'est une fiction car le sujet est très lourd. Cette lecture n'est pas à mettre entre toutes les mains, il est ici question de séquestration, de violences physiques et surtout psychologiques, de viols aussi (même si la victime en retire du plaisir chaque fois), d'esclavagisme sexuel, autant de sujets sensibles et contrariants pour les femmes notamment. Mais, si ici le sujet est exploité de manière intelligente, on est loin de la subtilité, il y a un érotisme très cru et très visuel et une violence difficile. C'est vraiment très particulier ! On parle de « Dark romance », c'est un peu ça en effet, une romance indubitablement tabou qui vient éclater les codes confortables de la romance en général, bref une lecture qui sort de nos zones de confort habituelles.
Ce roman démarre d'une histoire de vengeance, et de cette vengeance découle tout ce qui fait ou advient de nos personnages ; Caleb et Livvie.
Caleb n'est animé que par une seule chose depuis douze ans ; sa vengeance contre Dimitri Balk, un milliardaire aujourd'hui mais qui cache sa véritable identité : Vladek Rostrovich et qui a fait de lui un « chien » alors qu'il n'était qu'adolescent, un esclave sexuel au trait occidental prisé par de nombreux hommes. Battu, abusé, violé, Caleb a subi les pires horreurs jusqu'au jour où Rafiq le sauve. Lui aussi veut sa vengeance contre Vladek, ce dernier ayant tué sa mère et sa soeur. Caleb devient ainsi le disciple parfait de Rafiq, seul homme à qui il fait confiance et porte un certain respect, ce dernier va tout lui apprendre pour mettre en oeuvre leur vengeance commune et faire de Caleb, un tueur mais surtout un formateur d'esclaves sexuelles.
Le personnage de Caleb est au début froid, calculateur, méthodique, aucune once de sentiments en surface de cette carapace qu'il s'est construit et pourtant, il devient très vite poignant, il sait que ce qu'il fait n'est pas bien mais il est dominé par sa vengeance, ses actes entiers sont dominés par ça et puis un jour son univers bascule, tout ce en quoi il croyait vole en éclat, Caleb se pose des questions, remet en doute certaines choses, fait des « erreurs » mais difficile pour lui qui est tant formaté de se libérer de douze années alimentées uniquement par la vengeance et par ce qu'on lui a appris.
Il enlève Livvie, une américaine qui sera convoitée sur le marché du plaisir et arme ultime pour approcher l'ennemi à tuer. Sauf que Livvie est différente, elle n'est pas forcément docile, et même plutôt courageuse, téméraire avec une grande soif de liberté. Il tente de la briser pour en faire une esclave soumise et obéissante, mais si Caleb à l'habitude depuis des années d'élever des esclaves sexuelles consentantes ou non d'ailleurs, elle va lui donner du fil à retordre pour la briser et en faire une parfaite soumise. Elle va lui répondre, le frapper, l'insulter et ce malgré les représailles qu'il lui promet et qu'il lui inflige. L'ambiguïté des sentiments que Livvie va développer pour son bourreau va inévitablement nous faire penser au syndrome de Stockholm, pourtant, il y a bien plus que cela, car si Caleb se conduit de manière exécrable, on a toujours cette impression d'une porte qui s'entrouvre vers son humanité et ça Livvie le décèle parfaitement sans forcément s'en rendre compte.
« Je serrai la main de Caleb, avide de sa présence pour me rassurer, puis je m'immobilisai. Mon esprit rationnel en avait pris un coup, j'en étais consciente, mais je savais aussi que c'était plus fort que moi. »
Caleb, vous allez le détester, ne pas le comprendre, pour ce qu'il fait pourtant il y a une certaine « générosité » qui se cache dans ses gestes. S'il exploite sa victime afin de la transformer en parfaite esclave sexuelle, il en abuse uniquement de façon à ce qu'elle jouisse systématiquement, Livvie ne voudrait pas subir certaines choses, mais son corps dit tout autre chose, ce dernier la trahissant face à Caleb, irrésistible à ses caresses… Ensuite, suite à chaque punition, il prend soin d'elle, la soigne, la soulage, lui ouvre ses bras quand elle en a besoin. Un bourreau qui entretient les sentiments contradictoires de sa victime vous allez me dire oui peut-être, mais j'ai envie d'y voir tout autre chose… Par ailleurs, il refuse et n'accepte pas que qui que ce soit la touche, lui fasse du mal, cela le met terriblement en colère.
« – Je leur ai fait payer, murmura t-il encore d'un ton froid et définitif. »
Leur relation est très particulière mais c'est très intense, très addictif. J'avoue avoir complètement occulté le côté glauque, et bien au contraire, j'ai bien aimé ces deux personnages, leurs histoires, leurs passés respectifs. C'est une relation que l'on vit en huit clos, énormément de scènes entre eux, beaucoup de réflexions de la part de Livvie mais aussi de Caleb, de quoi complètement nous retourner le coeur (dans les deux sens du termes) et l'esprit.
« Pourquoi oscillait-il sans cesse entre une froideur implacable et cette chaleur réconfortante ? »
L'auteure manie les mots et l'art des dialogues forts en sens, soutenant une certaine tension tout au long du récit.
« – Dis – moi Petite Chatte…
Ses pas se rapprochèrent.
– Quand est-ce que tu as commencé à t'imaginer que tu étais…
Il semblait chercher le mot juste.
-…mon amante ?
Mon coeur battait si fort que ça me faisait mal au crâne.
– Était – ce la première fois que je t'ai fait jouir avec ma bouche ? Ou l'une des nombreuses fois que je t'ai tenue en travers de mes genoux ? On dirait que tu aimes ça. »
Elle se lit avec une fluidité incroyable, certes le sujet est dur, on aurait envie de s'arrêter parfois, d'y réfléchir plus profondément, tenter de comprendre, mais non, on reprend très vite notre lecture, avide et curieux de connaître la suite, comprendre comment Livvie arrive à semer le doute chez Caleb, Comment Livvie va prendre les choses, comment Caleb se laisse aller peu à peu à plus d'humanité. Ce roman se dévore malgré tous les sentiments ou émotions contradictoires qu'il suscite.
En bref, un roman fort et très dur mais néanmoins très intéressant, un sujet qu'il fallait oser intégrer pour développer une romance, car malgré tout ce que l'on pourra dire sur la thématique dérangeante, Captive in the Dark reste une romance entre deux personnages qui n'aurait pas du être réunis par des sentiments amoureux. Je le redis, une lecture à ne pas mettre entre toute les mains mais une belle lecture tout de même pour ma part.
Je remercie Louve du forum Mort Sure et les éditions j'ai lu pour ce partenariat.
Lien : https://songesdunewalkyrie.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
dupontnathalie262
  13 janvier 2016
Ce livre m'a fait passer par toutes les émotions possibles, des émotions pleines de contrariétés.
Autant le sujet est difficile, voire même inconcevable et l'attitude de Caleb immorale, autant j'avais envie de savoir ce qui allait se passer. Comme Livie, j'attendais avec appréhension la prochaine punition, la prochaine caresse ou le prochain événement.
Si on prend ce livre au premier degré ou comme une biographie, l'histoire est révoltante, intolérable, mais si on le prend pour ce qu'il est, une fiction, alors on peut prendre du recul et passer un très bon moment.
Bien sûr, un élément majeur à prendre en compte c'est que ce livre n'est absolument pas tout public. Il doit être réservé à un public averti qui doit s'attendre a des scènes réservées aux adultes.
Car oui, certaines scènes sont érotiques et d'autre violentes.
Une fois les avertissements donnés et que vous acceptez de lire, vous pourrez, comme moi, passer un très bon moment et vivre des émotions contradictoires tout le long de votre lecture. Et vous dire finalement qu'il aurait été dommage de passer à côté.
A la fin de ce premier tome, on trouve le début du tome suivant et là on sent que l'histoire va aborder un nouveau tournant et à nouveau nous faire vivre une multitude d'émotions. Par contre, après avoir lu ce début, j'ai juste envie de pleurer à cause du peu que je viens de lire et parce que je dois attendre des mois pour découvrir la suite.
Les personnages.
Une grosse partie de l'histoire se passe en huis clos, seul Caleb et Livie nous occupent.
Caleb est un personnage très complexe, devenu dresseur d'esclave sexuel afin d'assouvir une vengeance, on sent qu'il n'est pas en parfait accord avec lui-même. Tout au long de l'histoire on en apprend plus sur son passé et ce qu'il ressent puisque la parole lui est régulièrement donnée.
Tout comme Livie, je l'ai détesté par moment (ou comme il le dit lui-même à Livie : j'aurais aimé le haïr) et à d'autre moment il m'a attendri, me faisant même de la peine.
Livie est une jeune femme qui n'a pas beaucoup d'estime d'elle-même à cause de ses parents qui n'ont jamais été très aimant et qui la considère comme une pute. Et pourtant, elle fait tous ce qui est en son pouvoir pour se faire aimer. Elle se camoufle et essaye de rester invisible pour ne pas attirer les regards sur elle, mais rien n'y fait.
Lorsqu'elle est enlevée et contrainte à devenir une petite chose soumise à la volonté de son Maître, elle est totalement déchirée par ses propres sentiments car elle a en elle un côté grande gueule et un côté plus doux qui ne sont pas toujours en accord. Livie est très attachante, on ne peut qu'avoir envie de la protéger et surtout on comprend ses sentiments.
Avis sur le style de l'auteur
Alors là, je dis BRAVO. L'auteure a un don exceptionnel pour faire ressentir à ses lecteurs les sentiments de ses personnages. Grace à son écriture envoûtante (parce qu'arriver à ce niveau on ne peut plus dire captivante), elle parvient à nous faire entrer dans la tête de ses personnages, de les aimer, les détester, souffrir et prendre du plaisir avec eux.
Tout comme elle le fait avec Livie, elle parvient à nous faire oublier ce qui devrait être mal pour le transformer en plaisir. C'est assez perturbant mais tout à fait impressionnant.
Et ça marche !
Alors, je le redis, BRAVO à elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MorganeTryde
  12 juin 2016
De quoi ça parle?
Caleb est un dresseur d'esclaves. Il est chargé de soumettre les filles qu'on lui vend afin d'en faire des esclaves sexuelles dociles.
Gagnant en autorité, il pratique cette profession dans un seul et unique but: parvenir à tuer son ennemi. Son plan est simple: il projette d'enlever une jeune fille, de la briser et de l'offrir en cadeau à celui qu'il déteste par-dessus tout. Elle sera l'instrument de sa vengeance.
Il l'observe depuis quelques semaines, il voit quelle soumise sommeille en elle.
Olivia se réveille dans un endroit sombre, qu'elle ne connait pas. Elle est en présence d'un homme qui exige qu'elle l'appelle « Maître ». Elle va se rebeller, tenter de combattre son ravisseur, en vain. Punitions après punitions, elle capitule peu à peu, trouvant en son bourreau un réconfort qui la répugne. Que lui veut cet homme? Dans quel but la maltraite-t-il de la sorte?
A quoi faut-il s'attendre?
Ce roman traite de sujets extrêmement sensibles. C'est d'ailleurs ce qui m'a rebuté au départ. On y parle tout d'abord de la traite des humains et plus particulièrement des jeunes femmes vierges vendues sur le marché aux plaisirs. Elles sont enlevées à leur famille, parfois vendues par leur père et n'ont d'autres choix que de se soumettre à leur bourreau. Il s'agit d'un sujet difficile à appréhender au vu de l'horreur qu'il inspire. Olivia est enlevée dans le but d'être offerte comme esclave à un homme riche et puissant. Caleb est chargé de la dresser et le lecteur suit ce « dressage » au fil des pages.
Le livre parle également du syndrome de Stockholm, qui veut que la victime éprouve de l'affection pour son bourreau. Olivia déteste Caleb mais, rapidement, elle finit par éprouver des sentiments pour lui et par rechercher du réconfort dans ses bras. Elle s'en veut de ressentir ces sentiments mais il est la seule personne qu'elle est autorisée à voir. Elle n'a que lui.
Evidemment, il y a de nombreuses scènes de sexe mais celles-ci ne sont pas difficiles à lire car il n'est jamais question de maltraitance. Caleb fait des choses qu'Olivia ne veut pas en surface mais qui, au fond, l'attirent au plus haut point. Elle est très contradictoire dans ses pensées.
L'humiliation est parfois difficile à supporter. En effet, Olivia doit se soumettre à Caleb et, pour cela, il utilise des punitions corporelles. L'état d'esprit d'Olivia dans ces moments-là est assez difficile à lire. La plupart du temps, elle se sent humiliée par son maître. Elle perd peu à peu sa fierté et son amour-propre, se soumettant pour que cessent les punitions qui la font souffrir.
Ce roman traite aussi de l‘importance des mots qu'utilisent les parents pour parler à leurs enfants. Olivia n'a aucune confiance en elle et se dénigre constamment à cause de sa mère. A force de s'entendre dire que les femmes, dans sa famille, sont des putains, elle craint d'en devenir une à son tour.
L'histoire est écrite en Je, du point de vue d'Olivia mais également en Il lorsque l'auteur se concentre sur Caleb. L'écriture est extrêmement bonne et recherchée. Les pensées d'Olivia sont claires et bien formulées. le lecteur ressent vraiment ses émotions.
Les personnages principaux:
Olivia: jeune fille de 18 ans, aînée d'une famille nombreuse, ayant une piètre opinion d'elle-même. Elle n'a pas confiance en elle, ayant toujours été rabaissée par sa mère. Elle s'applique à l'école car elle espère pouvoir s'offrir un bel avenir et ne surtout pas suivre les pas de sa mère.
Caleb: jeune homme dans la vingtaine, incroyablement beau. Son physique lui a d'ailleurs joué des tours dans son enfance et son adolescence. Il a subi de graves traumatismes dans son enfance qui l'ont poussé à devenir celui qu'il est aujourd'hui. Incapable d'éprouver le moindre sentiment amoureux, il se surprend à éprouver certaines choses pour Olivia qu'il ne parvient pas à définir.
Mon avis:
J'étais vraiment très réticente à lire ce roman. Les thèmes abordés me mettent vraiment très mal à l'aise et j'avais peur de me sentir mal pendant ma lecture. Finalement, je ne regrette absolument pas d'avoir franchi le pas! J'ai adoré ce livre que j'ai dévoré et j'attends même le tome 2 avec impatience.
Alors, certes, le thème de l'esclavage et de la traite d'êtres humains est vraiment tout sauf sympathique mais la façon dont ce sujet est abordé n'est pas trop « traumatisant ». Je ne me suis pas sentie mal à l'aise durant ma lecture. Certes, j'ai éprouvé beaucoup de peine pour Olivia et me suis sentie humiliée pour elle mais ça s'arrête là.
Je trouve que l'auteur est vraiment très douée pour faire ressentir les émotions de la victime. On a réellement l'impression d'être dans la tête de la jeune femme. J'ai particulièrement apprécié le style d'écriture qui est vraiment bon et qui change de ce que je peux lire d'ordinaire qui n'est pas toujours top au niveau du style.
Caleb est un personnage très complexe et mystérieux. On le déteste mais on l'apprécie aussi à l'instar de la victime. Je suis vraiment impatiente d'en apprendre plus sur lui car il y a beaucoup de questions restées sans réponse.
Ça fait en tout cas longtemps que je n'avais plus été tenue en haleine à ce point et je suis bien contente d'avoir osé lire ce roman!
Il y a des scènes de sexe, évidemment, mais rien de bien choquant même si c'est tout de même à déconseiller aux moins de 18 ans.
En résumé, je dirais que je suis très satisfaite de cette lecture qui change de ce que je peux lire d'ordinaire!
Ma note: 4/5
Pour qui?
Pour celles qui aiment le BDSM et qui n'ont pas peur de lire un roman qui aborde des sujets sensibles.
Lien : http://readingissosexy.com/c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
NanoutzNanoutz   24 janvier 2016
Un livre troublant ... Voici le mot qui pour moi le décrit le mieux. D'abord perturbée par l'entrée en matière du récit, puis viscéralement retournée par la violence endurée par l'héroïne, et finalement bouleversée par la tournure des événements ... Je ne sais trop quoi dire pour vraiment résumé toutes les palettes d'émotions ressenties durant ma lecture ! Il me tarde le tome 2 avec impatience. Livre à ne pas mettre entre les mains d'un public trop jeune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
RhiaRhia   11 novembre 2015
J’aurais voulu ne jamais les quitter. Rester dans ses bras pour toujours, blottie contre son torse, ses doigts caressant mes cheveux, les battements de son cœur contre mon oreille : tout va bien, aie confiance, je t’aime. Je t’aime ? Est-ce que je voulais qu’il m’aime ? Oui. Je voulais que quelqu’un m’aime. Et quelqu’un qui risquait sa vie pour vous sauver, n’était-ce pas ça l’amour ? Caleb m’avait sauvée. Cela signifiait-il qu’il m’aimait ? Une part de moi voulait le croire. Croire à un idéal romantique qui n’existait pas. J’avais envie de croire au mensonge. Mais plus que tout, j’aurais voulu que ce ne soit pas un mensonge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ninie067Ninie067   14 novembre 2015
La vengeance, se rappela Caleb. La vengeance était son but ultime. La vengeance qu’il préparait depuis douze ans et qui serait enfin accomplie dans quelques mois.

En tant que dresseur d’esclaves novices, il avait discipliné un certain nombre de filles. Certaines consentantes, s’offrant de leur plein gré à l’esclavage pour échapper à l’indigence, sacrifiant leur liberté pour la sécurité. D’autres venaient à lui contraintes et forcées, filles de pauvres fermiers vendues par leurs parents pour se décharger d’un fardeau. D’autres encore, quatrièmes ou cinquièmes épouses de cheikhs ou de riches banquiers, lui étaient envoyées par leurs maris afin d’apprendre à satisfaire leurs appétits particuliers. Mais la fille qu’il surveillait de l’autre côté de cette rue passante était d’une autre espèce. Elle n’était pas consentante, elle n’était pas vendue par son père, elle ne lui était pas envoyée. Elle serait sa conquête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KateLineKateLine   22 décembre 2015
En plus de mon œil au beurre noir, j’avais les cheveux emmêlés. Bizarrement, j’essayai de me recoiffer. Je me sentis soudain complètement stupide. C’était absurde. C’est ça, Livvie, n’oublie surtout pas de te pomponner pour ton beau ravisseur. Idiote !
Commenter  J’apprécie          60
KateLineKateLine   22 décembre 2015
La porte de la chambre s’ouvrit d’un seul coup, me faisant sursauter. Je cherchai désespérément autour de moi une sortie ou une cachette. C’était irrationnel, je savais qu’il n’y avait pas d’issue. Mais l’instinct se fout de la raison. Mon instinct me disait de me cacher, même pour les quelques secondes qu’il lui faudrait pour me débusquer. 
Commenter  J’apprécie          40
Video de C.J. Roberts (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de C.J. Roberts
L'auteur Cj Roberts, de passage à Paris, a annoncé la sortie d'Epilogue, le troisième livre de sa série Dark Duet, pour le 7 décembre 2016.
autres livres classés : dark romanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle



Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
256 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre
. .