AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782953275445
Éditeur : Gloubik édition (01/01/1900)
5/5   2 notes
Résumé :
Suite à une gigantesque panne électrique, deux jeunes entrent en contact par inadvertance via leur téléphonosocpe (une autre vision d’internet ?) Lui est le fils d’un riche industriel et elle la fille d’un employé des phares et balises. Évidemment, ils tombent amoureux. Mais la différence sociale pourrait être un frein à leur union si la société dans laquelle ils vivent n’avait su évoluer dans le bon sens du point de social. Ce point de départ est l’occasion pour Al... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gloubik
  12 novembre 2016
Il s'agit du dernier volet de son triptyque d'anticipation. Suite à une gigantesque panne électrique, deux jeunes entrent en contact par inadvertance via leur téléphonosocpe (une autre vision d'internet ?) Lui est le fils d'un riche industriel et elle la fille d'un employé des phares et balises. Évidemment, ils tombent amoureux. Mais la différence sociale pourrait être un frein à leur union si la société dans laquelle ils vivent n'avait su évoluer dans le bon sens du point de social. Ce point de départ est l'occasion pour Albert Robida de nous décrire l'avenir tel qu'il le voyait avec la pointe d'humour qui le caractérisait. Et il n'est pas tombé loin. Albert Robida est vraiment un visionnaire, un auteur de Science-Fiction comme il y en a peu. La vie électrique a été la première de ses oeuvres que j'ai entrepris de lire et de numériser. Malheureusement pour moi, on en trouve peu chez les bouquinistes à des prix raisonnables. Et les éditeurs ne se battent pas pour le republier, préférant sans doute ressortir pour la Nième fois un roman de Jules Verne. Mais quand ils se décident, c'est pour nous ressortir le Vingtième Siècle dans une édition de luxe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
gloubikgloubik   23 février 2020
— Revenons à notre affaire, reprit Philox Lorris voyant que la conversation menaçait de s’égarer, les trop grandes agglomérations humaines et l’énorme développement de l’industrie ont amené un assez triste état de choses. Notre atmosphère est souillée et polluée, il faut s’élever dans nos aéronefs à une très grande hauteur pour trouver un air à peu près pur.— Vous savez que nous avons encore à 600 mètres au-dessus du sol, 49 656 microbes et bacilles quelconques par mètre cube d’air.— Nos fleuves charrient de véritables purées des plus dangereux bacilles, dans nos rivières pullulent les ferments pathogènes ; les établissements de pisciculture ont beau repeupler régulièrement tous les cinq ou six ans fleuves et rivières, les poissons n’y vivent plus ! Le poisson d’eau douce ne se rencontre plus que dans les ruisselets et les mares au fond des campagnes lointaines. Hélas, il y a encore une autre cause à notre triste dépérissement ; elle tient aux mœurs modernes et aux universelles et impérieuses nécessités pécuniaires, tourment de notre civilisation horriblement coûteuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gloubikgloubik   23 février 2020
À six heures un quart les opérations commençaient.
La mobilisation avait donc demandé une heure quinze minutes, ce qui était un beau résultat, le précédent essai ayant pris une heure dix-huit minutes.
Les officiers de l’escadre aérienne faisant virer leurs hélicoptères regagnaient rapidement leurs postes ; on vit aussi une nuée d’éclaireurs torpédistes à marche accélérée s’élancer en avant en décrivant une sorte d’éventail dans le ciel et disparaître bientôt perdus dans les lointaines vapeurs. Derrière, les grosses aéronefs, sur une seule ligne, dont les intervalles s’élargissaient de plus en plus de façon à embrasser le plus possible d’horizon, marchaient plus lentement, toutes prêtes à pivoter sur un point au premier signal, dès que l’escadrille ennemie serait aperçue.
Les forces terriennes pendant ce temps-là s’étaient ébranlées aussi, un train spécial du tube transportait quelques bataillons de mitrailleuses jusqu’au trentième kilomètre, où le tube était censé coupé par des éclaireurs ennemis.
Le premier contact était pris ; les éclaireurs repoussés, l’ennemi fut signalé en train de se concentrer à 16 kilomètres de là. Les bombardes roulantes électriques arrivant par les routes de terre à 10 h 45 commencèrent l’attaque en refoulant les bombardes ennemies. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : internetVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3711 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre