AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Chantal Robillard (Éditeur scientifique)Claudine Glot (Éditeur scientifique)
ISBN : 1612276717
Éditeur : Riviere blanche (01/08/2017)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Anthologie présentée par Chantal Robillard & Claudine Glot.

Textes de Elisabeth Chamontin, Nathalie Dau, Lionel Davoust, Sara Doke, Pierre Dubois, Anne Fakhouri, Estelle Faye, Patrick Fischmann, Claudine Glot, Emmanuel Honegger, Jacques Jouet, Hélène Larbaigt, Pierre Marchant, Hélène Marchetto, Nicolas Mezzalira, Isabelle Minière, Marc Nagels, Justine Niogret, Ozégan, Séverine Pineaux, Frédéric Rees, Chantal Robillard, Hervé Thiry-Duval, Françoise Ur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Erik35
  16 janvier 2018
BIENVENUE EN FÉERIE.
Il est bien difficile de donner une idée complète d'un tel ouvrage, regroupant des plumes à ce point diverses, malgré une inspiration commune : la célèbre forêt de Brocéliande, ses contes, ses mythes et légendes et, bien entendu, la fameuse "matière de Bretagne", son Roi Arthur, sa cohorte de preux chevaliers ainsi que ses Merlin, Viviane et autre Morgane. Rassembler un tel aéropage d'auteurs, de poètes, d'illustrateurs aussi divers, ayant toutefois en comment leur passion pour les littératures de l'imaginaire, fut ainsi la mission, certainement passionnante, à laquelle se sont livrées Chantal Robillard et Claudine Glot à l'occasion de cette anthologie, ce Dimension Brocéliande édité chez Rivière Blanche au mitan de l'année 2017.
Certains participants y confient leur propre lecture du légendaire arthurien : Lionel Davoust, impeccable et profond, tord le cou à une certaine image de Lancelot dans un premier envoi, sa seconde nouvelle - une réédition - est tout bonnement abyssale ; Marc Nagels, plus trompeusement classique mais aussi très spleenétique (l'influence des préraphaélites, peut-être ?), avance sur le terrain de la légende sombre.
D'autres reprennent à leur compte cet univers magique du petit peuple, de ses monstres et de ses fées : Justine Niogret et son style reconnaissable entre tous nous livre une nouvelle violente, implacable et macabre ; Claudine Glot entreprend une première fable très contemporaine, inquiétante et drolatique à la fois, qui remet cette mystique au coeur de notre contemporanéité ; le poète Ozégan replace, de sa plume évocatrice et inspirée, tout ce monde merveilleux au plein centre d'une mythologie essentielle et immuable.
D'autres enfin évoquent un peu tout de cela, et bien d'autres choses encore, mais sans oublier que cette forêt au pouvoir d'attraction si puissant est, en quelque sorte, l'un des personnages vivant et certainement central de tous ces grands mystères : Nicolas Mezzalira, quasi journalistique mais très subtil, y convoque Jules Verne, le Président Wilson, Albrecht Dürer, Aristide Briand ainsi que quelques autres pour une explication de gravure étoilée époustouflante ; Pierre Dubois, égal à lui-même - inimitable, fécond, toujours un rien polisson - extravague à tout va, et c'est toujours spirituel ; quant à Hervé Thiry-Duval, inattendu mais solide, sa nouvelle pourrait s'avérer tout juste aigrelette si sa conclusion ne se faisait pas si joliment monstrueuse ; on achèvera ce très rapide et incomplet tour d'horizon par le texte de Françoise Urban-Menninger qui, malgré son modernisme de façade, est un petit chef-d'oeuvre de conte "à l'ancienne" semblant tout droit sorti de la tradition populaire immémoriale.
On poursuivra avec cette belle nouvelle de Claudine Glot, la seconde de sa main proposée ici, une histoire de chevalier hors de son temps - nous sommes au beau milieu du 19ème siècle, au camp militaire du Thélin, lointain précurseur du futur camp, proche, de St-Cyr-Coetquidan -, une histoire d'homme épris d'idéaux purs et de rêves de chevalerie, de hauts faits d'arme et de franchissement d'obstacle impossible, servie par une langue exigeante et sûre, qui se fait ici tour à tour nostalgique et brutale (comme les faits exposés), d'une belle force d'évocation et qui laisse derrière elle un étrange parfum de mélancolie surannée mais captieux. On retiendra aussi le texte de Frédéric Rees en hommage à Champlain le "créateur" du Québec. Cette composition relativement hors-sujet est rédigée intégralement en alexandrin, d'une versification souple, agréable à lire, qui mérite qu'on la signale.
Comme fort souvent avec ce genre d'ouvrage, il y en a pour tous les goûts, tous les styles, toutes les attentes. L'ensemble fait cependant preuve d'un bel équilibre, entre des thématiques certes ramassées mais plus diverses qu'il pourrait y sembler, des écritures confirmées ou de véritables premiers pas, de la prose et de la poésie, du modernisme bien tempéré ainsi que des références à des littératures plus anciennes mais sans passéisme outrancier...
L'objectif est cependant atteint : rendre hommage à cette magnifique et enchanteresse forêt, sise aux confins des Côtes d'Armor, d'Ille-et-Vilaine et du Morbihan, renouveler l'impérissable souvenir de ses légendes, propager la bonne parole : Oui, Faërie est bien vivante, la Geste se poursuit, inlassablement ardente, preuve en étant ce foisonnement sans cesse renouvelé de plumes et de témoins de l'imaginaires !
Ci-après, la table des matières des nouvelles figurant dans ce recueil. Elles sont encadrées d'une préface et d'une postface des deux anthologistes assermentées (par le Commandant Merlin, selon une source proche de l'enquête) !
Estelle Faye : Cent retours.
Sara Doke : le ventre de l'arbre.
Pierre Dubois : L'histoire du monsieur dans la forêt
Jacques Jouet : le fils unique du Merle et de ma mère.
Justine Niogret : le souvenir de sa langue
Anne Fakhouri : Amours entérines.
Claudine Glot : Moi, j'y croirai jamais !
Emmanuel Honegger : La fée et le hérisson.
Lionel Davoust : le meilleur d'entre eux.
Hélène Larbaigt : Feuille fée.
Bernard Visse : You were only waiting for this moment
Pierre Marchant : Sur les routes du Graal
Ozégan : La harpe de Merlin.
Françoise Urban-Menninger : Biens mal acquis ne profitent jamais !
Marc Nagels : La Quête de Méliant
Elisabeth Chamontin : Les Topinambours de Viviane.
Hélène Marchetto : Cai Hir.
Séverine Pineaux : La Forêt des songes.
Frédéric Rees : Champlain l'Enchanteur.
Nicolas Mezzalira : le Mystère de l'Etoile Verte.
Patrick Fischmann : La fleur du chevalier.
Hervé Thiry-Duval : le Fada de Féerie.
Claudine Glot : La mort est un cheval pâle.
Chantal Robillard : Ne jamais baisser la garde !
Nathalie Dau : Dame du val et doux dormeur.
Lionel Davoust : L'île close.
Isabelle Minière : le mystère de la forêt
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          365
JessieL
  24 février 2019
Vingt-sept nouvelles enrichissent l'édition 2017. Dans la pépinière des auteurs-contributeurs à ce recueil, il faut compter sur Estelle Faye qui ouvre le bal avec "Cent retours". Touche à tout, elle excelle dans de nombreux genres comme en fantasy avec Les Seigneurs de Bohen publié aux éditions Critic que Fantasy à la carte a eu le privilège de chroniquer pour vous en 2018. Pour cette présente nouvelle, elle nous attache aux pas d'un jeune homme meurtri par la vie dans sa chair et dans son coeur. Tourmenté par la perte de la femme qu'il aime, il retourne en Brocéliande avec l'idée de renouer avec ses souvenirs et ses fantômes. Une belle balade empreinte de mélancolie qui nous remet sur la route de la plus puissante des enchanteresse: Morgane.
Claudine Glot qui fut directrice du Centre arthurien et qui a co-dirigé cette anthologie, a également pris la plume le temps de deux nouvelles. "La mort est un cheval pâle" est l'une d'elle. Ce court récit nous fait croiser le chemin d'un être sensible, d'un rêveur d'une époque perdue, celle des preux chevaliers. En s'enrôlant dans l'armée, le jeune Hippolyte de Rumigny espérait incarner la figure du chevalier moderne mais c'est l'ennui qui l'a trouvé jusqu'à ce jour maudit où il a relevé le pari idiot de sauter un précipice à dos de cheval. Bien que conscient des dangers, il ne renonce pas, porté par la magie des lieux...
Autre nom, celui de Lionel Davoust qui nous promet une belle actualité littéraire cette année avec la réédition d'une autre de ses nouvelles, Les Questions Dangereuses par ActuSF et le troisième volet de "La Messagère des Dieux" publié aux éditions Critic. Sur les deux nouvelles présentées ici, il y a L'île close qui a reçu en 2009, le prix Imaginales. Voici un récit relativement court qui se réapproprie le mythe arthurien en insistant sur l'inexorable cycle que doit suivre Arthur. Il est voué éternellement à combattre en vain son fils illégitime Mordred et à trouver la mort. Fidèle à lui-même, Lionel Davoust a voulu rompre avec ce schéma en proposant une autre sortie à nos héros. Une nouvelle étonnante qui force l'admiration.
Mais il n'y a pas que les mots qui illustrent la beauté de Brocéliande. Séverine Pineaux y intervient en tant qu'artiste-peintre et propose une série de planches illustrées qui nous raconte une histoire. Celle d'une petite fille qui part à la rencontre de la forêt rien qu'en secouant une boule à neige. C'est en y regardant de plus près qu'elle découvre le petit peuple de la forêt prendre vie, à l'image de ce renard floral, qu'elle rêve de suivre. Des illustrations féeriques qui se passent de mots pour nous chuchoter dans le creux de l'oreille les secrets les mieux gardés des lieux.
Que ces nouvelles soient en prose ou en vers, qu'elles soient en images ou en mots, qu'elles soient courtes ou longues, elles contribuent toutes à louanger un lieu mythique où les légendes continuent de vivre. Plus qu'une forêt, Brocéliande est un lieu de rassemblement, de communion et de création. Qu'elle raconte une Histoire avec un grand H ou des histoires au pluriel, Brocéliande s'écrit avec autant de chemins et de possibilités qu'il y a d'artistes pour le faire. Cette anthologie en est un bel exemple... plus d'infos sur Fantasy à la carte

Lien : https://fantasyalacarte.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Erik35Erik35   16 janvier 2018
Combien il regrettait à cette heure de ne pas mieux l'avoir écouté lorsqu’il lui enseignait toutes ces choses qui font mieux vivre, mieux entendre, mieux comprendre au lieu de s'être laissé mener là dans le canal bétonné où l'on a décidé que vous deviez aller. Il s'est laissé faire comme tout le monde, en oubliant l'Alliance dont lui parlait son Grand Père.
«C'était au temps où les bêtes parlaient. Cela ne veut pas dire qu'elles causaient comme toi et moi, expliquait-il, mais on parlait un même langage... la faune, la flore et nous, une voix de l'esprit qui reliait tout.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
chantalrobillardchantalrobillard   21 janvier 2018
Ils repartirent vers le sommet proche, en marche rapide cette fois, tous très calmes et reposés. Car tel était l'effet que faisait cette fontaine magique sur chaque visiteur, pour peu qu'il s'y soit arrêté pour vraiment l'écouter chanter.

- Dommage, j'étais bien, moi, sur mon trône, avait dit Jauffré en souriant d'aise. J'y serais bien resté encore une petite demi-heure."Le roi Claudin", ça sonne bien, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Video de Chantal Robillard (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chantal Robillard
Vidéo de Chantal Robillard
autres livres classés : Brocéliande , Forêt deVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
786 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre