AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 978B0911Y9JWJ
191 pages
Éditeur : Anne Carrière (07/05/2021)
4.6/5   15 notes
Résumé :
Jean-Michel est très heureux, en apparence : il a une femme brillante, un enfant éveillé, une belle carrière dans l’immobilier. Pourtant, ce bonheur est illusoire. Les bleus sur sa joue pourraient être imputables à un mauvais coup au rugby. S’il n’ose pas en parler, c’est parce que la vérité est dérangeante. Un homme battu, c’est le déshonneur, mais battu par sa femme, c’est l’extrême soumission, la castration au ciseau à bois. Jean-Mi endure les gifles et reste ave... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  13 mai 2021
Une claque.
Une baffe.
Une mandale.
Tellement de mots pour l'inconcevable.
Jean-Mi est un mec comme les autres. Un papa-poule, un mari aimant et un rugbyman du dimanche. Un costaud, un gentil, un chouette type.
Ça commence comme ça, bêtement, dans un moment d'énervement pour un pull en cachemire rétréci au lavage. Ça devrait s'arrêter là. Mais non.
Rien dans son existence ne l'avait préparé à cette baffe. Celle que lui collera sa femme, son épouse, sa bien-aimée, sa dulcinée.
Passer notre amour à la machine comme disait Souchon.
Il y a de ça chez Robin. Cette façon de raconter le monde dans lequel nous vivons avec poésie, avec ce ton parfois un peu emprunté d'un vieux chanteur dégingandé qu'on aime écouter en boucle, pour la beauté du geste.
Ce roman est l'histoire d'un homme. de la première claque et de celles qui suivront.
C'est l'histoire d'un mec, comme les autres qui va tenter de comprendre et de sauver la famille qu'il s'est construit.
Nicolas Robin s'attaquait à un sujet casse-gueule, il s'en sort avec les honneurs. Ce roman est un véritable coup de coeur tant je l'ai trouvé juste. Sans facilité, avec amour pour son héros de papier, Nicolas Robin raconte une histoire grave avec toute la douce ironie qui le caractérise si bien.
Comme toujours, avec cet auteur que j'affectionne particulièrement, j'ai retrouvé une galerie de personnages tendres, à la limite de la poésie. Cette bonne soeur qui prêche la belle parole sur le parvis de la Défense me restera en mémoire.
Bref, venez prendre votre clacounette, vous n'allez pas le regretter.
Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Mateiva
  15 juin 2021
Coup de coeur pour ce roman atypique qui vous plonge dans le quotidien d'un homme dont la vie a basculé en quelques secondes, sur une claque inopinée de sa femme. Je ne vous dévoile rien, puisque c'est énoncé dans le résumé.
J'avais hâte de retrouver la plume de Nicolas Robin. En effet, j'aime particulièrement cet auteur car il apporte une telle nuance dans ses mots et ses émotions, une telle richesse dans ses romans, un auteur à l'écriture particulière, un style reconnaissable et qui vous touche. J'aime particulièrement ses écrits car pour moi, sa force est de réussir à mêler poésie et douce ironie pour à chaque fois nous offrir une lumineuse noirceur.
Mon impatience a largement été récompensée quand j'ai lu LA CLAQUE ! Ce roman est différent des précédents, avec un sujet plus "grave", plus "sombre", plus "dur" et tabou. Cette histoire d'homme, d'un homme, m'a profondément émue car j'ai ressenti tout l'amour et toute la haine qu'il éprouve pour sa femme et surtout cette incompréhension dans ces gestes si violents. Une violence qui au fil des pages monte crescendo pour atteindre un point culminant assez terrible. Une violence que lui-même s'interdit, par respect, par bon sens.
Et ce petit Antonin, petit être si gentil, si innocent, qui ne comprend pas le "jeu" des grands.
De la première à la dernière page, le chemin de croix de Jean-Mi est dirigé de manière magistrale. Miettes à miettes, les émotions deviennent intenses, tout comme la violence et les rencontres, et la langue, qui, peu à peu, dépasse la barrière de la honte et de la gêne, pour se délier et oser affirmer. Ce chemin de croix est difficile, pavé de questionnements, semé de sacrifices et illuminé parfois de la douceur d'un petit être joyeux et attendrissant.
Une rencontre improbable va venir bouleverser Jean-Mi. Ses certitudes, ses indécisions, ses peurs vont peu à peu prendre une nouvelle forme, une nouvelle dimension. Ses discussions avec cette personne vont insidieusement le pousser dans ses retranchements, lui ouvrir un nouveau chemin, lui faire entrevoir le bout du tunnel, malgré les renoncements et les blessures que cela peut engendrer.
J'ai aimé cette rencontre entre ces deux êtres que tout opposent et qui pourtant se réunissent moralement pour affronter la tempête, balayant ainsi l'humiliation et ouvrant de nouvelles perspectives. Des paroles sages, parfois incongrues, tendent à vous émouvoir plus qu'à l'accoutumé et vous poussent sur le chemin de la tendresse et de l'humanité.
Marylène. Marylène est un personnage ambiguë, à la fois tendre et agressif. Une louve.
A vous de la découvrir en personne.
LA CLAQUE résonne, vous embarque, vous submerge, vous gifle. le récit vous absorbe, insidieusement, vous offrant un aperçu de ce que la société voit, de ce qu'elle veut juste voir et penser, sans bien ouvrir grand les yeux et l'esprit.
LA CLAQUE, c'est le récit d'un homme. Un homme blessé dans sa chair, mais plus que tout, blessé moralement, l'âme brumeuse et le coeur un peu déchiré. L'incompréhension, le pourquoi, réfléchir, douter, ne pas céder, accepter le coeur lourd les concessions. Pardonner ? Voici tout ce que peut vous offrir LA CLAQUE. Et bien plus encore.
En bref, un coup de coeur magistral ! LA CLAQUE, c'est la promesse d'un texte juste, poignant, qui dégage une grande force. C'est à la fois poétique, dramatique. Une plume subtile, doux mélange de tendresse et de dureté, pour aborder un thème fort, sombre et peu commun. Et la couverture, que dire de ce tableau poignant, et de cette couleur : violet, violence...
Pour moi, LA CLAQUE est une vraie réussite. Un roman où l'on se sent parfois mal à l'aise, qui déborde d'une grande sensibilité, ponctué d'une pointe d'humour pour alléger la souffrance, et d'une pertinence incroyable sur des sujets tels que les violences conjugales et la paternité.
Une lumineuse noirceur.
Lien : https://mateiva.blogspot.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
HQL
  04 mai 2021
Quand Roland était mort dans une folie passagère avant d'avoir su dire "je t'aime", c'était super tragique, et même si vous n'avez encore lu aucun de ces précédents - et excellents - romans, vous ne devez pas manquer la sortie en librairie de ce dernier roman, plus inattendu mais toujours réussi.
Jean-Mi est un grand gaillard, un rugbyman qui s'entraîne avec ses copains toutes les semaines, du genre armoire à glace. Pourtant, si dans la vie professionnelle c'est un bébé requin, un agent immobilier qui se fait des couilles en or comme il dit, dans sa vie amoureuse tout se complique.
Marylène sa compagne depuis quelques années est en plein pétages de plombs. Un jour, pour un pull en cachemire sacrifié par une machine mal programmée, une première claque part, suivie d'insultes. Puis d'excuses, de câlins, et d'une sorte d'amnésie. La première d'une longue série, qui plongera Jean-Mi dans le trouble : comment et à qui peut-il confier qu'il est un homme battu sans qu'on le regarde de travers ?
C'est auprès d'une religieuse tonitruante sur le parvis de la Défense qu'il trouvera la meilleure écoute, et qu'il pourra prendre les bonnes décisions concernant son couple et le petit garçon qu'ils élèvent ensemble et dont il craint de ne pas avoir la garde s'il quitte Marylène.
C'est toujours un très grand plaisir que de retrouver Nicolas Robin en librairie, cela annonçait une belle lecture et je n'ai cette fois encore pas été déçu par ce dernier roman sensiblement différent de ses précédents, abordant subtilement les sujets difficiles et délicats des violences conjugales et de la paternité avec la juste dose de légèreté et d'humour qu'on aime dans la plume de l'auteur. Un très bon roman, peut-être celui de la maturité d'un écrivain ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
mallaurylit
  15 juin 2021
Cher Nicolas,
Ce livre m'a empêché de dormir. Deux fois !! Mais pas pour les mêmes raisons…
La première fois, c'est parce qu'il y a eu cette phrase lâchée à la page 105. Avant cette ligne lue accompagnée d'un soupir, tout allait bien. Enfin par rapport à ce que j'attendais de ton livre. Parfois j'oublie que mes orientations souhaitées ne sont pas celles de l'auteur. Une tendance à réécrire l'histoire ou à interpréter comme je le veux. Mais tu le sais, pour un même livre, s'il y a 100 lecteurs, il y aura 100 lectures différentes.
Donc, il y a cette phrase et là je la refuse, parce que j'estime que l'histoire n'a pas besoin de cela, que je le perçois comme une excuse pour expliquer alors qu'il ne devrait rien avoir à justifier. Parce que parfois le lien est au-delà d'une raison légitime. Tout arrêter n'est pas encore possible et ce n'est pas qu'une affaire d'opportunité.
Si tu savais comme ce point m'a donné à réfléchir, alors que je pense que nul ne devrait avoir à justifier pourquoi il reste…
Une nuit de réflexion, et puis j'ai repris ma lecture. Avec comme condition, me laisser absorber par le récit sans essayer d'extrapoler ou juger tes décisions. C'est à partir de là que j'ai compris, qu'il y avait plus, qu'il fallait prendre le temps de bien lire, d'être attentif à toutes ces réflexions qui remettent en cause, qui démontrent les lacunes, les lieux communs, les certitudes inexactes, celles d'une société qui parfois ne regarde qu'un seul côté de l'image.
Ce livre dont j'ai aimé le ton, les choix narratifs, dégage une grande force. Il y a des moments de grâce, une écriture subtile pour aborder un thème difficile, on alterne entre dureté et tendresse et même quand tout parait sombre, on aperçoit toujours un rayon de lumière.
Tout cela m'a bousculée, évidemment, bouleversée, profondément, et ce sont toutes ces raisons qui sont venues troubler une deuxième fois mon sommeil. Parce que, mais quel magnifique roman !!
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
purgi89
  06 mai 2021
Je remercie Nicolas pour m'avoir fait découvrir son dernier roman en avant-première. J'avais vu passer ses romans sur les réseaux sociaux mais je n'ai jamais pris la peine de découvrir ses écrits. Je découvre donc sa plume grâce à ce roman coup de poing (elle est facile celle-ci je n'ai pas pu m'en empêcher). Trêve de plaisanterie car ce roman traite d'un sujet dont on ne peut pas rire, au contraire. Nicolas Robin parle d'un sujet qui reste tabou à notre époque : les hommes battus par leur femme. Cela pourrait être une blague de mauvais goût, comment un homme peut-il se laisser maltraiter par une femme qui pèse moins lourd que lui ? Comment mais surtout pourquoi se laisse-t-il faire sans rien dire? Nicolas va nous raconter la descente aux enfers de Jean-Michel, dit Jean-Mi pour les intimes.
Jean-Mi, 35 ans, est agent immobilier sur la Défense, il a un très bon poste, gagne très bien sa vie et est en couple depuis quelques années avec Marylène. Ils ont un petit garçon, Antonin, dont il est fou d'amour. Marylène, elle, est chef marketing dans une grande maison d'édition. Tout va pour le mieux jusqu'à ce que Jean-Mi mette malencontreusement le pull en cashmere de Marylène à la machine à laver. ll a beau s'excuser et lui dire qu'il va lui racheter le même, Marylène est furieuse et le gifle. Jean-Michel est abasourdi, n'en revient pas du geste de sa femme. Mais cette dernière va rapidement s'excuser et mettre cette gifle sur le compte du surmenage lié à son travail.
Mais si Jean-Mi pense que c'est un égarement de la part de sa femme, il va vite déchanter quand une seconde gifle va lui être assénée et que la violence va s'accélérer. La honte va envahir Jean-Mi. A qui se confier sans qu'il passe pour une chiffe molle? Lui qui fait du rugby avec ses potes tous les jeudis, lui qui mesure plus d'1m80. C'est sûr ses potes vont bien se foutre de sa gueule.
Une rencontre, un matin, va l'aider à y voir plus clair. Soeur Solange fait la quête tous les lundis sur l'esplanade de la Défense. Il tombe par hasard sur elle et commence à discuter. Semaine après semaine, un lien va se créer entre eux. Lui qui ne croit pas en Dieu, il trouve la situation plutôt comique.
Nicolas Robin, va très bien décrire la descente aux enfers de Jean-Michel de la première claque à l'escalade de la violence. A croire qu'il l'a vécu lui-même tant c'est bluffant de réalisme. Il va surtout très bien décrire les sentiments de Jean-Mi face à cette situation qu'il pense unique. Comment réussir à parler ? Et à qui ? Car dès qu'il tente de dire que c'est sa femme qui l'a tapé, on commence à lui rire au nez ou lui demander ce qu'il a bien pu faire pour qu'elle le frappe. Car c'est forcément de sa faute si elle passe ses nerfs sur lui ! Jean-Mi est en fait dans un cercle vicieux. Il n'ose même pas aller au commissariat, il tente pourtant, mais devant les affiches de femmes battues il se rétracte. L'homme est coupable de frapper les femmes, alors pourquoi l'homme serait-il une victime ?
Ce roman est bouleversant, dur, poignant. L'auteur utilise quand même quelque pointe d'humour pour alléger notre sentiment de mal-être face à ce que vit Jean-Michel. Car on se sent mal pour lui, pour ce qu'il vit. On aimerait même qu'il se rebiffe, qu'il remette sa femme en place, mais Jean-Mi n'est pas ce genre d'homme, pour lui on ne frappe pas une femme, jamais ! le personnage de Soeur Solange est parfait, je l'ai adoré cette bonne soeur 2.0 qui n'a rien à voir avec ce qu'on peut imaginer. (...)
Lien : https://livresaddictblog.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Lexpress   07 juin 2021
La Claque, un roman tout en finesse sur les violences faites aux... hommes.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
audeLOUISETROSSATaudeLOUISETROSSAT   07 mai 2021
Certains sont venus dans son bureau en bleu de travail ou costume de banquier, des gars désespérés avec une dent cassée ou la cuisse tailladée, des sportifs avec des bars plus gros que les siens.
-Il faut avoir des couilles pour ne parler, alors bravo !
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Nicolas Robin (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Robin
Retrouvez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/nicolas-robin-la-claque-52681.html
Peut-être l'avez-vous croisé lors d'un voyage à bord d'un avion de notre compagnie nationale. Effectivement, Nicolas Robin est steward chez Air France. Mais sans aucun doute son nom ne vous est-il pas inconnu puisque depuis quelques années maintenant, il est présent en librairie et fréquente les salons du livre un peu partout en France. Après deux titres restés confidentiels, c'est en 2016 que Nicolas Robin connait son premier succès avec « Roland est mort » une comédie douce-amère sur les travers de notre société et la solitude de nos vies trépidantes. Une jolie découverte confirmée l'année suivante avec le tendre et savoureux « Je ne sais pas dire je t'aime ». Dans cette bibliographie sommaire, citons aussi « Une folie passagère » où choisissant cette fois-ci l'humour et la dérision, l'auteur nous embarquait dans une aventure loufoque inspirée de son métier de steward. Voici le nouveau titre de Nicolas Robin, « La claque » et là, on ne rit plus du tout. Nous faisons connaissance avec Jean Michel. Jean-Michel est très heureux, en apparence : il a une femme brillante, un enfant éveillé, une belle carrière dans l'immobilier. Pourtant, ce bonheur est illusoire. Les bleus sur sa joue pourraient être imputables à un mauvais coup au rugby. S'il n'ose pas en parler, c'est parce que la vérité est dérangeante. Jean-Michel est un homme battu, battu par sa propre épouse. Voilà un sujet tabou, délicat, dont on ne parle pas. Et pourtant, loin des tribunes dédiées aux femmes battues, cette autre réalité existe et dérange. Ecrit à la première personne, le nouveau roman de Nicolas Robin écrit au scalpel, sans fioritures est tout simplement glaçant. Dans un style épuré, il nous raconte une histoire d'aujourd'hui sans doute plus fréquente qu'on ne croit et proprement inconcevable dans nos sociétés où l'homme s'est approprié la première place depuis la nuit des temps. Un roman court mais nécessaire qui aborde un sujet douloureux qui doit être mis en lumière, le tout est porté par une écriture incisive qui confirme le talent de Nicolas Robin. « La claque », est publié aux éditions Anne Carrière.
+ Lire la suite
autres livres classés : violences conjugalesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Princesse de Clèves

De quoi traite principalement "La princesse de Clèves" ?

d'un complot
de la guerre entre catholiques et protestants
de la passion amoureuse
du libertinage

12 questions
1501 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre