AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782363070777
196 pages
Textes Gais (01/09/2007)
3.65/5   17 notes
Résumé :
J'inspire. J'ai 29 ans et un grand-père à charge, un sex-appeal de batracien, un voisin barbu tatoué dans ma ligne de mire, j'écris des vannes franchouillardes pour survivre, et mon ex refait sa vie avec un cadre bancaire gogo dancer. Drôle, tendre et émouvant, Nicolas Robin est le plus bel OVNI de la littérature gaie.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
HQL
  03 mai 2021
La littérature homosexuelle est-elle toujours la même qu'il y a quelques années ? Erotique, assumée, refoulée, dépressive, sombre, vieillotte, elle s'illustre auprès d'auteurs tels qu'Edmund White, Eric Jourdan, E.M. Forster ou plus récemment, Philippe Besson. Non, aurait pu répondre Armistead Maupin en rédigeant ses trépidantes Chroniques de San Francisco, uniques en leur genre. Non, nous prouve Nicolas Robin dans son dernier roman au titre provocateur, Super Tragique.
Le personnage principal, journaliste, presque la trentaine, mène une vie super tragique. Il s'est fait larguer par Hugo après un incident diplomatique avec le Brésil, parti depuis vivre une idylle avec un CBGD. Vous ne savez pas ce qu'est un CBGD ? Vous n'avez qu'a lire, c'est marqué dans le livre. Son grand-père et son chat débarquent pour s'installer chez lui, il quitte son boulot pourri, tombe amoureux de son voisin. Tout ce qu'il entreprend vire à l'échec et au fiasco total.
Pire ! Il a un corps de grenouille, ce qui lui vaut la tendre mais agaçante appellation de "ma grenouille" par son voisin Thierry, quadra tombeur et serial fucker. Il faudra bien qu'a un moment, notre héros se décide de prendre les choses en main et que la chance et le bonheur lui sourient. Ce qui ne sera pas sans difficultés...
Après un premier roman autobiographique, Bébé Requin, Nicolas Robin s'acquitte haut la main de l'épreuve du second roman en nous offrant cette fiction hilarante. C'est simple, le ton et le rythme de l'écriture font de Super Tragique un moment de lecture des plus agréables, nous collant un sourire idiot et tenace au fil des pages. Avant l'été, c'est le bouquin à lire d'urgence pour retrouver le sourire. Super tragique, mais super marrant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
theowen
  13 novembre 2016
C'est parti pour des instants géniales de franche rigolade, avec des clichés de célibataire à la clé, des vérités déroutantes, un voisin plus que baisable et un jeune homme de 29 ans, journaliste en CDD au bord de l'apoplexie.

Comment ça le père Noël n'existe pas !!!
Hé oui, dure réalité de comprendre un beau jour que tous les rêves de l'enfance ne sont que supercheries. Et les contes de fée, des traquenards enjolivés de douces utopies...
Mais surtout que la vie n'est pas un long fleuve tranquille, les galères n'arrivent jamais seule leurs petites soeurs les suivent de près comme des sangsues, alors l'auto-dérision est plus que nécessaire pour survivre aux mensonges qui ont perforé notre cerveau dès le plus jeune âge.

Une simple remarque de son voisin et tout est remis en question, les pensées d'Arthur tourbillonnent, un questionnement sans fin ridicule or nécessaire à son nombrilisme pathétique qui le rend si bouleversant.

Au cours de ma lecture, Arthur relate les taquineries dont il est l'objet, son besoin de plaire , les petits moments de joie, de plaisir unique, les déceptions, l'auto-apitoiement, l'analyse de sa vie qui est agrémentée de quelques rencontres psychotiques hilarantes suivi d'un léger delirium, ainsi que de sa quête à trouver un homme pour rendre jaloux son ex. le tout est mélangé et exposé de façon super tragique...
On ajoute, son quotidien avec son papy à charge qui perd un peu la boule voir beaucoup, un boulot plus que merdique avec sa collègue Odile et ses questions qui sont tellement de véritable petites pépites que j'ai eu du mal à m'en remettre. Il pourrait être à la limite de la rupture et pourtant c'est avec ironie qu'il oscille entre désespoir et tourments dans l'attente d'un plus dans son existence lorsqu'une obsession de plus surgit parce que :
extrait : « La vie est une pute sarcastique qui balance des tartes à la crème sur les trottoirs ».

J'ai fait face à une analyse dégrisante où se mêle un réalisme curieux, une auto-flagellation, des répliques cinglantes mais au combien excellentes !!!
Toutefois, Arthur laisse entrevoir sa tristesse où ses regrets l'empêchent d'avancer avec ses déboires passés et récents. Une accumulation et un enchaînement parfois au bord du pathétisme dont l'issue n'aura d'alternative que ses choix. Et ses choix comprennent un certain voisin barbu, tatoué qui s'envoie tout ce qui bouge. Vous découvrirez au fil des pages le véritable visage de Thierry et son approche plus que maladroite que je vous laisse deviner par vous même.

J'ai adoré la relation d'Arthur et de son grand père qui est fusionnelle avec quelques aléas et beaucoup de tendresse. Ce vieillard qui radote le cerne plus qu'il ne le croît, lui glissera bon nombre de conseils avisés. Et son chat, oh mon dieu ce chat je l'adore !!!

Le style de l'auteur est juste succulent, une bouffée d'humour incroyable. J'ai ri aux éclats, la répartie des protagonistes sont magnifiques, édifiantes et percutantes.
Nicolas Robin nous livre un personnage haut en couleurs, à l'ego sur-dimensionné en revanche très attendrissant, à la narration directe, super tragique qui s'attarde sur le passé au lieu de le clore et d'assumer !
On patiente, on craque, c'est beau, c'est vrai, c'est idyllique, c'est la vie !

En bref, vous l'avez compris j'ai passé un formidable moment de lecture.
Lien : http://theowen.canalblog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Patpepette
  25 septembre 2015
Le titre du roman résume le sentiment que j'ai ressenti en lisant ce livre, mais pas dans le bon sens du terme ! Au début, j'ai trouvé que ce roman était plein d'humour et je me suis dis, cela va me plaire. Au final pas du tout, je n'ai réussi à m'attacher à aucun
personnage. L'histoire ne m'a pas accroché une seule seconde. Hormis de très belles réparties mais selon moi, utilisées à outrance. A un moment donné, cela perd tout son charme. Comme le dit si bien le résumé Nicolas Robin, L'auteur est un OVNI dans l'univers de
la littérature gay. C'est exact, mais dans mon cas cela n'a pas fonctionné. A la longue cela devenait lassant. Très peu pour moi ! Drôle, oui je ne dis pas le contraire mais je n'ai pas trouvé le côté tendre et encore moins émouvant. Un homosexuel mal dans sa peau qui se plaint tout le long du roman. La trame aurait dû être plus étoffée, pour que le lecteur puisse y trouver davantage d'intérêt. Là au contraire j'ai eu l'impression de tourner en rond et les blagues de potage finissent par ne plus faire l'effet escompté.
En un mot Décevant et carrément énervant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
codieju
  05 septembre 2015
Super tragique =super comique!!
humour et realisme tout au long de ce livre que j'ai absolument adore!!
On ne peut pas s'arreter de lire et rire!!!
Je le recommende a tous!!
Merci Nicolas Robin
Commenter  J’apprécie          30
doyouwanna
  15 avril 2008
La littérature homosexuelle est-elle toujours la même qu'il y a quelques années ? Erotique, assumée, refoulée, dépressive, sombre, vieillote, elle s'illustre auprès d'auteurs tels qu'Edmund White, Eric Jourdan, E.M. Forster ou plus récemment, Philippe Besson. Non, aurait pu répondre Armistead Maupin en rédigeant ses trépidantes Chroniques de San Francisco, uniques en leur genre. Non, nous prouve Nicolas Robin dans son dernier roman au titre provocateur, Super Tragique.
http://www.throughmyeyes.fr/?p=1210
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
PatpepettePatpepette   25 septembre 2015
T'as dû lui en faire voir de toutes les couleurs avec ta théorie sur le sexe ; t'as dû le tromper avec des Mexicains, des Albanais, des Ukrainiens.
- Non.
- Alors, pourquoi il est parti ?
- Parce qu'il est mort.
Commenter  J’apprécie          10
PatpepettePatpepette   25 septembre 2015
A un carrefour de ma vie où j'essaie d'être à la hauteur d'un futur trentenaire, Thierry m' expédie six pieds sous terre.
Commenter  J’apprécie          10
PatpepettePatpepette   25 septembre 2015
- Eh ben ça commence bien. J'inspire j'ai 29 ans, un chat de gouttière au pied de mon lit, je perds les mecs au Monoprix et je dors avec un vieux. Si dieu existe, il a un sens de l'humour très particulier, à la limite du super tragique.
Commenter  J’apprécie          00
PatpepettePatpepette   25 septembre 2015
J'inspire. J'ai 29 ans, des doutes concernant mon physique, le renouvellement de mon CDD et la santé mentale de mes collègues. Je doute, donc je suis. Et, au fait, où est la sortie de secours dans ce bâtiment ?
Commenter  J’apprécie          00
theowentheowen   13 novembre 2016
extrait : « La vie est une pute sarcastique qui balance des tartes à la crème sur les trottoirs ».
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Nicolas Robin (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Robin
Retrouvez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/nicolas-robin-la-claque-52681.html
Peut-être l'avez-vous croisé lors d'un voyage à bord d'un avion de notre compagnie nationale. Effectivement, Nicolas Robin est steward chez Air France. Mais sans aucun doute son nom ne vous est-il pas inconnu puisque depuis quelques années maintenant, il est présent en librairie et fréquente les salons du livre un peu partout en France. Après deux titres restés confidentiels, c'est en 2016 que Nicolas Robin connait son premier succès avec « Roland est mort » une comédie douce-amère sur les travers de notre société et la solitude de nos vies trépidantes. Une jolie découverte confirmée l'année suivante avec le tendre et savoureux « Je ne sais pas dire je t'aime ». Dans cette bibliographie sommaire, citons aussi « Une folie passagère » où choisissant cette fois-ci l'humour et la dérision, l'auteur nous embarquait dans une aventure loufoque inspirée de son métier de steward. Voici le nouveau titre de Nicolas Robin, « La claque » et là, on ne rit plus du tout. Nous faisons connaissance avec Jean Michel. Jean-Michel est très heureux, en apparence : il a une femme brillante, un enfant éveillé, une belle carrière dans l'immobilier. Pourtant, ce bonheur est illusoire. Les bleus sur sa joue pourraient être imputables à un mauvais coup au rugby. S'il n'ose pas en parler, c'est parce que la vérité est dérangeante. Jean-Michel est un homme battu, battu par sa propre épouse. Voilà un sujet tabou, délicat, dont on ne parle pas. Et pourtant, loin des tribunes dédiées aux femmes battues, cette autre réalité existe et dérange. Ecrit à la première personne, le nouveau roman de Nicolas Robin écrit au scalpel, sans fioritures est tout simplement glaçant. Dans un style épuré, il nous raconte une histoire d'aujourd'hui sans doute plus fréquente qu'on ne croit et proprement inconcevable dans nos sociétés où l'homme s'est approprié la première place depuis la nuit des temps. Un roman court mais nécessaire qui aborde un sujet douloureux qui doit être mis en lumière, le tout est porté par une écriture incisive qui confirme le talent de Nicolas Robin. « La claque », est publié aux éditions Anne Carrière.
+ Lire la suite
autres livres classés : journalVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18117 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre