AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Haas (Traducteur)
ISBN : 2266210807
Éditeur : Pocket (09/06/2011)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Cette année, Washington vit un hiver des plus capricieux : froid sibérien et chaleur tropicale se succèdent de façon alarmante. Démocrate passionné d'écologie, Phil Chase vient d'être élu président des Etats-Unis. Dès son entrée en fonction, il prend la décision la plus ambitieuse depuis le New Deal de Roosevelt : faire appel aux savants du monde entier afin de sauver la Terre et les hommes d'une catastrophe climatique imminente. Les soixante premiers jours de son m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
finitysend
  07 mars 2016
Peux décevoir et a assez peu de chances d'enthousiasmer !! ..
60 jours n'est pas un mauvais roman ..
....................................................................................................................
Du point de vue du style : il est de la même qualité que les deux premiers tomes ...
Les personnages continuent leur bonhomme de chemin et au travers de leurs expériences nous entrevoyons quelques aspects de la crise climatique qui est le propos de cette trilogie ...
..................................................................................................................
Ce tome cible principalement la politique ... les 60 premiers jours d'une présidence démocrate pro scientifiques et de sensibilité pro écologique ...
Ce roman est un réquisitoire contre le mode de vie américain .. : 5 pour cent de la population mondiale et 25 pour cent des émissions de carbone ...
Par ailleurs ce texte aborde la question chinoise et notamment les menaces d'effondrement écologique qui planent sur la chine ...
Des personnages sympathiques .. de bonnes idées .. un brûlot salutaire d'un point de vue américano-américain ... la difficulté de mettre en place une politique adaptée .. le climato scepticisme institutionnel ... les lobbies des énergies fossiles .. les solutions technologiques et la nécessité de ne pas jouer aux apprentis sorciers ..
Mais l'auteur présente ici ( fréquemment ) un point de vue sincèrement et globalement simpliste ( du point de vue politique ) ... déluré et assez manichéen ..
La chine serra peut être capable de résoudre tous ses problèmes en quelques minutes ( là je suis sceptique ) ..
L'intérêt du roman est ( selon moi ) principalement américain ..
L'auteur a le mérite de leur proposer une indispensable révolution culturelle ..
C'est sympa mais cela s'arrête là ....
......................................................................................................................
PS: L'auteur ne fait pas référence aux nombreuses réglementations ( anti émissions de carbone ) qui sont déjà mises en place de longue date par certains états américains ( par des gouvernements démocrates comme républicains ) ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344
RaphaelBebop
  10 mai 2017
Pour beaucoup de ceux qui n'en lisent pas, la science-fiction a pour objectif de prédire ce que sera l'avenir et en particulier la science du futur, alors que sa raison d'être n'est en réalité pas très éloignée de celle de la littérature en générale : s'évader, comprendre le monde, explorer les mystères de l'être humain, effleurer la beauté… 60 jours et après, qui termine le récit commencé dans Les 40 Signes de la pluie et poursuivi avec 50° au-dessous de zéro, fait donc partie de cette minorité de véritables romans d'anticipation parmi les créations du genre, puisqu'il prétend autant que possible se rapprocher de la réalité.
Dans un futur proche, les Etats-Unis d'Amérique ont élu un président écologiste, ce qui paraît aujourd'hui hautement uchronique étant donné les derniers événements. Celui-ci décide de mettre en place une politique extrêmement ambitieuse pour faire face aux changements climatiques. Frank Vanderwal fait partie de l'équipe de scientifiques chargés de le conseiller et de proposer des solutions sur ces enjeux majeurs, tout comme plusieurs autres personnages du roman. En outre, l'amante de Frank est embringuée dans une affaire d'espionnage concernant le trucage raté des élections qui viennent de se dérouler.
du point de vue de la crédibilité scientifique il s'agit d'une réussite, puisque l'auteur parvient parfaitement à décrire les difficultés auxquelles nous allons faire face (le processus étant partiellement irréversible), sans les minimiser ni verser dans le catastrophisme à grand spectacle comme dans le film le Jour d'après. Parmi celles-ci, des hivers terribles entrainant des coupures de courant à Washington et au contraire une sécheresse dévastatrice dans la Sierra Nevada. Kim Stanley Robinson fait preuve d'une très grande connaissance du sujet et n'hésite pas à entrer dans les détails, au risque parfois de perdre son lecteur.
On aborde ici l'une des faiblesses principales du roman, c'est-à-dire qu'il partage le défaut avec de nombreux écrits contemporains (est-ce à cause de l'apparition du traitement de texte ?) d'être extrêmement bavard. Malgré une écriture fluide qui nous fait arriver sans se forcer à bout des presque 700 pages, on dénote certaines longueurs qu'il eut été facile de couper. Je pense notamment aux longs passages sur les états d'âme d'un père de famille concernant le changement de caractère de son fils suite à une séance d'exorcisme bouddhiste, qui m'ont laissé perplexe. Cette critique est d'autant plus justifiée qu'il s'agit du dernier tome d'une trilogie.
Autre reproche, celui-ci sur le mode mineur, personne dans l'histoire ne semble remettre en cause un seul instant l'idée que la science soit LA solution pour résoudre les problèmes qu'elle a elle-même créé. Si Frank a conscience qu'une expérience peut dégénérer et avoir l'effet contraire à celui recherché, s'il est fait mention à l'occasion des changements de mode de vie nécessaires, en revanche la réponse majeure envisagée est de modifier encore plus l'environnement. L'auteur incorpore il est vrai une intrigue parallèle concernant des réfugiés climatiques bouddhistes ainsi que de nombreuses références à Thoreau et Emerson, créant ainsi une sorte de symbiose philosophique.
En définitive, 60 jours et après n'est pas un incontournable mais mérite tout de même le détour si l'on s'intéresse aux problématiques abordées. Il possède de nombreuses qualités, malheureusement diluées dans un très grand nombre de pages et une intrigue ayant tendance à se disperser. En tout état de cause, on ne peut que saluer le travail de recherche ainsi que le souci pédagogique de l'auteur, concernant un sujet crucial dont l'importance est souvent sous-estimée. En dernier recours, il constituera un agréable passe-temps pour peu que l'on ne soit pas allergique aux thématiques scientifiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MarcF
  23 mars 2012
L'idée semblait originale. Un nouveau président Phil Chase qui lance un New Deal écologique pour sauver la planète. Cela semble d'actualité et encore plus avec l'accession de Barak Obama à la présidence des Etats-Unis.
Dans la pratique, l'histoire est centrée autour de 2 personnes, Frank et Charlie. Frank est complément hésitant, partagée entre 2 femmes, Diane et Caroline. Il n'a pas vraiment de logement et passe d'un van à une maison dans un arbre (et oui, vous avez bien lu !). Caroline est poursuivie par des méchants inconnus et on a une dérive vers du pseudo-espionnage, dont l'auteur ne nous donnera pas les tenants et aboutissants.
Je n'ai absolument pas mordu dans le personnage de Frank et ses hésitations continuelles, soit disant dues à une blessure au cerveau, ni à son style de vie, que l'on pourrait qualifier de décroissant.
Charlie lui aimerait rester à la maison pour s'occuper de son fils, mais il est force de revenir à plein temps à la Maison Blanche. Son fils Joe a été exorcisé, mais est devenu trop docile pour ses parents.
On ne voit pas vraiment l'intérêt pour l'histoire des divergences que fait l'auteur autour de ce personnage.
L'aspect scientifique du livre est vraiment anecdotique : on parle de resalage des océans pour rétablir le Gulf Stream, de lichen lâché sans précaution en Sibérie pour absorber le carbone et qui envahit tout et de remplir les déserts d'eau de mer pour faire baisser les océans.
Le livre donne un peu l'impression de partir dans toutes les directions sans vrai fil conducteur, ni trame. Les personnages sont ennuyeux et peu crédibles, même les scientifiques.
Au final, un grand désappointement, avec un livre bavard et ennuyeux et des personnages tout aussi ennuyeux et peu crédibles
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2
  24 décembre 2014
Le réchauffement climatique entre science et politique (3)
Sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2014/12/24/note-de-lecture-la-trilogie-climatique-kim-stanley-robinson/
Commenter  J’apprécie          30
bdfis
  11 décembre 2011
Les deux premiers tomes ont quelque peu entretenu le suspense : est-ce que cette trilogie sera un bon cru. La réponse est "non". Définitivement.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
finitysendfinitysend   14 avril 2012
Tu vois ,dans une " économie de pénurie ",tu as des pénuries générales ,fréquentes ,intensives ou chroniques .Dans les systèmes socialistes classiques ,tu les avais toutes.Cela dit ,Kornai signale qu'avec le capitalisme on a des pénuries chroniques dans les domaines de la santé et du logement urbain .
Commenter  J’apprécie          70
Charybde2Charybde2   24 décembre 2014
Le temps que Phil Chase soit élu président, le climat du monde était bien engagé sur la voie du changement irréversible. Il y avait déjà quatre cents parts par million (ppm) de CO2 dans l’atmosphère, et il y en aurait bientôt cent de plus si les hommes continuaient à brûler du carbone fossile – or, à ce stade, il n’y avait pas d’autre solution. De même que Roosevelt avait été élu au milieu d’une crise qui s’était, par certains côtés, aggravée avant de s’améliorer, ils étaient englués dans un moment de l’histoire où le changement climatique, la destruction de la nature et la généralisation de la misère se combinaient pour former un mélange toxique et explosif. Le nouveau président devait envisager des mesures radicales alors qu’il était corseté par un certain nombre de facteurs économiques et politiques, dont le moindre n’était pas la gigantesque dette de l’État, délibérément entretenue par les administrations qui l’avaient précédé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Kim Stanley Robinson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kim Stanley Robinson
Une courte présentation de la trilogie de Mars par la chaîne SF Nexus VI
autres livres classés : robinsonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2806 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre