AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Daniel Brèque (Traducteur)
EAN : 9782207101278
496 pages
Éditeur : Denoël (06/05/2011)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 93 notes)
Résumé :
En mission d'exploration sur Séthi IV, le jeune Moineau dévisse d'une falaise. Très grièvement blessé, il est rapatrié sur son vaisseau-génération, l'Astron, pour être soigné. Alors qu'il se remet lentement de ses blessures à l'infirmerie, on tente sans succès de l'empoisonner.
Guéri, mais amnésique, Moineau ne peut que redécouvrir le monde où il est né : un vaisseau délabré, hanté par un équipage indifférent, voire hostile. Le capitaine de l'Astro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  18 février 2016
Intelligent.
L'Astron est un vaisseau générationnel. Depuis 2000 ans maintenant, sous la houlette du Capitaine Kusaka, immortel, ils sont à la recherche de la vie dans l'univers. En vain à ce jour. le capitaine décide de lancer son équipage à travers la nuit, pour rejoindre une partie de la galaxie plus peuplée. La mutinerie gronde, cristallisée par Moineau, un énigmatique membre, amnésique suite à un accident d'exploration. Qui est-il ?
Une atmosphère pesante, nimbée de mystère, un habile huis-clos qui nous fait découvrir peu à peu le fonctionnement du vaisseau et de la société qui le compose.
Côté science, on est loin d'un Tau Zéro d'Anderson pour l'explication du fonctionnement du vaisseau. C'est même un peu décevant de ne pas savoir comment il a pu survivre 2000 ans ainsi. Par contre vous en apprendrez un peu plus sur le paradoxe de fermi ( S'il y avait des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc ?) et son croisement avec l'équation de Drake (qui a pour objet d'estimer le nombre potentiel de civilisations extraterrestres dans notre galaxie avec lesquelles nous pourrions entrer en contact).
Vous l'aurez compris, la dimension psychologique, la dynamique de la société et les relations interpersonnelles comptent plus que la véracité scientifique du voyage de l'Astron.
Un beau voyage qui nous tient en haleine tout du long.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          800
finitysend
  19 février 2016
Un sacré voyage dans l'espace profond ...
Un excellent roman que j'ai lu en anglais et que j'ai eu le plaisir de relire en français :
Sous le titre Destination ténèbres chez lune d'encre Denoël ...
Une mission est mandatée pour explorer l'espace interstellaire en vue d'y rechercher la vie ..
Le vaisseau générations parcoure l'immensité ...
Quelques planètes sont explorées mais le plus important se passe sur le vaisseau ..
La première thématique c'est l'exploration des implications de la succession des générations et de la problématique des vaisseaux générationnels ...
Une véritable culture est née .. des clivages ... des divergences .. des visions communes ..
L'auteur emploie un style qui est très immersif ( le plus gros du récit est à la première personne plus ou moins limité ) et la traduction est bonne
( je l'ai lu en anglais aussi ) ..
Le traducteur a très bien rendu certains mots clefs en rapport avec l'habitat ou la culture spécifique du vaisseau ...
Le personnage principal est amnésique .. nous découvrons le vaisseau et son histoire en même temps que lui ..
C'est assez intense .. ce peut être assez étouffant parfois .. autant que peut l'être un " monde " aussi exigu !!
Ce roman est une réussite pour le rendu de la vie à bord sur plusieurs générations ( solide ) ..
Le capitaine semble immortel .... cela reste à démontrer ... à côté de lui ... les ( une partie en tout cas ) " éphémères " suivent un chemin et un projet divergent ..
Mais personne n'est immortel dans ce roman ...
Ce roman est par ailleurs et avant tout la mise en fiction de l'équation de Drake ..
Combien y va-t-il de planètes pouvant héberger la vie ?.... parmi elles combien hébergent de l'intelligence ? dans ce nombre combien hébergent des civilisations ? ...
combien de ces civilisations sont potentiellement communicantes et ( ou ) visibles ?? ..
Je simplifie ...
L'équation de Drake est à la base du plan du roman ( du début à la fin ) ...
Un livre équilibré qui a une fin particulièrement satisfaisante ..
La mise en fiction de l'équation de Drake donc ....
Réussi mais .. assez intense et de ce fait certains lecteurs auront besoin d'endurance ...
Un des meilleurs récits dans ce registre ( et qui soit récent ) ... le court roman : Paradis perdu dans « l'anniversaire du monde » de Ursula le Guin au livre de poche
Paradis perdu est le récit de SF sur le thème du vaisseau générations qui a peut-être le soubassement sciences humaines qui soit le plus solide ..
PS : Il y a une réelle équivoque sur la thématique de l'immortalité dans ce roman ..
A la place il est question d'une très longue longévité ...
Je le précise car l'immortalité peut ( à juste titre ? ) paraitre inepte pour certains lecteurs .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
jmb33320
  03 juin 2019
Il y a beaucoup de souffle dans ce vaste roman de SF. Un paradoxe alors qu'il se passe presque entièrement dans un milieu clos et pendant des siècles. Imaginez une sorte de vaisseau spatial qui se traîne dans notre bonne vieille Voie Lactée depuis plus de deux mille ans (temps local). Sa mission était de découvrir de la vie puis de revenir vers la Terre mais, comment dire, il a fait lamentablement chou blanc…
Entre deux explorations de planète il peut s'écouler des mois. Au fil des années, les générations se sont renouvelées mais le Capitaine est resté le même. Et il fait régner sa loi. L'état général du vaisseau n'est pas brillant : au fil du temps l'équipage s'est réduit et les ressources se sont raréfiées.
Moineau, un jeune homme de 17 ans, se réveille à l'infirmerie du bord. Il a le souvenir d'avoir dévissé d'une falaise sur une planète au doux nom d'Aquin II. Il souffre d'amnésie pour tout ce qui est antérieur à cet accident. Il découvre donc, en même temps que le lecteur, comment cette micro-société est organisée et a évolué. Elle est en réalité profondément divisée, et depuis longtemps, entre les partisans du Capitaine, qui veulent continuer à aller de l'avant malgré le manque total de résultats, et un groupe de mutins qui voudrait entamer le voyage de retour. le respect de la vie d'autrui est le principe le plus important pour ces hommes et femmes. Donc la violence ne peut être une option.
Moineau se rend compte qu'on lui cache beaucoup de choses. Il est menacé dans sa vie même. le Capitaine a décidé que l'Astron traverserait une zone d'ombre de la Galaxie, ce qui condamne des générations entières au confinement le plus total. Les passions s'exacerbent et Moineau est au centre de ces complots.
Côté vie sociale et galipette, les moeurs sont libres, très libres mêmes. Mais j'imagine qu'il faut bien occuper le temps car côté offre culturelle, c'est assez limité ! Les livres tombent en lambeaux mais on fait du théâtre (une génération entière porte le nom de personnages de Shakespeare). On oublie pas non plus de faire pousser de l'herbe qui fait rire dans les serres hydroponiques…
Frank M. Robinson (un inconnu pour moi avant cette lecture) parvient à boucler brillamment son roman et s'offre même le luxe d'un retournement final. Une vraie réussite, atypique mais tout à fait lisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
ACdeHaenne
  25 avril 2014
Suite à un accident survenu sur la planète déserte Sethi IV, Moineau se retrouve à l'infirmerie, amnésique. A bord de l'Astron, immense vaisseau générationnel commandé par l'étrange Capitaine Kusaka, Moineau va, petit à petit, apprendre à découvrir la mission, les membres de l'équipage, les amitiés et les inimitiés, et bien d'autres choses encore. Il va bientôt se rendre compte qu'il lui faudra surtout choisir un camp...
Enrico Fermi était un physicien italien qui, outre un prix nobel de physique en 1938, a connu une gloire posthume en exposant de façon informelle une "théorie" à propos des extraterrestres : si ils existent, où sont-ils donc ? "Théorie" qui sera popularisée bien des années après sous la dénomination de "Paradoxe de Fermi". Pour lui bien sûr, la vie intelligente extraterrestre n'existe pas car on aurait dû en trouver des traces, sous la forme de vaisseaux, de sondes, ou ne serait-ce que de simples transmissions radios.
Sans jamais le citer, Frank M. Robinson nous expose de façon fort brillante le "Paradoxe de Fermi" comme un des thèmes principaux de son roman. Depuis près de cent générations (soit environ 2000 ans), l'Astron parcoure l'univers à la recherche de la moindre trace de vie... jusqu'ici sans succès. Il en fait même l'un des noeuds de son intrigue. Malheureusement, il est très malaisé de parler de ce roman sans déflorer les tenants et les aboutissants de l'histoire. En effet, le lecteur suit Moineau qui, amnésique une bonne partie du roman, va de découverte en découverte. Certes l'amnésie du héros n'est pas d'une originalité folle (Roger Zelazny use de la même idée dans le premier roman de son fameux cycle d'Ambre), mais comme c'est efficace, permettant au lecteur d'entrer très facilement dans la psychologie du personnage, on excusera très volontiers cette "facilité" à l'auteur. Surtout que chaque élément est amené de façon très subtile, le long d'un fil narratif si ténu qu'on se demande parfois comment l'auteur réussit à le mener jusqu'au bout. Car il y parvient sans soucis, sans temps mort ni longueur.
Car s'il est indéniable que ce roman relève du Space Opera, l'auteur a l'intelligence de ne pas se cantonner à ce sous-genre de la science-fiction, et évite ainsi les poncifs d'un énième roman d'aventures spatiales, aussi inutile que vain. Non, là, malgré l'immensité de l'espace qui entoure l'Astron (ou peut-être à cause d'elle), Robinson nous sert un magnifique huis-clos. Que ce soit dans l'espace plus ou moins confiné du vaisseau, ou lors de l'exploration des planètes (missions durant lesquelles les protagonistes sont engoncés dans leur combinaison), le lecteur ne ressent qu'une désagréable sensation d'étouffement. Même lors des S.E.V. (Sorties Extra-Véhiculaires), le lecteur se sent oppressé. On pourrait imaginer le narrateur ressentant la plénitude de l'espace infini. Bien au contraire, Robinson, par le biais de Moineau, décrit une sensation proche du mal des profondeurs des plongeurs de hauts-fonds.
Bref, un huis-clos doublé d'une sorte d'enquête policière font de ce livre un roman à mettre entre toutes les mains. Pour peu d'être curieux, tout le monde peut se faire happer par cette formidable histoire qui en dit beaucoup sur l'humanité.
A.C. de Haenne
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
eco
  23 octobre 2014
Une belle petite claque que je n'avais pas vu arriver…
Un long, très long voyage où il ne faut être ni claustrophobe ni avoir peur des grands espaces.
Je ne pitcherai rien afin de ne spoiler point mais les amateurs de science-fiction peuvent y aller gaiement; c'est intelligent, inventif et captivant. On comprend assez rapidement les allusions à Moby Dick mais ce ne serait pas rendre justice à Frank M. Robinson que de limiter ce livre à cette seule comparaison. Un véritable tour de force avec, cerise confite sur le gâteau, une fin qui n'a pas fini de me laisser pantois.
Commenter  J’apprécie          201


critiques presse (1)
LeMonde   28 juin 2011
Le roman est moins une grande aventure asservie au possible de la technique qu'une variation sur le thème de la solitude humaine dans le Cosmos. Solitude que la voûte céleste semble promettre de consoler mais qu'elle exacerbe en suscitant une quête sans fin, à la Moby Dick.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   21 février 2016
Le scepticisme aveugle autant que la foi. Si tu n'as jamais vu d'éléphant, tu trouveras quantité d'explications rationnelles à la coulée qu'il a tracée dans la forêt – sans que jamais il ne soit question d'une bête pourvue d'une queue à ses deux extrémités, une grande et une petite, d'une énorme tête et de deux oreilles en éventail.
Commenter  J’apprécie          460
fnitterfnitter   18 février 2016
La galaxie est plus vaste que l'imagination ne peut le concevoir. Des milliards d'étoiles, des millions de planètes, des centaines de milliers de civilisations et un nombre indéterminé de créatures qui rampent, nagent, volent ou vivent dans la boue.
Commenter  J’apprécie          380
fnitterfnitter   23 février 2016
L'homme ne cesse de chercher une vérité qui corresponde à sa réalité.
Étant donné notre réalité, la vérité ne peut y correspondre.
Commenter  J’apprécie          540
fnitterfnitter   19 février 2016
Qu'il y ait ou non d'autres formes de vie dans l'univers, c'était une question qui ne relevait pas de la science mais de la foi.
Commenter  J’apprécie          448
fnitterfnitter   24 février 2016
L'univers n'est pas seulement plus étrange que nous le supposons, mais plus étrange que nous pouvons le supposer.
Commenter  J’apprécie          490

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3440 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..