AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809418888
Éditeur : Panini France (11/05/2011)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :

Voici la première partie d’une saga essentielle dans la carrière de la Ligue de Justice d’Amérique. Batman et Martian Manhunter, deux des plus importants protagonistes de la Ligue, sont morts à l’issue du crossover Final Crisis. Green Lantern, Green Arrow, Supergirl, Atom, Shazam, Congorilla et Starman décident donc de former une nouvelle équipe, plus proactive (quitte à devenir aussi violents que les vila... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Presence
  08 août 2015
Ce tome et le suivant reprennent les 7 épisodes de la minisérie du même nom ; ce commentaire porte sur l'ensemble de la minisérie.
Tout commence à bord du satellite de la JLA. Green Lantern explique à ses camarades (Superman, Supergirl, Black Canary, Flash, Plastic Man, Wonder Woman, Red Tornado, Hawkman et Hawkgirl) qu'il souhaite que la JLA se consacre plus à la Justice, et moins à être une équipe. Green Arrow entend son appel et accepte de l'accompagner dans sa ligne de conduite proactive.
Sur terre, d'autres héros sont confrontés à des meurtres ignobles ou même des carnages. Et ils atteignent le même point de saturation avec la volonté de mettre un terme définitif à ces exactions en répondant de toutes leurs forces aux criminels. Il s'agit des 2 Atom (Ray Palmer & Ryan Choi), Starman, (Mikaal Tomas) et Congorilla. Bientôt les différentes pistes suivies par ces héros convergent vers le même coupable : Prometheus (personnage créé par Grant Morrison dans JLA vol. 2). Ce criminel a l'ambition d'être l'équivalent de Batman pour le crime.
James Robinson est un scénariste essentiellement connu pour avoir créé une nouvelle itération du personnage Starman. Après une période de forte créativité dans les comics, il avait arrêté d'en écrire pour se consacrer à d'autres occupations et il est revenu aux comics à la fin des années 2000 avec une histoire de Batman (Face the Face), puis sur les titres de Superman. "Cry for Justice" marque le début de ses histoires pour la JLA. Pour l'occasion, il décide de frapper un grand coup pour prouver ce qu'il est capable de faire. Prometheus a mis en place un plan de grande envergure que les héros ont du mal à découvrir. Robinson met en scène énormément de personnages en plus de ceux déjà cités : Flash (Jay Garrick), Shade (personnage de la série Starman), Batwoman, Miss Martian, Firestorm, Zatanna, Red Arrow (Roy Harper), Guardian, Vixen, etc. Et j'ai été très fortement impressionné par sa capacité à faire ressortir la personnalité de chacun de ces personnages malgré le peu de cases dans lesquelles ils apparaissent.
Ensuite le plan de Prometheus est assez tortueux pour que le lecteur cherche avec les héros à quoi il peut bien correspondre. Cette enquête fournit une trame très intrigante à l'histoire et lui permet de rester intéressante dans la durée. La résolution de l'histoire est un peu décevante car il est difficile de croire que Prometheus respectera la parole qu'il a donné. Ce point mis à part, cette aventure se lit d'une traite, sans temps mort, les scènes de dialogues développant avec intelligence les conflits nés des points de vue différents de tous ces protagonistes.
"Cry for Justice" constitue un projet ambitieux et DC Comics a mis les petits plats dans les grands en confiant les illustrations à un peintre aux compositions très dynamiques et aux couleurs travaillées : Mauro Cascioli. Il utilise de manière discrète et intelligente des photos pour ses décors. Il peint par dessus pour s'assurer de la parfaite intégration des personnages dans ces différentes localisations. Il embrasse pleinement le scénario pour mettre en valeur la pléthore de superhéros tous plus improbables les uns que les autres (un extraterrestre à la peau bleue, un gorille géant qui parle, un jeune homme vêtu d'une combinaison rouge avec une cape blanche, une jeune femme à la peau verte, etc). Il faut voir aussi pour le croire l'art consommé avec lequel il dessine les détails du visage du gorille ce qui le rend à la fois crédible et incroyablement vivant. La mise en page des séquences d'action est inventive, débarrassée des clichés traditionnels des comics de superhéros. Il restitue avec précision les costumes de tous les personnages qui apparaissent, y compris les supercriminels les plus obscurs ramenés des limbes de la continuité DC par l'expert qu'est James Robinson. Malheureusement Cascioli n'a pu illustrer que les 4 premiers épisodes en entier, et les épisodes 5 et 7 partiellement. le reste est dessiné par Scott Clark qui n'est pas un débutant, mais qui n'a ni la finesse, ni la personnalité de Cascioli. Néanmoins la mise en couleurs assure une unité entre ces 2 styles, de telle sorte qu'il n'y ait pas de solution de continuité.
Au moment de sa parution, cette histoire a divisé le lectorat américain. Pour ma part, j'ai passé un bon moment avec tous les membres de la Justice League en train d'essayer de rattraper leur retard sur Prometheus, tout en admirant le travail de Mauro Cascioli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : comicsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les super-héros et super-héroïnes de comics

Eternel amoureux de Loïs Lane, il vient de Krypton :

Batman
Superman
Spiderman

15 questions
449 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , super-héros , comicsCréer un quiz sur ce livre