AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253237329
Éditeur : Le Livre de Poche (20/06/2018)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 26 notes)
Résumé :
La nouvelle chef de la police du Yorkshire ayant placé la sécurité des campagnes au sommet de ses priorités, Alan Banks et les flics de la Criminelle sont sommés d'élucider au plus vite un simple vol de tracteur ! Mais cette affaire banale en cache peut-être une autre. Alors que deux garçons d'un village voisin sont portés disparus, un promeneur découvre non loin de là une flaque de sang suspecte dans un hangar désaffecté.Un cadavre décapité, une jeune fille inquiét... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Ziliz
  25 novembre 2016
Mystères dans le Yorkshire rural, des mystères épais comme le brouillard local : oink oink, bah, woof woof, moo [les animaux du décor] - plink plonk [la pluie].
« Damned, mon tracteur a disparu pendant que je bronzais aux States ! se plaint un néo-rural. Oui, j'avais laissé la clef accessible, mais bon, c'est pas une raison, twenty Gods ! »
Pendant ce temps, un ancien militaire trouve une tache de sang en promenant son chien, et on dirait bien de la cervelle en bouillie au milieu, foi de soldat... Dial 999... Ring ding : « Vous avez demandé la Police, ne quittez pas ! »
Ayé, l'enquête peut commencer. Quelqu'un a entendu des vroom vroom la nuit de la disparition du tracteur ? Knock knock, on va voir les voisins du gentleman farmer, certains offrent a cup of tea aux cops, d'autres pas, et de (long) fil en (grosse) aiguille, on remonte jusqu'à quelques guys au passé louche, au présent fumeux/enfumé, et au futur incertain.
Police & thieves in the streets, oh yeaaaah... ♪♫ [The Clash]
Alléchée par le bandeau 'N°1 des ventes en Grande-Bretagne', espérant une ressemblance avec les délicieux polars britanniques de l'américaine Elizabeth George, j'ai eu envie de découvrir Peter Robinson via ce dernier titre paru. Je l'ai lu en compagnie virtuelle de Sandrine (alias SD49). Je me suis rapidement ennuyée, alors click click (tapotements fébriles sur le clavier), j'ai demandé à ma copine ce qu'elle en pensait. Elle aimait bien. Je me suis accrochée, renâclant de plus en plus pour m'y remettre. L'intrigue a failli rebondir vers le milieu : owouch (doigt salement écrasé), crash/bang (accident de la route). Faux espoirs, on a continué à piétiner.
J'ai fini par sauter du tracteur poussif en marche, p. 295, il en restait 140...
Le Yorkshire est une région très jolie, je connais, j'y suis allée IRL en 1981, mais bon... J'ai déjà perdu quatre heures à attendre que ça bouge - tick tock, tick tock (la pendule du living room, qui dit yes, qui dit NOOOO !!)... zzzzzzzz zzzzzzzzzz (sieste)...
Blam, j'ai refermé ce livre à tout jamais. Ma co-lectrice a tenu bon, jusqu'au bout, et m'a gentiment raconté le dernier tiers du livre et le dénouement - merci !
Même si j'ai lu quelque part que les autres polars de l'auteur étaient meilleurs, je n'ai pas envie de vérifier. Ce dernier, lent, mou et prévisible est le 22e (!!) de la série 'Inspecteur Banks', ceci peut expliquer cela.
NB : onomatopées en VO trouvées sur Wikipédia.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27onomatop%C3%A9es_dans_diff%C3%A9rentes_langues
PS : j'utilise pour la première fois la nouvelle mention 'abandonné' sur Babelio, une bonne idée de l'avoir ajoutée - merci les Ours & Cie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3012
parlesyeuxdesonia
  03 novembre 2016
L'histoire débute par un délit qui peut paraître mineur, celui du vol d'un tracteur appartenant à un riche agriculteur autrefois financier à la City de Londres. En parallèle, un promeneur parti en balade avec son chien fait une étrange découverte dans un hangar laissé à l'abandon : une mare de sang dans laquelle il pense entrevoir des résidus d'organes. Dépêchée sur place, la police va rapidement envisager qu'il s'agit d'une scène de crime. Alors qu'elle enquête sur ces deux faits, la police va se rendre compte que deux jeunes hommes suspectés d'avoir pris part à ces événements ont disparu sans laisser de traces.
Trois histoires qui ne semblent a priori pas avoir de lien mais dont on va comprendre qu'elles se recoupent pour ne conduire qu'à une seule et unique enquête, une enquête d'envergure à laquelle les enquêteurs vont devoir faire face.
L'auteur fait la part belle aux protagonistes qui occupent une place de choix. Les personnages, que ce soit les enquêteurs, les victimes ou les suspects sont très travaillés par l'auteur qui dépeint chacun d'eux avec soin. Cet aspect m'a beaucoup plu, car si lorsqu'on lit un livre la qualité de l'histoire est très importante, le travail fait sur les protagonistes l'est tout autant à mes yeux.
Les différents enquêteurs vont se pencher sur la vie de chacun des suspects, étudier à la loupe leur passé, leur vie actuelle, les motivations qu'auraient pu avoir chacun d'entre eux.
Bien que certains passages soient durs voire violents, n'oublions pas que l'on navigue dans le milieu peu attrayant des abattoirs, il n'y a aucune surenchère, pas de violence gratuite.
Au fur et à mesure de l'avancement de l'enquête, les pistes explorées, les indices collectés vont conduire les enquêteurs à recouper tous les éléments, éléments qui vont s'imbriquer tels les pièces d'un puzzle nous offrant une fin que l'on n'aurait pas envisagée.
Ce livre m'a fait penser aux enquêtes auxquelles a affaire le département V dans les livres de l'auteur danois Jussi Adler-Olsen. Un rapprochement à faire eu égard à l'atmosphère qui se dégage de ce livre, le genre d'affaire à laquelle l'auteur nous fait prendre part ainsi qu'au travail effectué sur les différents protagonistes.
Même s'il s'agit d'une série de livres faisant apparaître le même groupe d'enquêteurs mené par l'inspecteur Alan Banks, je ne me suis absolument pas sentie perdue. Certes, l'auteur fait parfois référence à la vie personnelle de son groupe d'enquêteurs, à des faits antérieurs mais ces références n'interfèrent pas avec l'histoire et ne nuisent absolument à la compréhension de celle-ci Si vous n'avez pas lu les autres livres de l'auteur, vous pouvez parfaitement vous plonger dans celui-ci sans craindre d'être déboussolé, chacun pouvant se lire indépendamment des autres.
Ce livre m'a beaucoup plu avec son rythme lent mais en aucun cas ennuyeux dans lequel l'auteur prend le temps d'installer l'histoire, d'approfondir la psychologie et le passif de chacun des personnages avec une équipe d'enquêteurs attachante. Nul doute que je me plongerai prochainement dans l'une des enquêtes de l'inspecteur Banks.
Je remercie les éditions Albin Michel de m'avoir fait parvenir ce livre
Lien : https://parlesyeuxdesonia.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
lcath
  20 juin 2018
Un grand et bon polar avec Banks et sa bande !!!!
Ca démarre tranquillou, avec un vol de tracteur , et oui le Yorkshire c'est le crime organisé dans sa version rurale ...
Et puis finalement, on a un tracteur, des restes de cervelle, une disparition, de la pluie, des investisseurs, un mort en morceau fraichement équarri, des représailles sur une femme, de la neige, un pervers ... chaud bouillant le Yorkshire !!!!
Et dans la bande à Banks , les choses vont plutôt bien. Les uns et les autres se remettent des déboires précédents ( comme je n'ai pas lu les romans dans l'ordre je ne peux que présumer des horreurs vécues par eux). Banks lui, se pose quelques questions sur sa vie hors boulot, où sont ses amis, quel avenir avec sa pimpante jeunette italienne, un Banks toujours un peu entre deux eaux sentimentalement et totalement investi dans son travail, Banks quoi !
Un régal, l'enquête, les personnages, le décor !
Lien : http://theetlivres.eklablog...
Commenter  J’apprécie          100
colin22
  10 janvier 2017
Aau départ un simple vol de tracteur ,suivi de deux disparitions inquiétantes et des traces de sang retrouvé dans une grange, pour l inspecteur Banks et ses acolytes vont devoir plonger en enfer.
Avec des descriptions minutieuses et un rythme assez lent,Peter Robinson nous procure un réel plaisir de'lecture dans cette moisson sanglante.
Une très belle decouverte.
Commenter  J’apprécie          70
SD49
  25 novembre 2016
Je n'avais pas lu la quatrième de couverture et d'ailleurs je l'ai censurée, ben oui j'ai le droit je suis chez moi ;-) Elle en disait un peu trop.
Je ne connaissais pas du tout cet auteur et même si j'ai plutôt apprécié cette lecture je ne pense pas que je lirai un autre roman de Peter Robinson.
Âmes sensibles s'abstenir car quelques descriptions sont un peu ... sanglantes.
Les plus :
J'ai aimé les personnages, enfin pas tous, en fait j'ai surtout aimé un jeune couple assez attachant et Terry Gilchrist le promeneur qui fait une découverte dans un vieux hangar. Certains flics sont également sympathiques.
L'écriture qui est agréable et l'ambiance de cette enquête.
Les moins:
Trop de monde dans cette équipe d'enquêteurs et même en ayant à peu près noté leurs noms je me suis un peu embrouillée.
Il faut attendre les deux tiers du livre pour que cela s'accélère un peu.
L'auteur qui n'a pas réussi à accrocher ma co-lectrice (Canel), celle-ci m'a abandonnée page 295 (sur 441).
Bon, elle voulait quand même savoir la fin et dans ma grande gentillesse je l'ai tenue au courant de l'avancée des recherches. Nous avons échangé de nombreux mails au sujet de ce livre mais aussi sur les élections de la primaire, sur une BD, sur le billet d'une blogueuse, bref du papotage de blogueuse/lectrice quoi !
Conclusion :
Je n'en garderai pas un mauvais souvenir car j'ai bien aimé, il m'a quand même manqué un zeste de rythme.
C'est toujours aussi sympa d'échanger pendant la lecture d'un même livre.

Lien : http://www.pagesdelecturedes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LaPresse   07 février 2017
Une fois de plus, Peter Robinson construit une intrigue solide, au suspense constant, avec des personnages que l'on aime retrouver, et tout cela sans tomber dans la violence gratuite.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   15 août 2017
Au soleil, les deux tours de cette cité HLM se révélaient pour ce qu'elles étaient : des bâtisses crasseuses, bien que de couleur claire, et en très mauvais état. Elles avaient été construites vite fait, mal fait, à la fin des années soixante, quand tout le monde n'avait à la bouche que le "progrès" et, comme disait Harold Wilson, le Premier ministre de l'époque, "l'éclat ardent de la technologie". Sur le plan architectural, le seul compliment qu'on pouvait leur faire était de pas s'être encore effondrées. Sur le plan social, bien des gens regrettaient qu'elles tiennent toujours debout.
P. 48
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
ZilizZiliz   21 novembre 2016
- Ce n'est pas un bien grand crime si Caleb Ross fumait un joint de temps à autre. A vrai dire j'aurais été surpris d'entendre qu'il ne fumait pas. On nous a dit qu'il était fan de rock progressif, or le rock prog et le cannabis vont ensemble comme le poisson et les frites dans un fish and chips. A l'époque où j'étais étudiant, je me souviens, des tas de gens tiraient sur des joints en écoutant 'Tales from Topographic Oceans'. Moi, bien sûr, ce truc-là ne m'a jamais tenté.
- Bien sûr, dit Gervaise, et un sourire étira sa bouche en arc de Cupidon. Et si d'aventure vous y avez goûté, vous n'avez jamais avalé la fumée.
- Je parlais du rock prog, dit Banks, impassible.
(p. 248)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
rkhettaouirkhettaoui   06 novembre 2016
Doug Wilson, avec son complet Marks & Spencer, son chapeau mou et son imperméable marron clair à épaulettes, la ceinture solidement nouée autour de la taille, faisait plus sérieux. Il a même un peu l’allure d’un détective privé dans un film des années cinquante, se dit-elle en le regardant faire le tour de la voiture. Si l’on oubliait ses lunettes, bien sûr. Et dès qu’il retirait son chapeau il retrouvait toute sa ressemblance avec Daniel Radcliffe dans le rôle de Harry Potter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   06 novembre 2016
Sur son visage jeune et frais, elle ne portait quasiment aucun maquillage et n’en avait pas besoin. Elle avait le teint pâle et une peau sans défaut, le nez légèrement retroussé, une bouche large, de grands yeux d’un bleu profond et envoûtant.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   06 novembre 2016
Des odeurs caractéristiques de ferme assaillirent les narines d’Annie quand elle descendit de voiture. Bien sûr, se dit-elle, les cochons devaient contribuer pour une large part à cet arôme puissant. À la composition de la boue, aussi. Quand on pataugeait dans la cour d’une exploitation agricole, on ne savait jamais vraiment dans quoi on mettait les pieds.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Peter Robinson (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter Robinson
What Makes A Good Detective and Villain?
autres livres classés : littérature danoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
103 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre