AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Claudie Langlois-Chassaignon (Traducteur)
EAN : 9782253171133
539 pages
Le Livre de Poche (09/02/2000)
3.59/5   44 notes
Résumé :

Stupeur au Pentagone : le plus colossal porte-avions du monde, le Thomas Jefferson - une forteresse flottante de classe " Nimitz ", fer de lance de l'US Navy - a été détruit en haute mer par une explosion nucléaire, avec six mille hommes à son bord. Accident ? attentat ? Pour le commandant Baldridge, spécialiste des sous-marins et frère d'un officier disparu dans l'explosion, la seconde hypothèse est la bonne. Reste... >Voir plus
Que lire après NimitzVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Un premier tome de la série dite de l'Amiral Morgan, mettant en scène, armées, sous-marins et renseignements militaires.


Le Nimitz, fleuron de la marine américaine, porte-avions ultramoderne, disparaît brutalement. Seul une explosion nucléaire a pu faire cela. Bientôt l'évidence s'impose. le Nimitz a été torpillé et la chasse au sous-marin va commencer. Mais qui, quand et comment ?


L'histoire reste crédible. On sait par exemple qu'un sous-marin canadien de type diesel a coulé fictivement lors d'exercices, un porte avions anglais en 2007 et plus proche de nous encore, en 2015, le Saphir, vieux SNA français, s'est joué de tout un groupe aéronaval américain et en a coulé le porte avion.
Ne dit-on pas d'ailleurs qu'il n'y a que deux types navires : les sous-marins et leurs cibles ?


Pour autant, écrit en 97, c'était avant que les américains ne comprennent que pour faire 5000 morts, dans le cadre terroriste, il y a beaucoup plus simple qu'un sous-marin armé d'une torpille nucléaire.
Le roman reste très américanocentré, limite les autres c'est des pignoufs incompétents, (avec peut être une petite exception pour les anglais, mais tout juste).
Seul les Républicains sont compétents. Ces lopettes de Démocrates conduiraient l'Amérique et sa glorieuse armée à la ruine.
Quant à la politique internationale, elle est quasi inexistante. Clairement écrit pour un public américain qui n'est pas foutu de situer la France sur une carte, alors l'Iran pensez-donc.
Le scénario reste assez simple au final et la fin est prévisible. On a l'impression que l'auteur est obligé de broder et de digresser pour remplir un cahier des charges et un volume à respecter. Trop long à démarrer et manquant au final d'un peu d'action et de tension dramatique (on préférera nettement les sous-marins de DiMercurio par exemple).


Cela étant, les critiques posées, on a quand même un techno thriller de bonne facture. Une bonne maîtrise de l'outil militaire aéronaval américain.
Ok, il y a plus de critique que de louanges, mais à défaut d'avoir adoré, j'ai quand même aimé ma lecture. Vive le monde. Euh, Vive l'Amérique… Comment ça c'est pas pareil ?
Commenter  J’apprécie          856
un porte-avion américain de classe Nimitz, le Thomas Jefferson est détruit en haute mer par une explosion nucléaire. La thèse de l'accident écartée, les Etats-unis doivent trouvé le responsable de cette attaque. Les suspects sont nombreux, Iran, Irak, Union soviétique, l'état d'Israêl est même soupçonné.
Une enquête commence et l'on va de surprise en surprise.
Le roman tarde a démarrer, au bout de 80 pages, on peut-être tenter d'arrêter la lecture du roman, puis s'emballe d'un seul coup et on ne lâche plus le bouquin jusqu' au final prévisible. Ce n'est pas trahir la fin du livre que de dire que les américains gagnent toujours à la fin.
Bien documenté, cette histoire écrite en 1997, soulève quelques questions sur les dangers que de la prolifération nucléaire avec quelque chose de prémonitoire, en effet il suffit de remplaçer le coupable du livre par la Corée du Nord.
Commenter  J’apprécie          80
Le roman « Nimitz » de Patrick Robinson s'inscrit dans le sillage des romans de sous-marins, mais loin derrière « A la poursuite d'Octobre rouge » de Tom Clancy.
C'est le récit d'une enquête menée par un militaire du service de renseignement de l'US Navy et le directeur de l'Agence nationale de sécurité après l'attaque nucléaire contre un porte-avion américain de classe Nimitz. Il ne s'agit donc pas d'un techno-thriller qui viserait à éviter une menace. L'enquête se veut réaliste et vraisemblable : elle progresse au gré d'intuitions, des traces laissées par l'audacieux ennemi et de la collaboration des marines et services de renseignement étrangers. Enfin, pour accélérer la résolution, un message mystérieux. Les enquêteurs se heurtent à quelques réticences diplomatiques, mais affrontent peu de dangers. L'ennemi est loin et ne fait rien. Bref, pour le lecteur, les investigations semblent avancer sans enjeu majeur et sans enthousiasme. Les quelques scènes d'actions sont amplement énoncées en amont, lors de la phase de préparation, et ne sont pas écrites de manière spectaculaire. le lecteur peiné à craindre un danger de mort pour les protagonistes. Sur le fond, ce roman écrit en 1997 pour une action se déroulant en 2002, se trompe sur le contexte géopolitique de l'époque, bouleversé par le 11 septembre 2001. Mais le sujet évoque en filigrane la faiblesse potentielle des grandes puissances occidentales, face à des nations plus modestes usant de méthodes d'agression asymétriques et terroristes. le style comprend évidemment sigles et termes techno-militaires, pour mettre le lecteur dans l'ambiance. Les traits de caractère des personnages et leurs motivations sont sommaires. le plus gênant est la redondance des informations. Ayant moi-même écrit un techno-thriller (« GNSS Galileo - Dérive d'orbite »), je me suis heurté à la difficulté de faire circuler l'information entre les différents personnages, sans ennuyer le lecteur par des redites inutiles. Mais, dans « Nimitz », les répétitions sont multiples et injustifiées pour la compréhension du récit. Conclusion : un roman qui expose un jeu d'échec géopolitique, plutôt intéressant sur le fond, mais mou et bourratif.
Commenter  J’apprécie          20
On part d'une situation militaire et de techno-thriller: un porte avion us est détruit sans que personne ne remarque l'agresseur malgré toute la technologie de détection d'un groupe de combat. Est-il possible de réussir cela et comment? C'est ce que les enquêteurs vont devoir trouver et une fois le coupable identifier, comment le mettre hors d'état de nuire.
Un premier roman dans le genre pour l'auteur (anglais même si son héros sera américain). Techniquement l'histoire est intéressante avers divers défis expliqués (comment couler le porte avion, traverser le Bosphore en plongée sans être détecté). Comme dans un Tom Clancy on navigue du Pentagone à la Maison Blanche dans les états majors, sur un porte avion, dans un sous marin... Pourtant le héros reste peu charismatique, il esquissera un flirt sans aucune utilité ni impact sur l'intrigue, sa vie personnelle donnant lieu à des scènes qui ne parviennent pas à nous l'attacher vraiment. Quand à l'action elle même elle est trop rare pour redynamiser le thriller. Pas inintéressant mais trop mou et pas assez impliquant pour le lecteur
Commenter  J’apprécie          30
Bon livre d'action si vous aimez les histoires de guerres navales
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
La bureaucratie anglaise est pire que la notre. Si j’appelle le premier Lord de l’Amirauté, il passera la balle au ministre de la défense, qui en parlera au premier ministre, qui mettra les choses au point avec le roi, lequel, je suppose, en parlera à l’archevêque de Canterbury, qui en parlera à Dieu, dont chacun sait qu’il est britannique. Et avant que tu aies eu le temps de comprendre, tout Londres bruissera de commérages et tout le monde essaiera de savoir ce que nous faisons.
Commenter  J’apprécie          400
Invincibles à toute aérienne ou navale, virtuellement insubmersibles, à l’abri de toute arme sous-marine conventionnelle, entourés d’une muraille de missiles et d’espions électroniques, protégés jour et nuit par un champ de radars informatisés, balayant tout autour d’eux, abritant leurs propres forces d’attaque aérienne supersonique…
Aucun mot ne peut décrire avec assez de précision l’invincibilité des porte-avions de la marine américaine. Sauf un. Imprenable.
Ou presque.
Commenter  J’apprécie          310
Ils ne vieilliront pas, comme nous à qui on a permis de vieillir,
L’âge ne leur pèsera pas, les années ne les marqueront pas,
Et quand viendra le crépuscule, et quand le jour se lèvera,
Nous nous souviendrons d’eux.
Lawrence Binyon
Commenter  J’apprécie          420
Les officiers en charge savaient bien qu’ils avaient affaire au problème permanent d’un gros coup – ils allaient appliquer 80 % de leur effort sur 33 % du problème.
Commenter  J’apprécie          270
La gratitude, c’est comme la beauté. Elle n’est que dans l’oeil de celui qui la regarde.
Commenter  J’apprécie          470

autres livres classés : techno-thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (147) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2912 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}