AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782369350101
80 pages
Éditeur : Le Passager Clandestin (06/03/2014)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 10 notes)
Résumé :
En 1972, Frank M. Robinson imagine un monde où la passion automobile l' emporte sur le besoin de respirer.
Dans un futur proche, les voitures à essence sont bannies depuis longtemps et les rares récalcitrants s' exposent à la peine maximum. Comme le reste du monde, cette mégalopole américaine étouffe jour après jour un peu plus sous le poids de la pollution atmosphérique. Malgré tout, la vie continue et les entreprises locales le Ramassage Sanitaire, les Acie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
BazaR
  01 décembre 2019
Respirer ou conduire, il faut choisir.
C'est un peu le résumé de cette novella de Frank M. Robinson, un auteur dont je n'avais jamais entendu parler qui écrivait pendant la grande époque de John W. Campbell. L'histoire est donc à classer dans la liste des lanceurs d'alerte des années 1970 qui tentaient d'avertir nos sociétés industrialisées des drames à venir si on continuait sur cette lancée (la même année et sur le même thème, John Brunner publie le Troupeau Aveugle).
Le décor est donc ici plus important que la péripétie : une Terre littéralement au bord de l'asphyxie, dont la composition atmosphérique est devenue proche de celle de Vénus (j'exagère à peine). La plupart des industrie polluantes et les objets qu'elles fabriquaient ont été déclarés hors-la-loi, mais il est trop tard. Et les mesures drastiques qui pourraient améliorer les choses ne serait-ce qu'un bref instant sont repoussées aux calendes grecques – lobbying oblige – car elles mettraient des milliers de gens au chômage. le ciel est toujours caché par les brumes poussiéreuses – on ne voit pas à dix mètres au centre ville –, tous les objets sont encrassés ou dégoulinent de résidus huileux et porter un masque est une nécessité vitale.
Charmant non ?
Dans cet environnement, la péripétie est tragi-comique. Elle met en scène un agent de la compagnie Air Central chargé de retrouver un dangereux délinquant qui s'amuse à rouler dans une automobile équipée d'un moteur à combustion interne. L'enquête emmènera notre homme dans le milieu mal famé des clubs d'amateurs d'automobiles (la motorisation électrique est encore permise) ; un milieu qu'il imagine similaire à celui des vendeurs d'alcool à l'époque de la Prohibition.
Malgré l'atmosphère lourde, au sens propre, c'est plutôt marrant et ça véhicule une certaine ironie. Cela ne plonge pas le lecteur dans une déprime de plus (du moins pas moi).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
HariSeldon
  10 juillet 2014
Jim Morrison (pas le leader des Doors) est employé d'Air Central, organisme garant de la qualité de l'air dans un monde où l'atmosphère est ultra chargée de particules. À un point tel qu'il est in soutenable de marcher dans la rue, même avec un masque. Et lorsque Jim apprend que quelqu'un utilise un véhicule à moteur à essence alors que c'est prohibé, c'est avec détermination qu'il se lance dans une enquête qui mettra en évidence la folie "automobile" et les lobby industriels.
Je ne sais pas pourquoi, dès les premières pages j'ai eu l'impression de lire un vieux polar un peu vintage. Même le personnage de Jim ressemble à un privé, bossant en solo, trainant dans les coins malfamés et les rues sombres.
C'est une nouvelle très noire et pas seulement dans le style, on imagine assez facilement l'environnement surpollué, les particules lourdes se collant dans les poumons, l'humanité crachant ses poumons.
D'une écriture simple (certains diront simpliste), mais ô combien efficace 40 ans après, ce récit est assez révélateur des préoccupation naissantes en 1972. Pour autant, les préoccupations et la problématique de la pollution persistent… Cogitum !
Lien : http://www.noire-planete.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
BazaRBazaR   28 novembre 2019
Je pris la carte et je me dirigeais déjà vers le hall quand Wanda me rappela. Elle avait étendu ses longues jambes et relevé sa jupe. Je pris ma tête d'ahuri et elle sourit.
— C'est nouveau... des bas à l'épreuve des gaz sulfureux.
Ce qui signifiait qu'ils ne fondraient pas un jour comme aujourd'hui, où une bonne partie de l'air que nous respirions tant bien que mal était en fait de l'acide sulfurique dilué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
HariSeldonHariSeldon   10 juillet 2014
"D'habitude on ne me confiait que des infractions mineures – incinération d'ordures ou cigarette fumée en cachette – mais le fait de posséder ou de faire marcher une voiture à essence était un crime, un de ceux qui pouvaient parfois vous coûter la vie."
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : novellasVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3497 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre