AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782824617947
352 pages
Éditeur : City Editions (18/11/2020)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Dans le camp de concentration où elle officie comme sage-femme, aucune atrocité n'est épargnée à Anke. Dans des conditions impossibles, elle est obligée de mettre au monde des bébés immédiatement arrachés à leurs mères. Quand les S.S. viennent la chercher sur les ordres directs du « Bureau du Führer », Anke craint le pire. Mais elle est conduite dans une luxueuse maison, loin des horreurs de la guerre. Dans le plus grand secret, elle vient d'être recrutée pour mettr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
lolols28
  08 octobre 2019
Très bon roman, très bien écrit pour un premier livre. On profite pleinement de l'expérience de l'auteur comme sage femme , ajoutant un aspect pédagogique a son récit. Elle jongle entre sa tâche auprès d'une Eva Braun enceinte et cachée et la période de son emprisonnement en camp. Un récit sensible , touchant. Une belle histoire avec une fin . On tissé un vrai j'en avec l'héroïne . A lire ! Moderne tout en restant sobre , une belle prouesse .
Commenter  J’apprécie          383
YRES
  08 septembre 2020
Ce roman est une uchronie. L'auteur imagine que Eva Braun est enceinte de Hitler. le cours de l'Histoire n'est pas changé mais cette fiction s'y insère de façon réaliste dans les lieux et avec quelques personnages réels.
Dans le camp de concentration où elle est prisonnière comme dissidente du régime, Anke est employée comme sage-femme, aucune atrocité ne lui est épargnée. Dans des conditions impossibles, elle met au monde des bébés immédiatement arrachés à leurs mères pour être adoptés par le régime s'ils ont le standard requis ou éliminés directement. Quand les S.S. viennent la chercher sur les ordres directs du « Bureau du Führer », Anke craint le pire. Mais elle est conduite dans une luxueuse maison, le « nid d'aigle de Hitler », loin des horreurs de la guerre. Dans le plus grand secret, elle vient d'être recrutée pour mettre au monde le futur bébé d'Eva Braun et d'Adolf Hitler. Écartelée entre son devoir médical et sa haine du régime, la jeune femme vit dans la peur. le jeune officier SS qui est chargé de la surveiller lui fait comprendre que sa famille est préservée tant qu'elle mène à bien sa mission.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lunatic57
  30 mars 2020
Le chapitre d'ouverture est glacial et montre toute l'horreur de ce que les femmes ont pu subir pendant cette triste période. Anke, sage femme, accompagne Irina lors de son accouchement. Une délivrance violente, accentuée par le tragique sort du nouveau-né. Ce chapitre m'a vraiment saisie, le récit de ces événements était presque insoutenable. Heureusement, le reste du roman n'était pas dans la même veine, sinon j'aurai eu du mal à m'y plonger.
Anke, le personnage central du roman, en tant que très bonne soignante et surtout non juive, est appelée à quitter les baraquements du camp où elle est retenue pour une mission spéciale au coeur de cette année 1944. Elle rencontre d'abord Magda Goebbels qui l'informe de l'importance de sa mission et lui précise que toute la confiance lui est accordée pour s'occuper au mieux d'une nouvelle cliente très importante. On l'amène alors au Berghof, l'une des résidences d'Adolf Hitler. Elle devra y accompagner une femme pendant toute sa grossesse, et pas n'importe laquelle, puisqu'il s'agit d'Eva Braun. Une mission forcée bien plus confortable que son enfermement dans le camp : chambre particulière, grands espaces, assiette pleine de nourriture, longues séances de lecture sur le porche de la maison. Des changements assez déstabilisants et pour peu elle en oublierait presque la guerre au coeur de cette prison dorée, pourtant le manque de nouvelles de sa famille la pèse.
C'est une drôle de vie qu'elle est donc amenée à vivre avec une hantise, croiser le maître des lieux, cet homme qu'elle ne souhaite pas rencontrer. Un étrange quotidien où elle se surprend même à se rapprocher d'un S.S, le capitaine Stenz.
On comprend rapidement qu'elle a été choisie pour ses compétences, dont elle a fait preuve dans un lebesborn mais aussi pour son histoire personnelle qu'on ignore en tant que lecteur. Son passé nous est doucement dévoilé par des bribes de souvenirs au fil de l'intrigue. Alors qu'elle s'occupe de faire accoucher une proche de Magda qui vit près du Berghof, elle se fera la réflexion suivante : « Elle avait beau être mariée à un nazi, c'était un être humain malgré tout. »Cette phrase résume parfaitement l'état d'esprit d'Anke.
J'ai vraiment trouvé ce roman très bien écrit et passionnant. Anke est une femme forte et courageuse, obligée d'accepter le pire dans un camp en accompagnant les détenus dans les accouchements. le métier de sage femme est mis en avant, avec des explications détaillées sur sa pratique. Anke évoque diverses situations d'accouchements, explique comment soulager certains maux pendant la grossesse, parle de l'arrivée des nouveaux nés, etc. Au fil du récit on rencontre divers personnages, réels ou issus de la fiction. La présence du couple Goebbels montre la façon dont l'image d'Hitler est travaillée et se doit d'être parfaite. Ils préfèrent cacher la grossesse d'Eva Braun, et rêvent alors qu'elle porte un fils parfait, digne successeur d'Hitler. Les personnages secondaires sont tout aussi importants et intéressants pour l'intrigue. le récit mélange les genres avec une jolie romance qui se profile pour Anke et un coté historique mêlé à un soupçon de thriller lorsque la résistance allemande apprend la naissance future du bébé du Führer.
J'ai un peu de mal d'ordinaire avec les romans sur cette période tragique de l'histoire qui prennent des libertés avec la réalité et qui inventent des faits historiques. J'ai cette idée qu'il n'y a pas besoin de rajouter de nouveaux faits malheureux, qu'il y en a eu suffisamment. Mais ici, l'idée de départ d'imaginer qu'Eva Braun ait pu être enceinte d'Hitler ne m'a pas gênée finalement, car c'est aussi le prétexte de parler de tant d'autres choses : des grossesses dans un camp, du sort des allemands considérés comme traîtres du régime, de la propagande, de la résistance allemande, de la culpabilité. Mais pourquoi avoir donné ce titre au roman? Pourquoi ne pas avoir gardé le titre original bien plus cohérent: The German midwife ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
tomsoyer
  06 novembre 2019
Ce livre est presqu'un coup de coeur.
Un livre dont on ne va pas parler eyt pourtant !!
Malgré un sujet difficile , le livre comme son nom l'indique se passe sous l'époque d'Hitler.
Ce livre raconte la naissance de l'enfant d'Eva Braun avec toutes ses conséquences ainsi qu'en parallèle la vie des femmes dans les camps.
Je ne cous en direz pas plus lisez ce livre très bien documenté , facile à lire pas larmoyant mais très réaliste si l'on se réfère à tout ce qui l'a pu être écrit sur cette époque.
J'ai sourit j'ai pleuré un livre plein d'Amour pour une profession "sage femme"
Bonne lecture
Commenter  J’apprécie          100
Bibliza
  11 novembre 2020
Je suis férue de littérature autour de la Seconde Guerre Mondiale. Ce titre, L'infirmière d'Hitler, a attiré toute mon attention...
A Berlin, Anke est une sage-femme passionnée par son métier qui jouit d'une certaine réputation. Puis le IIIème Reich se met en place et il faut choisir : le suivre ou non. Sa famille refuse d'obéir à cette idéologie et est bientôt internée en camp de concentration. La jeune fille est séparée de son père et sa mère et arrive dans un camp où règne la misère humaine. Pourtant un coup du destin la place aux côtés d'une femme sur le point d'accoucher. Accoucher dans un camp de la mort ? Cela arrive parfois et des unités sont spécialement conçues pour cela. Anke développe donc ses talents de sage-femme pour sauver ses congénères...les bébés, eux, ne survivent pas et finissent plongés dans des barils d'eau, tels des chiots... C'est dans cette misère que travaille désormais la jeune fille, un peu mieux lotie que dans le reste du camp, et c'est là que de hauts dignitaires la remarquent. C'est un secret, un secret de Polichinelle, mais le Berghof, résidence d'Hitler, a besoin d'une infirmière, plus précisément d'une sage-femme. Un bébé à naître au Berghof ? L'écrivaine Mandy Robotham dévie subtilement vers l'uchronie en imaginant effectivement qu'Eva Braun ait été enceinte et qu'un fils soit né. le fils d'Hitler.
Pour avoir lu Naître et survivre, les bébés de Mathausen, je connaissais un peu le sujet des bébés nés dans les camps de la mort. Et il est toujours sordide de relire ce genre d'histoires, il est impossible de s'y habituer. le destin d'Anke est extraordinaire et romanesque : elle va pouvoir sa sauver sa vie et celles de sa famille en devenant la sage-femme personnelle d'Eva Braun. La voilà propulsée dans les coulisses de l'Histoire. Que deviendra cet enfant du Reich ?
J'ai aimé ce point de vue uchronique : et si Eva Braun attendait le fils d'Hitler ? Mandy Robotham imagine la grossesse de cette femme, ses peurs, ses doutes et lui offre quelques soupçons d'humanité. Face à elle, Anke est dans une position particulière. Elle a dû abandonner ses congénères dans la souffrance pour accéder à un statut privilégié et une promesse vers la liberté. L'auteur a bien étudié les psychologies des personnages et, avec cette proposition uchronique, innove dans le domaine.
L'infirmière d'Hitler ne sera cependant pas un coup de coeur : si l'histoire était originale, je n'ai pas été sublimée par l'écriture. Et...j'aime être sublimée par l'écriture ;)
Je conseille malgré tout ce romans à tous les amateurs de littérature autour de la Seconde Guerre Mondiale.


Lien : http://bibliza.blogspot.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
gean25gean25   17 janvier 2021
Pendant un moment, l'abri fut aussi calme qu'il pouvait l'être au petit matin ; seuls quelques légers ronflements féminins empêchaient le silence de régner.
Commenter  J’apprécie          50
YRESYRES   06 septembre 2020
Ce roman est une uchronie. L’auteur imagine que Eva Braun est enceinte de Hitler. Le cours de l’Histoire n’est pas changé mais cette fiction s’y insère de façon réaliste dans les lieux et avec quelques personnages réels.
Dans le camp de concentration où elle est prisonnière comme dissidente du régime, Anke est employée comme sage-femme, aucune atrocité ne lui est épargnée. Dans des conditions impossibles, elle met au monde des bébés immédiatement arrachés à leurs mères pour être adoptés par le régime s’ils ont le standard requis ou éliminés directement. Quand les S.S. viennent la chercher sur les ordres directs du « Bureau du Führer », Anke craint le pire. Mais elle est conduite dans une luxueuse maison, le « nid d’aigle de Hitler », loin des horreurs de la guerre. Dans le plus grand secret, elle vient d'être recrutée pour mettre au monde le futur bébé d'Eva Braun et d'Adolf Hitler. Écartelée entre son devoir médical et sa haine du régime, la jeune femme vit dans la peur. [masque]Le jeune officier SS qui est chargé de la surveiller lui fait comprendre que sa famille est préservée tant qu’elle mène à bien sa mission. Elle comprend progressivement que cet homme n’adhère pas au régime mais qu’il doit préserver une façade de loyauté. L’auteur décrit de façon réaliste la façon dont il fait tomber le masque et lui avoue petit à petit son aversion des Nazis et de Hitler. Ils finissent par tomber dans une liaison amoureuse sans issue.
Anke est par ailleurs devenu la confidente de Eva.
Le futur nouveau-né n’intéresse pas Hitler mais il est un enjeu pour le chef de la propagande l’horrible Goebbels et pour la résistance qui œuvre dans l’ombre et cherche à recruter la sage-femme.
Le bébé est malheureusement handicapé et sa mère sait parfaitement qu’il ne sera pas accepté. Les médecins ont pu être écartés de l’accouchement ce qui permet d’organiser l’évacuation du nourrisson chez un oncle de Anke qui vit à proximité. C’est le jeune officier qui effectue ce sauvetage qu’il paiera de sa vie. Anke parviendra avec le soutien de Eva Braun à duper Goebbels en le convaincant qu’elle s’est débarrassée elle-même du nourrisson anormal et embarrassant pour le régime.
Elle est finalement libérée et finira sa vie à Berlin.[/masque]

Ce premier roman est très agréable à lire car le style est simple et soigné et la psychologie des personnages suffisamment approfondie pour que l’ensemble de l’histoire soit très vraisemblable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   27 septembre 2019
J’ai toujours dit que la première tasse de thé après un accouchement est la meilleure du monde pour une mère, quelle que soit la qualité réelle de la boisson, mais c’est la même chose pour les sages-femmes. Nous étions assises à la table, cramponnées à nos tasses, et le sourire ne quittait pas un instant le visage de Christa.
— Vous êtes devenue mordue, je me trompe ? dis-je en riant.
— Comment pouvez-vous faire ça tout le temps ? répondit-elle. C’est tellement intense !
— Oh, ce n’est pas toujours aussi éprouvant. Mais on s’habitue à ce qu’il y ait des hauts et des bas. À vrai dire, on y devient même accro. Je connais des sages-femmes qui sont heureuses d’effectuer tout le suivi de routine, mais préfèrent éviter l’accouchement. Pour moi, c’est le summum. C’est ce qui me nourrit. L’accouchement, c’est comme une drogue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   27 septembre 2019
Quelque part en moi, j’eus envie de lui faire part de ces aspects moins gais, mais c’était une règle tacite parmi les sages-femmes : ne pas s’attarder sur les côtés négatifs. Après tout, à quoi bon ? Les femmes enceintes étaient embarquées dans un voyage qui passait par les heures éprouvantes du travail pour arriver à la maternité, sans possibilité de prendre un raccourci. Alors pourquoi révéler que ce parcours était plein de dangers, réaffirmant ainsi la vieille conception allemande de l’accouchement comme un moment de péril suprême ? En tant que sages-femmes, nous savions qu’une peur intense pouvait entraver la phase de travail et avoir de lourdes conséquences. Nous avions besoin de mères prêtes à accueillir le travail dans leur chair, si tant est que l’on puisse accueillir la douleur et l’inconfort. Après d’innombrables heures passées auprès des femmes en travail, je croyais fermement que l’angoisse était notre ennemi numéro un, contre lequel la bonne humeur constituait le meilleur remède.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   26 septembre 2019
Les sages-femmes adorent discuter, analyser et décortiquer les choses. Les bavardages en salle de pause après un accouchement sont l’occasion d’évoquer la beauté d’une naissance ainsi que nos petits dilemmes : comment informer les femmes de l’intensité de ce qu’elles vont devoir traverser pendant la phase de travail ? Doit-on leur décrire en détail les souffrances et l’extase de l’accouchement avant le jour J ? Cela m’a poussée à m’interroger sur les grands problèmes moraux auxquels nous, sages-femmes, sommes parfois confrontées, avec pour questionnement ultime les cas où nous ne souhaiterions pas nous mettre physiquement et moralement en péril pour assurer la sécurité de la mère et de l’enfant. Qui cela pouvait-il concerner, et quand ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : sages-femmesVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Mandy Robotham (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2162 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..