AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 275603875X
Éditeur : Delcourt (03/01/2013)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 70 notes)
Résumé :
Admis dans une résidence pour le troisième âge parce qu'il souffre de la maladie d'Alzheimer, Ernest ressent la vie en collectivité comme une épreuve. Mais il accepte bientôt son nouvel environnement et décide de se battre afin d'échapper à la déchéance à laquelle son mal le destine. Pour l'auteur, la communauté des hommes est pareille à une bibliothèque dans laquelle les livres s'amoncellent en montagnes de papier jaunissant peuplées de rêves et de fantaisies. L'us... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  15 octobre 2013
Jean n'en peut plus de l'état de santé de son papa, Ernest. Alors qu'il essaie de lui faire avaler sa soupe, celui-ci lui parle de prêt hypothécaire. Directeur d'une banque pendant plus de 20 ans, il se croit face à un client. Cela ne fait plus aucun doute pour Jean: son papa est malade, a certainement la maladie d'Alzheimer et ne peut que se résoudre à le mettre dans une maison de retraite. C'est ainsi qu'Ernest fera la connaissance d'Alphonse qui répète tout ce que les autres disent, Emile, son compagnon de chambre, chapardeur et rusé pour soutirer de l'argent à ses camarades, Simone qui veut sans arrêt appeler ses enfants pour qu'ils la ramènent chez elle, Madame Rose qui se croit toujours dans un train en direction d'Istanbul ou encore Georgette et Marcel, un vieux couple amoureux comme au premier jour... C'est ici qu'il fera connaissance avec ces petits vieux dont il se sent si éloigné, cet hospice où l'on passe son temps devant des reportages animaliers à la télé, à prendre ses médicaments, à manger et surtout à attendre que le temps passe...
Adapté en film d'animation sous le titre Arrugas, cet album s'attaque ici à un des sujets encore tabous et peu exploités dans la bande dessinée à savoir la vieillesse, la maladie d'Alzheimer et les personnes âgées. Paco Roca a su traiter tout en finesse, délicatesse, humour et tendresse ces sujets auxquels nous serons tous confrontés un jour ou l'autre. A la fois drôle et dramatique, enjoué et triste, léger ou plus grave mais toujours profondément humain, cet album, sans être larmoyant, est vraiment touchant et incroyablement juste et magnifique. A cela, ajouter un dessin au plus proche de la réalité, un trait fin et des couleurs vivantes et l'on obtient un beau récit sur la vie.
En prime, une préface de Jirô Taniguchi, de quoi être comblée...
La tête en l'air... de quoi ça parle déjà?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
gill
  08 janvier 2014
Ernest, ancien directeur de banque, entame son dernier voyage.
Accompagné de ses enfants, il arrive à la maison de retraite.
Diagnostiqué "Alzheimer", sa compréhension des choses qui l'entourent commence à se ressentir d'un certain effacement de sa mémoire dite "récente" au profit de la résurgence involontaire d'anciens souvenirs surgis de son passé.
Bref, ses facultés cognitives ne sont plus aussi pointues !
Émile, un autre résident, va lui faire découvrir son nouvel univers...
Si vous croisez ce petit chef-d'oeuvre, ne le laissez pas échapper.
Lisez-le, à tout prix. Vous en sortirez changé, meilleur, peut-être.
Cette bande-dessinée est un livre humain, profondément humain.
L'auteur, Paco Roca, est espagnol.
Son sens de l'observation, sa compréhension de la pathologie de la démence d'Alzheimer et sa connaissance de l'univers d'une maison de retraite sont sidérants !
Sa manière de les retranscrire, textes et dessins confondus, ne l'est pas moins.
Tout y est.
Les deux premières pages, astucieusement bluffantes, donnent le ton.
Le propos est lucide, sans concession mais ne tombe à aucun moment dans le misérabilisme.
Il réussit l'exploit de redonner à la maladie sa part de responsabilité dans le comportement de ses personnages et replace chacun dans sa dignité naturelle.
Je travaille comme aide médico-psychologique et assistant de soins en gérontologie dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes et je pense, qu'après avoir rendu ce volume emprunté à la médiathèque, je vais m'empresser d'en acheter un autre exemplaire pour le déposer dans la salle de pause de mon établissement.
Il va faire sensation !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          216
Silena
  13 juin 2015
La tête en l'air ... Mais qu'est ce que c'est?
Suite à une vie professionnelle bien remplie, la mémoire d'Ernest lui joue des tours.La maison de retraite devient une évidence.
Ernest fait la rencontre de nombreuses personnes et se lie tout particulièrement d'amitié avec Emile son camarade de chambre. C'est la découverte d'un nouvel univers. Dès les premières apparitions de la perte de mémoire de leur nouvel ami, ils vont faire tout leur possible pour qu'il évite de se retrouver à l'étage " des causes perdues" de la maison de retraite.
Dans cette bande dessinée, ce sont des sujets très peu abordés: les ravages de la vieillesse, la maladie d'Alzheimer. Paco Roca a su aborder le sujet avec tendresse, humour et poésie. Quelle justesse et quelle humanité dans ce livre.
Nous sommes confrontés au monde des maisons de retraite, du mal être qui peut y régner dans cette antichambre avant la mort. Nous avons quelques petites bouffées d'air frais grâce aux souvenirs évoqués des personnages qui nous attendrissent et créent en nous de la compassion.
Une belle découverte!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Biname
  20 mai 2013
La maladie d'Alzheimer. Fléau qui vous coupe tout doucement du monde et vous berce dans l'illusion du passé. Cette maladie qui vous fait perdre toute votre identité, vous réduit à un nuage flou, un point d'interrogation continuel sur votre existence. Qui je suis, qui tu es.
Ernest est atteint de cette maladie. Celle-ci est déjà bien installée en lui. La famille n'a plus le choix et doit le mettre dans une maison médicalisée. Ernest n'accepte pas ce choix, certes il oublie quelques petites choses mais il est encore totalement capable de s'occuper de lui. Commence un quotidien lent, ponctué de très long moment d'ennui. Emile n'est jamais très loin de lui, il est le papy voyou de la maison et n'hésite pas à mettre en place quelques arnaques financières, tout en pensant le petit groupe à se rebeller, voir même de s'enfuir de la maison. Cette BD m'a réellement touchée mais surtout le dessin car l'auteur a su illustrer la maladie dans les dernières planches. C'est là que la pièce est tombée et que j'ai compris la réelle souffrance que vivait ces personnes. Entre rires et larmes cette est un petit bijoux à découvrir au plus vite
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LisLou
  31 août 2017
Ernest est atteint par la maladie d'Alzheimer. Son fils, Jean, le place en maison de retraite.
Ernest va y rencontrer Emile qui soutire de l'argent pour un oui pour un non à ses camarades notamment à Simone qui veut toujours appeler ses enfants.
Alfonse répète tout ce que les autres disent.
Madame Rose se croit dans un train direction Istanbul...
La sujet est traité d'une manière sérieuse mais aussi drôle et touchante.
A lire!
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (1)
ActuaBD   14 février 2013
Avec une trame remarquablement construite, La Tête en l’air trouve en permanence des transitions dynamiques, autant dans l’approfondissement des personnages que la progression de la maladie d’Ernest.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
gillgill   08 janvier 2014
"La tête en l'air" a fait l'objet d'une adaptation en film d'animation par Ignacio Ferreras (titre original : Arrugas). Sorti sur les écrans espagnols en 2011, le film connaît depuis une très belle carrière interniationale.
Il a obtenu les récompenses suivantes :
- prix Goya 2012 du meilleur film d'animation et du meilleur scénario adapté
- mention spéciale au festival international du film d'animation d'Annecy (2012)
- prix du meilleur film d'animation au festival du film d'animation de Stuttgart (2012)
- prix du public du meilleur long métrage au festival Anima, en 2012, à Bruxelles.
(extrait de la quatrième de couverture de l'album paru aux éditions "Delcourt" en 2013)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
gillgill   05 janvier 2014
Merci à Juanjo, l'auxiliaire aux dreadlocks qui s'occupe des personnes âgées avec tant de tendresse, à Juan l'infirmier qui m'a raconté un grand nombre d'anecdotes et a répondu à toutes mes questions, à Macarena pour m'avoir permis de consulter ses notes de pathologie de la vieillesse, à R Soto pour sa relecture des passages à caractères médicaux, à Boke pour l'aide apportée à la conception des designs de l'album et à tous les amis qui m'ont confié les histoires de leurs proches....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LadydedeLadydede   19 septembre 2013
- Nous devons agir. Profiter de ces dernières années de vie. Vous voulez vraiment rester ici, à dormir et à jouer au bingo en attendant la mort ?
- Qu'est-ce que tu veux faire ?
- Je ne sais pas, moi. Tenter de changer le monde. C'est une mission trop sérieuse pour a laisser aux mains des jeunes. Ils sont trop occupés à penser au sexe et aux drogues...
- Emile, la sénilité vous a frappé d'un coup. Je vous rappelle que nous sommes vieux et c'est pour ça que nos agissons comme des vieux.
- C'est justement grâce à notre âge que nous n'avons plus rien à perdre. Nous ne pourrions même pas aller en prison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mandrake17mandrake17   01 juillet 2017
- En vérité, vous détestez la vieillesse.
- Evidemment, on devient des poids morts, une charge pour la société. Nos familles font appel à nous quand il s'agit de faire des cadeaux ou pour aller chercher les enfants à l'école, et quand nous n'en sommes plus capables, elles nous laissent ici et nous oublient.
Commenter  J’apprécie          11
mandrake17mandrake17   22 juin 2017
- Je ne comprends pas ce qui justifie toutes ces pilules, ces régimes et ces interdictions...
- Ça nous sert à vivre plus longtemps.
- A mal vivre plus longtemps, vous voulez dire.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Paco Roca (113) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paco Roca
I MAESTRI DEL FUMETTO #2: Paco Roca con Emotional World Tour
autres livres classés : maladie d'alzheimerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3445 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..