AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2878271440
Éditeur : Rackham (19/01/2012)

Note moyenne : 3.07/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Dans l’Espagne de la fin des années 50, les dessinateurs vedettes de la Editorial Bruguera, le plus important éditeur de bandes dessinées du pays, quittent la maison d’édition pour fonder une revue entièrement autogérée, Tio Vivo, dont ils sont à la fois propriétaires, directeurs éditoriaux et principaux auteurs.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  19 décembre 2012
- ABANDON - (ennui)
► Pourquoi je n'ai pas aimé :
- parce que l'histoire tourne en rond, qu'il y a des flash-back dont je me serais passée, parce que l'album est à la fois dense (graphisme) et dilué (le récit)...
- parce que les personnages sont difficiles à distinguer les uns des autres
- parce que je suis particulièrement déçue après le coup de coeur pour Rides, de cet auteur
- parce que je ne m'intéresse pas à l'histoire espagnole de la BD, telle qu'elle est présentée ici, très ciblée sur la fin des années 1950
► Ce que j'aurais pu aimer :
- le contexte historique intéressant (le franquisme)
- en apprendre plus sur la BD
- l'hommage de l'auteur à des dessinateurs qui l'ont inspiré
► Ce que j'ai aimé :
- le côté vintage (télévisions, machines à écrire, panneaux publicitaires d'époque)...
- décider d'abandonner cette lecture
Les points positifs étant largement minoritaires, je jette l'éponge à mi-parcours, je ne pense pas changer d'avis en persévérant...
Commenter  J’apprécie          150
Christw
  23 janvier 2013
En voyant la couverture sur la liste de Masse critique, j'ai opté pour cette BD, parce que le style semblait me convenir.
Il est vrai qu'un fois le livre en main, le dessin et surtout ces couleurs, variations légères sur monochromes passés, me plaisent beaucoup. La ligne est claire, avec, cependant, le trait des visages qui ne marque pas assez les personnages : ils semblent avoir un peu tous la même tête.
Le scénario : d'abord dérouté parce qu'on va et vient dans le temps, je n'y ai pas compris grand chose au départ. Pourtant la préface présente fort bien le sujet : quatre dessinateurs quittent la grande maison d'édition Editorial Bruguera pour tenter leur chance seuls. Sous le régime franquiste, cette décision est un gros pari, car Bruguera a la main-mise sur tout ce qu'on publie dans divers domaines à l'époque. En fin de volume, l'auteur Paco Roca (voir ses beaux albums Rides) explique longuement ses motivations. Tout cela est fort bien fait et offre des informations intéressantes.
Mais la BD n'arrive pas à me convaincre : impossible de m'accrocher à ces cases sans lien, apparemment décousues, soudain répétitives dans leur dessin. Je comprends que certains dessinateurs recourent à des scénaristes spécialisés pour se concentrer sur le dessin. Ici il y a soit une volonté de créer des effets que les amateurs férus de BD apprécieront peut-être, ou alors il y des lacunes dans l'élaboration du message illustré.
Il est certain que cet ouvrage vaut par sa valeur hommage à ces quatre dessinateurs dissidents, mais bon, je ne connais pas bien la BD espagnole et encore moins son histoire : il est sûr qu'un livre mettant en scène Hergé, Peyo et Walthéry, m'aurait davantage interpellé.
Voilà, un beau livre entre les mains, de très beaux dessins parfois, avec un souci du détail des rues de Barcelone des années 50 et le style vintage des objets. Bien que les circonstances historiques soient intéressantes, je ne connais pas ces dessinateurs espagnols, sujet qui est, me semble-t-il plutôt destiné à des aficionados.
Merci à Babelio et RACKHAM de m'avoir permis de découvrir ce livre.

Lien : http://www.christianwery.be/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
OliZ
  13 février 2012
Cinq des auteurs les plus populaires des éditions Bruguera de cette époque ont donc décidés de réunir leur talent, leur expérience pour créer un magazine, Tio Vivo, d'une excellente qualité par sa forme et son contenu. Une première dans le milieu alors que l'Editorial tiens le monopole. Cette maison d'édition fut fondée par Juan Bruguera entre 1910 et 1911 sous le nom de El Gato Negro, se baptisa ensuite Editorial Bruguera (1940-1986) et devint une des principales entreprises espagnoles dans le domaine de la culture populaire. Un colosse dans le milieu de la BD et du livre illustré, et qui publie également des romans, nouvelles et des ouvrages de poésie.
L'hiver du dessinateur de Paco Roca, est donc un travail de mémoire, un hommage à ses pères, ceux qui ont osés s'opposer à la grande autorité de leur éditeur !
Mais n'est-ce pas une bataille perdue d'avance ? Pas simple à ce moment de l'Histoire d'Espagne, de remettre en question leur statut d'auteur pour tenter d'améliorer leur sort. Cela ressemble à David contre Goliath, où le droit d'auteur est un impensable chimère.
Ce qui est décrit est le résultat d'une enquête approfondie, une approche brillante à un moment critique dans l'histoire de ce pays à travers l'aventure d'un petit groupe d'artistes.
Paco Roca, avec simplicité expose les faits. Il ne juge pas. Il reconstitue par petites touches, l'ambiance d'une époque, celle de l'Espagne de Franco, une Espagne faite de restriction et de censure.
Le récit commence à l'hiver 1959, et se termine à l'automne 1979, en passant par un rythme de saisons d'avant en arrière, la lecture est chapitrée et nous envoie de la fin de l'été de 1957 à l'hiver 1958, viendra le début du printemps 1957, pour ensuite nous offrir un premier passage de Noël 58, avant de retourner à l'été 57, et de revenir à ce Noël 58. Autant de changement pour autant de couleur. Ambiance bleutée pour les passages hivernales, et ambiance jaunie, feutrée pour les moments estivales ! C'est magnifique.
Les images très expressive laissent paraître les sentiments des personnages. C'est riche de dialogue, et de détails. Paco Roca, auteur de Rides aux éditions Delcourt, Rue de sable toujours chez Delcourt, et L'ange de la retirada, aux éditions Six pieds sous terre, obtient ici avec L'Hiver du dessinateur, un portrait complètement nu du caractère de l'humanité.
Une grande leçon d'altruisme au sein d'une époque qui n'incitait pourtant pas au partage …
Lien : http://alamagie-des-yeux-dol..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pilyen
  25 février 2012
Paco Roca, auteur espagnol, avait déjà publié chez Delcourt en 2007 "Rides", un très bel album sur la maladie d'Alzheimer puis "Les rues de sable" en 2009, beaucoup moins réussi.
"L'hiver du dessinateur" qui sort en ce moment chez Rackham relate un essai d'émancipation de cinq auteurs de bande dessinée dans l'Espagne franquiste de la fin des années cinquante. A cette époque là, régnait un seul éditeur nommé Bruguera qui employait toute la fine fleur de la bande dessinée locale. Quand je dis employer, c'est plutôt exploiter car ces dessinateurs, payés à la planche, ne possédaient aucun droit sur leurs dessins, restant la propriété de l'éditeur. Cinq frondeurs, épris de liberté, décident de fonder un journal concurrent. Hélas, leur entreprise se verra très vite empêchée par le gros éditeur qui les réembauchera.
C'est album est avant tout destiné aux grands amateurs de bande dessinée, aux historiens aussi et aux espagnols qui ont bien connu cette époque. le thème n'est pas réellement porteur pour le grand public.
Cependant, il possède des qualités indéniables.
Tout d'abord, un coup de chapeau au dessin de Paco Roca, absolument magnifique, remarquablement mis en valeur par une subtilité éditoriale qu'est la coloration des pages selon les saisons où se déroule l'histoire. Quand c'est l'hiver, les pages sont légèrement bleutées, rosées au printemps, jaunies à la fin de l'été. Cela crée un climat à la fois suranné et nostalgique du plus bel effet.
Ensuite, il y a, en creux, une très fine évocation de l'Espagne franquiste, de son manque de liberté, de sa censure et de sa société muselée.
Et pour terminer, un joli portrait en demi-teinte traverse cette histoire, celui du senor Gonzalès, l'affreux directeur de la rédaction , avec son crayon rouge, corrigeant sans état d'âme les planches de ses rédacteurs. Il passe sa carrière à se faire détester et à transformer sa vie en désert. Un peu comme le régime de Franco...
La fin sur le blog :
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MarianneDesroziers
  25 janvier 2013
1957. En Espagne. Cinq des plus grands dessinateurs de B.D. des célèbres éditions Bruguera partent fonder leur propre revue. C'est cette aventure que nous raconte cette bande dessinée de Paco Roca, auteur espagnol appartenant à la jeune génération qui renouvelle le roman graphique.
Personnellement, j'ai été très déçue par ce livre. Je pensais que, par son sujet, il pourrait m'intéresser. Or, je n'ai pas aimé le dessin (un peu trop franco-belge pour moi, plus habituée au style américain) et je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages, ni à leur courage, leur audace, leurs réussites ou leurs difficultés.
Une B.D. lue dans le cadre de l'opération Masse Critique de Babelio.
Lien : http://lepandemoniumlitterai..
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (3)
Sceneario   03 février 2014
Un album qui reste à la fois un document très instructif et un superbe objet !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDSelection   17 février 2012
L’Espagnol Paco Roca, en pleine possession de son art, réussi à mettre en scène des personnages absolument pas manichéens, pétris de doutes et de contradictions, de courage et de faiblesses…
Lire la critique sur le site : BDSelection
Actualitte   23 janvier 2012
Dans un style très "ligne claire" qui reflète si bien cette période, Roca se sert beaucoup de plans fixes - parfois sur une planche entière - accentuant cette impression d'assister à une pièce de théâtre un peu désuète !
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ZilizZiliz   19 décembre 2012
[Espagne, fin des années 50]
Quand j'ai dit [à mes parents] que je quittais la banque pour devenir dessinateur, c'est comme si j'avais annoncé que je me lançais dans le strip-tease.
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Paco Roca (113) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paco Roca
I MAESTRI DEL FUMETTO #2: Paco Roca con Emotional World Tour
autres livres classés : franquismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3479 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre