AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782757803783
473 pages
Éditeur : Points (02/03/2007)
3.5/5   23 notes
Résumé :
Insolite face-à-face que celui-ci : d'un côté, Georges-Marc Benamou, journaliste et écrivain volontiers irrévérencieux, dernier confident de François Mitterrand ; de l'autre, Michel Rocard, grand homme politique, socialiste de cœur et de tête, qui accuse Mitterrand non seulement d'avoir assassiné la " deuxième gauche " mais aussi d'avoir perverti la gauche tout entière.

Face-à-face surprenant et d'une grande richesse. Car à des questions qui ne le mé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
leonardo2000
  20 janvier 2021
Le roi quoi.
La classe absolue autant dans la construction des idées que dans la verve.
C'est savoureux. Brillant. Bourré de références audacieuses.
Je me demande dans quelle mesure Rocard aurait eu un autre destin si Mitterand ne l'avais pas à ce point diminué. C'est une question que nous sommes beaucoup à nous poser. la réponse que semble nous donner Rocard dans ce livre c'est qu'il a fait selon la bonne marche du pays et que son sort personnel ne comptait pas. La classe .
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   12 octobre 2016
Mon expérience sur le long terme, c’est qu’au fond il y a deux approches du politique. ll y a l’approche par le goût des choses faites, par le plaisir de résoudre les problèmes. Aristide Briand est probablement l’exemple le plus fort de ce type d’homme politique. L’ autre approche, celle de Clemenceau et de Mitterrand, est fondée sur le goût du pouvoir. Briand n’a pas laissé de Mémoires. Il ne sculptait pas son image, il s’en moquait. Briand ne s’intéressait qu’aux décisions à venir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   12 octobre 2016
Je ne suis pas contre le rêve mais je reprochais alors à Mitterrand d’avoir fait rêver sur n’importe quoi... Mendès, lui, a fait rêver une génération. Et moi aussi, avec ce que ma politique préconisait d’aide au développement et de solidarité ! L’imagination sociale a toujours été de notre côté.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   12 octobre 2016
J’ai commis l’erreur de ne pas gérer l’une et l’autre sphère, celle du symbole et celle du concret, avec la même attention. Je maintiens que, dans l’art de la réforme active, tout ce qui est symbolique peut devenir terrifiant et, en général, contre-productif. Si, par exemple, j’avais parlé d’« intéressement » dans le cadre d’une loi de modernisation, il n’en serait jamais rien sorti...
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   12 octobre 2016
Et Chirac me dit quand même : « Méfie-toi de Mitterrand, c’est quand il te sourit qu’il a le poignard le plus près de ton dos. »
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   12 octobre 2016
La télévision a besoin de détruire la sphère politique parce qu’elle croit qu’elle est le vrai pouvoir, disait-il. Par conséquent, ils sont toujours en train de vous casser l’image, soit en orientant mal les éclairages, soit en mettant en valeur une erreur vestimentaire, soit — c’est toujours Mitterrand qui parle — en prenant votre mauvais profil ; personne n’est symétrique, on a toujours un profil meilleur que l’autre, sachez-le et présentez toujours le meilleur, ne vous laissez pas conduire par les metteurs en scène, ils feront toujours le contraire de ce qu’il faut. Des choses comme ça...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Michel Rocard (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Rocard
Vidéo de Michel Rocard
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
autres livres classés : politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura