AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782702165478
306 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (09/10/2019)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 72 notes)
Résumé :
Ce flic n’affronte pas seulement le Mal.
Il combat les Ogres.

Paris, en pleine nuit. Amaury Marsac, chef de groupe à la Criminelle, découvre dans le hall d’un immeuble sa plus jeune équipière, Lise Brugguer, gisant entre la vie et la mort. Près d’elle, un cadavre d’homme à la tête explosée, mais pas d’arme.
Avant de sombrer dans l’inconscience, Brugguer lui révèle qu’elle a une fille de trois ans, qui est peut-être en danger, et que lui,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
audelagandre
  09 octobre 2019
Marsac est chef de groupe au 36 quai des Orfèvres « Une adresse mythique pour une vie usante, et un métier de chien, qui le dévore avec application. » Une nuit, sa nouvelle recrue Lise Brugguer l'appelle pour lui demander de venir à son secours. C'est touchée d'une balle dans le dos qu'il l'a retrouve au pied d'un escalier, dans un immeuble inconnu, à côté du cadavre d'un homme mort, abattu d'une balle en pleine tête. En attendant les secours, dans un dernier souffle, elle le supplie de s'occuper de sa fille Liv, 3 ans dont elle n'avait jamais parlé à personne. Pour la première fois, Marsac se voit contraint de mentir à son équipe et de mener une enquête qui commence par de lourds secrets.
J'avais découvert la plume d'Elsa Roch en février 2019 en lisant son roman « Oublier nos promesses. » J'avais alors été subjuguée par cette fascinante capacité à mettre tant de lumière dans un récit noir. Dans ce nouvel opus, Elsa Roch fait montre d'une poésie exacerbée dans ce récit tendre et suffocant qui touche au domaine de l'intime, de l'enfance et de l'adolescence d'une gamine qui s'est tue. Les ogres, surtout présents dans les contes pour enfants, existent dans la vraie vie, et lorsqu'ils prennent forme humaine, au sein d'un foyer, c'est tout un équilibre en construction qui vacille. « L'amour, cette belle excuse, cette chimère qui mène au pire » fait parfois entrer le loup dans la bergerie.
On reproche parfois aux auteurs du noir d'être trop explicites dans la description des violences subies par leurs héros. Des scènes trop détaillées, trop réalistes, trop visuelles donnent souvent au lecteur des hauts le coeur. Vous ne trouverez pas ces scènes-là ici. Néanmoins, la violence psychologique peut être bien plus cruelle et Elsa Roch psy de formation va nous en faire une formidable démonstration. Si « Sous les murmures d'amour se cachent parfois de belles saloperies », la vie cache aussi de beaux salopards ordinaires : votre voisin de pallier, votre patron, votre collègue de vie associative, votre frère…. C'est précisément de ces personnes ordinaires que l'auteur nous parle, celles qui se cachent sous des masques d'honorabilité.
Avant de vous parler des deux personnages emblématiques de ce roman, je voudrais m'exprimer sur le rôle de la mère très présent dans ce texte, celle que l'on a eue et celle que l'on s'efforce d'être. « Certaines mères n'ont de maternel que le titre. Rangez-la dans cette case. » dit Brugguer à propos de sa mère. Elsa Roch oppose la mère défaillante (ici celle de Lise) et la mère en devenir. À l'heure où, de retour dans ma région natale, celle où vit ma propre mère, je continue de m'interroger sans cesse sur l'importance de ce rôle clé, phare, essentiel dans notre construction. Elle est pour moi le commencement de toutes ces défaillances humaines lorsqu'elle ne joue pas son rôle de protectrice ou de confidente et qu'elle fait montre de silence devant des actes odieux. Je suis touchée en plein coeur dans la façon inspirée que l'auteur a de les opposer et d'en faire une leçon de vie.
Ce roman révèle les secrets d'une famille défaillante, boiteuse et chancelante, à la fois dans la vie de Lise Brugguer, mais d'une certaine façon aussi, dans celle de Marsac. C'est la façon dont elles boitent qui est différente. « Il y a quelque chose de pourri au royaume des secrets de famille, et les plus lourds, dans cette insistance à les cacher à n'importe quel prix, s'emparent des rênes de nos destins, maîtres impitoyables et silencieux. »
Marsac et Lise Brugguer étaient donc faits pour se rencontrer, se comprendre et s'épauler. Amaury Marsac vit avec le fantôme de sa soeur disparue. Son souvenir le hante, la culpabilité le dévore, l'absence de deuil officiel demeure une plaie béante. C'est à travers le personnage de Marsac qu'Elsa Roch ausculte les failles de l'être humain et fait naître une profonde sensibilité chez cet homme abonné aux -ides ( homicides, infanticides, etc..) Lorsque Marsac rencontre Liv, son coeur s'ouvre. « Cette fille lui déchire ce qui lui reste de coeur. C'est bien la dernière chose à laquelle il s'attendait. » Liv, petite fille aux yeux aurifères pas comme les autres, « (…) son visage d'ange serein se balance d'avant en arrière, sans un mot (…) Ses mains voltigent parfois dans l'air. On dirait deux papillons qui s'envolent. » sera baptisée Miss Butterfly. Marsac, « lui qui, certains matins comme celui-ci, aimerait bénéficier d'une existence alternative, où parfois il existerait, et parfois pas. » devient le protecteur, le père de coeur de cet amour de 3 ans qu'il faut protéger.
Préparez-vous ! Cette rencontre, ces liens, cette relation est l'une des plus bouleversante qu'il m'ait été donné de lire. Au-delà du fil conducteur de l'intrigue policière, c'est ce tête-à-tête, magnifique, poignant qui sublime le roman et la façon dont Elsa Roch la raconte fait le reste. Cette plume poétique, vibrante, empreinte d'émotions virevolte à travers les pages, et nous permet, à nous lecteur, d'en être le témoin privilégié. « Contre toute attente et en dépit de ses effroyables silences, Liv les attire dans un monde meilleur, celui de la différence, mais aussi de la candeur, des coeurs qui palpitent plus fort à son contact, de l'envie qu'elle fait naître de se surpasser. Oui, cette enfant est aussi un bonheur. » Cette petite fille, certainement atteinte de troubles autistiques est une magicienne qui rassemble et ouvre le coeur des hommes qui l'approche. Raimbault, bras droit de Marsac en est le second touché. « Pour lui, les heures avec Liv ont laissé leurs traces. Submergé par un désastreux sentiment d'impuissance, il ne sait plus s'il faut essayer d'entrer dans son monde, à elle, ou tenter de l'amener, elle, dans le leur. Ses certitudes se sont évanouies dans le regard d'une petite fille de trois ans. Elle le bouleverse, lui, le flic rodé aux vertiges du mal et de la mort… »
le quotidien d'une vie de flic, la difficulté d'un métier impossible à quitter le soir venu « Une autre nuit s'achève au milieu des hurlements des sirènes de police et des véhicules d'urgence, son ciel de plomb zébré par des éclairs bleutés qui n'en finissent pas de mettre en lumière la dévastation du monde. », s'oppose aux mantras de Miss Butterfly « MamanAmour, PapaLàHaut, JulietteChérie, AmauryDouceur, MarcRainbow ». La beauté du texte, la pureté de cette relation bouleversante fera naître quelques papillons dans votre ventre, et des émotions cristallines à toucher les étoiles.
Elsa Roch prouve une fois encore, par une maîtrise de style irréprochable, que l'on peut raconter des choses noires avec beauté et grâce littéraire sans s'enfermer dans pléthore de descriptions crues. Elle marque vos pensées au fer rouge et l'on se souvient finalement que de la pureté de cette rencontre entre un homme blessé et une petite fée qui fait danser les papillons.

Lien : https://aude-bouquine.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Zippo
  05 mai 2020
Mon premier roman d'Elsa Roch.
Je suis conquis.
Le commissaire Marsac, sombre et portant le poids d'une douleur sans fin, mais dont l'amour est à fleur de peau pour une enfant, Liv, la fille d'un membre de son équipe, Lise qui, grièvement blessée ne peut s'occuper d'elle.
Marsac va mener la lutte contre l'Ogre tout en s'occupant de l'enfant. Son équipe est composée de flics très attachants.
Une histoire avec le sourire lumineux de Liv face à la noirceur absolue de l'Ogre.
Des personnages poignants, abîmés par la vie.
L'auteure les traite avec beaucoup d'humanité, avec une sensibilité exacerbée.
Avec ce livre, nous sommes bien au-delà d'un polar...Liv, l'enfant autiste et l'autisme sont au centre du récit.
Il n'y a pas de temps mort, il y a du nerf, un rythme haletant...Des chapitres très courts qui accélèrent l'action.
Un bouquin qui se lit frénétiquement.
Elsa Roch m'a "scotché".
A lire absolument.
Commenter  J’apprécie          460
jalleks
  21 octobre 2019
Troisième opus d'Elsa Roch
J'avais compté, depuis l'année dernière, les quelque 365 jours qui me sépareraient de ce Baiser de l'Ogre.
Et puis le jour J arrive, intensité, palpitations et émotion.
Deux jours passent. Et l'on en vient à détester ce temps qui vole les mots bien trop vite. Parce que la lecture est effrénée.
Parce que la beauté et la délicatesse du propos glissent sous nos yeux et qu'on a le coeur trésaillant.
Je quitte Marsac, le héros, encore une fois, le toquant un peu vide, parce qu'il me manque déjà. Il est usé, et pourtant il n'a que quarante-trois ans. Certains commencent une seconde vie à cet âge-là. Mais la vie de flic passe bien plus vite qu'une vie normale. Comme une vie de chien. Alors il tente d'évacuer toutes les laideurs du monde, la nuit, au bord de la Seine, amie fidèle des désespérés.
Avec Elsa, derrière l'uniforme et la plaque de flic, il y a toujours l'humain. Et les personnages nous plaquent contre nos propres démons, nos propres ogres.
Elsa distille la mélopée de la vie, de ces écorchés qui pourraient être nous.
L'écriture de cette autrice tient de la noblesse. De cette noblesse respectueuse du verbe et de la poésie. Elle esquisse les doutes. Elle peint et dépeint cette liesse d'être en vie. Jusqu'au vers qui pigmente la nuit faucheuse en aube insatiable d'espoir. Puisque lorsque les mots manquent, c'est à nous de les créer, de les sentir, de les dessiner. de les écouter.
Elsa a réinventé le genre policier.
Il y a bien le meurtre, l'ADN, l'enquête, mais il y a surtout l'Homme. Cet être si robuste et si fragile, qui cherche toujours, qui trébuche souvent, qui tait les lumières trop insolentes, mais qui aime, à en crever les cris des absents.
AlskComblée Elsagrâce
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Annesophiebooks
  17 octobre 2019
Coup de coeur pour le Baiser de l'Ogre, d'Elsa Roch.
Ce troisième roman de l'auteure confirme donc son talent et son inimitable plume sous laquelle pudeur, beauté et délicatesse côtoient les instincts les plus sombres.
Une nuit, Amaury Marsac répond à un appel d'urgence de Lise, jeune membre de son équipe, et la rejoint sur une scène de crime.
Arrivé sur place deux surprises l'attendent : la première lorsque la jeune femme, grièvement blessée, lui demande de l'exfiltrer sans en parler au reste de l'équipe et la deuxième quand elle lui fait promettre d'aller lui-même veiller sur Liv, sa petite fille, dont ils ignoraient tous l'existence, et de la protéger d'une menace dont elle n'a pas le temps d'expliquer la nature.
Pourquoi Lise se trouvait-elle dans cet immeuble ? Quel est ce danger encouru par Liv et qu'il ressent jusqu'au plus profond de lui ? Et comment parvenir à gérer l'enquête de son équipe, tout en leur cachant le peu d'infos qu'il a en sa possession ?
Un roman sur l'enfance, la différence, les blessures et la résilience, vécue ou à venir.
Dès les premières pages le lecteur est plongé dans l'action, avec ce sentiment d'urgence qui ne se démentira à aucun moment durant cette lecture.
L'histoire est prenante à souhait, et c'est une véritable réussite, mais c'est loin d'être le seul point fort de ce roman, qui en a d'ailleurs pléthore.
Parmi eux, les personnages : attachants, complexes, voire contradictoires, donc humains au plus haut point.
Qu'ils soient doux, colériques, réservés, excentriques, réfléchis ou emportés, ils nous ressemblent tous, à un moment ou à un autre.
La trame, bien sûr. Ficelée, efficace et prenante, elle captive du début à la fin.
La plume, ensuite. Délicate, poétique même, dans les pages les plus sombres, elle entraîne et enchaîne le lecteur.
Les mots sont beaux, les phrases, sublimes.
Et pour finir, Liv. Ce petit bout, de douceur, de bonheur, de silence et d'amour, qui dégage tant de choses sans avoir à dire un seul mot...
Un polar brillant, un roman noir poétique et lumineux, qui parle d'ogres, de papillons, et nous rappelle ce que l'Homme peut faire de pire, mais également sur ce qu'il sait faire de mieux.
À lire sans hésiter !
Lien : https://annesophiebooks.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
profileuse_criminal_lectrice
  20 octobre 2019
C'est encore avec prouesse et délicatesse, que je me suis plongé dans le nouveau roman d'Elsa Roch " le baiser de l'ogre " .
J'ai retrouvé aussi vite que je l'avais quitté le Chef de groupe à la Criminelle Aumary Marsac, qui se retrouve confronté à découvrir dans le hall d'un immeuble sa jeune équipière Lise Brugger gisant entre la vie et la mort.
Près d'elle un cadavre d'homme à la tête explosé, mais pas d'arme.
Avant de sombrer dans l'inconscience Lise va lui confier sa fille muette, mystérieuse, une petite fille hyper attachante, il va veiller sur elle, comme la prunelle de ses yeux, elle va devenir son obsession coûte que coûte.Lui qui ne connaît rien de son équipière va devoir se retrouvé confronté à sa fille muette au visage doux , il est un peu désemparé au début , mais au bout du compte ,cette merveilleuse petite fille , il va s'attacher à elle , il va peu à peu changer , devenir moins froid , moins distant , mais il va se sentir en phase avec lui même , peu à peu changer doucement vers le sourire , apprendre sur lui même .
En parallèle, il va mener l'enquête pour trouver qui aurait pu en vouloir à son équipière, pourquoi elle était dans le hall , pourquoi en avoir après elle, qu'elle était sa relation avec la victime , vermine criblée de dette .Il va devoir faire table rase pour entrevoir la vérité et démêler cette affaire pas comme les autres et surtout comprendre le secret du passé de son équipière.
Pour ainsi vaincre l'Ogre.
Avec brio à nouveau, l'auteur nous plonge dans une histoire fascinante, on sent dans ce roman qu'elle évoque une rencontre qui a change sa vie et c'est le choix qu'elle a choisi de nous faire part en l'incluant au personnage Amaury Marsac.
J'ai beaucoup aimé aussi en savoir plus sur Lise sa coéquipière.
Qu'elle nous aborde aussi le thème de l'autisme si parfaitement écrit, j'ai trouvé cela beau, j'ai pu ainsi comprendre cette jolie petite fille attachante Miss Butterfly.
Je viens de le terminer je suis à nouveau ultra conquise par l'écriture de l'auteur , cette façon qu'elle a d'écrire tout en harmonie , toute en finesse , tout en poésie , c'est beau , sa devient dure de quitter cette écriture quand le roman se termine .
Malgré que l'histoire n'est pas facile et qu'à chaque fois je ne voies rien venir au dénouement final, il est difficile de quitter, les personnages.
Vivement le prochain.
Bluffant, magnifique ce roman. Il n'y a plus qu'attendre son prochain ^^.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270

Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   23 octobre 2019
Liv l'ignore, mais à cet instant là, Raimbauld pense à Brugguer. Il se dit que le bonheur et l'équilibre sont fragiles. Tant de gens l'ignorent et en prennent conscience brutalement, une fois l'épine fichée dans le coeur et le coeur ensanglanté."
Commenter  J’apprécie          100
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   02 décembre 2019
Une autre nuit s'achève au milieu des hurlements des sirènes de police et des véhicules d'urgence, son ciel de plomb zébré par des éclairs bleutés qui n'en finissent pas de mettre en lumière la dévastation du monde. Aujourd'hui, elle s'incarne sous les traits d'un homme obèse, les bras griffés jusqu'au sang, les yeux creux, la bouche explosée ; une "vermine". Un "ogre", corrige Marsac à la vue du corps difforme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ArlieRoseArlieRose   12 octobre 2019
Marsac rempoche son portable et se tourne vers Liv qui se balance toujours sur le tapis, absorbée par ses mains qu'elle s'applique à faire voltiger devant son visage, et il envie un instant son apparente absence au monde, lui qui, certains matins comme celui-ci, aimerait bénéficier d'une existence alternative, où parfois il existerait, et parfois pas.
Commenter  J’apprécie          50
collectifpolarcollectifpolar   28 novembre 2019
Place Dauphine, Ier arrondissement,

Paris, nuit de dimanche à lundi.



Petite tête de mule infernale ! a envie de crier Marsac. Mais qu’est-ce qu’elle fichait là-bas en pleine nuit et hors service ? L’aube paresse encore et il court déjà dans les rues désertes de Paris, cravate autour du cou, tentant d’oublier les grèves sableuses de ses rêves sur lesquelles, quelques minutes auparavant, il vivait enfin dans un monde meilleur, loin de son quotidien de chef de groupe au 36, quai des Orfèvres. Une adresse mythique pour une vie usante, et un métier de chien, qui le dévore avec application. Il traverse la place Dauphine au pas de course, aveugle à la beauté du « sexe de Paris » louée par les poètes, vérifiant l’adresse affichée sur son écran
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   04 décembre 2019
Effacez toute trace de compassion au fond de votre regard [...]. La compassion implique d'être deux, au minimum. Et vous savez quoi ? On souffre toujours seul. Le reste, c'est du vent.
Commenter  J’apprécie          70

autres livres classés : pedopornographieVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2013 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..