AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782203196773
112 pages
Éditeur : Casterman (15/05/2019)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 291 notes)
Résumé :
Au coeur du Massif des Écrins, un grand loup blanc et un berger vont s'affronter, passionnément, jusqu'à leurs dernières limites.

Jean-Marc Rochette célèbre une nouvelle fois la haute montagne, sa beauté, sa violence, l'engagement et l'humilité qu'il faut pour y survivre.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (73) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  18 mars 2020
Au massif des Écrins, un troupeau de brebis se fait attaquer violemment, en pleine nuit, par une louve. Plusieurs d'entre elles meurent sous ses dents. Gaspard, le vieux berger, suivi de près par son fidèle Max, tire. Abat les brebis trop blessées mais aussi la louve. Il retire la balle logée dans son corps et retourne à sa cabane. Non loin de là, un louveteau affamé n'a d'autre choix que de s'abreuver du sang encore chaud de sa mère. Un louveteau qui n'oubliera pas l'homme qui vient de la tuer...
Deuxième attaque de l'année. Cinquante bêtes. Des brebis et des agneaux recouverts de sang. Des hurlements de douleur. Gaspard, ce vieux berger rustre, taciturne et complètement isolé dans son chalet, avait-il réellement d'autre choix que d'abattre la louve qui venait s'en prendre à ses bêtes ? Pouvait-il la laisser se repaître de ses animaux ? L'on pressent, dès les premières pages, dès le regard du louveteau posé sur sa mère, qu'une confrontation est inéluctable. Et c'est bien à cela que nous conduit Jean-Marc Rochette. Mais d'une manière si subtile, si poétique que le chemin n'en est que plus émouvant, parfois éprouvant. L'auteur, sans être moralisateur, cherche à montrer la complexité des liens entre les animaux et l'homme et la place de l'homme dans l'environnement. Une fable fascinante, mystérieuse et emplie d'émotions. Graphiquement, le trait épais, presque charbonneux et imprécis, apporte rudesse et âpreté à ce récit. L'ambiance est tout à la fois sombre, de par des couleurs obscures, froide, de par ce blanc immaculé, et rayonnante, lorsque la vie renaît.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          716
HORUSFONCK
  02 mars 2020
Un album, comme un chant, un hymne à la guerre ancestrale entre l'homme et le loup.
Le trait de Rochette est âpre, noir et précis. la mise en couleur participe à cette précision du propos: j'ai ressenti ce froid qui tue ou mutile l'imprudent piégé dans la montagne. J'ai participé au festin ivre du loup.
Entre le loup et l'homme, l'un des deux est-il vraiment de trop? Chacun ne doit-il pas trouver sa place, partager?
Gaspard le berger souffre et sa colère risque de l'anéantir. La louve est morte, et son petit a survécu. Entre le loup et l'homme, y'aura-t-il un vainqueur?
Une histoire magistrale, que postface à propos, baptiste Morizot.
Commenter  J’apprécie          702
Crossroads
  24 octobre 2020
- Loup, y es-tu ?
- Oh que oui, mon ami, et je vais te faire la misère !
Il était une fois un berger prénommé, non pas Michel, mais Gaspard.
Pas le gars taciturne, mais presque.
Son jardin, la montagne qu'il arpente en soliste au rythme des saisons.
Aussi, lorsqu'une louve vint chier sur ses plate-bandes en lui flinguant quelques dizaines de brebis et d'agneaux, le gars Gaspard, il a vu rouge.
Rouge comme le sang de la bête qui contraste désormais avec la neige immaculée, laissant derrière elle un louveteau peu rancunier, mais qui n'oublie pas.
Rochette, c'est chouette.
Véritable ode à la nature et à la liberté, cette montagne et les autochtones qui la peuplent peuvent parfois mettre en lumière des duels épiques.
De ceux qui marquent à jamais la cartographie mémorielle d'une région.
Ce livre m'a ramené au vieil homme et la mer, allez savoir pourquoi.
Deux ennemis ancestraux se livrant bataille tout en se respectant.
L'histoire peut sembler triste, elle s'avère porteuse d'une rare beauté assortie d'une humilité saisissante.
Si le trait parfois sombre m'a quelque peu échaudé, le récit bouleversant qui lui sert de support rafle à lui seul la mise.
Un combat sans merci entre deux belligérants bigrement intelligents et tenaces, ça a déjà de la gueule sur papier glacé, mais lorsque ce dernier va jusqu'à flirter avec une folie hallucinatoire, on touche au sublime.
Les paysages sont grandioses.
Les leçons de vie et de mort sont à l'unisson.
Ce récit est un hymne à l'intelligence et au respect mutuel.
Grand moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6010
Ziliz
  22 février 2020
Quelque part dans le massif des Ecrins.
Fatigué de perdre ses brebis, Gaspard abat la louve, laissant un orphelin pas encore sevré. Le petit loup deviendra grand, et ne s'éloignera jamais du berger-chasseur qui a tué sa mère. Pour solde de tout compte ?
Le nature writing, j'évite, je pars vaincue d'avance - je vais assurément m'y ennuyer. A fortiori dans des montagnes en hiver. Le froid, je n'aime pas, le blanc à perte de vue, ça m'angoisse (vive la verdure ou l'océan !).
Par contre les histoires de loups dans les contes et légendes me fascinent, lorsqu'on ne sait pas très bien ce qui se cache derrière la bête (cf. les contes traditionnels, la Bête du Gévaudan, 'La bête' de Chabouté, 'L'homme à l'envers' de Vargas...).
Rien de tel ici, il s'agit bien de lutte entre un homme et un animal, comme dans le 'Vieil homme et la mer' d'Hemingway.
Une lutte qui dure, qui devient une obsession pour Gaspard - il n'abandonnera pas. Une lutte qui se redéfinit.
Un bel album. J'ai aimé les expressions du loup, et bien sûr la question de notre place d'humain dans un écosystème, qui doit se poser en terme de cohabitation et non plus de domination.
Pour résumer et conclure, ces jolis mots de Baptiste Morizot (en postface) : « Un récit initiatique silencieux, dans lequel un homme occidental se libère des mythes belliqueux dont il a hérité, pour passer à des relations de respect mutuel et de réciprocité. » ♥
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5510
berni_29
  09 février 2020
Le loup est une magnifique BD de Jean-Marc Rochette, que j'ai découverte à la faveur d'une opération « Du vent dans les BD », à laquelle participe la médiathèque de ma commune.
Le scénario repose sur une histoire simple. Au coeur du Massif des Écrins, un grand loup blanc et un berger vont s'affronter, jusqu'à leurs dernières limites.
En entrant dans cette histoire, je venais avec mon vécu, à la fois passionné par la montagne, mais sensible aussi à celles et ceux qui défendent la cause des loups. Je connais bien certains endroits du Massif des Écrins. Je connais aussi le Mercantour, lorsqu'un été, dans un camping à la ferme, j'ai pu découvrir de plein fouet le drame d'un berger dont une centaine de ses brebis venait de se précipiter dans le vide à cause des loups...
Ici le propos n'est pas de défendre ni la cause des loups, ni celle des bergers. Alors me direz-vous, serait-ce une sorte d'entre deux, un compromis ? Oui, mais c'est bien plus que cela...
Nous suivons l'itinéraire de Gaspard berger, rythmé par les saisons. Sa vie solitaire se résume à accompagner ses brebis vers les alpages de haute montagne. Il a fait le choix de se couper du rester du monde, de la vallée où « la neige est moins belle ».
En tuant une femelle loup qui vient de décimer son troupeau, il ne soupçonne pas que le louveteau qui va survivre va très vite revenir grandi, occuper le terrain et crier vengeance. Ainsi se dressent les conditions pour accueillir le combat qui va commencer entre ces deux êtres : le berger et le loup.
C'est beau comme une tragédie. Il y a une lutte qui m'a fait inévitablement penser à l'oeuvre d'Ernest Hemingway, le vieil homme et la mer.
C'est le récit d'un affrontement magistral qui, finalement, n'est pas si important que cela dans son dénouement. Dans le chemin difficile, ardu, arpenté, nous voyons se dessiner une réflexion philosophique entre l'homme et l'animal, la place de l'un et l'autre dans un territoire où chacun revendique sa légitimité d'exister.
D'ailleurs, le récit soulève avec pertinence cette question de la légitimité d'appartenir et de dominer un territoire.
Ce que j'ai aimé, apprécié, lu dans ce récit est cette manière qu'a Gaspard d'évoluer dans son ascension pour tuer le loup. Gaspard se métamorphose en montant vers les sommets. C'est un récit initiatique, silencieux, il s'allège peu à peu de ce côté guerrier qu'on confie si facilement aux hommes des vallées face à la question du combat contre les loups.
Le trait du dessin est à la fois généreux et rude, comme les reliefs de la montagne.
Je me suis demandé, si les bergers étaient des femmes, ou plus souvent des femmes, la question du loup serait-elle traitée différemment ?
Dans ce voyage initiatique, j'ai vu se déployer une réconciliation du monde du vivant, vers une sorte de vivre ensemble...
Un très beau texte du philosophe Baptiste Morizot conclut en postface cette BD et illustre ce propos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          485


critiques presse (7)
BoDoi   11 décembre 2019
Rochette ne verse jamais dans le contemplatif, la dynamique scénaristique est implacable et sert ce « thriller » hors norme qui dépasse largement le combat éculé de l’homme contre la nature, ou le discours éco-responsable bien-pensant, pour proposer une voie originale, celle d’un « entre-monde », ni totalement celui de l’acceptation, ni totalement celui du rejet.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   20 août 2019
Magistral affrontement entre l'homme et le loup en haute montagne. Dans la lignée des grands récits de duels sauvages, avec une réflexion écologique en plus. Un grand album.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   27 juin 2019
Rochette doit puiser sa force dans les cimes qu’il aime tant. Cela se voit. Il livre ici une ode magnifique à la nature et à l’aspiration de chaque créature terrestre à vouloir en faire partie à sa manière. Sans doute son plus bel album.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Telerama   10 juin 2019
Après le succès tardif du Transperceneige, l’auteur de BD Jean-Marc Rochette est retourné dans sa montagne natale, le massif des Ecrins. Où il fait corps avec la nature et qui lui a inspiré Le Loup, un album quasi mystique.
Lire la critique sur le site : Telerama
BDGest   05 juin 2019
Simple dans son approche graphique, voire minimaliste, Le loup se révèle un album intense, puissant, riche de réflexions et d’émotions.
Lire la critique sur le site : BDGest
Auracan   29 mai 2019
Pour les amateurs de la montagne, de la nature, de l’humain, cet opus est assurément à découvrir.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDZoom   13 mai 2019
Si Le Loup fournit des réponses, il nous apprend surtout à dépasser le stade de la fable symbolique pour rejoindre le réel : en invitant au respect et en soulignant notre réciprocité avec le vivant, Rochette interroge de fait sur ce que devrait devenir notre écosystème au XXIe siècle…

Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
PresencePresence   18 juillet 2020
La neige s'est réfugiée sur les hauteurs, seules d'étranges coulées blanchâtres persistent, vestiges de l'hiver. Le torrent chargé par la fonte se regonfle d'énergie et son roulement berce à nouveau la forêt. De toutes parts, l'eau jaillit de la montagne. Des cascades puissantes sautent des barres rocheuses, dessinant des gorges profondes où les torrents s'engouffrent, taillant la pierre éternellement. Une eau vive et pure se déverse à profusion vers les basses vallées, une eau miraculeuse que l'homme va souiller un jour. Dans les lacs d'altitude, c'est la débâcle. La glace se rompt libérant un vert d'émeraude, dense et profond, serti par le blanc éclatant des névés. L'herbe se redresse et de ses profondeurs jaillit une multitude de fleurs, avant-garde colorée du printemps. Partout la nature se réveille. Les animaux sont heureux et effarés comme des survivants. Et partout, ça farandole, ça bourdonne. Ça siffle. Ça zinzinule, ça croasse, ça trompette. Ça glapit. Ça hurle. Le troupeau remonte à l'estive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
blandine5674blandine5674   21 août 2019
De toutes parts, l’eau jaillit de la montagne, des cascades puissantes sautent des barres rocheuses, dessinant des gorges profondes où les torrents s’engouffrent, taillant la pierre éternellement. Une eau vive et pure se déverse à profusion vers les basses vallées. Une eau miraculeuse que l’homme va souiller en un jour.
Commenter  J’apprécie          185
PresencePresence   20 juillet 2020
L'hiver est arrivé, les sommets se sont à nouveau blanchis, les glaciers sales de l'été ont retrouvé leur virginité le torrent s'est apaisé, puis s'est tu, figé par le froid, étouffé par l'épaisseur de la neige. Partout le silence, entrecoupé seulement par le grondement des avalanches et le rugissement des tempêtes. Un silence si profond que l'on distingue le battement de son propre cœur.
Commenter  J’apprécie          70
berni_29berni_29   09 février 2020
Ça fait plus de 5000 ans que mes ancêtres les chassent ici. C'est une guerre qui date d'avant les rois de France, qui dure depuis toujours. Alors c'est pas la République qui va me casser les couilles.
Commenter  J’apprécie          112
py314159py314159   27 juin 2019
Les loups et les bergers, ça ne va pas ensemble. C'est eux ou c'est nous. Ça fait plus de 5000 ans que mes ancêtres les chassent ici. C'est une guerre qui date d'avant les rois de France, qui dure depuis toujours.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Jean-Marc Rochette (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marc Rochette
SNOWPIERCER Bande Annonce (NOUVELLE, 2020) Science-Fiction, Série Netflix
autres livres classés : BergersVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3937 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre