AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782203027596
252 pages
Éditeur : Casterman (08/08/2013)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 167 notes)
Résumé :
Un jour, la bombe a fini par éclater. Et toute la Terre s’est brutalement retrouvée plongée dans un éternel hiver gelé, hostile à toute forme de vie. Toute ? Pas tout à fait. Miraculeusement, une toute petite portion d’humanité a trouvé refuge in extremis dans un train révolutionnaire, le Transperceneige, mû par une fantastique machine à mouvement perpétuel que les miraculés de la catastrophe ont vite surnommé Sainte Loco. Mais à bord du convoi, désormais dépositair... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
gill
  12 décembre 2014
Parcourant la blanche immensité d'un hiver éternel et glacé, d'un bout à l'autre de la planète roule un train qui jamais ne s'arrête.
C'est le "Transperceneige" aux mille et un wagons.
C'est le dernier bastion d'la civilisation !
Il abrite et transporte en ses flancs les derniers survivants de ce monde, ceux que la mort blanche a condamné au voyage à perpétuité....
Proloff est un fumier d'queutard, un passager des wagons d'queue...
On dit qu'ils sont des milliers à être entassés dans des fourgons à bestiaux, à crever d'faim et d'froid !
Adeline Belleau appartient au groupement d'aide au tiers-convoi...
Et tandis que dans leur sillage, violence et maladie font rage, tandis que "sainte-loco" poursuit sa course aveugle, Proloff et Adeline remontent obstinément le convoi...
Cet album est une trilogie.
Un premier album "le Transperceneige" écrit par Jacques Lob, dessiné par Jean-Marc Rochette.
Apocalyptique, noir et blanc, tendu, nerveux et tragique, il est superbe.
Paru initialement, au début des années 80, dans l'excellente revue "A suivre", il est transposé en album en 1984 chez "Casterman".
Les deux chapitres suivants, "L'arpenteur" et "La traversée" m'ont beaucoup moins accroché.
Si le dessin de Rochette n'a rien perdu de sa puissance, le scénario, repris par Benjamin Legrand est moins prenant, moins coulant.
Mais ces deux suites, qui datent de 1999 et de 2000, si elles ne sont pas, à mon avis, au niveau du premier opus, restent tout de même deux excellents albums de SF apocalyptique.
Cette trilogie, parue chez "Casterman", offre, en fin de volume une postface, richement illustrée, qui fait l'historique de la série et présente ses auteurs.
Et c'est une fichue bonne idée...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
Verdorie
  02 novembre 2013
Le premier tome de cette intégrale : "L'échappé", correspond à la bande dessinée d'anticipation apocalyptique qui a vu le jour dans la revue (À Suivre) au début des années 1980, illustré par Jean-Marc Rochette sur un scénario de Jacques Lob (décédé en 1990) et parue pour la première fois en album en 1984. le tome deux ("L'Arpenteur") et le tome trois ("La Traversée"), toujours dessinés par Rochette (mais on reconnaît dans ces planches plutôt le peintre qu'il est également), paraissent respectivement en 1999 et 2000, sur des scénarios de Benjamin Legrand.
Personne ne sait exactement ce qui s'est passé...après la grande catastrophe, la terre a basculé dans une ère glaciaire aux températures extrêmes qui ont fait périr presque toute l'humanité...en plein mois de juillet... Les quelques milliers de survivants paniqués ont pu investir le Transperceneige : un train, long de quelques kilomètres et à la pointe de la technologie. (Providence ou calcul de risque des plus nantis ?)
Dès le départ, dans cette Arche-de-Noë-sur-rails, archibondée d'humains aux abois, la hiérarchie à l'horizontale s'est immédiatement imposée. Derrière la Sainte Loco(motive) se trouvent les "wagons dorés", réservés à l'élite politique, religieuse, militaire et autres pourris imbus de leur prétendu pouvoir. Suivent les "wagons des secondes" pour les "chanceux", mais sous l'assujettissement des militaires...et...les wagons-de-queue où les plus défavorisés entassés comme du bétail essaient de survivre dans des conditions innommables (je vous laisse deviner ce qu'on y mange quand les vivres commencent à manquer...).
Proloff, "queutard" de cette dernière zone a décidé de vouloir échapper à cette non-vie pour remonter dans les "secondes"...escapade qui ne plait pas au staff militaire. Adeline, une "seconde", militant pour l'intégration des "queutards", va croiser son chemin...
Dans une mise en page classique, les dessins réalistes complètent parfaitement les nombreux dialogues et mettent en évidence le comportement des personnages. Ces illustrations se déploient en noir, blanc et gris, à l'intérieur des wagons mais, dominent les lignes noires, le blanc et le blanc quand on peut regarder les immenses étendues blanches enneigées que le Transperceneige traverse...dès que ce train apparaît en entier, une "voix-off" commente en strophes, que ce monstre de métal transbahute sans but, accentuant ainsi les sentiments d'oppression et de claustrophobie...
Les deux tomes suivants ne sont pas les suites directes du premier album, mais on reste dans le même univers...avec un autre train, plus imposant, sans fenêtres, clivant le même enfer blanc à -85°C, abritant une autre tranche d'humanité, guère plus enviable...
Des mensonges, manipulations politiques et médiatiques, la religion de Sainte Loco, des jeux télévisées, la décérébration par des voyages virtuels...sont sensés garder ce dernier magma humain et égoïste sur les rails et empêcher déprimes et suicides...
Puig Vallès, un arpenteur solide et Val, créatrice de rêves et (!) fille du conseiller principal, sont les éléments positifs qui cherchent à connaître la vérité...
Les illustrations aux traits maintenant flous (parfois juste esquissés) sont prédominé par une palette de teints encore plus sombres. Noir d'encre, noir, gris foncé, gris plus clair soulignent la claustration écrasante d'une vie dans les wagons sans ouvertures...
Dans le troisième et dernier album, les dessins s'éclaircissent de nouveau, quand un message capté sur les ondes ouvre l'espoir de trouver un objectif à ce voyage dans un monde figé à jamais...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          395
Harioutz
  01 décembre 2018
Cette BD m'a coupé le souffle ... un monde à part, sans foi ni loi ... qui ressemble au final vraiment beaucoup au nôtre ! Des privilégiés, des exclus, et l'impression de foncer à toute vitesse dans le mur ...
Commenter  J’apprécie          486
cicou45
  22 décembre 2019
J'avais vu il y a quelque temps l'adaptation cinématographique qui a été tirée de cette bande-dessinée et ce fut pour moi un enchantement de voir que je disposais dans les fonds de la médiathèque dans laquelle je travaille l'intégrale en bande-dessinée et heureusement que cela s'est déroulé dans ce sens et que le film qui en a été tirée est une très bonne adaptation et que la bande-dessinée originale est loin de m'avoir déçue, au contraire, elle dépasse de loin toutes mes attentes et mes espérances.
"Parcourant la blanche immensité d'un hiver éternel et glacé d'un bout à l'autre de la planète roule un train qui jamais ne s'arrête. C'est le transperceneige aux mille et un wagons." Ce train est en réalité une parfaite représentation de la société car en tête du convoi se trouvent les dirigeants politiques tout la haute société qui se pavanent et ont droit à des chambres individualisées avec au menu, des mets les plus raffinés tandis qu'en queue du convoi se trouvent entassés des centaines d'hommes et femmes qui ne bouffent, pour ce qui est de la viande "quand il y en a" que des rats. C'est de la vermine et tous vivent dans des conditions d'hygiène très peu respectables. Proloff est l'un d'entre eux et c'est lui qui va faire que les choses changent. Trouble-fête, il va être convoqué par les autorités et va traverser wagon après wagon afin de voir ce qui se passe de l'autre côté. En fait, l'on a soi-disant besoin de lui pour raconter ce qui se passe en queue de ce train, qu'il puisse donner un aperçu du nombre de personnes qui y vivent là-bas afin de pouvoir les faire passer dans d'autres wagons car Sainte machine ou "Sainte loco" perd de la vitesse et il est envisagé de détacher les derniers wagons afin d'alléger la charge de la machine. Réalité ou bien foutaises ? Proloff n'est pas dupe, il sait très bien que l'on veut se débarrasser de tous ceux et celles que l'on appelle les "indésirables", qui seraient porteurs de toutes sortes de maladies et que sais-je encore . Comment ce dernier va-t-il s'y prendre pour alerter ces camarades ? Peut-il encore les sauver ? Ce sera également le cas d'Adeline, passagère de deuxième classe et que l'on rencontre dans le deuxième tome de cette série. Aura-t-elle réellement la moindre chance de sauver toutes ses amis ? Pour ceux qu vivent en tête du convoi, on leur vend du rêve si ce n'est que pour eux, ceux qui vivent dans l'arrière de cette immense machine (ou navette spatiale puisque l'on prend bien soin de leur faire gober ce que l'on veut qu'ils croient), cela est le cadet de leurs soucis... Sainte loco, ce transperceneige qui jamais ne s'arrête va-t-elle réussir à poursuivre sa route dans ce monde qui n'en est plus un car les conditions climatiques en sont devenues invivables, avec des températures extérieures avoisinant les - 90 degrés ?
Lob fut vraiment un génie en son temps, un précurseur et la preuve se trouve ici? Avec Rochette et Legrand qui l'ont soit accompagné soir succédé dans ce pari complètement fou mais ô combien réaliste, le lecteur ne peut pas sortir indemne d'une telle lecture, ou alors c'est qu'il est complètement insensible à la cruauté et à la barbarie humaine qui, malheureusement encore aujourd'hui, sont toujours d'actualité. Un lecture que je vous recommande fortement et le graphisme, en noir et blanc, est non seulement tout à fait adapté à ce genre de récit et nous plonge un peu plus au coeur de l'horreur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
gouelan
  22 juillet 2020
Le train perce la neige qui recouvre la planète gelée.
Il fonce, il ne peut pas s'arrêter ; ralentir c'est mourir.
Qu'ont fait les hommes pour être condamnés à errer ainsi à travers l'immensité blanche ? Quel est leur but à part celui de survivre ?
Survivre en établissant des privilèges, des lois implacables, des croyances.
Le train en devient Dieu, une chenille géante digérant ses hommes, malaxant leurs ombres et leurs lumières, tenant leurs vies entre ses rails, dans son mouvement infernal, glacial.
"Sainte Loco source de vie roulez pour nous."
Une BD en noir et blanc, aux traits sombres et froids. L'ambiance est bien rendue ; noirceur éblouissante ou blancheur obscure. Trois parties comme trois wagons, qui s'accrochent, se décrochent. L'adaptation en série par Netflix est un peu différente.
Commenter  J’apprécie          292


critiques presse (1)
Auracan   09 septembre 2013
Cette odyssée d'un train qui, tel l'Arche de Noé, emmène les survivants de l'humanité dans un voyage sans fin conjugue drame, aventure, sentiments et réflexions politique et sociétale.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
RazKissRazKiss   21 novembre 2020
- ... Non, mon colonel, ça s'arrange pas du tout, au contraire ! Y a de nouveaux cas qui se sont encore déclarés et l'un des gars est mort ce matin...Attendez, j'vais vous passer l'toubib.
- Oui, il semble s'agir d'un type de pneumopathie particulièrement virulent. Une saloperie infectieuse qui frappe vite et fort ! Les premiers symptômes ? De la fièvre, oui... Ca commence par de violents maux de tête... Des difficultés respiratoires... Toux sèche, douleurs thoraciques ou abdominales, agitation extrême chez certains... L'ennui, c'est que nous ne sommes pas équipés pour affronter une véritable épidémie. Des mesures préventives ? C'est peut-être un peu tard, mais... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
RazKissRazKiss   21 novembre 2020
... Mais des fourgons les plus reculés
La mort qui, soudain, s'est échappée
Lentement remonte le convoi
Semant partout l'horreur et l'effroi...
Commenter  J’apprécie          00
RazKissRazKiss   21 novembre 2020
Tourne Transperceneige
Tourne sans t'arrêter
Tourne comme un manège
Sur notre Terre glacée.
Commenter  J’apprécie          00
VerdorieVerdorie   31 octobre 2013
Parcourant la blanche immensité
d'un hiver éternel et glacé
d'un bout à l'autre de la planète
roule un train qui jamais ne s'arrête.
C'est le Transperceneige aux mille et un wagons.
C'est le dernier bastion de la civilisation.


Commenter  J’apprécie          362
ratkillerratkiller   19 avril 2014
La production agricole est plus que satisfaisante...

...et les prévisions pour la viande sont excellentes...

...le programme de limitation des naissances porte ses fruits...les gens l'accepte peu à peu...

L'engouement pour le grand jeu bat son plein...
...nous avons dû augmenter le nombre de gagnants...la demande était trop forte.

Il y a bien quelque chose...la demande d'antidépresseurs est énorme...la peur du choc frontal...

...avec le transperceneige ou ce qu'il en reste...
augmente de plus en plus...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Jean-Marc Rochette (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marc Rochette
Le train aux mille et un wagons parcourt le monde, mais les places sont chères... Et certains sont prêts à tout pour embarquer à bord du Transperceneige, seule solution de survie dans un monde dévasté.
Retour aux origines de la saga mythique avec TRANSPERCENEIGE EXTINCTIONS - Acte II de Matz et Jean-Marc Rochette. https://bit.ly/TransperceneigeExtinctionsT2
autres livres classés : trainsVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Auteurs proches de Jean-Marc Rochette
Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3286 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..