AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070143473
Éditeur : Gallimard (08/11/2013)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Wozniaksandy
  14 juillet 2018
"Je suis parfois cet homme", rassemble quelques-uns des très nombreux poèmes que Rodanski a écrits de son adolescence jusqu'à son internement définitive.
Ce recueil est constitué de poèmes écrits entre 1946 et 1952, en vers libres et en prose, à travers ses thèmes les plus chers : l'errance, la femme, la quête de l'être à travers le néant, l'aventure métaphysique, l'énigme, le coeur, les éléments. le poète arpente en veilleur un territoire froid et nocturne. Il veille sur les mots et sur lui-même, à la recherche d'une lueur de vie. L'abondance d'images parfois réitérées, la tonalité d'outre-tombe et d'outre-vie ou le lyrisme brûlant comme de la glace, Rodanski exprime la conscience inquiète de sa multiplicité et la hantise de sa dislocation.
Aujourd'hui, Stanislas Rodanski, suscite un intérêt grandissant et souvent passionné, tant son verbe et sa personnalité imposent une présence hors-norme. La publication de ce recueil de poèmes lui rend sa place parmi les grands poètes français du XXe siècle dans un style unique, cristallin, où pointe un humour noir et désespéré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   20 janvier 2016
Certains me croient un conquérant
Et voient en mes yeux l'extase des guerriers jeunes
Je suis celui qui s'enfuit et ne revient jamais
Et je suis celui qui demeure

Chevalier errant du temps perdu
Je campe en des territoires prohibés
Je suis un chasseur solitaire
Mes proies sont nombreuses et fugitives
Je les traque en des jungles sous-marines
Parmi les fleurs aiguës du givre et de l'écume

Et je voyage pour des quêtes périlleuses
La piste de la nuit me guide
Jusqu'en des ports de légende
Où résonne l'appel des lointains nordiques
Et je pars

Passager d'un navire illusoire
Vers les ultimes mers de la nuit
Le cap à l'infini
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
WozniaksandyWozniaksandy   14 juillet 2018
Certains me croient un conquérant
et voient en mes yeux l'extase des guerriers jeunes
Je suis celui qui s'enfuit et ne revient jamais
Et je suis celui qui demeure

Chevalier errant du temps perdu
Je campe en des territoire prohibés
Je suis un chasseur solitaire
Mes proies sont nombreuses et fugitives
Je les traque en des jungles sous-marines
Parmi les fleurs aiguës du givre et de l'écume

Et je voyage pour des quêtes périlleuses
La piste de la nuit me guide
Jusqu'en des ports de legende
Où résonne l'appel des lointains nordiques
Et je pars

Passagers d'un navire illusoire
Vers les ultimes mers de la nuit
Le cap à l'infini
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WozniaksandyWozniaksandy   14 juillet 2018
J'ai cherché le visage d'une femme en écartant les franges de la pluie avec mes bras qui s'ouvraient en vain et n'accueillaient que les désertions du vent.
Je creuse.

Insomnies de somnanbule, j'envie le sommeil de ceux qui peuvent trouver dans les rêves une image éventuelle de l'amour.
Je ne suis pas de ces chercheurs-là : je creuse.
Je fouille des terres ardues comme un tombeau. Quand il est enfin ouvert, l'amour en sort et moi je m'y coule en faisant semblant de dormir.

Je creuse tout au long d'un faux sommeil où vingt fois par nuit je fais en dormant le geste de souffrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coquecigruecoquecigrue   13 décembre 2013
Vogue la galère
Sur l'onde amère
De l'ombre sans espoir...

La recette de Rodanski : Pour écrire un poème, on assemble les mots choisis et puis on ajoute le sens.
Commenter  J’apprécie          52
WozniaksandyWozniaksandy   14 juillet 2018
La nuit verticale
Que je sois – la balle d’or lancée dans le Soleil levant.
Que je sois – le pendule qui revient au point mort chercher la verticale nocturne du verbe.
Que je sois – l’un et l’autre plateau de la balance, le fléau. La période comprise entre les deux extrêmes de la saccade universelle qui est le battement de cœur suivant celui dont on peut douter au possible et tout attendre de son anxieux « rien ne va plus ».
Je lance au possible ce défi : Que je sois la balle au bond d’un instant de liberté.
Je lance ce cri – que je sois la balle de son silence.
Mon départ s’appelle toujours, tous les jours et tous les instants du grand jour. Mon retour à jamais, éternelle verticale nocturne, point mort, égal à lui-même, que l’autre franchit – toujours.
Qui suis-je ?
Toujours le même revenant, ce qui revient à dire encore un autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Stanislas Rodanski (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stanislas Rodanski
Vidéo de Stanislas Rodanski
autres livres classés : surréalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
727 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre