AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1090743009
Éditeur : L'Agrume (15/09/2012)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Allemagne, 1960. Dora, jeune juive dont le père est mort en camp de concentration, travaille comme archiviste au Berlin Document Center. Confrontée à l’horreur des crimes nazis, elle entreprend sa propre enquête. Elle rejoint sa mère en France, se lie à un groupe de jeunes communistes de Bobigny, puis fait la connaissance d’un espion israélien qui lui propose de partir en Argentine sur les traces de Mengele, le célèbre médecin nazi d’Auschwitz… À travers ces rencont... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Lul
  03 avril 2013
Ca c'est un bel exemple de ce qu'on fait de bien graphiquement et scénaristiquement parlant en BD indé (-pendante ou alternative, comme vous préférez). Avec des traits pleins et ronds un peu comme Marjane Satrapi (Persepolis, Poulet aux prunes, Broderies...) et moins crayonnés que Nancy Pena (Le Chat du kimono tuerie 2011, Les Nouveles aventures du chat potté), Minaverry l'Argentin, inconnu en France, raconte l'histoire en noir et blanc de Dora. Dora, juive de 16 dans le Berlin de la fin des années 60, a été transbahutée au gré de l'Histoire entre Paris, Amsterdam, Fez et Berlin. A Amsterdam son père a été déporté vers Aushwitz où il y est décédé, à Féz elle a grandi, à Paris habite sa mère. Et à Berlin elle travaille dans les archives répurées aux nazis après la fin de la guerre. Dora n'oublie pas les camps, n'oublie pas son père et n'oublie Josef Mengele le médecin d'Auchwitz disparu depuis la chute de Berlin. Tous les jours elle photographie les archives concernant les nazis qu'on a pas encore retrouvés avant et après Nuremberg, surtout celles qui traitent de Mengele. Elle se fait sa petite collecte d'archives persos, comme un écurueil sa provision de noisettes, jusqu'à ce qu'elle revienne vivre avec sa mère à Paris. A Paris, son histoire et son intrépidité vont lui faire rencontrer de jeunes militants communistes et elle croisera sur sa route les porteurs de valises du FLN. Ce sont ses archives et son amie d'enfance Judith, partie en Argentine avec sa famille qui vont lui ouvrir les portes de l'espionnage et des réseaux d'exflitrations des anciens nazis, réseaux favorisés par les péronistes en place pendant la seconde guerre mondiale. Parce qu'il semblerait bien que Mengele est été reperé en Argentine. La clef de sa mission là-bas réside dans un mystérieux personnage qu'on imagine bien travailler pour le Mossad même si ce n'est jamais dit.
Dora, c'est tellement de la BD indépendante que c'est seulement quand on a fini l'album qu'on sait que ce n'est pas un one-shot ! Il y a un deuxième tome mais pas de tomaison sur le premier, pas de titre de série et pas titre pour le premier tome. AAAAAAh je suis restée sur ma faim, car Dora m'a complètement scotchée par le dessin et par le fond, parce qu'en plus d'être une histoire avec un petit H en marge de celle avec un grand H, Dora c'est aussi le parcours initiatique d'une jeune fille qui découvre le sexe, les clopes, les causes militantes, la responsabilité de ses actes, la conscience humaine...
Si vous aimez Dora, alors vous aimerez le premier tome (seul paru pour le moment) d'Ernesto par Gabriel Ippoliti, sur la jeunesse romancée mais peut être pas si fictive que ça du Che.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
pilyen
  20 octobre 2012
J'avoue avoir acheté "Dora" par hasard, simplement attiré par la couverture assez réussie de cette jeune fille très années cinquante, lointaine cousine d'Aggie en plus graphique. Quand on retourne l'album, très bel objet sur beau papier, la quatrième de couverture n'offre qu'une seule phrase, à la fois étrange et énigmatique mais terriblement véridique : "Traquer les nazis, c'est comme chasser les fantômes avec un filet à papillons." Et là je dis "Bravo", car cela évoque exactement ce que l'on trouve dans ce roman graphique, un mélange de dureté (nazis), de légèreté (filet à papillons) et de mystère (fantômes).
A partir d'une vision sombre du début des années 60, période confrontée à ce passé nazi qui hantent toutes les têtes en Allemagne et à cette guerre d'Algérie qui gangrène la France, nous suivons Dora, jeune fille juive dont le père a péri dans un camp de concentration et qui, de rencontres en rencontres, va se retrouver en Argentine à traquer Mengele, le célèbre médecin nazi d'Auschwitz.
Cette histoire, ultra documentée, très forte symboliquement, est aussi l'occasion de mêler la petite histoire dans la grande. Si les rappels historiques sont nombreux et précis dans cet album, c'est aussi un roman d'initiation, le passage à l'âge adulte d'une jeune fille, découvrant la face sombre de l'humanité mais s'interrogeant aussi sur ses origines et sur sa sexualité balbutiante. Beaucoup d'autres l'ont fait avant Ignacio Minaverry, mais ici, il y a un plus : la beauté et l'originalité graphique de l'ensemble qui confine presque à l'oeuvre d'art.
J'ai vraiment été emballé par les illustrations et la mise en page de cette histoire. Ce noir et blanc très graphique est magnifique, un régal pour les yeux, jamais gratuit. Quelques cases suffisent à planter une ambiance, magie de cadrages originaux et subtils, même dans les passages plus didactiques (et il y en a quelques uns). C'est admirablement maîtrisé, autant dans la forme que dans le fond. A la fois roman historique sur l'après-guerre et étude psychologique sur une jeune fille en apprentissage de la vie, "Dora" est une merveilleuse découverte.
La fin sur le blog
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Marguerite87
  11 mars 2014
C'est grâce à Maus que j'ai eu envie de lire un autre album sur la Seconde Guerre mondiale. Par contre, l'histoire de Dora ne se passe pas pendant la guerre mais plutôt quelques années après. L'auteur nous fait part des énormes drames humains qui ont eu lieu par le biais d'archives. Il faut savoir que la jeune Dora travaille comme archiviste au départ.
Je n'ai pas détesté cette lecture mais il a fallu parcourir plus de la moitié du livre pour comprendre où voulait en venir Minaverry et entrevoir quelle serait l'intrigue. Je n'avais pas lu le résumé, je ne savais pas que l'héroïne partirait à la recherche du docteur Mengele en Amérique du Sud. Quand je l'ai compris, j'étais plus intéressée. Je sens que le tome suivant sera plus palpitant.
Sans être une historienne aguerrie, je peux m'imaginer le travail de moine derrière cette histoire très documentée. Il fallait rendre le métier de Dora crédible, c'est réussi ! Par contre, il y avait beaucoup trop d'archives à mon goût. Elles ralentissaient le rythme de la lecture. Certaines étaient pertinentes et intéressantes, d'autres moins.
Les dessins, eux, sont très beaux. Je trouve qu'ils ont de la classe malgré les visages qui me semblaient parfois un peu figés. Ce noir et blanc s'harmonise parfaitement avec ce genre d'histoire.
Je crois que je lirai la suite car on a réussi à piquer ma curiosité. Si j'avais un conseil à vous donner, ce serait le suivant : attendez d'avoir les deux tomes sous la main !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
OliZ
  28 décembre 2012
Bienvenue ! Ce récit ce situe en Allemagne pour commencer. Nous irons ensuite visiter la France avant de terminer ce premier épisode en Argentine. Nous sommes entre 1959 et 1962. Dora, est un jeune juive dont le père est mort en camp de concentration, celui de Dora-Mittelbau. Elle étudie comme archi­viste au " Berlin Document Center ". Elle a seize ans, une adolescente ayant la maturité d'une jeune femme.
Au cours de ce premier chapitre, avec comme titre un numéro, le 20874, nous faisons connaissance du personnage principal, Dora et de son amie, Lotte. Elles travaillent toutes les deux au même endroit mais Lotte est plus attirée par son petit ami que par son travail. Au contraire de Dora qui est une fille consciencieuse, curieuse, responsable et belle ! Mais surtout, avec quelque chose derrière la tête : une sorte de mission de renseignements. C'est au détour d'un document d'archive qu'elle vu le nom de son père sur une liste de « transport juden » (transport de juif) du camp de transit Westerbork. (Anne Frank, sa soeur Margot, Otto et Edith Frank et la famille van Pels sont passés par ce camp avant d'être envoyés à Auschwitz...)
Confrontée à l'horreur des crimes nazis, Dora entreprend donc sa propre enquête. Et c'est de rebondissement en rebondissement, ou de déménagement en déménagement que Dora, une fois sa bourse d'étude terminée, quitte l'Allemagne pour rejoindre sa mère en France, à Bobigny. Nous sommes dans la première partie du deuxième chapitre. Notre héroïne se lie assez rapidement avec une certaine Odile, membre active d'un groupe de jeu­nes communistes de la cité-jardin de Bobigny. le récit se focalise sur cette rencontre entre les deux jeunes filles. Étonnamment, le rapport mère-fille est mis de côté. Dora vogue au gré des évènements. Alors que la France connaît sa guerre d'Algèrie, elle ne s'éloigne pas de son but : « la chasse aux nazis ».
[...] la suite sur le blog
Lien : http://alamagie-des-yeux-dol..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
yvantilleuil
  29 décembre 2012
J'étais totalement passé à côté de cet album publié par cette nouvelle maison d'édition : l'Agrume. C'est en le voyant parmi plusieurs sélections de fin d'année, que j'ai décidé de m'attaquer à ce récit d'Ignacio Minaverry, initialement publié en épisodes dans la revue argentine Fierro.
« Dora » raconte l'itinéraire d'une jeune fille discrète et indépendante, qui décide de devenir espionne et qui se lance même dans une chasse aux nazis. C'est en 1959, dans le Berlin Ouest de l'après-guerre, que le lecteur fait la connaissance de Dora Bardavid. Fille d'un père déporté et mort dans un camp dont elle héritera le prénom, elle est employée au Berlin Document Center, où elle classe les documents saisis aux nazis à la fin de la guerre. le lecteur la retrouve ensuite en banlieue parisienne, à Bobigny, en tant que traductrice de manifestes politiques pour un groupe de jeunes communistes. Photographiant d'abord clandestinement plusieurs documents à l'aide d'un vieux Minox, elle se retrouve finalement embarquée pour Buenos Aires, sur les traces de Josef Mengele, le célèbre médecin nazi d'Auschwitz.
L'auteur livre tout d'abord la quête identitaire d'une fille de seize ans qui passe à l'âge adulte, mais mêle habilement la petite histoire à la grande. Grâce à son travail d'archiviste, Dora découvre en effet les dessous de la Shoah et se retrouve même confrontée à son douloureux passé familial en croisant la fiche du prisonnier 20.784, son père, parmi la comptabilité macabre des nazis. de l'organisation de la solution finale à la fuite des anciens nazis en Amérique du Sud, en passant par la situation politique de la France embourbée dans la guerre d'Algérie, l'ancrage historique est particulièrement bien intégré à cette histoire qui vogue entre le journal intime et récit d'espionnage.
Visuellement, le dessin sobre et élégant de l'argentin offre une grande lisibilité à l'ensemble. le style ligne claire paraît fort classique, mais il est accompagné de cadrages originaux et d'insertions intelligentes d'éléments particulièrement didactiques, tel que l'organigramme d'un camp de concentration, les insignes des prisonniers des camps ou des fiches de renseignements de la Waffen SS. Des passages instructifs, qui font ressortir toute l'horreur et la minutie de la machine de guerre nazie et de sa solution finale.
Vivement la suite !
Lien : http://brusselsboy.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Lhumanite   30 novembre 2012
La trame historique a son importance et le récit, extrêmement documenté, démêle les tourments d’une histoire chaotique.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
JuinJuin   12 mars 2014
- Tu sais pourquoi je m'appelle Dora ?
- Pourquoi ?

A cause du camp de "Dora-Mittelbau" où ils ont emmené mon père.
Ma mère m'a donné ce nom pour que je n'oublie jamais d'où je viens.

- ....
Commenter  J’apprécie          80
mustangomustango   10 février 2013
-"Le travail des prisonniers des camps était le moins cher que l'industrie privée aie jamais obtenu" (déclaration du procès de Nuremberg)
Commenter  J’apprécie          20
OliZOliZ   28 décembre 2012
Ma mère m'a donné ce nom pour que je n'oublie jamais d'où je viens.
Commenter  J’apprécie          20
GregorGregor   07 mai 2013
Sur le mur de cette usine, il y a une écriture qui dit : que l’Allemagne ne soit plus jamais à l’origine d’une guerre.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : argentineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Auteurs proches de Ignacio Rodriguez Minaverry
Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1606 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre