AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782844204196
127 pages
Editions Thierry Magnier (17/10/2005)
3.96/5   69 notes
Résumé :
Un matin, le père de Pablo est enlevé, sous ses yeux, par des soldats. Son seul crime: éditer de la poésie révolutionnaire. Mais dans ce pays d'Amérique du Sud, écrasé par une dictature,il n'y a plus de place pour la liberté d'opinion. Pour Pablo, la révélation est brutale. Il prend enfin conscience de ce qui se passe autour de lui. Avec l'aide d'un réseau de résistants, il va tenter de retrouver son père, détenu et torturé dans la sinistre prison de San Marcos. Il ... >Voir plus
Que lire après Le quatrième soupirailVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 69 notes
5
5 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Chère Marie-Sabine,
Je me permets de vous appeler par votre prénom comme si nous nous connaissions. Un peu à la façon de deux amies qui partagent une complicité étalée sur le temps et dans la confiance. Depuis que je vous ai découverte, je continue à vous lire. Chacun de vos livres a été source d'émotions immenses et le quatrième soupirail n'a pas dérogé à cette règle. Avec Pablo, un adolescent dont le père est arrêté, vous levez le voile sur un sujet dur. En Amérique Latine ou dans d'autres pays, la liberté de penser et d'exprimer son opinion politique est réprimandée. Sans diplomatie et sévèrement. le père de Pablo, Liberto, n'a pas manifesté ou participé à un complot meurtrier quelconque. Non, il écrivait des textes au nom de la liberté. Aidé par de Rafael et de Nora, Pablo rentre dans la résistance L'adolescent qui provoquait son père, qui le narguait pour ses poèmes, saisit la valeur des mots. Il se fait embaucher en tant qu'aide-cuisinier dans la caserne où son père est détenu prisonnier. Et chaque nuit, il se rend au quatrième soupirail et murmure des bribes de poèmes à Liberto. Des poèmes contre la répression, des mots auxquels Liberto s'accroche. L'adolescent doit faire preuve de sang-froid et ne pas montrer sa peur, sa haine. Il côtoie les bourreaux de son père, entend les cris des prisonniers torturés par une junte militaire sanguinaire. Souffrances physiques mais aussi souffrances morales. Pablo s'était endormi adolescent, il se réveille homme. Il comprend le pouvoir et le poids des mots. Avec l'écriture qui vous caractérise et que j'admire, Pablo m'a touchée. le combat mené par Liberto et les siens est noble.

A travers votre livre, vous défendez la cause de la liberté. Liberté, nous chérissons ton nom et nous t'aimons. Mais trop souvent nous oublions la chance que nous avons de t‘avoir. Tu nous es acquise alors que d'autre meurent pour ton nom. Merci Marie-Sabine de nous le rappeler si justement : pour des mots, pour des poèmes, on pouvait arrêter un père? On pouvait débouler à grand flots de poussière, dans des jeeps débordant de haine et de fusils? On pouvait incendier, détruire, et repartir? Pour des mots, on pouvait mourir?

J'aime comment vous maniez les mots, comment vous arrivez à en faire des phrases si belles et si sincères. Une fois de plus, j'ai eu la gorge serrée d'émotions...
Commenter  J’apprécie          251
Le quatrième soupirail c'est celui de la cellule dans laquelle le père de Pablo est jeté après chaque séance de torture dans "l'atelier",le second soupirail. Son crime? Celui de croire et de chérir la liberté, d'écrire son nom dans un pays où la dictature est reine et la violence son roi. Pablo à 16 ans lorsqu'il assiste impuissant à l'arrestation sordide de son père. Il en a quarante lorsqu'il revient dans la triste ruelle de cette ville d'Amérique latine pour rendre hommage et se souvenir par l'esprit,le corps et le coeur,car il " habite un corps d'adulte libre où bat un coeur d'adolescent terrorisé."
Il se souvient du drame qui l'a transformé d'un jour à l'autre de l'enfant à l'adulte.
Il se souvient de l'amitié déchirante des compagnons de lutte qui lui ont permis d'offrir à son père son amour à travers les barreaux de sa geôle dans le souffle des poésie qu'il lui recitait.
Ce petit roman se lit comme un poème douloureux qui rappelle pourtant que l'on peut choisir les mots plutôt que les armes pour combattre la barbarie.
Commenter  J’apprécie          280
Poignant d'émotions. Ode à la liberté, au courage, et à l'amour filial.
De la puissance de la poésie pour résister, instiller l'espoir et évader l'esprit.

C'est au bout de vingt-quatre années que Pablo, à quarante ans, s'en retourne à San Marcos, comme un chemin de croix qui s'impose à lui …
«C'est vrai que je te ressemble. Mêmes peurs et mêmes colères. Même tranquille obstination. Il m'a fallu du temps, tu vois, mais je suis revenu. Je suis là. Pour moi. Pour toi. Pour ma fille Julia. Temps rebroussé. Pèlerinage ».

Et les souvenirs vont affluer ; car aujourd'hui redevenu un collège, San Marcos fut à l'époque une sinistre prison.
Ce lieu, qui autrefois fut celui de la douleur, fait ressurgir le passé dans la mémoire de Pablo … le temps où son père, victime de la dictature s'abattant sur ce pays d'Amérique du Sud, fut emprisonné dans ses geôles de tortures, cet endroit où règnent l'effroi et l'abjection.

La pensée voyage…et Pablo revient sur ces années d'oppression…
San Marcos… Ses quatre soupiraux, au ras du sol. Comme quatre bouches d'ombre et d'enfer.
Derrière ces barreaux, bourreaux à l'oeuvre, supplices et supplications, des hommes souffrent, des hommes meurent.
Son père était de ceux-là. Arrêté sous ses yeux d'adolescent, brutalisé, coupable d'éditer de la poésie « révolutionnaire ». Et en ce temps-là, exit la liberté d'opinion, la justice et l'espoir. Censurés.

« Je m'en veux de n'avoir rien compris ».
Car alors, ce jeune fils ne comprenait pas la poésie, il restait hermétique à ses mots, et l'arrestation brutale du père va lui ouvrir les yeux. Il va prendre conscience de la valeur de ces textes, de leur force et de leur portée.
De leur lumière, de leur rayonnement. « Les mots, ta seule ultime liberté ».

« Demain, mon fils, tout sera différent ! »
Présage d'espérance … Chant d'espoir faussé par la peur, annihilé par la haine, l'absurdité et l'intolérance.
Quand il faut se battre pour vivre libre et mourir libre, le combat a différents visages. Et, Pablo le découvrira.

Dans ce très beau et court roman, on lit l'acharnement de la dictature contre la liberté d'opinion et la liberté d'expression, la haine, la peur, on y trouve surtout le courage, le combat, la résistance, et l'amour filial.
Un condensé d'intensité, remarquable.

« Je te craignais lâche, tu m'apprends un autre courage. Moins ostensible. Mais peut-être plus exigeant ».

En fin d'ouvrage, les références des magnifiques extraits de poèmes disséminés tout au long du récit.
Ce roman reçut le Prix Lire au collège 2005, Grenoble, et le Prix Sorcières 2006.
Commenter  J’apprécie          170
Roman jeunesse mais aussi pour adultes sur la force des mots, les fonctions de la poésie combat et soutien.
Agé de 40 ans, Pablo revient sur les lieux où son père était emprisonné. Quand Pablo avait 16 ans, il a vu l'arrestation de son père dans une dictature militaire d'Amérique latine jamais citée (Chili ou Argentine). Il a alors compris son combat non violent, l'importance qu'il accordait aux mots. Il soutient son père en lui récitant des poèmes près du quatrième soupirail donnant sur la cellule dans laquelle son père vit ses derniers jours. Le récit évoque en particulier le fameux poème de Henley "Invictus" qui a soutenu un autre prisonnier réel et célèbre celui-là Mandela et ses célèbres vers.
"Je suis maître de mon destin et capitaine de mon âme"
Commenter  J’apprécie          200
Le quatrième soupirail, la force des mots, armes face au combat!

Le quatrième soupirail est un roman jeunesse au thème très engagé.
Un jour, le papa de Pablo est emprisonné par des soldats. Très vite, le jeune adolescent comprend que son père est derrière les barreaux à cause des poèmes qu'il rédige. Pablo ne comprend pas, jamais il ne s'est intéressé aux mots que sont pères écrivait pour défendre des idées.



Sujet très lourd de sens, le quatrième soupirail est un livre parfait pour les adolescents mais aussi pour les adultes. Cet ouvrage est composé de phrases courtes mais concentrées en intensité!
Ce livre prend une nouvelle dimension face au terrorisme. Aussi l'attaque menée contre Charlie Hebdo et par conséquent à la liberté d'expression est développé dans ce livre.
Les mots sont des armes aussi forts que des revolvers ou des bombes!
le quatrième soupirail, un livre qui résonne face à la violence de notre quotidien et qui nous rappelle que vivre et mourir pour des idées est une valeur importante et défend nos libertés!
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
- Violence contre violence. Sang versé pour sang répondu. Inflation des douleurs, des peurs, de l'injustice. A quoi tu crois que l'on peut aboutir, comme ça ? Tu penses que ça fait grandir l'humanité, ce genre de choses ?
- En tout cas, il se bat, lui !
Sous-entendu : lui, au moins. Il ne se contente pas d'imprimer des mots sur des feuilles. Il flingue, il sacrifie, il s'agit. C'est un homme, un vrai. Il en a.
.....
- Je ne veux pas le bonheur ailleurs, je le veux ici. Je suis né dans ce pays, Pablo. Et c'est là que je veux mourir. Mais je voudrais pouvoir y mourir libre. C'est pour ça que je lutte.
Lutter ? Tu parles ! C'est pas pour toi, des mots pareils ! Laisse-les à ceux ui les méritent, aux héros, aux vrais. Aux Julio Brezal.
Le jour où ma vie se déchire, le jour maudit où je te perds, tu es debout sur le seuil. Ta seule arme, c'est un livre. Tu pouvais prendre le fusil dans la réserve, tu ne l'as pas fait? Tu pouvais t'enfuir avant la tornade. Quitter le pays, avec moi, lorsqu'il était encore temps. Tu es resté. Tu fais face. Je te craignais lâche, tu m'apprends un autre courage. Moins ostensible. Mais peut-être plus exigeant. Dans le bruit du moteur qui s'éloigne, je t'en veux de tes choix qui nous ont séparés. Je m'en veux de n'avoir rien compris.
Tu es un héros, toi aussi.
Commenter  J’apprécie          90
Je ne veux pas le bonheur ailleurs, je le veux ici. Je suis né dans ce pays, Pablo. Et c'est là que je veux mourir. Mais je voudrais pouvoir y mourir libre. C'est pour ça que je lutte.
Lutter ? Tu parles ! C'est pas pour toi, des mots pareils ! Laisse-les à ceux ui les méritent, aux héros, aux vrais. Aux Julio Brezal.
Le jour où ma vie se déchire, le jour maudit où je te perds, tu es debout sur le seuil. Ta seule arme, c'est un livre. Tu pouvais prendre le fusil dans la réserve, tu ne l'as pas fait? Tu pouvais t'enfuir avant la tornade. Quitter le pays, avec moi, lorsqu'il était encore temps. Tu es resté. Tu fais face. Je te craignais lâche, tu m'apprends un autre courage. Moins ostensible. Mais peut-être plus exigeant. Dans le bruit du moteur qui s'éloigne, je t'en veux de tes choix qui nous ont séparés. Je m'en veux de n'avoir rien compris.
Tu es un héros, toi aussi.
Commenter  J’apprécie          70
Ces jours là, je les ai parcourus sur la pointe des pieds, pour me faire oublier de la vie. Je me tenais dans le creux de silence, le souffle transparent, tout entier désireux de ne pas être là. J'évitais de penser au passé. Les souvenirs heureux me faisaient peur. Ils avaient des semelles d'ombre, revenaient en traînant après eux cette horreur.(...). Je pensais à toi et à ton idéalisme. Tes guerres de papier, si fragiles à partir en fumée.
Commenter  J’apprécie          50
Voilà la vraie raison de mon retour ici. Savoir sur quoi ma vie se fonde. Revenir, pour un jour seulement, dans ce lieu de fracture, sur la ligne incertaine du partage des eaux.
D'un côté mon enfance, l'âge de la confiance, où tout semblait possible.
De l'autre, ma vie d'adulte, où la raison bride la foi, dépouille les miracles.
Entre, quelques semaines de ma vie à seize ans. Si peu de temps, pour trouver ma mesure, perdre à jamais ce qui était ma vie. Changer le duvet pour la plume. Et grandir.
Commenter  J’apprécie          40
Et puis je sais ceci-la sagesse serait
Que tout homme le sache aussi-:
C'est que chaque prison que les hommes bâtissent
Est bâtie de briques de honte,...
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Marie-Sabine Roger (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie-Sabine Roger
Film de Jean Becker et Jean-Loup Dabadie avec Gérard Depardieu, Gisèle Casadesus et Patrick Bouchitey, 2010.
Adaptation du roman de Marie-Sabine Roger.
autres livres classés : répressionVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus



Lecteurs (123) Voir plus



Quiz Voir plus

Et tu te soumettras à la loi de ton père, de Marie-Sabine Roger

. Comment s’appelle le petit frère de l’héroïne de l’histoire ?

Pierrot
Yoan
Fabien

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Et tu te soumettras à la loi de ton père de Marie-Sabine RogerCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..