AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alexis Gallissaires (Illustrateur)
ISBN : 2844851681
Éditeur : Allia (28/01/2005)

Note moyenne : 3/5 (sur 3 notes)
Résumé :

Aucune raison pour que du jour au lendemain je sois mort. Que ma vie, mon passé soient anéantis. Tout cela est un mauvais rêve : un canular. C'est ça. Un canular. Olivier Rohe.

Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
chapochapi
01 septembre 2011
Difficile d'expliquer ou simplement de résumer ce petit ouvrage qu'il faut lire d'une traite, et même relire pour le saisir.
Un homme, dont on ne sait pas grand chose et qui se dévoile un peu au fil des pages, donne libre cours à ses pensées. Que fait-il dans cette pièce, que se passe-t-il dehors ? on n'en saura rien puisque seules quelques visions de l'extérieur permettent de situer ce récit dans un monde chaotique.
Les pensées de ce personnage le sont tout autant. dans l'instant de ce récit (il me semble, en tous cas, que cela ne dure pas, mais l'absence de repères temporels ne permet aucune certitude), il cherche à faire le lien avec le passé (proche, lointain ?) et surtout avec son environnement immédiat.
Ce flot de pensées n'est pas sans rappeler Imre Kertész (Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas). Il ne faut pas tenter de reconstruire une histoire à la lecture de ce texte. Au contraire, si la lecture est exigeante, elle demande dans le même temps un abandon du lecteur, afin de saisir, dans la nébuleuse de ces phrases qui se suivent, se répètent, se répondent, l'inquiétude vague, le questionnement de ce personnage ambigu qui ne comprend pas.
Quitte à ne pas tout comprendre soi-même. Mais cela importe peu puisque ce qui compte, c'est cet individu qui cherche à se reconstituer au travers de souvenirs, des éléments de cette pièce, de ses rêves. le terrain vague est moins ici l'extérieur que cette pensée hasardeuse, faite de trous, d'obstacles, de recoins, mais d'où rien n'émerge réellement.
Les illustrations, la ponctuation minimale ainsi que les « décrochages » du texte, comme autant de fragments poétiques, attestent d'une recherche esthétique qui questionne aussi le lecteur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2
09 octobre 2016
La poésie dramatique et hallucinée de l'oubli bien commode, après la guerre civile.
Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2016/10/09/note-de-lecture-terrain-vague-oliver-rohe/
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
Charybde2Charybde209 octobre 2016
J’ai conscience de revivre la même journée depuis des mois. J’arrive à l’aube sur mon ancien lieu de travail en ruine et n’en repars que très tard dans la nuit. Cette régularité je le sais morne et inutile est un des rares liens que je maintiens avec ma vie d’avant. Je ne vois pas pourquoi ni comment je pourrais m’en défaire. Il n’y a presque plus que ce trajet et je ne suis plus très ambitieux. Jusqu’à quand tiendrai-je le coup – et que me voulait cette affreuse femme en noir ? Le martèlement. Le soleil. À présent la pièce est partiellement quadrillée de rayons de soleil et à quelques encablures de l’immeuble, derrière une station essence laissée à l’abandon depuis des années, des marteaux piqueurs – combien sont-ils ? trois ? quatre ? combien ? – dépècent bruyamment le bitume. La rumeur d’en bas commence de grimper jusqu’à ma fenêtre. Un lierre hostile. Sans doute estiment-ils qu’il est temps que je m’en aille. Que je vide les lieux et que je m’enterre quelque part. Qui était ce jeune homme dont elle tenait la photographie ? Pourquoi me la tend-elle tous les matins ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde209 octobre 2016
Je suis dans ma pièce dans ma petite pénombre et ne peux que regretter toutes ces années où nous étions rois. Nous étions quelques-uns à survivre – à nous épanouir même – dans un monde malade. Nous partions dès la tombée de la nuit pour des rondes qui souvent ne s’achevaient qu’aux aurores parmi les ruines et sous des averses ininterrompues, embarquant dans nos voitures déglinguées des passants choisis au hasard. À l’époque j’avais dix-neuf vingt ans j’avais une vie. Des visages défilaient devant mes yeux s’offraient à mes mains. Des postures et des expressions exceptionnelles. En écoutant Mahler de surcroît. Qu’est devenu le souvenir autrefois si précis autrefois si prégnant de ces visages ? Nous roulions à vive allure et dans le dédale d’une ville sans lumières, en rond en rond pour vite nous étourdir, nous et nos passagers désignés au hasard. Nos nuits de travail ne prenaient fin qu’au petit matin et nous longions ensuite paisiblement le littoral avant de céder au sommeil. Personne ne parlait tout le monde ou presque jouissait du silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde209 octobre 2016
Je ne peux pas continuer à vivre parmi ces murs jaunes mes souvenirs agonisants. Seul dans un bastion assiégé au milieu du boucan. Je ne tiendrai pas longtemps. Ils finiront bien par le raser mon immeuble encombrant. C’est dans leur plan. Je ne suis pas dupe. Il est même prévu que sur les cendres de mon refuge ils construisent une Place des Martyrs. Une place bien propre pour qu’on n’en parle plus. Pour que le souvenir des gens de mon espèce marginale soit définitivement balayé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde209 octobre 2016
Souvent il m’arrive de venir dans cette pièce et de regarder la mer. Depuis ce fauteuil et en louvoyant entre les immeubles autour je n’ai pas grand-peine à la voir : cette vue est à peu près tout ce qui me reste. En passant mes journées dans cette pièce et en regardant bêtement la mer à travers la fenêtre j’ai la certitude d’avoir existé. Ici je me dis que j’ai peut-être eu un passé une histoire une vie et c’est déjà beaucoup. Pendant que cette ville en dessous change radicalement de visage et que rien ne semble ralentir sa refonte complète je pense détenir ici, parmi ces murs toujours inchangés et immobiles, comme insensibles à l’écoulement stupide et aveugle du temps, la preuve irréfutable de mon passage. Voilà pourquoi je monte aussi souvent que possible m’asseoir sur ce fauteuil et pense à ces années-là et me dis que tant que ces murs résisteront le temps n’aura absolument aucune espèce d’importance. Quoique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde209 octobre 2016
Je ne rends visite à personne. Je ne supporterais pas de les voir tous si amoindris et méconnaissables. On les traite aux électrochocs et on les gave de médicaments. De temps en temps, dans une sorte d’élan de sympathie inexplicable, quand il fait beau, on leur tend des crayons de couleur et des feuilles blanches pour qu’ils y consignent leurs angoisses. Au terme de l’exercice ils finissent toujours par manger leurs fournitures. Tous mes amis internés ont définitivement perdu la tête et sont retournés en enfance. Une enfance abrutie et sans avenir. Ils ne sortiront jamais de là où ils sont c’est acquis. Que viendraient-ils faire dehors ? Constater que leur monde a disparu et que leurs vies ne se réduisent, comme la mienne, qu’à un fatras de souvenirs insaisissables ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Oliver Rohe (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Oliver Rohe
Ecrire après Duras .Christine Angot,Florence de Chalonge,Joëlle Pagès-Pindon,Emmanuelle Pireyre,Oliver Rohe,Jean-Max Colard Comment l?écriture durassienne se continue-t-elle dans la littérature contemporaine ? Quels échos trouve-t-elle dans ses textes, mélangés à d?autres sources, à d?autres enjeux ? Parmi une oeuvre diverse et qui a incroyablement su varier la forme de son écriture, quelle Marguerite Duras les auteurs d?aujourd?hui retiennent-ils ? Lectures, dialogues, hommages, tenteront de dresser la cartographie de cet héritage.
autres livres classés : guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1004 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre