AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Théa Rojzman (Autre)Sandrine Revel (Autre)
EAN : 9782344041055
128 pages
Glénat (02/06/2021)
4.19/5   119 notes
Résumé :
« Il faut en parler, nécessairement ».

Sur une île inconnue où vivent des humains qui nous ressemblent, une sorte d'usine géante oeuvre depuis toujours. Cette étrange usine a pour mission d'avaler les cris rendus muets des enfants.
Elle s'appelle Grand Silence...

Dans un conte pour adultes aussi beau que son sujet est délicat, Théa Rojzman et Sandrine Revel livrent un roman graphique puissant qui explore sans brutalité ni complai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 119 notes
5
15 avis
4
6 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

Presence
  28 juin 2021
Ils entendent les cris
-
Ce tome contient une histoire complète et indépendante de toute autre. le premier tirage date de 2021. Il a été réalisé par Théa Rojzman pour le scénario, et par Sandrine Revel pour les dessins et les couleurs. Il contient 116 pages de bande dessinée. Il se termine avec une postface de la scénariste expliquant son choix d'une forme de conte, d'une page recensant quelques chiffres indicatifs, d'une autre indiquant où trouver des informations, et d'une avec une courte biographie des autrices.
La vue se rapproche d'une île abritant une petite ville, au-dessus et dans laquelle planent des lambeaux de nuage. Sur la grande place, les habitants essayent de fuir en tous sens, en se bouchant les oreilles avec les mains, et en suppliant pour que le silence revienne. Quelques années plutôt, madame enceinte et monsieur se marient. Pendant la noce, Octave, le frère de madame, député des Hauts Sommets, va trouver le mari pour le féliciter. le député remarque deux garçons en train de fumer en cachette derrière un arbre. Il s'approche d'eux, et l'un part en courant, l'autre Freddy, onze ans, reste, le neveu du mari. le député s'adresse au garçon en jouant à la fois sur la sympathie, une forme d'autorité, une mise en confiance et un chantage émotionnel. Il promet à Freddy de ne rien dire à ses parents sous réserve qu'il vienne avec lui. Pendant ce temps-là, la fête continue et le jeune époux passablement éméché se ressert une coupe de champagne, puis en remplit d'autres pour les invités. À l'écart au pied d'un arbre, Freddy est agenouillé par terre, le pantalon baissé, avec la sensation que sa tête s'est détachée du reste du corps et repose par terre à une dizaine de centimètres. Octave boit une coupe de champagne. La nuit, en rentrant en voiture, les parents s'étonnent du mutisme de leur fils Freddy le mettant sur le compte de la fatigue.
Six ans plus tard, les jeunes époux divorcent, le mari se montrant violent. Ils ont eu des jumeaux : Ophélie et Arthur qui ont six ans. La fillette reste avec sa mère, et le fiston va vivre avec son papa. Les jumeaux dorment pour la dernière fois chacun dans leur lit dans la même chambre, se demandant s'ils se reverront, se disant que oui, au moins à l'école. Arthur se dit qu'Ophélie va avoir une grande maison, et lui une petite. Il coupe un bout de mèche de ses cheveux roux, et le remet à sa soeur. Ils finissent par dormir. Sur une colline, qui domine la ville, se trouve un bâtiment hérissé de piques portant l'inscription Grand Silence. Quelques jours plus tard, la mère présente sa nouvelle chambre à Ophélie, et le père présente sa nouvelle chambre à Arthur. le matin, les jumeaux se retrouvent et se prennent par la main devant les grilles de l'école, alors que les deux parents s'en vont en se tournant le dos, sans se parler. Dans la cours de l'école, les enfants parlent, mais on ne les entend pas. le soir, la mère embrasse le front de sa fille pour lui souhaiter bonne nuit. Ophélie lui demande : Pourquoi, maman ? Parce que, répond sa mère. le père embrasse le front de son garçon, et lui demande : Pas de baston demain. Pour répondre à son fils, il complète : pas de baston perdue.
Il est vraisemblable qu'en entamant cette bande dessinée, le lecteur dispose déjà d'une idée de son thème et qu'il s'attende à une lecture ardue, pénible, voire insoutenable, une forme de témoignage douloureux, ou de pamphlet nécessaire. Il n'est pas préparé à la première page avec ce traveling avant vers une île et ces individus essayant d'échapper à des bruits sous-entendus. Il se demande bien également qui est cette femme en fauteuil roulant. Après ce prologue intrigant, arrive la scène du mariage et l'agression qui se déroule hors champ des cases, sans détail, mais sans possibilité de s'y tromper. En page 12, el lecteur découvre la tête séparée de du corps de l'enfant, après quelques instants, il la remet à sa place. Les couleurs sont douces, l'arbre s'élevant vers le ciel évoque un symbole phallique, les corbeaux prononcent des phrases culpabilisant l'enfant. Les autrices utilisent des conventions de conte pour enfants, une simplification des formes, des couleurs atténuées, des métaphores visuelles. le lecteur ne sent ni agressé, ni pris en otage, ni culpabilisé. Les phylactères ne contiennent pas énormément de texte et il y a une vingtaine de pages dépourvues de texte, ce qui donne un rythme rapide à la lecture, et la place au lecteur de réagir en son for intérieur, d'exprimer sa sensibilité sans qu'elle ne lui soit dictée.
Le lecteur poursuit sa découverte de l'histoire, aux côtés d'Ophélie et d'Arthur, chacun de leur côté, comment leur vie est conditionnée par celle des adultes et leurs choix autour d'eux. Il découvre également la condition de Maria, l'institutrice en fauteuil roulant, sa sensibilité, et une partie de son histoire personnelle. Les dessins rendent chaque personnage attachant, dans sa simplicité et son expressivité, à l'exception d'Octave. Ils n'en deviennent pas simplistes pour autant. La dessinatrice sait montrer une large gamme d'émotions, à la fois par l'expression du visage, à la fois par le langage corporel. Il n'y a pas que de la souffrance et de la méchanceté. Les jumeaux sont mignons, sans être parfaits, et l'empathie fonctionne tout de suite, ainsi que pour Maria, sans qu'ils ne deviennent angéliques, sans que les adultes ne soient diabolisés. le lecteur apprécie le fait de lire une réelle bande dessinée, et pas un pamphlet ou une thèse illustrée. Il côtoie les individus pleinement réalisés, que ce soient les rôles principaux ou les figurants, chacun avec leur tenue vestimentaire et leur occupation. L'artiste sait mettre en scène les situations de la vie quotidienne avec une tonalité de couleur qui leur apporte une touche d'illustration pour enfant, ou de légère intemporalité. le lecteur se sent impliqué dans ces moments du quotidien, très parlants : personnes un peu gaies à la noce, retour dans la nuit à l'arrière de la voiture, chambre partagée avec son frère ou sa soeur, découverte d'une nouvelle chambre, arriver dans une cour d'école, faire ses devoirs, chercher à comprendre le comportement d'un adulte, etc. Elle rend admirablement bien les sensations de la vision du monde à hauteur d'enfant.
Dans le même temps, le lecteur peut voir des adultes normaux et banals dans leur comportement : la maîtresse, le médecin, les passants anonymes dans la rue. Il sourit de temps à autres devant une représentation un peu décalée appartenant au domaine du conte, comme les costumes d'apparats des soldats dans les couloirs du ministère (page 53). le récit l'emmène dans des endroits variés les tables de la noce installées en extérieur, l'habitacle d'une voiture, un pavillon de banlieue, des chambres d'enfant, les rues de la ville, la cour d'école, un champ de coquelicots. Ces lieux sont eux aussi représentés avec un bon niveau de détail, et une licence artistique permettant d'en restituer l'esprit sans devoir se contraindre à un photoréalisme. le lecteur apprécie le plaisir de la lecture, et se prend au jeu de découvrir ce que recouvre l'appellation Grand Silence, ainsi que le sens de ces phylactères vierge de mot, et de ces têtes détachées du corps. Il est également vite submergé par l'émotion. A commencer avec le petit garçon qui ne sait pas dire à ses parents ce qui vient de se produire, puis la séparation du couple qui entraîne la séparation des jumeaux, la conduite à risque du cousin Freddy.
Dans la postface, Théa Rojzman explique qu'elle a choisi la forme d'un conte pour de toutes les histoires en faire une seule qui soit fictionnelle, tout mêler, raconter autrement, imaginer, réunir, imager, zoomer et agrandir. La structure du récit, les séquences et la narration visuelle avec les phylactères y parviennent avec une sensibilité incroyable. le lecteur ressent le silence et la solitude des jumeaux, la souffrance qui est l'impossibilité de dire, à la fois du fait de la culpabilité imposée par l'autorité de l'adulte, mais aussi par manque de mots pour verbaliser un acte aussi inconcevable. le lecteur se rend compte qu'Ophélie et Arthur n'ont qu'une seule soupape : le fait qu'entre jumeaux ils se comprennent sans se parler. Il voit bien que non seulement ils ont été victimes d'un acte ignoble, mais qu'en plus ils ne peuvent pas exprimer leur souffrance. Au fil des séquences, il capte différentes facettes de ce crime : l'effet de dissonance cognitive chez l'enfant (la confiance en l'adulte et ce qu'il lui a fait subir, deux choses inconciliables qui provoquent cette dissociation), la prédation des adultes profitant de leur position d'autorité que leur confère l'âge et pour l'un d'entre eux la position sociale, le dégoût de soi-même et la somatisation, l'extériorisation de la souffrance par la violence, l'adulte comme modèle à imiter avec le risque de reproduire les schémas, le silence qui empêche de reconnaitre l'existence du crime, de la souffrance. le lecteur apprécie d'autant plus que le récit ne s'arrête pas là, que la lutte contre Grand Silence soit montrée sans manichéisme ou simplification, avec une idée visuelle aussi simple qu'efficace pour identifier victime et bourreau, mais aussi une autre catégorie. Les autrices vont jusqu'au bout et mettent en scène le début de la solution, dépassant la simple dénonciation qu'elles ont réalisée avec une rare intelligence.
Peu de personne peut imaginer se lancer avec plaisir dans un ouvrage, fusse une bande dessinée, traitant d'un sujet aussi lourd que les violences sexuelles faites aux enfants. Théa Rojzman et Sandrine Revel ont relevé ce défi avec brio, ménageant la sensibilité du lecteur, sous la forme d'un conte, admirablement mis en image. Elles savent mettre en scène ce comportement ignoble et monstrueux, avec un regard et une compréhension d'adulte, placés à hauteur d'enfant. Non seulement, elles communiquent au lecteur toute l'atrocité de cette violence immonde et de cette confiance rompue avec les adultes, mais en plus elles mettent en scène les actions à mener, en mettant fin à la loi du silence, pour commencer à guérir la société malade de ces violences commises sur des enfants. Une réussite exceptionnelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
jamiK
  19 décembre 2021
Tout de suite, j'ai été charmé par cette atmosphère graphique feutrée, il y a un beau travail de matières, de nuances fines, de lumière. le trait est discret, peu de cernes, parfois en couleurs. La couleur tient aussi un rôle très important dans l'histoire.
La douceur du graphisme est en contraste avec le propos. Il s'agit d'une histoire de pédophile, un sujet grave, traité avec finesse et poésie, c'est presque paradoxal, mais cela fonctionne parfaitement. Les auteurs ont choisi cette façon allégorique pour traiter ce sujet, il n'est pas pris de front, mais tout en nuances, symbolisant les violences, les destructions psychiques par des formes, des couleurs. Il y a plusieurs histoires dans cette histoire. J'avais lu il y a quelque temps “Pourquoi j'ai tué Pierre” d'Alfred et Olivier Ka qui m'avait fortement marqué. Alors que le point de vue était celui du rapport entre deux personnes, tournant le sujet autour de la manipulation, dans “Grand Silence” le thème est vu de façon plus générale, se focalisant sur le phénomène de société et surtout sur ce silence qui l'entoure, donc les actes sont abordés de façon plus symboliques, et le thème de la parole des victimes est au coeur du récit. L'impact y est aussi très fort, c'est une histoire qui peut se lire très jeune, Alors que “Pourquoi j'ai tué Pierre” permettait aux non-victimes d'apprendre à voir et à décoder, celui-ci s'adresse plus au victime, les incitant à remplacer la honte par la parole, à faire cesser ce silence qui protège les bourreaux.
Grand Silence, c'est beau, c'est dur, c'est nécessaire…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Emilie77400
  23 septembre 2021
Bouleversant!
Je termine à peine ce roman graphique, j'ai encore des noeuds dans le ventre. Il faut bien dire que le sujet n'est pas léger puisqu'on y parle des violences sexuelles commises sur des enfants...
C'est très intelligemment amené sous la forme d'un conte : au sommet d'une île inconnue, siège une étrange usine nommée "Grand silence", son but? absorber tous les cris et paroles des enfants victimes de sévices sexuels. L'histoire s'ouvre avec Freddy, un petit garçon de 11 ans qui par une habile manipulation va se retrouver à suivre un homme dans une foret...la suite vous l'imaginez... On est très vite dans l'ambiance...
Freddy n'est cependant pas le personnage principal de l'histoire, même si on le reverra un peu plus tard, mais son rôle est important pour nous faire prendre conscience de la complexité de ce fléau. Car oui, parmi tous ces "monstres" beaucoup sont d'anciennes victimes.
Les illustrations assez douces accompagnent merveilleusement le scénario, ainsi elles permettent grâce à des représentations métaphoriques de bien comprendre la situation sans pour autant être trop "crues", ainsi ce roman graphique peut être lu par un public assez large. Je vais d'ailleurs en parler à la professeur documentaliste de mon collège pour qu'elle l'achète pour le CDI.
A la fin, l'auteure nous partage quelques chiffres dont celui-ci : 1 français sur 10 déclare avoir été victime d'inceste... Je suis complètement sous le choc, je savais bien évidemment que c'était énorme, mais je ne m'attendais pas à un tel chiffre...
J'ai terriblement envie de vous en dire plus et en même temps je pense sincèrement que tout le monde devrait lire ce roman graphique, j'espère donc que d'une manière ou d'une autre il finira entre vos mains et je n'ai donc pas envie de trop vous en dévoiler.
Il est tellement important de communiquer afin que la parole se libère, afin de sanctionner certes mais aussi de prévenir, d'aider, de soigner....
Achetez ce roman graphique, lisez-le, parlez-en, offrez-le.
Ensemble, mettons fin au "Grand silence".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Pixie-Flore
  03 septembre 2021
Le "Grand Silence" est maître. C'est lui qui empêche les enfants de parler. de dire l'indicible. Les adultes, eux, s'en accommodent ou le cultivent. Une personne va pourtant tout faire pour que cela cesse.
Théa Rojzman aborde le thème des violences sexuelles faites aux enfants et ses répercussions sur les adultes dans un contexte un peu fantastique. Elle a su trouver le bon ton et cerner la complexité de ces situations où la frontière entre victime et criminel est parfois trouble. Son roman graphique est écrit intelligemment, même si le côté fantastique et imagé est parfois un peu déroutant. Déroutant mais pas dérangeant. Quant aux illustrations, j'ai trouvé le style original et travaillé, il y a un jeu de couleurs que j'aime beaucoup.
Ce livre est un bon moyen de combattre le "Grand Silence".
Commenter  J’apprécie          80
olivierdidier2002
  03 mai 2022
Un roman graphique difficile à apprécier, difficile à juger, difficile à noter tant le sujet est délicat... Pourtant "grand silence" est très recommandable pour faire en sorte que l'omerta, ce silence soit brisé...à noter que le sujet est traité avec la plus grande des pudeur, tant dans le scénario que dans le graphisme d'ailleurs
Lien : https://www.babelio.com/livr..
Commenter  J’apprécie          160


critiques presse (6)
Bedeo   08 janvier 2022
Grand silence parle des violences faites aux enfants et plus précisément de celles sexuelles. La forme choisie par Théa Rojzman est celle du conte - elle s’en explique dans une postface particulièrement éclairante. Au commencement de la lecture, il est possible de trouver ce parti pris fort, mais quelque peu schématique. Cela disparaît au fil des pages tant le propos est précis, affirmé et - surtout ? - animé par des directions artistiques décisives.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BoDoi   20 août 2021
Avec la douceur graphique de Sandrine Revel (Chroniques de San Francisco, Glenn Gould, une vie à contretemps) comme bouclier, les deux autrices expriment les différents mécanismes et conséquences des violences sexuelles infligées aux enfants. Elles ne montrent pas directement (à quoi bon ?) et évoquent très clairement le problème sous ses nombreuses aspérités. Puissante, terrible, importante, nécessaire, leur bande dessinée lance un appel à la libération de la parole par la poésie plutôt que par la violence. Cela fait déjà bien longtemps qu’il serait nécessaire de briser ce grand silence, et si cet album pouvait y parvenir ne serait-ce qu’un peu, ce serait déjà une première victoire.
Lire la critique sur le site : BoDoi
LigneClaire   04 août 2021
Sandrine Revel de son trait si délicat a mis avec une pudeur et une force folle ce conte violent, vrai et sans concession et pourtant si beau.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
LesInrocks   18 juin 2021
La scénariste Théa Rojzman et la dessinatrice Sandrine Revel choisissent la forme du conte coloré pour aborder le sujet de la pédocriminalité. Interview de Théa Rojzman.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
BDZoom   14 juin 2021
Utilisant la technique narrative du conte pour aborder un propos difficile à appréhender (les violences sexuelles commises sur les enfants par des adultes), deux talentueuses autrices réussissent à nous remuer les tripes avec un récit déchirant, qui se termine quand même sur une note d'espoir.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDGest   21 mai 2021
Tout au long du récit, la symbolique graphique ira toujours plus loin et prendra le dessus sur les mots. Le mutisme des enfants finira par devenir assourdissant.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
PresencePresence   02 juillet 2021
Qu'est-ce qui se passe, Ophélie ? Ne dis pas Rien, je sais très bien ce que tu fais en cachette. Tu fais semblant de manger. Tu veux devenir toute maigrichonne, toute moche ? C'est ça que tu veux ? Et demain, tu retournes à l'école ! Je sais très bien que tu fais semblant d'être malade pour en pas y aller ! Et je vais prendre rendez-vous avec le médecin. Il va te donner des médicaments pour régler ce problème. Ça suffit maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PresencePresence   01 juillet 2021
Ne dis rien à ta mère. De toute façon, personne ne te croira. Tu n'as pas dit non… alors ne va pas raconter que tu n'en avais pas envie. Je sais que tu en avais envie, Freddy.
Commenter  J’apprécie          30
PresencePresence   02 juillet 2021
Toute cette semaine, nous allons travailler sur un seul thème : comment je me sens aujourd'hui ?
Commenter  J’apprécie          40
PresencePresence   03 juillet 2021
Ils ont dit que tout était à cause de moi. Que c'était mieux avant.
Commenter  J’apprécie          20
PresencePresence   03 juillet 2021
Ils entendent les cris. J'ai tué Grand Silence.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Théa Rojzman (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Théa Rojzman
« Il faut en parler, nécessairement. »
Le roman graphique Grand Silence de Théa Rojzman (scénario) et Sandrine Revel (dessin) remporte le Prix des lycéens 2022 au Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême ! Ce récit poignant qui aborde le sujet délicat des violences sexuelles commises sur les enfants remporte également le Prix de la BD politique LCP Assemblée Nationale, et a reçu une mention spéciale pour le Prix du Jury Oecuménique Angoulême !
Bravo aux autrices !
______________________
Sur une île inconnue où vivent des humains qui nous ressemblent, une sorte d'usine géante oeuvre depuis toujours. Cette étrange usine a pour mission d'avaler les cris rendus muets des enfants. Elle s'appelle Grand Silence... Dans un conte pour adultes aussi beau que son sujet est délicat, Théa Rojzman et Sandrine Revel livrent un roman graphique puissant qui explore sans brutalité ni complaisance un fléau que l'on préfère ignorer : celui des violences sexuelles commises sur les enfants.
https://www.glenat.com/hors-collection-glenat-bd/grand-silence-9782344041055
+ Lire la suite
autres livres classés : violences sexuellesVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4363 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre