AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757814605
Éditeur : Points (24/09/2009)

Note moyenne : 3.22/5 (sur 68 notes)
Résumé :
Les destins croisés d’Edouard Manet, qui meurt à 51 ans de gangrène, et de son collectionneur et modèle occasionnel, Eugène Pertuiset, aventurier, chasseur de lions, homme à femmes, gros mangeur et buveur, explorateur à ses heures, jusqu’à la Terre de feu. En 1881, deux ans avant sa mort, Edouard Manet fait le portrait d’un personnage haut en couleurs de l’époque, Eugène Pertuiset, à ses heures chasseur de lions en Algérie, mais aussi magnétiseur, explorateur, inven... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
kfk1
  24 juillet 2015
j'avoue avoir eu du mal à débuter (sans doute causé par la lecture du précédent livre que j'ai vraiment aimé "la faim"), mais une fois confortablement installé dans le roman, quel plaisir de tourner les pages de cet ouvrage qui, comme des Tapas qu'on grignotent en Espagne, se picore délicieusement. Partant d'un tableau de Manet, l'auteur relate la vie délirante de M Pertuiset, le sujet du "chasseur de lion", oeuvre décriée comme le fut aussi une bonne partie du travail du peintre. outre la vie trépidante du héros de ce livre, on y apprend mille petites choses (l'écriture d'Olivier Rolin est construite comme un arbre avec un tronc, des branches majeures, puis mineures pour arriver jusqu'aux ramifications, avant de revenir de nouveau au tronc. Même si je déteste l'expression "le gai savoir", ce livre est un petit bijou qui allient connaissance, bonne humeur et plaisir.
a ouvrir d'urgence sans à priori
Commenter  J’apprécie          70
mfgaultier
  22 juillet 2013
Beau tableau de chasse que ce "chasseur de lions" ! Ce roman présente Eugène Pertuiset, un ami du peintre Manet, un bourlingueur en quête de trésors et d'autres aventures, souvent ratées :
"S'il y a du Sancho en lui, il y a aussi du Quichotte : il a lu trop de romans d'aventures, et trop naïvement, il croit que le monde est plein de testaments écrits à l'encre sympathique et de trésors cachés." (page 109)
On y rencontre également des proches du peintre, des écrivains et confrères, des demi-mondaines, mais aussi des révolutionnaires, des communards... Ce livre regorge d'anecdotes, de faits et lieux historiques, de personnages multiples, et c'est un plaisir de se laisser immerger dans ce magma du XIXe siècle. Pour autant, le narrateur effectue des remontées régulières dans son présent et s'interroge sur la mort, la littérature ou la peinture :
"C'est une des poétiques conséquences du temps qui passe : les témoins meurent, puis ceux qui ont entendu raconter les histoires, le silence se fait, les vies se dissipent dans l'oubli, le peu qui ne s'en perd pas devient roman, qui a ainsi à voir avec la mort" (page 22)
"(Manet) peint. Il fait très froid, l'immobilité est pénible, il brosse rapidement, nerveusement, un portrait en brun, austère comme une bure, l'un de ses plus beaux. Autour de cette jeune femme et de son peintre, autour de leurs regards croisés, il y a la ville assiégée, l'hiver, la guerre. Après, que se passe-t-il ? On ne le sait pas. le roman ne sait pas, ne peut pas tout." (page 75)
L'auteur cite parfois ses sources (cf "le dictionnaire historique des rues de Paris") et les lieux fréquenté pour les besoins du roman (le musée de Sào Paulo où figure le portrait de Pertuiset (cf image)) comme un historien le ferait pour ses publications. Ainsi, on voit le roman se construire par petites touches et c'est passionnant.
File:Édouard Manet - Pertuiset, le chasseur de lions.jpgJ'avoue que au début de ma lecture j'étais parfois un peu perdue, noyée par toutes ces références historiques, artistiques, géographiques... Cela peut sembler intimidant mais finalement je me suis laissée porter par ce flot ininterrompu souvent comique (cf les titres des chapitres), notamment l'épopée de Pertuiset en terre de feu... J'ai souvent regretté de n'avoir pas sous les yeux des reproductions de tableaux évoqués par Olivier Rolin pour mieux savourer le texte.
Un dernier extrait, pour le plaisir : "Quand il entre au Guerbois, on le salue bien bas, il est un Monsieur à présent - un Monsieur scandaleux mais un Monsieur. Il n'a rien trahi, rien cédé, et pourtant quelque chose a changé par rapport à l'époque d'Olympia, quelque chose dans l'air qu'il respire est moins vif, moins électrique, dirait-on. Est-ce le monde qui a changé ? Pourtant, les mêmes combats sont à mener, à jamais, la bêtise, le conformisme, le mauvais goût sont toujours triomphants (...) Alors, c'est peut-être simplement d'avoir à présent une oeuvre à défendre. Peut-être cela rend-il, quoi qu'on en ait, plus lourd, moins libre. Tout n'est pas devant, à inventer. Tout n'est plus possible". (page 180-181).
Très belle découverte que ce Chasseur de lions ! Parfois ardu à lire mais réjouissant au final.
Lien : http://attrape-livres.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
brigetoun
  03 février 2009
j'ai suivi le fil, ou les fils tissés étroitement ensemble sans se perdre - l'écriture, un zeste d'érudition, avec la désinvolture discrète requise, un gros zeste d ‘ironie sans méchanceté, une sympathie qui me venait pour le chasseur de lions, Manet bien entendu et le narrateur, ses souvenirs, son regard, un jeu entre le récit et le présent juste un peu distancié. Et un ou deux moments de très léger agacement, sans importance, juste ce qu'il faut pour reprendre souffle (et ne saurais plus les retrouver, je crois).
Commenter  J’apprécie          40
philo15
  18 décembre 2008
Un délicieux chassé-croisé. Une promenade tout à la fois dans et hors du temps. Un livre passionnant, pourtant parfois dur à suivre tant les bonds entre présent, passé proche et lointain sont fréquents : l'auteur semble être un fervent adepte des associations d'idées ! Associations quelquefois déroutantes d'ailleurs.
Un roman d'une très belle plume, émaillé de références littéraires et artistiques, imagé à la manière de Manet : certaines scènes sont décrites de telle manière qu'on les visualise comme des tableaux impressionnistes.
Un livre très romanesque pour qui aurait envie de faire un beau voyage.
Commenter  J’apprécie          30
JMLire17
  06 juillet 2017
J 'apprécie les romans qui ont pour fil conducteur la vie d'un peintre, où, comme point de départ un tableau. le chasseur de lion nous fait pénétrer, dans le monde foisonnant des impressionnistes, accompagner le pinceau d'Edouard Manet, témoin engagé de son époque, qui déclare en peinture son amour pour Berthe Morizot, rencontrer, au détour d'une page, Mallarmé, Zola, traverser l'histoire du 19 ème siècle, et sourire aux mésaventures de Pertuiset, le chasseur de lion, dans un style enlevé, riche de mots bien choisis et de couleur.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   03 février 2009
« … Puis les Espagnols s’étaient lassés (les coups de canon qu’ils avaient tirés avaient d’ailleurs tant ébranlé leurs vaisseaux vermoulus qu’ils étaient sur le point de couler), et chacun était redescendu contempler les dégâts, au milieu des lazzis des petites filles, qui traitaient les adultes de lâches. Whistler avait sorti chevalet et pinceaux, et peint trois toiles, un Crepuscule in Flesh Colour and Green, un Nocturne in Blue and Gold, et une troisième qui porte ce titre énigmatiquement admirable : The Morning after the Revolution… »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mandarine43mandarine43   02 octobre 2011
[ Incipit ]

Soixante-huit lions, plus un.

Allongé sur la terre bleue, le lion barre toute la largeur du tableau, sa tête contre le bord gauche, gueule béant sur les crocs, un trou derrière l’oeil ouvert, brillant (un œil de verre, se moqueront de mauvais esprits), noir d’où goutte un peu de sang, l’extrémité des pattes arrière débordant du cadre, à droite. Le tronc d’un arbre s’élève au premier plan à gauche, vertical, gris de cendre écaillé de noir, touches éparses de jaune et de vert sombre, masquant une partie de la crinière, qui retombe noire sur le pelage fauve. Le peintre a signé sur l’écorce : «Manet, 1881 » (un couple de jeunes métis, assez gros l’un et l’autre, perplexes, se demandent ce qui est écrit là : "Miguel ? Não, não é Miguel"). En arrière-plan, des arbres grêles dispensent une ombre légère, trouée de taches de soleil jaune-rose ; à gauche du tronc, le sol est bleu, à droite il tire sur le mauve lilas, en bas sur le vert mousse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lauravanelcoyttelauravanelcoytte   18 décembre 2008
p.9:"Pourquoi Manet, "ce riant,ce blond Manet/De qui la grâce émanait",a -t-il peint ce gros lard?"
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Olivier Rolin (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Rolin
Le mercredi 30 mai 2018, la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris - www.charybde.fr ) avait la joie de recevoir Olivier Rolin, pour évoquer avec lui plusieurs de ses romans, récents ou moins récents.
autres livres classés : destins croisésVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
524 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre