AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258144876
Éditeur : Les Presses De La Cite (24/05/2017)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 57 notes)
Résumé :
Un thriller ambitieux au rythme effréné. Une intrigue historique diaboliquement séduisante qui embarque le lecteur dans une course folle, de Bordeaux à Erevan en passant par le Vatican et Hong Kong, à la poursuite d'un secret qui n'est rien de moins que celui de l'humanité tout entière.

Turquie, marché d'Igdir. Aman, la fillette kurde dont la famille est gardienne millénaire du mystère de l'Ararat, n'aurait pas dû accepter cette licorne en bois... Ell... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  21 mai 2017
Ouaw...une vraie bombe ! Je tiens tout d'abord à remercier Babelio ainsi que les éditions Presses de la Cité de m'avoir envoyé cet ouvrage, en avant-première qui plus est. C'est un ouvrage que je n'aurais probablement jamais acheté par moi-même, n'étant généralement pas trop branchée thriller et j'avoue que je serais vraiment passé à côté de quelque chose de ...surprenant, étonnant, prenant et envoutant à la fois.
Oui, envoûtant, tel est bien le mot approprié car pour vous plonger dans cette lecture, il va falloir que vous mettiez de côté tous vos a priori, toutes vos prétendues croyances, comme le fait l'héroïne de ce roman. Glaciologue de métier, Cécile Serval est une scientifique qui a largement passé l'âge de croire encore aux contes pour enfants. Aussi, lorsqu'elle est prise en otage par Zak Ikabi, elle ne sait pas encore qu'en réalité, ce dernier vient de lui sauver la vie, à elle, et au professeur Arsène Parella. Tous deux ont le malheur de trop en savoir, ou pas assez justement. Leur erreur ? Avoir rédigé un rapport pour le Parlement mondial des religions. Ils auraient vu quelque chose qu'ils n'auraient jamais du voir, même s'ils ne savent pas l'interpréter, du moins pas encore mais ce fait, si il venait à être divulgué à grande échelle, réduirait à néant toutes les convictions des croyants du monde entier, de quelque religion qu'ils soient. Bref, le monde tel que nous le connaissons plongerait alors dans d'interminables guerres de religion comme nous n'en avons jamais connu et le monde scientifique serait lui aussi mis à mal. Bref, ce serait le chaos total. Il y a d'un côté ceux qui veulent savoir et ce, à n'importe quel prix, quitte à tuer des centaines de personnes pour cela, c'est la camp dans lequel se placent celui qui se fait appeler Cortès et ses hommes de main, ceux qui savent et tentent de protéger le secret au péril de leur vie et il y a tous les autres.
L'auteur nous transporte ici aux quatre coins du monde à la recherche d'une fable : la célèbre arche de Noé. Mais justement, si ce n'était pas une fable ou un récit évangélique mais bel et bien une histoire vraie et que nous pourrions en démontrer l'existence ? Que se passerait-il alors ?
Je ne veux pas trop rentrer dans les détails de peur de trop en dire voire même d'y ajouter des convictions qui ne se trouvent pas présentées ici mais sachez chers lecteurs qu'en vous plongeant dans cette lecture, toutes vos croyances ou connaissances seront mises à rude épreuve. de plus, vous vous engagez dans quelques nuits d'insomnie tant vous ne pourrez plus lâcher cet ouvrage des mains...Prêts à relever le défi ? S je ne l'avais pas déjà fait, je crois que c'est ce que je ferais si j'étais vous...Bonne lecture ! Une écriture fluide, parfois complexe en raison de certaines références théologiques mais sans trop de dérangements en ce qui concerne la lecture. de plus, notre ami Zak se fait un malin plaisir de l'expliquer à notre jeune athée et scientifique Cécile alors pourquoi ne pas profiter de la leçon ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Domi_V
  11 août 2017
Contrairement à beaucoup d'autres lecteurs, je n'ai que très moyennement apprécié ce thriller ésotérique qui était sensé être un divertissement. Au lieu de ça, grimper sur l'Ararat dans l'intention d'arriver (enfin) jusqu'au final de ce vague remake d'un Da Vinci Code investi par une espèce d'Indiana Jones, j'ai subi le calvaire d'une lecture qui me faisait pousser des soupirs de lassitude.
Agnostique (mais curieuse), je savais que j'allais "me confronter" à un sujet qui souvent me fâche, très rarement me réjouit : les religions et leurs éclairages historiques, culturelles, politiques, mythiques, artistiques... et ce furent là, contrairement à mes a-priori, les évocations les plus intéressantes.
Quant à l'intrigue, construite autour la question (et l'enquête) de savoir ce que "cache" le mont Ararat, elle aurait pu tenir dans une centaine de pages. D'autant que, arrivée à un tiers du roman, et après introduction du nom d'un Être présent dans la mythologie religieuse, j'avais vite deviné où l'auteur allait m'amener (l'épilogue m'a donné raison).
Je n'ai en outre ressenti aucune empathie envers les protagonistes (une scientifique souvent acariâtre, bornée mais si (!) désirable dès qu'elle se laisse peloter par l'aventurier têtu, beau comme le cliché qu'il représente), qui vont se sentir (sans surprise) irrésistiblement attirés l'un vers l'autre, scène de sexe à l'appui.
Un vieux prof' les accompagne et je suis restée ébahie devant l'endurance dont ce mec de plus de soixante balais dispose !
À croire que ces trois-là sont à peine humains, ils dorment et mangent guère, cavalent tout le temps et réussissent à éviter (presque) toutes les projectiles qui fusent des kalachnikovs et autre artillerie de poing tout le long de ces 600 pages.
Et la licorne, me demandez-vous, qu'est ce qu'elle vient faire là-dedans ?
Eh bien, l'Histoire de cet unicorne est probablement la seule chose qui m'a, si pas réellement émerveillée, au moins bien amusée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          374
canel
  28 juin 2017
Entre hier et aujourd'hui, entre les mythiques 'Noé & son Arche' et des scientifiques athées du XXIe siècle...
Un thriller ésotérique qui, comme Da Vinci Code - que j'avais adoré - nous apprend beaucoup sur l'histoire des religions, l'écriture des textes religieux et leurs interprétations.
On voyage beaucoup (trop ?) et on rencontre pléthore de personnages dans ces six cent pages. Pas de temps mort, la magie du 'cliffhanger' opère, on tourne les pages avidement.
Peut-être un peu trop d'action pour moi ? Mais l'humour et la précision de ce thriller documenté en rendent la lecture très agréable.
• Merci à Babelio et aux Presses de la Cité.
Commenter  J’apprécie          360
tchouk-tchouk-nougat
  07 juin 2017
Je remercie très chaleureusement Babelio et les éditions Presses de la cité pour l'envoi en avant première de ce thriller qui fut une lecture passionnante!
Pourtant au début je me méfiais. le roman affichait avec évidence son ésotérisme, la recherche de l'arche de Noé, les licornes... Est ce que tout ça n'allait pas tourner au bizarre religieux incompréhensible? Et bien pas du tout! Ce fut une lecture accrocheuse du début à la fin! Il mérite son petit bandeau rouge "thriller de l'été".
Dès le début, on est plongé dans le vif du sujet, sans préliminaires. Différents groupes au quatre coins du monde s'emparent de reliques tournant autour de l'arche de Noé : fragment de poutres trouvées sur le mont Ararat, textes religieux interdits, rapports sur la fonte des neiges... Et dans leur sillage des morts. L'action s'enchaine très vite sans temps mort dans une course poursuite effrénée, rythmée par les dangers et les révélations.
Très vite on se concentre sur un noyau dur qu'est Zak, celui qui détient le secret, Cécile et Arsène, deux scientifiques embarqués malgré eux dans ce périple et ce secret bien gardé de l'arche de Noé. On apprend à connaitre les personnages au fur et à mesure des pages, dans le feu de l'action. Les autres personnages, des méchants aux témoins qui ne sont présents que quelques pages, sont également travaillés bien que parfois un peu stéréotypés. J'ai aimé le fait que l'auteur nous donne quelques éléments sur ces hommes et femmes qui traversent pourtant le récit à l'allure d'une étoile filante. Nous forçant presque à trouver de l'empathie pour des gens qu'il sacrifie pour le bien du roman.
L'écriture est très fluide, agréable. L'auteur sait bien maitriser la tension du récit et ne la laisse retomber à aucun moment. le suspense également avec des révélations au compte goutte et quelques retournements de situations. J'avais deviné comment se profilait les révélations finales, mais elles n'en n'étaient pas moins bien amenées pour autant.
Il y a juste 2 ou 3 détails qui se contredisent mais que des choses plutôt insignifiantes dans l'histoire.
Bien que le livre fasse quand même 600 pages, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, ayant du mal à le lâcher. Et plus on approchait de la fin, plus l'envie de continuer la lecture se faisait dévorante.
Bref une excellente lecture qui mérite son titre de thriller ésotérique de l'été!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
nekomusume
  18 mai 2017
Tout d'abord merci à Babelio et aux Presses de la Cité pour m'avoir choisie pour lire ce livre.
Lorsque j'ai été contactée pour le Masse Critique spécial d'un thriller ésotérique portant sur la légende du déluge universel intitulé "La dernière licorne", je me suis dit pourquoi pas. J'aime beaucoup les romans policiers en général et je suis toujours très curieuses des théories engendrées par les croyances établies.
J'ai été impressionnée par l'épaisseur du livre, près de 600 pages, mais ça se lit très bien: reçu lundi soir, terminé mercredi soir. L'écriture glisse, c'est facile à lire, assez accrocheur, on a envie de savoir si nos héros vont s'en sortir. Les chapitres s'enchaînent rapidement, nous faisant voyager par bonds de l'Arménie à l'Australie, de la France à Hong-Kong... J'ai même découvert des petits pays que je ne connaissais pas, au pied de l'Ararat, Turquie, Iran, Arménie, Nakhitchevan... le point de de convergence : le mont légendaire où se serait échouée l'Arche de Noé.C'est dans cette région hautement explosive, avec le peuple kurde comme boucle émissaire que la quête de l'Arche nous entraîne.
Plus Indiana Jones que Robert Langdon, Zak entraîne contre son gré Cécile Serval, glaciologue, dans une course mortelle pour la protection d'un secret pluri-millénaire sur lequel se sont constituées les grandes religions et même la justification de l'esclavage.
Notre groupe improbable tente d'échapper aux Néphilim, farouches protecteurs du secret, aux autorités ecclésiastiques, à la police de tous pays et à une mafia azérie. Dans ce livre, personne n'est réellement ce qu'il semble être et l'introduction sporadique d'un chapitre se déroulant 5000 ans avant notre ère apporte un éclairage différent à l'histoire.
Ce livre mérite bien son qualificatif de thriller, en effet les morts pleuvent... j'ai recensé une moyenne d'un mort toutes les 10 pages. Ce n'est qu'une moyenne globale, et très incertaine, le nombre des victimes est parfois indéfinissable. Les mafias de ces régions n'étant pas réputées pour faire de la dentelle, meurtres gratuits, rituels, tortures, ne pas laisser de témoins ou se défendre, tous les prétextes sont bons pour sortir son arme. Parfois même si il n'y a aucune rapport avec l'intrigue. J'ai trouvé qu'à ce niveau, le passage sur les jeunes filles kurdes aux yeux verts était inutile pour l'histoire et ne servait que dans un but voyeuriste à faire monter l'horreur que nous inspire le personnage qui en est responsable.
C'est également une aventure trépidante avec infiltration dans l'enfer de la bibliothèque du Vatican, musée, université, parc d'attraction religieux, ainsi que les visites des grands sites touristiques bien que l'on soit traqué par Interpol. Cela nous entraîne parfois dans des situations un peu "tirées par les cheveux" et des exfiltrations par des moyen qui "tombent à pic ".
De nombreuses versions du mythe du déluge sont abordées, la version biblique, bien sûr, est la plus répandue avec de nombreuses représentations très connues. Seulement si ces oeuvres nous sont présentées parce qu'elles contiennent des éléments propres à étayer la thèse de Zak, on ne sait pas pourquoi ils sont représentés. Rien ne vient confirmer qu'il s'agit bien d'indices laissés par des initiés et non de simples éléments de décor. Même si j'ai beaucoup apprécié me retrouver dans la salle des tapisseries de la dame à la licorne du musée de Cluny, je ne comprends pas pourquoi elles interviennent dans l'enquête. Pourquoi le créateur de l'oeuvre a-t-il représenté la licorne avec un bouc et des sabots de chèvre? Rien n'indique qu'il y ait eu une raison pour cela plus que pour lui avoir fait une tête de cheval et et une corne de narval. Il s'agit à priori d'une chimère comme de nombreuses autres ont été élaborées durant cette période, mais rien ne vient prouver un lien entre les créateurs de l'oeuvre et les licornes "réelles". du coup, il devient assez improbable que Cécile Serval, scientifique cartésienne et laïque affirmée se convertisse à la thèse de Zak après le récit de quelques légendes et l'observation de quelques peintures qui ne sont pas du tout contemporaines de l'histoire évoquée.
Il reste de tout cela une formidable construction autour des différentes recherches scientifiques menées sur "l'anomalie d'Ararat" même si la révélation tant attendue ne me parait pas si exceptionnelle que cela et déjà plus ou moins entendues, et un complot mondial ourdi par le parlement mondial des religions, pour un livre très divertissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          104

critiques presse (2)
LaCroix   24 août 2017
Ce premier roman palpitant, signé par un haut fonctionnaire, nous emmène aux quatre coins du monde à la recherche des reliques de l’Arche de Noé.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LePoint   23 juin 2017
Ce thriller sur l'Arche de Noé va pleinement satisfaire ceux qui goûtent les mystères ésotérico-historiques dans la veine du Da Vinci Code.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   25 juillet 2017
– Vous… vous êtes un dingue... Un malade en cavale.
– Je ne suis pas fou.
Cécile fit pivoter son siège, assura sa voix.
– Et qu'est-ce que c'est, vos Nephilim ?
– C'est compliqué. Une association de riverains du mont Ararat, si vous voulez. Du genre pas vraiment contente qu'on aille fouiner là-haut chez elle. Une armée de défense des secrets de l'Arche de Noé, vous voyez le style, un peu créationniste sur les bords... Ça m'arrive de les croiser. Le monde des chercheurs d'Arche est un petit monde.
– Je vois… Même passion, mais il y a les bons et les méchants.
– C'est un peu ça.
– Pourquoi ce nom ? Nephilim ?
– C'est du chaldéen. Les Nephilim sont les héros des premières lignes de la Bible. Des géants, selon la traduction usuelle, mais le terme de Nephilim revêt plusieurs significations. D'ailleurs, si…
– OK, coupa Cécile. J'ai saisi l'essentiel ! Va pour vos Nephilim. Et vous, vous êtes qui ? Indiana Jones ? Benjamin Gates ?
Sans cesser de serrer la crosse du revolver, Zak esquissa un sourire.
– Il y a de ça, oui… Un passionné d'Arche. C'est une longue histoire.
– Mais pacifiste ?
– Ouais.
– Ben voyons…
Zak jeta un nouveau coup d'œil discret par la fenêtre avant de répondre.
– Ne plaisantez pas, mademoiselle Serval. Ces Nephilim sont des assassins. Ils sont à nos trousses. Ils…
La question gicla :
– Cette boucherie en Arménie, dans la cathédrale d'Etchmiadzine, c'étaient les Nephilim ? […]
– C'étaient eux. À Bordeaux aussi. Et… et ce n'est que le début du jeu de massacre. […]
– Et, bien entendu, vous allez me dire que vous ne pouvez rien raconter à la police parce que vous êtes recherché et qu'ils vous coffreraient avant que vous n'ayez pu prononcer un mot… Et pourtant, vous seul pouvez sauver ce qui peut l'être encore. La face du monde. Le secret de l'arche de Noé.
– Exact, mademoiselle Serval. C'est exactement cela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
cicou45cicou45   17 mai 2017
"L'estimation dépend uniquement de la rareté de l'objet. Pourquoi l'or, l'argent, les diamants, les émeraudes valent-ils une fortune ? Ce sont des métaux et des pierres comme les autres, de vulgaires cailloux. Leur seule valeur, c'est leur rareté. Réfléchis, Dimitri, on paye des types des millions simplement parce qu'ils sont les seuls au monde à savoir faire quelque chose, n'importe quelle connerie. Une façon différente de balancer un ballon dans un but, de gueuler dans un micro, de se foutre à poil devant une caméra. N'importe quoi, ce qui compte, c'est l'unicité."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
canelcanel   04 juillet 2017
[Il] prit quelques secondes pour réfléchir. Il pouvait se permettre de tuer douze Arméniens, des femmes, des enfants, un prêtre... Cela déclencherait une vive émotion dans tout le pays, mais ils auraient alors passé la frontière depuis longtemps... La communauté internationale se ficherait de ce massacre, une boucherie presque quotidienne chez ces barbares orientaux.
Mais en revanche, s'il tuait un Français...
Il avait beaucoup appris de ses longs séjours en Europe. Les hommes politiques occidentaux étaient prisonniers des médias et les médias prisonniers de l'émotion publique. Un Français assassiné en Arménie... Il connaissait l'engrenage. [...]
Ils ne lâcheraient pas l'affaire avant d'avoir un coupable à livrer en pâture à l'opinion occidentale.
(p. 29)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
canelcanel   21 juin 2017
En se documentant, Zak avait appris que tous les tours de grande illusion, des malles des Indes aux femmes coupées en deux, se fondaient sur le même principe : la capacité du corps humain à se contorsionner pour entrer dans un espace minuscule. Une simple question d'entraînement et de volonté. Depuis un mois, dans son appartement [...], Zak dormait dans un buffet Ikea de la taille de l'étagère de la bibliothèque.
(p. 30)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   06 juin 2017
-Oui Gana, tu as raison, cela se mange. Ce sont des graines. Lorsque les herbes, ou les fleurs, sont trop vieilles, elles se courbent, comme Avo, et ces boules vertes tombent dans la terre. Elles y dorment, longtemps, très longtemps, puis elles finissent pas s'ouvrir, comme le ventre d'une femme qui attend un enfant, et d'autres herbes, plus hautes et plus fortes, repoussent au même endroit.
Gana aimait bien ce que lui racontait son frère. Les herbes pouvaient revivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
autres livres classés : ésotérismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1201 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre