AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221913444
5330 pages
Éditeur : Robert Laffont (13/11/2003)
4.62/5   16 notes
Résumé :
Conçus par Jules Romains comme la synthèse ambitieuse et multiforme de vingt-cinq années de vie française entre 1908 et 1933, Les Hommes de bonne volonté constituent l'un des ensembles romanesques majeurs de notre temps.
De très nombreuses destinées, entrecroisées ou parallèles, animent, au cours d'aventures tragiques ou légères, sentimentales ou comiques, ce tableau panoramique d'une époque confrontée à une page capitale de son histoire : Louis Bastide, l'en... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Blok
  08 mai 2021
La Comédie Humaine du vingtième siècle. C'était d'ailleurs l'ambition de l'auteur au départ. Dans l'ensemble, objectif atteint.
L'ouvrage est une peinture de la société française entre le 6 octobre 1908 et le 7 octobre 1933, à travers une foule de personnages et d'intrigues qui se mêlent et se répondent. Il n'y a pas de héros ou il y en a trop. Un fil conducteur nous est cependant donné à travers deux amis, qui traversent l'oeuvre de bout en bout. Jallez et Jerphagnon entrent tous deux à Normale Supérieure ce 6 octobre 1908 qui donne son titre au premier roman de la série. Ils prennent des chemins différents qui représentent sans doute les voies entre lesquelles l'auteur a hésité dans sa jeunesse
Jerphagnon s'engage dans la vie matérielle, l'action politique. Jallez se tourne vers la littérature
Tous deux réussissent dans la voie choisie. Romains a bien sûr pris le côté de Jallez.
Il faut revenir au 6 octobre, car ce volume est très important. C'est là qu'on voit à l'état le plus pur la méthode de narration choisie par l'auteur, tirée de l'Unanimisme, mouvement littéraire dont il est le fondateur et qui a pour but de peindre la Vie Unanime, on pourrait dire la globalité du monde. le sujet du 6 octobre est contenu dans son titre. Il est consacré tout entier à la peinture"unanime" de la journée du 6 octobre 1908 à Paris. Dans une multitude de scènes, on passe d'un personnage à l'autre, choisis pour offrir la vision la plus large possible à défaut d'une impossible exhaustivité. le résultat est très réussi, et ce volume est un sommet de.la série. On pourrait le comparer dans une certaine mesure à l'Ulysse de Joyce.
Dans les volumes suivants la narration est beaucoup moins resserrée, mais continue à se plier au schéma de l'Unanimisme, tout au moins jusqu'à ce que le récit en arrive à la première Guerre Mondiale. A partir de là, les différents volumes prennent d'avantage la forme du roman classique tout en conservant le but initial de faire une peinture globale de la société et de son évolution. le dernier volume, le 7 octobre, reprend la configuration du premier et est pareillement consacré tout entier à la peinture du 7 octobre 1933. On y voit comparaître tous les personnages survivants du livre, que l'on a retrouvé et vu évoluer au long de la série, sans être tous présents dans chacun des tomes.
Le résultat est un chef-d'oeuvre incontestable, malheureusement trop méconnu aujourd'hui. En ce qui me concerne, il figurerait en bonne place sur la "liste de l'ile déserte"
On a souvent posé la question des clefs du livre. de fait, il y a des ressemblances indéniables avec des personnes réelles. Mais comme toujours, cette question est un peu vaine
Il y a des influences et pas plus.
Il serait intéressant de s'étendre plus sur cette question.
La lecture de ce livre représente un investissement en temps considérable, mais cela en vaut largement la peine. Je l'ai lu trois fois et aimerais trouver le temps de le lire une quatrième
Si vous le lisez pour la première fois, je vous envie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          86
Graloup
  22 mars 2021
Je revois ma mère, un tome des "hommes de bonne volonté" à la main. Elle lut l'intégralité de l' oeuvre et en parlait toujours avec admiration. Je n'ai pas eu son courage. Chaque fois que je séjourne à Nice, je relis , avec émotion, les quelques mots écrits sur la plaque , place Sainte-Réparate, au-dessus du glacier Fenocchio, : c'est sur cette place que Romain situe le début de son roman fleuve.
Faut-il le regretter: le Romain, chef de l'école unanimiste, auteur des "hommes de bonne volonté" est un peu oublié aujourd'hui. Par contre "les copains", si jubilatoire et l'éternel "Knock" n'ont pas pris une ride . Ils sont réédités, adaptés au cinéma. Je ne sais si l'écrivain considérait ces deux ouvrages comme mineurs mais la postérité joue des tours bizarres: Voltaire, de son vivant, devait sa popularité à son théâtre et lui-même se considérait comme l'égal de Corneille et Racine. Aujourd'hui le dramaturge n'intéresse plus personne , alors que le philosophe et surtout l'auteur des contes nous est familier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
folea
  03 octobre 2015
Plus de 4000 pages, un millier de personnages, beaucoup d'histoires...
Évidemment certaines m'ont intéressée et d'autres pas. Mais l'ensemble est passionnant pour qui a envie de connaitre de l'intérieur la première moitié du vingtième siècle.
Était-il possible d'éviter la 1ère guerre mondiale? Et la 2ème ?
J'ai préféré les chapitres sur la guerre et la politique - nationale et internationale - que les chapitres sensualo-sentimaux, les femmes étant réduites à de charmants petits êtres s'occupant de leurs hommes et des enfants de ceux-ci.
Commenter  J’apprécie          30
Enroute
  30 octobre 2016
Tome 1 : hilarant. Et très moderne.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
EnrouteEnroute   31 octobre 2016
Mes enfants. J’ai une chose à vous dire. Je ne sais pas si vos pères en parleront devant vos. L’autre jour, nous avons regardé ensemble la carte d’Europe, celle-ci… (Il la prend dans le coin de la classe, et l’accroche à deux clous qui sont près du tableau noir, face aux enfants.) « Vous vous appeler : les Balkans sont ici. La Bulgarie, la Serbie, la Turquie, n’est-ce pas ? Eh bien, il va probablement éclater une guerre par là, entre la Bulgarie et la Turquie. Et tous les gouvernements d’Europe sont liés de telle façon les uns aux autres par des traités d’alliance, par ces conventions plus ou moins secrètes, par des promesses, qu’il se peut très bien que, si la guerre éclate, elle gagne toute l’Europe. Voilà. Je ne vous dis pas cela pour vous faire peur. Vous êtes de grands garçons. Mais il faut que vous sachiez. Maintenant, je commence la leçon de calcul.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
EnrouteEnroute   31 octobre 2016
La ville palpitait comme un rayonnement se renverse. Pour lancer dans les deux sens tant de matière humaine, le centre n’avait pas eu besoin de bouger. s’il lui avait bien fallu agir, ce n’était pas à la dure façon ouvrière d’un coeur vivant qui tout à tour, et sans répit, se distend ou se ramasse, aspire ou refoule, et pour qui rien ne se fait seul. C’était plutôt à la façon royale de ces structures physiques, qui, par leur seule présence, apparemment immobiles et inertes, modifient autour d’elles une zone d’univers, y déchaînent, y orientent des forces, des flux, des radiations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
EnrouteEnroute   31 octobre 2016
Ceux qui rentraient dans Paris, ou qui avaient eu l’occasion d’y vivre, sentaient plutôt l’agglomération comme un corps surabondant qui se répand et se dilate. Ils voyaient les maisons, les rues, on pas courir à un rassemblement, mais s’échapper, chercher des issues, s’écarter le plus qu’elles pouvaient dans la direction du sol libre. La poussée venait de Paris, se communiquait à travers l’enceinte, tuméfiait la banlieue résistante, semblait vouloir contrarier l’avance du train.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
EnrouteEnroute   31 octobre 2016
Après tout, j’ai mon destin à moi. Il est frais, insolent, intact. Bien d’autres hommes ont eu vingt ans dans un pire désordre de l’humanité et sous des signes plus funestes. L’essentiel est d’avoir vingt ans. Quand je dis que le monde commence avec moi, je suis idiot si je compte là-dessus pour que tout s’arrange une série d’événements toute neuve, à laquelle le reste du monde doit servir de lieu et d’occasion. A moi d’être assez fort pour que même une convulsion du continent devienne un de mes épisodes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EnrouteEnroute   31 octobre 2016
Tout comme la femme cherche à être belle pour plaire, l’homme cherche à être admirable. La femme qu’il aime doit se prêter à ce jeu. Si elle se montrait sceptique, si elle soulignait chez son amant certaines faiblesse ou certaines contradictions, elle serait aussi maladroite, d’une clairvoyance aussi inutilement cruelle, que l’homme qui signalerait à sa maîtresse des rides ou un double menton.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jules Romains (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Romains
Dans l'Allemagne exsangue et tumultueuse des années 1920, le Bauhaus est plus qu'une école d'art. C'est une promesse. Une communauté dont le but est de mettre en forme l'idée de l'Homme nouveau. En 1926, l'école s'installe à Dessau. Dans le grand bâtiment de verre et d'acier, Clara, Holger et Théo se rencontrent, créant une sorte de Jules et Jim. À Berlin, toute proche, le temps s'assombrit. Les convictions artistiques ou politiques ne sont pas les seuls facteurs qui décident du cours d'une vie. Ce sont aussi, entre rêves d'Amérique et désirs de Russie, d'autres raisons et déraisons. Lorsque l'école sera prise dans les vents contraires de l'Histoire, les étudiants feront leurs propres choix. À qui, à quoi rester fidèle, lorsqu'il faut continuer ?
+ Lire la suite
autres livres classés : roman fleuveVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2604 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre