AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070378829
Éditeur : Gallimard (13/11/1987)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 17 notes)
Résumé :
1re publication : 1911

Un jour de printemps, Jacques Godard a l'idée de monter au sommet du Panthéon. La surprise émerveillée qu'il ressent devant la diversité inattendue de Paris lui fait négliger le vent aigre soufflant là-haut. Une pleurésie se déclare. Le neuvième jour, le concierge de son immeuble le trouve mort.
Pour l'état civil, c'est un mécanicien retraité des chemins de fer, veuf et sans enfant, à rayer des registres. Mais, si isolé, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
gill
03 juin 2017
Ce roman a souvent été défini comme "unanimiste" mais c'est surtout comme "pénétrant" qu'il devrait être qualifié.
Jacques Godard est mort d'un mauvais froid qui lui est tombé sur les poumons.
Jacques Godard était mécanicien, retraité des chemins de fer.
Depuis qu'il était veuf, il se sentait bien seul.
Et, il est mort seul, mal soigné, comme un chien.
Mais pourtant ...
D'abord ce roman paraît rythmé par les sons.
Puis, plus qu'il ne décrit, Jules Romains, en quelques mots, montre, comme on le ferait du bout du doigt, les paysages, les portraits.
Il ne s'embarrasse pas de longues tirades, de lourdes esquisses.
Il montre, tout simplement ce qu'avant l'on n'avait pas vraiment vu, ni regardé.
L'écriture magistrale de Jules Romains traverse les vies et pénètre les âmes.
Le romancier s'inquiète des petits détails, de la porte qui claque, de l'heure qu'il peut être.
Le philosophe, lui, s'empare des mots, des idées et des émotions et les liant de brillante manière en fait un concept philosophique limpide et probant.
A dire vrai, j'ignorais tout de "la théorie unanimiste" de Jules Romains.
Que celui qui n'a jamais été ignorant me coiffe le premier du bonnet d'âne !
Bref !
Elle exprime "la vie unanime et collective de l'âme des groupes humains et ne peint l'individu que pris dans ses rapports sociaux*".
Dit comme ça, c'est corsé !
Mais au fil du roman, tout s'éclaire.
Plus sur le deuil que sur la mort, plus sur l'absence que sur la solitude, ce roman est une fine analyse, une recherche ambitieuse et méditée de la portion d'humanité que chacun de nous porte en soi.
C'est un roman court mais puissant et essentiel ...
* source Wikipédia
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
Taxidermie
13 août 2017
Quel beau petit livre que voilà !! Une très grande sobriété dans le style où les images sont si judicieusement choisies que l'on comprend pourquoi il ne sert à rien de rédiger de longues phrases ou de longs paragraphes sur certains thèmes. Je suis admiratif des nombreuses formules de l'auteur qui décrit des sentiments et des situations ! De nombreuses images sont gravées à jamais dans ma mémoire : les descriptions concernant le mort dans son lit (inerte comme un mineur sous un éboulis) ; celles concernant la propagation d'une nouvelle dans un village ; celles à propos des gens dans la diligence, etc., etc.. La beauté des formules sur un sujet si simple m'a rappelé cette belle réflexion du philosophe Alquié à propos de la beauté en poésie. D'après lui, il existe deux genres de beauté ; une d'ornementation et de décoration ; mais une autre qui est révélation. Lorsqu'en effet une image poétique vous semble contenir une vérité, à tel point que la suppression du vers ou sa modification altéreraient selon vous la vérité décrite, alors la beauté se fait révélation. Elle entre en résonance avec votre vécu qu'elle éclaire alors même que vous n'aviez pas conscience de la portée ou de la signification de votre propre expérience. C'est exactement ce que j'ai ressenti lors de ma lecture : ce modeste ouvrage est un véritable véritable écrin qui contient des perles et des bijoux de phrases. Des images sobres mais si justes éclairent profondément nos expériences humaines que notre regard pragmatique a tendance à délaisser. Je recommande aux lecteurs cet ouvrage acheté par hasard !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
claudeparis936
01 novembre 2013
Retraité, veuf depuis cinq ans, Jacques Godard vit seul dans son modeste appartement de Ménilmontant. Pas d'enfants, pas d'amis... Quand il meurt après avoir bêtement pris froid, c'est dans l'isolement le plus total. Pourtant, voisins, anciens collègues, parents éloignés, et même anonymes vont être bousculés par l'annonce de sa disparition.
Commenter  J’apprécie          20
Ponna
11 juillet 2015
On est bien peu de choses...
Jacques Godard, anonyme dans la ville, décède.Que devient la mémoire d'un homme mort? A quels points ses proches, ses voisins seront affectés? Où résident les traces des défunts, après l'enterrement...
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
gillgill03 juin 2017
Alors, entre les murs de la chambre, sans qu'une parole se dise, quelque chose d'essentiel passe de l'homme qui meurt à l'homme qui survit.
Si personne ne veille auprès du lit, tout sort de la chambre, s'enfuit, s'égare, et va mordre on ne sait quoi, comme un chien enragé ...
Commenter  J’apprécie          200
JcequejelisJcequejelis27 novembre 2011
Pour les yeux des hommes, l’existence de Godard se confinait dans deux étroites pièces, à Ménilmontant. Depuis cinq ans qu’il était retraité, il n’avait pas réussi à se créer une distraction régulière. Tout au plus s’amusait-il à encadrer de vieilles gravures, et à dorer quelques boiseries qu’il façonnait lui-même. Il pensait souvent à sa femme. Parfois, le soir, avant de se coucher il trouvait à la solitude un murmure hostile, qui lui refroidissait les épaules comme une bruine, et que la lampe ne suffisait pas à évaporer. Alors, il avait le regret de la morte, et il se promettait d’aller le lendemain jusqu'à sa tombe. Il tenait sa promesse : il prenait vers une heure du soir le tramway électrique dont le trolley avait des frissons singuliers. Il s’attendrissait, au soleil, dans le cimetière de banlieue, et, avant de rentrer buvait une demi-setier chez un débitant, toujours sur la même table, où une fente du marbre imitait la courbe de la Seine à travers Paris.

145 – [Le Livre de poche n° 2789, p. 10]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
claudeparis936claudeparis93601 novembre 2013
"Quand on pense à tout le tintouin qu'il va y avoir pour lui ! Une fois que quelqu'un est mort, ça n'est pas fini, oh ! non ! On dit bien que tout est fini, mais c'est une façon de parler. Je ne crois pas qu'on aille en paradis ou en enfer, moi. Tout de même on ne part pas comme ça."
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jules Romains (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Romains
KNOCK spectacle intégral
KNOCK de Jules Romains, mis en scène par Olivier Mellor Cie du Berger / Cie la Lune Bleue
autres livres classés : diligenceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
330 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre