AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782847345285
275 pages
Tallandier (28/08/2008)
3.91/5   51 notes
Résumé :
Ce livre n'est pas une biographie romancée : il rapporte les faits, cite les textes, donne les sources ; mais on pourrait s'y tromper, tant la vie même d'Alcibiade multiplie les aventures et les péripéties les plus romanesques.

Pupille de Périples, ami de Socrate, paré de mille dons, il semblait devoir dominer la vie politique d'Athènes au Ve siècle avant Jésus-Christ. Il le fit, au début. Mais Il était ambitieux et imprudent ; les scandales le guetta... >Voir plus
Que lire après AlcibiadeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Alcibiade, fils de Clinias est un homme d'État, orateur et général athénien né en 450 av. J.-C. et mort en 404 av. le même J.-C. Il fut adopté par le principal stratège d'Athènes, Périclès.
Sa vie d'adulte s'étend tout au long de la guerre du Péloponnèse, un conflit de 30 ans, (de 431 à 404) qui opposera Athènes et ses alliés de la Ligue de Délos à Sparte à celle de la Ligue du Péloponnèse ; démocrates les uns et prônant l'oligarchie les autres.
Nous entendrons tour à tour les témoignages de Thucydide, Xénophon, Diodore de Sicile, Plutarque, Cornélius Népos, et c'est sans oublier de plus illustres, Platon et Socrate.
Puis, nous découvrirons combien Alcibiade est beau, riche et intelligent, issu de la haute noblesse, nous saurons comment il séduit, aussi bien les hommes que les femmes et de parfaire à ce rôle, lui aussi, de stratège. Tant et si bien pourvu que jamais Athènes ne lui permettra aucune défaite ; le rejetant pour cause d'intrigues et d'affaires (de celles qui ne manqueront pas de nous projeter dans notre siècle), Athènes le consacre à nouveau, puis elle décide une dernière fois de s'en priver, toute affairée qu'elle était de courir à sa perte. Ce qui laisserait à penser que toute politique menée par l'ambition personnelle et tout régime confondu ne profite jamais à la destinée d'un Pays.
Mais parlons du livre de Jacqueline de Romilly. Académicienne et helléniste de renom, elle n'écrit pas dit-elle un livre « de grec » pour les lecteurs avertis. Non ! Elle s'applique à le faire découvrir à ceux qui ne le connaissent pas, où mal et construit de manière tout à fait abordable un récit qui reste cependant passionné. Ainsi nous entrons dans une lecture qui après le passage de la présentation d'Alcibiade reste accessible et non affectée des multiples noms propres et technicités tout en sauvegardant les spécificités d'usages, comme par exemple, la réflexion sur le principe de l'ostracisme et autres données importantes qui nous situent dans le temps, le régime politique et les institutions. C'est pourquoi j'ai beaucoup aimé cette lecture dont le dynamisme se prête à merveille au personnage d'Alcibiade, qui, quoi qu'il fasse, nous reste extrêmement attachant et éternellement séduisant.
Commenter  J’apprécie          580
Cette biographie, ce regard est d'abord une clef ! L'Alcibiade de Jacqueline de Romilly ouvre l'intelligence et la curiosité sur les dialogues de Platon, les relations de l'historien Thucydide, les pièces d'Aristophane ou d'Euripide. Ces 250 pages d'érudition patiente attentive à l'ignorance passionnée de ses lecteurs mettent en scène ce personnage unique à un moment décisif à une époque unique.
La vie d'Alcibiade est une suite d'aventures, de péripéties éclatantes avec des hauts et des bas dignes d'une tragédie grecque.
Ce jeune homme pupille de Périclès, proche de Socrate, au centre de la vie politique de toute la fin du Vème siècle, mené par l'ambition et doué de talents rares, présida à la politique d'Athènes puis à celle de Sparte, puis à celle des satrapes perses. Régnant sur tout à Athènes, puis fugitif condamné à mort, il y revint sous les honneurs pour en être de nouveau exilé et finir assassiné sur ordre politique.
Le Vème siècle avant JC est le siècle de la démocratie Athénienne, de la fin des guerres médiques (479 av JC) amenant l'apogée d'Athènes appuyée sur son empire maritime, à la lutte fratricide contre Sparte et la ligue de Péloponnèse amenant sa destruction (404 av JC), de l'Athènes de Périclès et de la virtu, à l'Athènes des marchands et des affaires, de l'équilibre des forces à la volonté de puissance destructrice, de la démocratie à l'oligarchie, du développement de la philosophie avec Socrate, Platon et les sophistes... le Vème siècle est une marque indélébile dans l'histoire du monde occidental.
Ouvrez ce livre où la vulgarisation le dispute à l'érudition pour penser la démocratie, la philosophie et notre histoire. Aujourd'hui comme hier le monde grec est plus près de nous que nous saurions le penser.
‘'Mener le peuple n'est pas le fait d'un homme instruit et de bonnes moeurs, mais cela demande un ignorant, un coquin'' In Cavaliers de Aristophane (450-385 av JC).
Grand merci à la bibliothèque et au goût d'Andrée ma charmante belle-maman.
Alcibiade ou Les Dangers de l'ambition de Jacqueline de Romilly de l'Académie Française, Edition de Fallois, 1995, 250 pages
Lectori salutem,
Commenter  J’apprécie          80
Dans cette biographie magistrale, Jacqueline de Romilly - helléniste par excellence -nous présente un portrait complet de ce personnage, talentueux, beau, intelligent mais quelque peu tourmenté. Au fil des 250 pages que nous avons parcourues avec un très grand plaisir, l'auteur livre les clés pour saisir l'ambition dévorante de celui qui fut, entre autres, le pupille de Périclès et l'ami disciple de Socrate. Une des grandes forces de Jacqueline de Romilly reste sa volonté manifeste de suivre les textes anciens, essentiellement Thucydide, Plutarque et Platon, sans jamais avancer une idée qui n'est pas démontrée ou argumentée. de fait, elle ne se départit pas de cette rigueur scientifique alliée à cette exigence académique qui consacrent sa grande réputation d'intellectuelle et d'érudite. L'auteur décortique à la perfection les enjeux géopolitiques, les différents régimes de l'époque et notamment cette démocratie athénienne - tant vantée par les modernes - et les tares intrinsèques de cette institution. La compétition électorale conduit toujours, et quelles que soient les époques, à la démagogie, la corruption, la calomnie, la division etc.

La Grèce d'alors était divisée en Cité Nation. Les deux plus importantes, Sparte et Athènes, se livraient ce que les historiens appellent aujourd'hui la Guerre du Péloponnèse. Dans ce contexte politique agité, l'ambitieux Alcibiade voulait à la fois se faire un nom, tout en travaillant à la gloire d'Athènes. Issu d'une famille riche, ancienne et respectable, Alcibiade reçut une excellente formation qui le plaçait au-dessus du commun des mortels. Enfant, on raconte que lors d'un combat de lutte dans lequel il ne débordait pas son adversaire, il le mordit. Ce dernier cria : « tu mords comme un mouton ». Sans se démonter, et avec un calme olympien il rétorqua : « non, je mords comme un lion ». La légende était déjà en marche… A ce sens inné de la répartie, il disposait également de la beauté du corps, la puissance de l'esprit ainsi qu'une vivacité intellectuelle hors norme. Séduisant, cultivé, habile rhétoricien, il ne reculait devant aucune audace pour défendre les causes qu'il embrassait à bras le corps. Il était pour ainsi dire bouillonnant d'actions et de stratégies complexes mais puissantes. Concrètement, Jacqueline de Romilly voit dans Alcibiade l'expression ultime d'un impérialisme athénien qui conduira pourtant « le phare de la Grèce à s'éteindre ».

Il y a une ironie mordante dont seule l'histoire peut se prévaloir. En effet, ce grand patriote athénien porte une responsabilité énorme dans la défaite d'Athènes face aux Lacédémoniens, car après avoir défendu sa chère cité grecque, ses talents diplomatiques, militaires et politiques s'épanouiront chez l'ennemie d'hier, l'éternelle rivale Sparte. Les retournements de situation qui égraineront le parcours d'Alcibiade montrent que son ambition, loin d'être contenue, le dévorait de l'intérieur. Nous découvrons, grâce au talent supérieur d'écriture de l'académicienne, dans cette Grèce tiraillée par la guerre, que la fierté côtoie la couardise, la fidélité, la trahison, la bravoure la lâcheté. Figure éminemment moderne, Alcibiade continuera encore longtemps de marquer les esprits…



Franck ABED
Commenter  J’apprécie          10
L'enchantement qui vous prend à la lecture de tous les livres de Romilly sur la Grèce se retrouve dans ce livre, même si parfois l'auteur se laisse entrainer par sa connaissance approfondie de Thucydide à envisager toutes les hypothèses possibles d'explication du comportement souvent étrange de son personnage, et de les détailler d'une manière peut être excessive, au point que le lecteur risque de perdre un peu le fil de la démonstration.
Mais qu'importe, cette capacité à évoquer des correspondances instructives avec des situations contemporaines rend la lecture fascinante, et montre bien que les anciens ont encore beaucoup à nous apporter, n'en déplaise à certain courant "woke" d'outre Atlantique
Commenter  J’apprécie          30
Découverte d'un personnage si moderne dans son être et ses défis.
Très belle vulgarisation d'une période si complexe dans ses recherches et ses réalités.
Tout le talent de l'auteure se laisse apprécier au fur et à mesure des chapitres se succédant.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
La démocratie ne peut s'accommoder de valeurs en veilleuse. Et c'est pourquoi la qualité de l'éducation, où se forment les hommes à venir, devrait être le premier souci des hommes politiques amis de la démocratie - ce qui, apparemment, n'est pas le cas.
Commenter  J’apprécie          210
‘’Mener le peuple n’est pas le fait d’un homme instruit et de bonnes mœurs, mais cela demande un ignorant, un coquin’’ In Cavaliers de Aristophane (450-385 av JC).
Commenter  J’apprécie          320
Sur la beauté d'Alcibiade ,
Or il faut rappeller que la beauté était alors un mérite , ouvertement reconnu et célèbré . Elle s'alliait aux qualités d'ordre moral pour former l'idéal de l'homme accompli , Kalos Kagatos .
Commenter  J’apprécie          230
Or, il ne faut jamais l'oublier, toutes les fonctions publiques, à Athènes, étaient tirées au sort, collégiales, non renouvelables. Jamais une démocratie n'a tant fait pour éviter l'emprise des individus et la constitution d'un personnel politique. Aucune fonction, aucune administration, ne pouvait mener à la moindre forme d'influence.
Commenter  J’apprécie          10
Là où tout passe de Thucydide à Xénophon, on doit avancer, même dans le détail des faits, avec précaution et parfois à tâtons.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jacqueline de Romilly (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacqueline de Romilly
Affinités électives. Par Francesca Isidori - Avec Jacqueline de Romilly. Le 10 mai 2007, Francesca Isidori recevait la femme de lettres Jacqueline de Romilly pour l’émission “Affinités électives”, diffusée sur France Culture. Photographie : Jacqueline de Romilly © AFP Alexandre Fernandes. Née à Chartres, en 1913 (fille de Maxime David, professeur de philosophie, mort pour la France, et de Jeanne Malvoisin), elle a épousé en 1940 Michel Worms de Romilly. Elle a effectué sa scolarité à Paris : au lycée Molière (lauréate du Concours général, la première année où les filles pouvaient concourir), à Louis-le-Grand, à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm (1933), à la Sorbonne. Agrégée de lettres, docteur ès lettres, elle enseigne quelques années dans des lycées, puis devient professeur de langue et littérature grecques à l'université de Lille (1949-1957) et à la Sorbonne (1957-1973), avant d'être nommée professeur au Collège de France en 1973 (chaire : La Grèce et la formation de la pensée morale et politique). Du début à la fin, elle s'est consacrée à la littérature grecque ancienne, écrivant et enseignant soit sur les auteurs de l'époque classique (comme Thucydide et les tragiques) soit sur l'histoire des idées et leur analyse progressive dans la pensée grecque (ainsi la loi, la démocratie, la douceur, etc.). Elle a également écrit sur l'enseignement. Deux livres sortent de ce cadre professionnel ou humaniste : un livre sur la Provence, paru en 1987, et un roman, paru en 1990. Après avoir été la première femme professeur au Collège de France, Jacqueline de Romilly a été la première femme membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres (1975) et a présidé cette Académie pour l'année 1987. Elle est membre correspondant, ou étranger, de diverses académies : Académie du Danemark, British Academy, Académies de Vienne, d'Athènes, de Bavière, des Pays-Bas, de Naples, de Turin, de Gênes, American Academy of Arts and Sciences, ainsi que de plusieurs académies de province ; et docteur honoris causa des universités d'Oxford, d'Athènes, de Dublin, de Heidelberg, de Montréal et de Yale University ; elle appartient à l'ordre autrichien “Ehrenzeichen für Wissenschaft und Kunst” et a reçu, en 1995, la nationalité grecque et est nommée, en 2001, ambassadeur de l'Hellénisme. Elle a aussi reçu de nombreux prix : Prix Ambatiélos de l'Académie des inscriptions et belles-lettres(1948), prix Croiset de l'Institut de France (1969), prix Langlois de l'Académie française (1974), Grand prix d'Académie de l'Académie française (1984), prix Onassis (Athènes, 1995). Ella est élue à l'Académie française, le 24 novembre 1988, au fauteuil d'André Roussin (7e fauteuil). Son dernier ouvrage : “Tragédies Grecques au fil des ans” paraîtra en juin 2007 aux éditions des Belles Lettres. Il s'agit d'un recueil d'études sur la tragédie grecque du dernier tiers du Ve siècle av. J.-C. et ses rapports avec les mouvements intellectuels athéniens. Jacqueline Worms de Romilly, née Jacqueline David le 26 mars 1913 à Chartres et morte le 18 décembre 2010. Invitée : Jacqueline de Romilly Source : France Culture
+ Lire la suite
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
autres livres classés : antiquitéVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (138) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3247 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..