AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782877062879
286 pages
Éditeur : Editions de Fallois (15/01/1997)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 12 notes)
Résumé :

Hector, le défenseur de Troie dans l'Iliade, semble un personnage bien fait pour intéresser et émouvoir un public de notre temps. C'est un héros plus humain qu'aucun autre. Homère aurait très bien pu montrer ce prince troyen sous un jour un peu hostile, comme un ennemi. Or, c'est le contraire qui se produit. En effet, Homère nous présente Hector, Hector seul, entouré des siens, de son père et de sa mè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
isabellelemest
  13 janvier 2013
Très bon livre de l'éminente helléniste dont je partage entièrement l'analyse autorisée de la figure d'Hector dans l'Iliade. J. de Romilly montre en effet que ce personnage, bien plus "raisonnable" qu'Achille, mais surtout bien plus mûr, lucide et courageux, parce que sans illusions, est le véritable héros de l'épopée.
Commenter  J’apprécie          71
LouiseD78
  22 février 2021
Très bel ouvrage, j'en ai appris beaucoup sur l'Hector d'Homère. Jaqueline de Romilly sait très bien écrire des ouvrages précis mais pas trop. C'est un livre très facile à livre qui peux vous en apprendre beaucoup.
L' Hector que l'autrice nous dépeint est touchant, attachant, un homme -certes exemplaire- mais un homme, quasiment seul parmi cette légion de héros demi dieux de l'Iliade
Commenter  J’apprécie          00
Campana
  27 août 2015
trop pointu pour moi
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
OlivOliv   22 novembre 2019
Le marcottage s'emploie dans les jardins. Une plante produit des tiges aériennes avec de petites marques de vie, de petits bourgeons qui s'étendent dans diverses directions : quand on en prend une et qu'on la met en rapport avec du terreau, alors elle reprend, elle forme des racines et bientôt une nouvelle plante surgit, plus ou moins importante, mais que l'on peut bientôt séparer de la plante mère.
C'est en gros ce qui arrive dans les grandes œuvres comme l'Iliade d'Homère. D'elle-même, elle lance ses tiges aériennes, qui s'en vont chercher une possibilité de vie et de contact ailleurs. Elles peuvent les rencontrer d'elles-mêmes, elles peuvent y être aidées, si quelqu'un prend soin de diriger ces tiges aériennes vers le bon terreau. Et alors, voilà le miracle de la vie qui renaît, sous une forme entièrement nouvelle et indépendante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
OlivOliv   19 novembre 2019
Quiconque cite les combats de l'Iliade, ou décrit ses héros, ou se penche sur leurs caractères sans s'occuper des dieux se trouve fausser tout dès le départ, en coupant arbitrairement entre deux mondes qui se pénètrent sans cesse, et où celui d'en haut a la haute main sur l'autre.
Ce sont les dieux qui inspirent la fougue ou le désarroi ; ce sont eux qui décident du succès ou de l'échec, eux qui conseillent ouvertement les hommes ou leur inspirent leurs décisions.
Encore faut-il distinguer. Car il y a diverses formes d'interventions, et, au reste, des dieux également divers. Et notre Hector aura affaire à toutes et à tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
OlivOliv   18 novembre 2019
L'Iliade est donc à la fois poème de la force, comme le disait Simone Weil, et poème de la pitié, comme j'ai tenté de le montrer. L'un et l'autre vont ensemble.

C'est sans doute là un cas rare dans la littérature. Et l'on ne peut qu'être frappé par le contraste avec nos attitudes modernes. L'écrivain est aujourd'hui, trop souvent, tout l'un ou tout l'autre – pessimiste ou optimiste, pour ou contre, en un mot : engagé. L'idéologie pèse sur les uns, la sentimentalité sur les autres. On a parfois envie de leur appliquer la formule où Homère enferme tant de pitié pour ceux qui ne savent pas : nèpioi, "pauvres aveugles".

La guerre a donc une double face, chez Homère. Elle est belle ; et elle est horrible. Surtout, elle est les deux ensemble. Car on parle quelquefois de "l'ambiguïté" de la guerre homérique : le mot me choque dans la mesure où il suggère un flottement, une complication quelque peu subtile, en fait, les deux traits se complètent, aussi francs l'un que l'autre, en une association naturelle, dont nous n'avons plus le pouvoir de sentir l'évidence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
OlivOliv   21 novembre 2019
Cette absence d'analyse psychologique n'est pas pour nous surprendre : elle est, on l'a vu, une habitude chez Homère. Quand Achille permet à Patrocle de rejoindre le combat, c'est aussi un retournement important et il n'est pas non plus expliqué ni analysé : "Mais laissons le passé être le passé. Aussi bien, je le vois, n'est-il guère possible de garder dans le cœur un courroux obstiné..." L'acte, toujours, l'emporte sur la description des sentiments.
Peut-être ce caractère est-il d'autant plus intéressant pour nous que la littérature de notre temps, saturée d'analyse psychologique, tend à revenir à ce mode d'expression. L'acte doit suffire à suggérer l'explication. Et, s'il reste une marge d'incertitude, c'est tant mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
madamelafeemadamelafee   21 juin 2015
Souvenez-vous Quintius, que vous commandez à des Grecs, qui ont civilisé tous les peuples, en leur enseignant la douceur et l'humanité et à qui Rome doit les lumières qu'elle possède "Cicéron"
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jacqueline de Romilly (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacqueline de Romilly
Affinités électives. Par Francesca Isidori - Avec Jacqueline de Romilly. Le 10 mai 2007, Francesca Isidori recevait la femme de lettres Jacqueline de Romilly pour l’émission “Affinités électives”, diffusée sur France Culture. Photographie : Jacqueline de Romilly © AFP Alexandre Fernandes. Née à Chartres, en 1913 (fille de Maxime David, professeur de philosophie, mort pour la France, et de Jeanne Malvoisin), elle a épousé en 1940 Michel Worms de Romilly. Elle a effectué sa scolarité à Paris : au lycée Molière (lauréate du Concours général, la première année où les filles pouvaient concourir), à Louis-le-Grand, à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm (1933), à la Sorbonne. Agrégée de lettres, docteur ès lettres, elle enseigne quelques années dans des lycées, puis devient professeur de langue et littérature grecques à l'université de Lille (1949-1957) et à la Sorbonne (1957-1973), avant d'être nommée professeur au Collège de France en 1973 (chaire : La Grèce et la formation de la pensée morale et politique). Du début à la fin, elle s'est consacrée à la littérature grecque ancienne, écrivant et enseignant soit sur les auteurs de l'époque classique (comme Thucydide et les tragiques) soit sur l'histoire des idées et leur analyse progressive dans la pensée grecque (ainsi la loi, la démocratie, la douceur, etc.). Elle a également écrit sur l'enseignement. Deux livres sortent de ce cadre professionnel ou humaniste : un livre sur la Provence, paru en 1987, et un roman, paru en 1990. Après avoir été la première femme professeur au Collège de France, Jacqueline de Romilly a été la première femme membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres (1975) et a présidé cette Académie pour l'année 1987. Elle est membre correspondant, ou étranger, de diverses académies : Académie du Danemark, British Academy, Académies de Vienne, d'Athènes, de Bavière, des Pays-Bas, de Naples, de Turin, de Gênes, American Academy of Arts and Sciences, ainsi que de plusieurs académies de province ; et docteur honoris causa des universités d'Oxford, d'Athènes, de Dublin, de Heidelberg, de Montréal et de Yale University ; elle appartient à l'ordre autrichien “Ehrenzeichen für Wissenschaft und Kunst” et a reçu, en 1995, la nationalité grecque et est nommée, en 2001, ambassadeur de l'Hellénisme. Elle a aussi reçu de nombreux prix : Prix Ambatiélos de l'Académie des inscriptions et belles-lettres(1948), prix Croiset de l'Institut de France (1969), prix Langlois de l'Académie française (1974), Grand prix d'Académie de l'Académie française (1984), prix Onassis (Athènes, 1995). Ella est élue à l'Académie française, le 24 novembre 1988, au fauteuil d'André Roussin (7e fauteuil). Son dernier ouvrage : “Tragédies Grecques au fil des ans” paraîtra en juin 2007 aux éditions des Belles Lettres. Il s'agit d'un recueil d'études sur la tragédie grecque du dernier tiers du Ve siècle av. J.-C. et ses rapports avec les mouvements intellectuels athéniens. Jacqueline Worms de Romilly, née Jacqueline David le 26 mars 1913 à Chartres et morte le 18 décembre 2010. Invitée : Jacqueline de Romilly Source : France Culture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Poésie épiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature hellénique. Littérature grecque>Poésie épique (38)
autres livres classés : troieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Devenez très fort en citations latines en 10 questions

Que signifie Vox populi, vox Dei ?

Il y a des embouteillages partout.
Pourquoi ne viendrais-tu pas au cinéma ?
J'ai un compte à la Banque Populaire.
Voix du peuple, voix de Dieu.

10 questions
497 lecteurs ont répondu
Thèmes : latin , Citations latines , antiquitéCréer un quiz sur ce livre