AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743639237
Éditeur : Payot et Rivages (16/03/2017)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 19 notes)
Résumé :
À sa sortie de prison, Jasper est accueilli par sa soeur et ses deux jeunes nièces. Est-il vraiment un monstre ? Mérite-t-il le pardon de la petite ville du Texas qui fut la sienne ? Premier roman d'une jeune auteure américaine installée en Irlande, Rédemption est resté plusieurs semaines en tête des best-sellers outre-Manche. Roman noir sous tension, ce texte installe dès les premières pages une atmosphère hypnotique, révélant la part d'ombre de la nature humaine.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
livreclem
  18 septembre 2017
Un livre qui hante après sa lecture. Un sujet difficile : Jasper sort de prison et retourne vivre dans sa maison d'enfance où loge sa soeur et ses 2 nièces. On comprend rapidement que son crime été grave et a touché une femme. Une population qui ne veut pas de son retour, une angoisse chez la soeur, un retour à la liberté sont autant de thèmes abordés. Un roman sous tension qui se déroule en lenteur avec beaucoup de moments lumineux, où l'on respire avec Jasper même si la noirceur est omniprésente.
Un roman bien écrit, bien mené, à lire si vous avez bon moral !
Commenter  J’apprécie          180
encoredunoir
  25 juin 2017
Premier roman de Vanessa Ronan, Rédemption aborde avec finesse, sensibilité et sans manichéisme la question de la réinsertion, du pardon et de la vengeance. Si le thème est rebattu et que le roman de Ronan ne se révèle pas, sur le fond, véritablement original, la maîtrise dont fait preuve la jeune auteure, la façon dont elle évite toute facilité et la beauté de son écriture après une ouverture sans doute un peu trop lyrique en font un livre tout ce qu'il y a de poignant et de dérangeant à la fois.
Libéré de la prison de Huntsville dans laquelle il a purgé une peine de dix ans, Jasper Curtis rejoint la petite ville texane dans laquelle il a grandi. C'est là que vivent sa soeur, Lizzie, et ses deux nièces, Katie, lycéenne, et Joanne, douze ans, dans la maison héritée des parents de Jasper.
Ce que l'on apprend très vite, c'est que Jasper n'est pas le bienvenu dans le coin. Si Vanessa Ronan ne nous dévoile rien de précis, l'on sait néanmoins que Jasper a été emprisonné pour avoir agressé (violé ? tué ? nous ne le saurons que bien plus tard) une ou plusieurs jeunes femmes de la ville et que nombreux sont ceux, dans la communauté, qui estime que la peine qu'il a purgée a été bien trop clémente. On sait aussi que Jasper, s'il dit vouloir retrouver le droit chemin, vivre sa nouvelle vie d'homme libre sans chercher d'ennuis, ne regrette toutefois rien de ce qu'il a fait et même estime qu'il devait le faire. de là nait une ambigüité qui pèse sur la famille recomposée qu'il forme avec sa soeur et ces nièces. D'abord parce que Lizzie, qui a toujours aimé son frère, peine à lui pardonné ses actes et semble partagée entre son amour fraternel et sa méfiance vis-à-vis d'un Jasper qui se révèle volontiers inquiétant. Ensuite parce que cet homme isolé pendant dix ans pour avoir agressé violemment une femme se retrouve à présent isolé dans une ferme éloignée du centre de la ville avec une adolescente de toute beauté qui n'a pour lui que peur et mépris et une petite fille à la lisière de l'adolescence dont il ne sait s'il doit la voir comme une enfant ou une femme. de cette relation ambivalente sourd une première tension qui va peser sur l'ensemble du roman.
Et puis il y a bien entendu le reste de la petite ville. La famille de la victime de Jasper, mais aussi les autres et leur refus de voir l'auteur d'un crime odieux réintégrer la communauté qu'il a souillée et qu'il souille de nouveau par sa seule présence. Et derrière cela la manière dont la tentation d'exécuter la punition que la justice – nécessairement laxiste – n'a pas su, aux yeux des bons citoyens, mettre en oeuvre. D'autant plus que face à eux, Jasper, qui n'a jamais connu d'autre horizon que ce coin perdu du Texas, n'a jamais envisagé sa vie ailleurs, et estime avoir payé son crime au prix fort, entend bien vivre là et réintégrer cette communauté qui ne veut plus de lui. de là vient se superposer une deuxième tension, une lourde menace qui pèse sur l'équilibre fragile que Lizzie essaie d'instaurer entre elles, ses filles et son frère.
Il y a des salauds dans Rédemption, à commencer par Jasper, et des hypocrites. Il y a des personnes bien intentionnées qui font les mauvais choix, parfois sans penser réellement à mal, d'autres fois en sachant qu'elles vont faire le mal tout en se voilant la face. Il n'y en tout cas, en dehors de la petite Joanne, incarnation de l'innocence, guère de personnages monolithiques. Chacun porte sa croix et essaie de s'en tirer avec sa propre conception du bien et du mal et en fonction aussi du poids terrible de la communauté. Une communauté qui, par ailleurs, ne brille pas forcément par son modernisme et encore moins pour son ouverture d'esprit – mais cela fait-il nécessairement des gens des ordures ? – et dans laquelle les femmes des uns deviennent des objets sacrés tandis que celles des autres ne sont que des objets livrés à la concupiscence. À ce titre la manière dont Vanessa Ronan utilise avec circonspection mais efficacité dans les dialogues de la première partie de son roman l'absence de point d'interrogation dans les questions que posent les hommes aux femmes quand ils leur demandent quelque chose, transformant ainsi chaque requête, aussi poliment formulée soit-elle, en ordre, révèle bien ce déséquilibre et l'hypocrisie sur laquelle est fondée la relation hommes-femmes dans la communauté. Et la force de caractère de Lizzie, son indépendance farouche malgré une fragilité qu'elle doit dissimuler constamment est d'autant plus éclatante et, partant, participe aussi en fin de compte de la crispation de la population vis-à-vis de sa famille.
De tout cela Vanessa Ronan fait un récit vénéneux, insidieusement pourri par les non-dits, la dissimulation, l'ambigüité des démarches de chacun. Porté par une tension étouffante, dérangeant autant par ce qu'il révèle de noirceur chez les honnêtes gens que par ce qu'il dévoile de poignant chez les salopards, Rédemption est un roman qui secoue le lecteur tout en le subjuguant par sa justesse et son refus de s'enferrer dans des jugements définitifs. Il parle ainsi autant de la relativité de la justice que de la fragilité de l'innocence, de la nécessité et de l'impossibilité de préserver l'une comme l'autre, et de la profonde ambigüité de la rédemption. Peut-on y accéder si l'on ne regrette pas ses actes ? Dépend-elle de soi ou des autres ? Peut-elle seulement exister ? On ne cherchera pas de réponses dans le livre de Vanessa Ronan, mais seulement des questions. Toujours plus.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Jazzynewyork
  31 mai 2017
"– On aurait du te faire griller quand on en avait l'occasion.
Jasper esquisse un sourire en coin. Il hoche la tête:
– Vous aussi vous allez me manquer, m'sieur le directeur. «


Dix ans derrière les barreaux, dix ans que Jasper attends ce jour : sa libération.
À sa sortie de prison , au risque de se mettre à dos le révérend et toute la ville Elisabeth, sa soeur, lui ouvre la porte de « leur » maison. Jasper en possède la moitié aux yeux de la « Loi ». Elle y vit, seule, avec ses deux filles. le retour de Jasper ne passe pas inaperçu et ses diverses provocations n'aident pas. Même s'il reste fidèle à lui-même, il est décidé à rester clean.

» – C'est ça que je veux faire de ma vie, finit-il par dire. Elle veut lui répondre quelque-chose, mais elle ne trouve pas les mots. L'indécision se lit sur son visage.
– Quoi ?
– Je veux redevenir un être humain. Je veux me sentir normal. Ou presque.
– Ça n'existe pas les gens normaux par ici, Jasper.
Il ébauche un sourire qui n'attendrit pas son regard.
– Ça serait marrant si j'étais le premier. »
Malgré toutes ses bonnes intentions, les habitants de ce coin reculé du Texas ne vont pas lui faciliter la tâche, bien au contraire. Ils ont la rancune tenace et sont bien décidés à le renvoyer d'où il vient. Il est difficile d'oublier et impossible de pardonner. La haine engendre la haine.

» – Je ne voulais pas vous attirer des ennuis à toi ou à Bobby ? dit Jasper d'une voix fébrile..
– C'est bien ça le problème Jasper, Répond-elle calmement. Tu ne cherches pas les ennuis, mais eux te trouvent toujours. »
Jasper est libre en apparence, mais son âme est toujours prisonnière du mal qui l'habite. Seule joanne, sa jeune nièce, l'innocence incarnée ne le juge pas et se rapproche de lui. Quand le mal rencontre l'innocence peut-il espérer être sauvé ? le bien sera-t'il plus fort que le mal ?

Au fil des souvenirs de chacun, l'histoire se révéle et lève le voile sur les secrets enfouis. Une cruelle tempête s'abat une fois de plus sur cette famille. La quête de rédemption de Jasper devient un combat permanent. Sa famille déjà brisée est à nouveau malmenée par les habitants hostiles.

Jasper est-il vraiment « le monstre » dont la presse le qualifie ? Va-t-on lui pardonner et le laisser vivre en paix ?
Vanessa Ronan nous offre un magnifique roman noir à l'écriture lyrique.
Une histoire familiale au coeur de l'Amérique profonde dans un coin du Texas. Elle y installe dés le départ une tension qui monte en puissance dans une atmosphère hypnotique. La haine est bien présente, elle accompagne les traitres et les lâches. Un zeste d'innocence et de douceur incarné par un petit ange. On y trouve également les préjugés, les commérages, typique des petites villes américaines où le prêtre lui-même en bon donneur de leçon prends son rôle de moraliste très à coeur. Et Jasper le personnage central, cynique, provocateur, rebelle, dur mais sur le point de s'attendrir après la douceur et l'attention que Joanne lui concéde. Avec tout le long du récit un suspens qui nous sera revelé suffisamment tard pour nous garder cette interrogation en tête: mais qu'a-t-il donc fait pour que tous soient aussi remontés contre lui ?

La rédemption, un sujet mainte fois traité dans les romans noirs mais pas de cette façon, pas avec cette plume, pas avec ce style. Un premier roman qui tient toutes ses promesses, et qui mérite qu'on s'y attarde. Un premier roman puissant, sombre, fascinant, qui nous laisse interrogatif sur la question du pardon.

Un roman qui m'a conquise, moi l'amoureuse de la littérature américaine. Je termine ce roman enchantée, bouleversée et admirative devant tant de qualités réunies pour un premier roman.
Vanessa Ronan à suivre absolument.

Vanessa Ronan
Américaine installée en Irlande par amour, Vanessa Ronan a exercé divers métiers – barmaid, danseuse, secrétaire – avant de se consacrer à l'écriture.
Rédemption (Rivages, 2017), son premier roman, s'est classé plusieurs semaines en tête des best-sellers en Irlande et dans toute la Grande-Bretagne, enthousiasmant également la critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LeaTouchBook
  15 mai 2017
Rédemption est dans la lignée des grands romans américains : un roman sombre, profond et émouvant !
Ce roman traite du jugement, de la faculté de pardonner, d'avancer. L'intrigue peut rappeler d'autres histoires mais les émotions restent uniques, les personnages sont complexes et vraiment touchants. le lecteur vit le quotidien de cette famille qui voit son équilibre complètement bouleversé par le retour de Jasper après dix ans de prison.
Jasper est un personnage principal complexe, il a sa propre zone d'ombre mais on ne peut que ressentir de l'empathie envers lui du fait de cette haine qu'il suscite auprès des autres. Il y a une véritable violence dans les préjugés qu'il alimente, c'est un être qui a purgé sa peine, qui semble vouloir trouver une paix et une rédemption mais le fait de le considérer comme un monstre l'empêche de l'obtenir.
Sa relation avec les membres de sa famille est extrêmement intéressante et pleine d'humanité, j'ai été à de nombreux moments émue par les dialogues, les moments de partage notamment avec la jeune Joanne. Vanessa Ronan réussit à défendre l'indéfendable, à traiter une thématique forte et controversée, elle ne juge pas et ne rentre pas dans les clichés. de surcroît elle amène une description fascinante d'un coin reculé du Texas, cela donne une mise en perspective des plus passionnantes.
En définitive, un roman fort et puissant, un vrai régal !
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
frueka
  05 mars 2018

J'ai lu Rédemption, le premier roman de Vanessa Ronan, début février et j'y pense encore. Magnifique roman noir, puissant et émouvant, Rédemption traite avec bcp de finesse et sans aucun manichéisme des difficultés liées à la réinsertion sociale après une longue peine de prison.
Recueilli dans la maison familiale par sa soeur Lizzie et ses deux filles, Jasper Curtis revient dans la petite ville de son Texas natal après avoir purgé une peine de dix ans de prison. Mais Jasper n'est pas le bienvenu. La communauté qui l'a vu grandir n'est en effet pas prête à lui pardonner son crime et s'oppose ainsi fortement à son retour et à sa réintégration en multipliant les actes malfaisants à son encontre.
Vanessa Ronan aborde avec bcp de sensibilité, de clairvoyance et de justesse la thématique du pardon, de la vengeance et de la rédemption et soulève, sans jamais juger, des questions essentielles et complexes. Elle excelle par ailleurs dans la retranscription de l'atmosphère et de l'ambiance régnant dans cette petite ville de l'Amérique profonde et dans la création de personnages profonds, complexes et touchants.
Malgré une tension palpable tout au long du livre, un climat lourd et oppressant, une thématique sombre et difficile, Rédemption est un livre de toute beauté et Vanessa Ronan une auteure dont j'espère bientôt lire un second livre!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2017
Ce n’est pas un job très amusant. Mais Katie apprécie secrètement cette monotonie. Elle aime le silence qui règne dans le restaurant, le sol humide, le carrelage noir et blanc qui brille. Elle aime les grandes étendues autour d’elle, qui la rassurent. L’immensité et le vide l’apaisent. Et puis, sa mère a besoin d’elle pour joindre les deux bouts.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2017
Nuit après nuit, en prison, il s’était dit que ses premiers pas ici seraient peut-être les derniers. Mais il avait juré qu’il se battrait, si c’était ça le prix à payer. Il n’a toujours pas changé d’avis. Il observe les lieux, quasiment déserts. Être seul est l’unique possibilité qu’il n’avait pas envisagée.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2017
« Des fois, dit-il, j’ai l’impression de rêver. Je me dis que je vais me réveiller et que rien n’aura vraiment changé. Et puis je me rends compte que je suis bien éveillé. Comme si je l’avais toujours été. Et la vérité, c’est que j’ai oublié à quel point ça fait du bien de rêver. »
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2017
 Faut pas croire tout ce que racontent les journaux. Le jury était loin d’être impartial et y a autant de mensonges que de vérités dans toute cette affaire.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2017
On apprend beaucoup de choses dans le regard d’un homme.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : texasVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1689 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre