AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de beroune


beroune
12 novembre 2013
Un doubleur de films quitte son travail et devient contrôleur à la RATP. Il aime le métro, la foule et ses collègues (surtout féminines). Malgré le déclin de son salaire, il semble s'y plaire. Mais il est difficile de comprendre ce qu'il vient chercher dans les sous-sols du métro parisien.

"Pour Invalides, changer à Opéra" est le premier roman de Stéphane Ronchewski. Un roman teinté d'humour (parfois grivois) mais aussi de mélancolie et d'espoir, et de quête de soi-même et des autres. C'est un roman fantaisiste de par son thème original et son style incisif. le protagoniste-narrateur sait faire preuve d'autodérision et j'ai apprécié cet humour sans faille même dans des situations parfois pénibles pour lui-même. Il m'a fait sourire plus d'une fois :

« J'enfile le pull réglementaire par-dessus ma chemise ensanglantée. Il ferait presque chic, s'il n'y avait ce petit machin RATP turquoise, cousu sur le téton. Tant pis. La nuit les gens prendront ça pour du Ralph Lauren. » 

« Jeunes oisifs, on calquait notre rythme sur le sien. Lui ne dormait jamais. Requin blanc dans son aquarium, il tournait dans sa grande maison, peignait jour et nuit, portant Jade sur son torse nu. Un requin kangourou. » 

C'est cependant un personnage très ambigu et pour lequel j'ai mis du temps à ressentir de l'affection. Pendant une bonne partie de ma lecture, je l'ai trouvé misogyne sur les bords et, a contrario obsédé par les femmes et le sexe. Tout comme pourrait l'être un célibataire frustré par des années de solitude ou de déceptions. Pourtant, cet homme a une vie rangée : une femme, Élisabeth et des enfants. J'ai eu un peu de mal à entrer dans son histoire justement à cause de ce ressenti que j'avais envers lui. Mais au fil des pages, on découvre que le couple qu'il forme avec sa femme est vraiment particulier. Et ce n'est qu'à ce moment là que j'ai réussi à (presque) le cerner.

Il n'est pas heureux, pas épanoui, comme spectateur de sa propre vie. Les raisons qui l'ont poussées à quitter son boulot pour devenir contrôleur à la RATP n'appartiennent qu'à lui. Et même si on comprend qu'il souhaite changer de vie, c'est un choix que l'on a du mal à saisir, au départ. S'il souhaite repartir de zéro, pourquoi ne pas tout quitter ? Car ses enfants sont importants à ses yeux, même s'il n'est pas un papa parfait. Et pour tout quitter, il faut avoir beaucoup de courage. Mais il veut changer la donne, acquérir enfin un contrôle sur ses actes et sur sa personne. Faire de nouvelles connaissances va lui permettre de se donner de l'importance aux yeux des autres, d'exister à travers leurs regards.

"Pour Invalides, changer à Opéra" est un roman à l'humour amer qui sait aussi émouvoir. Merci à Babelio et aux Editions de la Martinière pour cette découverte.
Lien : http://ulaz.vefblog.net
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (2)voir plus