AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2038701563
Éditeur : Larousse (31/07/1991)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Les oeuvres poétiques
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Aurel82
  18 février 2017
J'avoue que la lecture est un peu difficile, mais derrière ces petites difficultés, vieux français et certains mots obsolètes, se cache un de nos plus grands poètes. Donc lecture pas facile, mais un chef d'oeuvre de poésie. Difficile de comprendre le vrai sens mais mérite qu'on s'y attarde plus. Pour les amoureux de la "vieille" poésie.
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Aurel82Aurel82   14 avril 2017
Donne moy tes presens en ces jours que la Brume

Donne moy tes presens en ces jours que la Brume
Fait les plus courts de l'an, ou de ton rameau teint
Dans le ruisseau d'Oubly dessus mon front espreint,
Endor mes pauvres yeux, mes gouttes et mon rhume.

Misericorde ô Dieu, ô Dieu ne me consume
A faulte de dormir, plustost sois-je contreint
De me voir par la peste ou par la fievre esteint,
Qui mon sang deseché dans mes veines allume.

Heureux, cent fois heureux animaux qui dormez
Demy an en voz trous, soubs la terre enfermez,
Sans manger du pavot qui tous les sens assomme :

J'en ay mangé, j'ay beu de son just oublieux
En salade cuit, cru, et toutesfois le somme
Ne vient par sa froideur s'asseoir dessus mes yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Aurel82Aurel82   27 février 2017
A Cupidon

Le jour pousse la nuit,
Et la nuit sombre
Pousse le jour qui luit
D'une obscure ombre.
L'Automne suit l'été,
Et l'âpre rage
Des vents n'a point été
Après l'orage.
Mais le mal nonobstant
D'amour dolente
Demeure en moi constant
Et ne s'alente.
Ce n'était pas nous, Dieu,
Qu'il fallait poindre,
Ta flèche en autre lieu
Se devait joindre.
Poursuis les paresseux
Et les amuse,
Mais non pas moi ni ceux
Qu'aime la Muse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Aurel82Aurel82   27 avril 2017
Comme un chevreuil, quand le printemps destruit
L’oyseux crystal de la morne gelée,
Pour mieulx brouster l’herbette emmielée
Hors de son boys avec l’Aube s’en fuit,

Et seul, et seur, loing de chiens et de bruit,
Or sur un mont, or dans une vallée,
Or pres d’une onde à l’escart recelée,
Libre follastre où son pied le conduit ;

De retz ne d’arc sa liberté n’a crainte,
Sinon alors que sa vie est attainte,
D’un trait meurtrier empourpré de son sang :

Ainsi j’alloy sans espoyr de dommage,
Le jour qu’un oeil sur l’avril de mon age
Tira d’un coup mille traitz dans mon flanc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Aurel82Aurel82   02 avril 2017
Le jour pousse la nuit,
Et la nuit sombre
Pousse le jour qui luit
D'une obscure ombre.

L'Autonne suit l'Esté,
Et l'aspre rage
Des vents n'a point esté
Apres l'orage.

Mais la fièvre d'amours
Qui me tourmente,
Demeure en moy tousjours,
Et ne s'alente.

Ce n'estoit pas moy, Dieu,
Qu'il falloit poindre,
Ta fleche en autre lieu
Se devoit joindre.

Poursuy les paresseux
Et les amuse,
Mais non pas moy, ne ceux
Qu'aime la Muse.

Helas, delivre moy
De ceste dure,
Qui plus rit, quand d'esmoy
Voit que j'endure.

Redonne la clarté
A mes tenebres,
Remets en liberté
Mes jours funebres.

Amour sois le support
De ma pensée,
Et guide à meilleur port
Ma nef cassée.

Tant plus je suis criant
Plus me reboute,
Plus je la suis priant
Et moins m'escoute.

Ne ma palle couleur
D'amour blesmie
N'a esmeu à douleur
Mon ennemie.

Ne sonner à son huis
De ma guiterre,
Ny pour elle les nuis
Dormir à terre.

Plus cruel n'est l'effort
De l'eau mutine
Qu'elle, lors que plus fort
Le vent s'obstine.

Elle s'arme en sa beauté,
Et si ne pense
Voir de sa cruauté
La récompense.

Monstre toy le veinqueur,
Et d'elle enflame
Pour exemple le coeur
De telle flame,

Qui la soeur alluma
Trop indiscrète,
Et d'ardeur consuma
La Royne en Crète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aurel82Aurel82   20 mai 2017
Contente-toi d’un point :
Tu es, je n’en mens point,
Trop chaude à la curée ;
Un coup suffit, la nuit,
L’ordinaire qui suit
Est toujours de durée.

De reins faibles je suis,
Relever je ne puis :
Un cheval de bon être,
Qui au montoir se plaît,
Sans un nouveau surcroît
Porte toujours son maître.

Le nombre plus parfait
Du premier un se fait,
Qui par soi se compose ;
La très simple unité,
Loin de la pluralité
Conserve toute chose.

Le Monde sans pareil
Ne porte qu’un Soleil,
Qu’une Mer, qu’une Terre,
Qu’une eau, qu’un Ciel ardent :
Le nombre discordant
Est cause de la guerre.

Ma mignonne, crois-moi :
Mon cas n’est pas mon doigt,
Quand je puis il me dresse ;
Tant de fois pigeonner,
Enconner, renconner,
Ce sont tours de jeunesse.

Mon cheveu blanchissant
De mon coeur va chassant
La force et le courage ;
L’Hiver n’est pas l’Eté :
J’ai autrefois été,
Tu seras de mon âge.

Hier, tu me bravas,
Couchée entre mes bras :
Je le confesse, Bure,
J’eusse été bien marri,
Au règne de Henri,
D’endurer telle injure.

Lors qu’un printemps de sang
M’échauffait tout le flanc
A gagner la victoire,
Bien dispos, je rompais
Huit ou neuf fois mon bois…
Maintenant, il faut boire !

Ne ressemble au goulu,
Qui son bien dissolu
Tout à la fois consomme :
Cil qui prend peu à peu
L’argent qui lui est dû,
Ne perd toute la somme.

Sois donc soûle de peu ;
De peu l’Homme est repu :
Celui qui, sans mesure,
Le fait et le refait,
Ménager il ne sait
Le meilleur de Nature.

Au lieu que l’inconstant
Jouvenceau le fait tant,
Trop chaud à la bataille ;
Demeurons plus longtemps,
Qu’un de nos passetemps
Quatre d’un autre en vaille.

Il faut se reposer,
Se tâter, se baiser,
D’un accord pitoyable
Faire trêve et paix :
Souvent, les petits mets
Font durer une Table.

Ne fronce le sourcil :
Si tu le veux ainsi,
Bure, tu es servie ;
Je veux, sans m’abuser,
En me jouant, user
Et non perdre la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Pierre de Ronsard (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre de Ronsard
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=53384
LES AILES DE NATHAN
Roman
Catherine Cerf-Verny
Rue des écoles - Littérature
Ce roman est l'histoire de la rencontre entre Nathan et Ella, deux personnages très différents que rien ne prédisposait à se connaître. Lui, survivant de la rafle du Vel d'Hiv du 16 juillet 1942, elle, beaucoup plus jeune, Parisienne, spécialiste de la Russie et auteur d'un mémoire sur la poétesse Anna Akhmatova. Nathan raconte à Ella l'histoire de sa vie. Ella, profondément touchée par son récit, finit par s'identifier à lui. Elle décide alors d'?uvrer à la Résurrection de Nathan grâce à Bach, Beethoven, Chopin, grâce à Ronsard, Nerval, Milosz, et aussi grâce à l'amour.
Catherine Cerf-Verny est professeur de russe et de Français Langue Étrangère (FLE). Elle a notamment enseigné le FLE pendant plusieurs années à des élèves étrqngers de l'École Polytechnique. Les Ailes de Nathan est son premier roman.
Broché - format : 13,5 x 21,5 cm ISBN : 978-2-343-11422-4 ? 2 mai 2017 ? 104 pages
+ Lire la suite
autres livres classés : 16ème siècleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
764 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre