AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Lepreux (Traducteur)
ISBN : 9782867465390
Éditeur : Liana Lévi (02/09/2010)

Note moyenne : 3.19/5 (sur 13 notes)
Résumé :
D’abord il y a un salon de coiffure. C’est de là que Vincente, le taciturne, observe. Il observe les ouvriers qui démontent les rails. Des rails qui ne conduiront plus à ce bourg perdu, loin de Buenos Aires. Des rails qui laisseront une balafre dans la terre comme dans les têtes. Ensuite il y a le Don Pedrin, ce bistrot où l’on commente. On commente le film projeté dans l’unique cinéma, et le passé… Pourquoi la Negra a-t-elle pris un jour le train pour Buenos Aires ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Ambages
  13 août 2017
« Il ressemble, donc, ce chemin au souvenir d'une balafre, irrémédiable, dans la terre. »
Un roman puissant et sombre. J'ai beaucoup aimé l'écriture, sobre, hachée, haletante, faite aussi de répétitions, comme une idée noire qui trotte indéfiniment dans la tête. Je suis entrée dans l'esprit de chacun des narrateurs avec une force incroyable. C'est prenant du début à la fin. Un livre court, une nouvelle plutôt, tellement marquant. Une très belle découverte. La construction aussi est subtile. le temps de quelques pages et je me suis plongée dans l'Argentine, dans les souffrances d'un passé qui rebondit d'une décennie à une autre, d'un personnage à un autre mais dont les liens sont inextricablement fondus jusqu'à ne faire plus qu'une histoire. Tragique.
« Alors, depuis hier, et je ne raconte pas d'histoires, je peux voir clairement la forme possible que prendra ma mort. »
Commenter  J’apprécie          300
Ichirin-No-Hana
  30 septembre 2018
Dernier train pour Buenos Aires de l'auteur argentin Hernán Ronsino est un roman particulier dont il est difficile de se faire un avis même après la lecture.
Ce roman court est porté par une intrigue qui paraît brouillonne au premier abord mais que l'on comprend plus les pages avancent et plus on remonte dans le temps. L'écriture est sans fioritures, assez hachée et pleine de répétitions. Cette écriture, particulière possède son charme et nous happe dans cette histoire malgré que l'intrigue ait du mal à nous subjuguer.
L'intrigue se situe dans un petit village perdu en Argentine où chaque personne se connaît et s'espionne. le roman est divisé en quatre parties distinctes. Chaque partie, nous propose une nouvelle chronologie et un nouveau point de vue. Tous s'emmêlent et se démêlent et il peut être difficile de s'y repérer. On y découvre des histoires d'amour, de vengeance, de rencontres mais on y retrouve surtout des histoires du quotidien. Naviguant entre les années 60 et 80, Dernier train pour Buenos Aires nous marque par la souffrance de ce pays en plein chamboulement politique qui est clairement palpable tout le long du récit sans être forcément explicite.
Bref, un roman loin d'être inintéressant, mais qui aura eu du mal à me captiver malgré son contexte dramatique, mais passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
5Arabella
  18 février 2018
Un texte court, à peine 90 pages, divisé en quatre parties. Chaque partie se déroule à un autre moment, un autre personnage prend la parole à chaque fois. le passé et le présent, et les voix se mêlent. Pour raconter une histoire d'amour, de haine, de vengeance, comme dans un western. Mais aussi évoquer l'histoire compliquée de l'Argentine pendant le vingtième siècle.
Le livre est ambitieux, je n'ai malheureusement pas été convaincue par la réalisation de cette ambition. Il n'est pas aisé au départ de se repérer dans cette histoire, qui parle, et de quoi. L'histoire argentine est vraiment en arrière fond, si on ne la connaît pas bien, on peut parfaitement passer à côté, d'ailleurs le livre renvoie à des repères chronologiques en fin de l'ouvrage, le texte lui-même n'étant pas suffisant. La trame romanesque en elle-même est tenue, et au final pas très intéressante ni originale (amour, jalousie, crime…) . L'écriture un peu fragmentaire, l'évocation d'un lieu, d'une ambiance, d'un contexte, sans doute plus, c'est même l'intérêt essentiel de ce court roman.
Mais je suis un peu restée sur ma faim au final. Peut-être que l'auteur donne le meilleur de lui-même dans des récits plus longs, où il peut entrelacer différentes trames, et donner plus d'épaisseur à ses personnages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Edile
  14 décembre 2017
dans un village perdu d'Argentine, aux portes de Buenos aires, quatre hommes, chacun dans un chapitre différent, parle, raconte, décrit un moment de vie. Ils sont liés par un crime.
Quatre hommes, quatre voix, quatre époques. Une petite histoire dans la grande histoire de l'argentine ( les repères historiques sont en fin de livre)
phrases, paragraphes, chapitres très courts. Il ne se passe pas grand chose dans ce roman lu facilement en une soirée et pourtant on est pris, entraîné dans cette vie qui traîne.
magie de l'auteur.
Par contre, je n'ai pas compris de suite que le narrateur changeait à chaque chapitre. Une fois cela compris, la lecture est plus aisée.
Commenter  J’apprécie          70
trust_me
  25 octobre 2010
Voila un très court roman dont la construction semble de prime abord très éclatée mais qui au final relève d'une implacable mécanique de précision. Totalement déstabilisé au départ par une narration hachée en très courts paragraphes sans ligne directrice claire, le lecteur doit dépasser cet apparent manque d'intérêt pour découvrir en filigrane les relations qui unissent les différents protagonistes. Pour ne pas perdre le fil et tirer la quintessence du récit, il me paraît essentiel de lire les 90 pages d'une traite...

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   17 février 2018
Il pleut de plus belle dehors. Cet orage a amené un vent frais. Les lumières du Moulin rouge, du cinéma explosent dans la rue. Peu à peu commencent à sortir, avec des parapluies, deux par deux, ou en petits groupes, les personnes qui viennent de voir au cinéma Espanol, à la seconde séance, Le dernier train de Gun Hill ; d'autres courent récupérer leur auto, et les femmes attendant dans l'entrée. Les choses se passent comme ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ChouchaneChouchane   10 juin 2010
Buenos Aires était alors pour moi comme un animal affamé. Un animal vorace, dangereux, comme celui des films qu'ils passent le samedi au Savoy
Commenter  J’apprécie          50
AmbagesAmbages   12 août 2017
Je traverse l'ombre des paradis.
Commenter  J’apprécie          130
5Arabella5Arabella   17 février 2018
Il est revenu hier. Il est descendu du train, le crâne rasé et la peau rance. Il ne ressemblait pas à Kirk Douglas. Alors j'ai pu voir clairement ma mort.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Hernán Ronsino (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hernán Ronsino
Hernán Ronsino: Glaxo
autres livres classés : littérature argentineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Hernán Ronsino (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
251 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre