AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 272349165X
Éditeur : Glénat (30/11/-1)

Note moyenne : 4.65/5 (sur 75 notes)
Résumé :
Retrouvez enfin cette oeuvre culte dans une superbe intégrale inédite !
Réclamée à corps et à cris depuis des mois par les canardophiles, voici enfin la réédition de ces aventures cultes de l'oncle Picsou ! Non, Picsou n'a pas toujours été un vieux canard pingre au coffre empli de dollars... De 1877 à 1947, du manoir McPicsou aux filons d'or du Klondike, en passant par le pont d'un bateau ou par les bras de Goldie O Gilt, Picsou a embrassé le passage du XIXe ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
garrytopper9
  23 décembre 2014
Le personnage Picsou fut créé en 1947 par Carl Barks, mais il n'est pas le seul auteur à avoir travaillé sur le personnage. Son successeur le plus connu est certainement Don Rosa.
Dans ce premier tome, nous découvrons l'ascension du jeune Picsou, depuis son départ jusqu'a son établissement à DonaldVille. Tout cela au travers de 12 principaux chapitres découpés en plusieurs histoire plus ou moins longues. Et le moins qu'on puisse dire c'est que l'auteur ne fait pas les choses à moitié. Il a construit tous ces chapitres sur les informations qu'il a glanées dans toutes les histoires de Carl Barks. Cela est donc non seulement gage de qualité, mais aussi de cohérence avec ce que le créateur avait fait avec son personnage.
J'ai trouvé que certaines histoires étaient de moins bonnes qualités, tant la plupart sont géniales. Parfois les choses vont un peu trop vite, et pendant quelques histoires on a l'impression que c'est toujours un peu la même chose. Mais il faut reconnaitre que c'est nécessaire car on voit véritablement Picsou évoluer, que ce soit au niveau de sa richesse que de son caractère. Pendant toute ma lecture, je n'arrivai pas a voir comment ce jeune Picsou, vaillant et plein de joie allait devenir le vieux Picsou aigri et radin que l'on connait.
Mais dans les chapitres 11 et 12 les choses s'accélèrent, le temps passe beaucoup plus vite et on voit les causes du changement de personnalités de Picsou. D'ailleurs le chapitre 11 est beaucoup plus dur, plus triste que le reste du livre, et pourtant ça ne dénote pas du tout. Don Rosa réussit a s'approprier ce personnage et a lui inventer toute une histoire avec un talent incroyable.
Le dessin de l'auteur est aussi très bon. Il est très fouillé et aucun détail n'est laissé au hasard.
Un vrai petit bijou !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
Arakasi
  03 février 2016
Quand j'avais dix ans, Picsou était mon canard préféré. Ouais, d'accord, j'en connaissais peut-être pas des masses de canards, mais, même si j'avais fréquenté les palmipèdes par dizaines, je pense que Picsou serait resté mon canard préféré. Il avait de la hargne, du cran, il était plus fort, plus malin et plus riche que tout le monde, il nageait dans l'or comme un marsouin… Il n'avait qu'un vrai défaut à mes yeux : il était vieux. Ben, oui, être vieux c'est un défaut quand on a dix ans. Et puis j'ai découvert la saga « La jeunesse de Picsou » de Don Rosa. Et là, c'était l'extase. Non seulement, je découvrais un Picsou encore jeune, mais aussi trois fois plus combatif, trois fois plus teigneux, trois fois plus… ben tout, quoi ! Un Picsou qui rugissait plus fort que les lions, tabassait des ours à mains nues, chevauchait des icebergs, éclatait des chaises sur la gueule de mecs dans des bagarres de saloon et livrait des duels à la Sergio Leone. Bref, j'étais amoureuse.
Presque vingt ans plus tard, c'est avec une intense satisfaction que j'ai mis la main sur les deux intégraux de la magnifique saga épique de Don Rosa. Et le plaisir est toujours là. Pendant plusieurs soirées, vautrée dans mon canapé, j'ai rigolé, me suis excitée toute seule au point d'avoir besoin de me lever pour faire des petits bonds au milieu de mon salon et j'ai même eu la larmichette à l'oeil de temps en temps. Histoire de faire monter encore davantage mon niveau d'adrénaline, je me suis mis en fond sonore la superbe bande son composée par Tuomas Holopainen « The Life And Time Of Scrooge ». Effet jubilatoire garanti. Je l'écoute d'ailleurs à nouveau en tapant cette critique et je vous assure que je me sens toute chose !
S'il reste excellent, le premier tome regroupant les douze principaux épisodes de la saga n'est pas le plus réussi. le niveau des histoires est parfois inégal et toutes ne sont pas aussi inventives les unes que les autres. Il y a du bon partout, bien sûr, mais j'ai particulièrement couiné sur « L'Empereur du Klondike » – jamais Picsou n'est aussi badass qu'en chercheur d'or à bonnet de fourrure ! – et, pour leurs fins foutrement émouvantes, sur « le Milliardaire des landes perdues » et « le Canard le plus riche du monde ». Sans rigoler, il y a presque du Shakespeare et du Balzac dans l'ascension sociale fulgurante de ce petit canard au caractère de dogue. Et assurément beaucoup de John Ford, de John Wayne et d'Orson Wells.
En revanche, le deuxième tome qui regroupe les histoires ajoutées plus tard entre chaque épisode par Don Rosa est une merveille de bout en bout ! Surtout qu'il fait abondamment apparaître la resplendissante Goldie, « l'étoile du nord ». J'adore Goldie. Elle a un sale caractère, une avidité sans borne, elle est courageuse, acharnée, intelligente, hargneuse, orgueilleuse… En clair, c'est Picsou au féminin. Leurs interactions sont dignes des meilleurs comédies romantiques, avec un zeste de tragédie puisqu'il s'agit d'un amour impossible que Picsou repoussera toujours par fierté et appât du gain. Mais je suis formelle et ravie de l'annoncer (cachez vous les yeux les petits z'enfants et tous ceux qui souhaitent conserver leur innocence intacte) : Picsou et Goldie l'ont fait ! Si, si, vous voyez de quoi je veux parler, ça commence par B et se termine par R. Ils l'ont fait, je vous dit ! Bon, d'accord, on ne voit rien du tout, mais c'est tellement explicite que j'en suis presque tombée de mon divan. Et, croyez-le ou non, ça m'a mis de bonne humeur pour toute la journée.
Maintenant, j'ai envie de me procurer tous les intégraux de Don Rosa, mais ce ne serait vraiment pas raisonnable. C'est qu'ils coûtent la peau des fesses, ces bouquins… Allez, je me réécoute l'album de Holopainen depuis le début. Roooh, ce que j'adore la musique du Klondike : moi aussi, je veux aller chercher de l'or en Amérique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          185
lebazarlitteraire
  08 mars 2016
Je ne suis pas une fan absolue de Picsou, Donald ou Mickey, mais j'étais curieuse de ce que ces ouvrages pouvaient receler et je ne suis pas déçue !
Il faut savoir que les personnages de Disney ont eu plusieurs papas. Un vrai papa, celui de départ, le créateur, mais puisque les personnages existent depuis tant d'années, il a bien fallu remplacer les dessinateurs à un moment. Ou bien, certains auteurs ont repris des personnages inventés par d'autres, pour les étayer et leur créer des histoires propres.
C'est exactement ce qu'a fait Don Rosa. Carl Barks n'est pas le papa originel de Donald (ce personnage est né dans les années 1930, Barks l'a repris vers 1950), mais il en est le plus connu. Parlez à un fan de Donald de son dessinateur, il mentionnera forcément Carl Barks. de plus, il a tout de même créé plusieurs des personnages liés à la famille Duck. Mais dans ses histoires, Picsou n'était qu'un personnage secondaire, dont on ne connaissait pas bien la vie. Jamais Carl Barks n'a raconté de long en large comment Picsou est devenu si riche et si avare. Finalement, c'est un de ses disciples et admirateurs, Don Rosa, qui va s'atteler à la tâche. Il reprendra le personnage de Picsou et créera autour de lui tout un monde, avec un tas d'histoires qui lui arrivent.
Dans l'intégrale Don Rosa, on retrouve donc toutes les histoires qu'il a écrites à propos de Picsou. Ainsi que quelques-unes sur Donald ou ses trois neveux. le principe des intégrales Disney chez Glénat est de publier les histoires par ordre chronologique de leur première parution. Mais les ouvrages dédiés à Picsou commencent par deux tomes qui présentent Picsou dans sa jeunesse, sans prendre en compte l'ordre de parution originale. L'ordre choisi pour les histoires de ces deux premiers tomes est l'ordre de la vie de Picsou. On y découvre le canard avare dans son enfance, sa jeunesse, son adolescence, son début de vie adulte, jusqu'à son installation à Donaldville dans son énorme coffre au milieu de cette mystérieuse colline, Killmotor. Toutes ses histoires ont été écrites à des moments différents de la vie de Don Rosa et sont parfois espacées de plusieurs années dans leur écriture. Mais c'est très judicieux de les avoir ici réunies dans l'ordre chronologique de la vie de Picsou, car c'est très intéressant. Je suppose que pour les grands fans qui ont connu ces récits dispatchés, c'est excitant de les retrouver ici dans le bon ordre. Mais même pour les non-avertis (comme moi), c'est d'un grand intérêt. Je dirais même que c'est ce qui m'a permis de tomber sous le charme de ces collections. Les autres tomes de l'intégrale de Don Rosa et les oeuvres sur Donald et Mickey sont classés par ordre de parution, ce qui est finalement moins attrayant (mais logique, je l'admets). J'aurais peut-être moins accroché si je n'avais pas commencé ma lecture par les ouvrages sur Picsou, dont j'ai trouvé la jeunesse palpitante.
Les autres tomes regroupent donc les histoires de Don Rosa par ordre de parution. Ayant eu un coup de coeur pour les deux premiers tomes, je suis tout autant sous le charme des suites. Mais c'est aussi grâce à l'auteur des commentaires entre chaque histoire. En effet, ce n'est pas juste un regroupement d'histoires, les unes à la suite des autres, sans plus de détails. Dans ces ouvrages, Don Rosa lui-même a commenté son travail. Après chaque récit, il explique comment il l'a conçu, pourquoi il a voulu travailler sur tel thème, pourquoi il a imaginé Picsou ainsi… On s'aperçoit que ce n'est pas juste un travail « rigolo », mais que toutes ses oeuvres sont minutieusement pensées. Il estime lui-même ne pas être très bon dessinateur (moi j'aimerais bien savoir faire le 10e de ce qu'il fait…) et est très critique vis-à-vis de son travail (ah, les artistes…). Il révèle aussi que d'infimes détails dans chaque histoire se rapportent au travail de Carl Barks, son maître. La marque d'une boîte de conserve ou encore la façon dont s'habille Picsou, ne sont pas forcément de l'invention de Don Rosa. Il a étudié très spécifiquement tous les écrits de Carl Barks pour débusquer le moindre indice qui le mènerait sur la piste de la vie de Picsou et s'en est inspiré pour ses histoires. Carl Barls peut avoir une seule fois évoqué un pays dans lequel est allé Picsou et Don Rosa l'a noté et a créé une histoire autour de cet infime détail. C'est un vrai travail de recherche, de professionnel et un petit peu de fou qu'il a mené pendant toutes ces années.
Pour découvrir la suite de la critique et d'autres intégrales Disney chez Glénat, rendez-vous sur notre site !
Lien : http://lebazarlitteraire.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
jainas
  08 avril 2016
Si comme moi vous ne connaissiez les aventures de Donald Duck & cie que par des lectures de jeunesse du Super Picsou Géant ou autres Journal de Mickey, vous serez peut-être surpris d'apprendre que parmi les très abondantes aventures des Canards, il est unanimement reconnu des oeuvres emblématiques et des grands auteurs qui ont marqué l'univers. Parmi ceux-là il y a Carl Barks, le créateur, puis il y a Don Rosa, et son apparemment célèbre « Jeunesse de Picsou », qui m'a été prêté accompagné de recommandations élogieuses. C'est donc avec une confiance qui s'est avérée tout à fait justifiée que j'ai abordé la genèse du Plus Riche des Canards (insérer ici quelques notes du générique de « La Bande à Picsou ») !
Car non, Picsou n'a pas toujours été le vieillard pingre et teigneux – certains diraient acariâtre – nageant comme un marsouin dans la piscine remplie d'or de son coffre-fort et déjouant la énième vaine tentative des Rapetous de s'approprier son fameux Sou Fétiche ! (Bon, ok, teigneux il l'a toujours été…) Mais saviez-vous qu'il est un descendant du clan écossai désargenté des McPicsou qui a émigré à l'adolescence en Amérique pour chercher fortune ? Saviez-vous qu'il a été cireur de chaussures, mousse, cowboy, trappeur, chercheur d'or aux quatre coins du monde ? Qu'il a rencontré Teddy Roosvelt ? Hé oui ! Tout ça et beaucoup plus !
C'est avec un respect immense et parfois obsessif pour l'oeuvre de Barks que Don Rose a créé la Jeunesse de Picsou aujourd'hui rassemblées dans cette intégrale, veillant à bien remettre dans le contexte chaque anecdote du passé de Picsou et de son ascension vers la fortune et tissant le portrait du plus célèbre des self-made duck !
Les histoires de ce premier tome (la Jeunesse de Picsou en compte deux) sont parfois inégales, mais se lisent pour autant avec plaisir, et la préface de Don Rosa qui précède chaque récit est un ajout très appréciable, qui remet chaque histoire à sa place, explique ou précise les très nombreuses références et les hommages émaillés au fil des cases. L'édition indispensable pour découvrir Picsou sous un nouveau jour… et il parait que le tome 2 est encore meilleur ! :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bilonico
  28 janvier 2013
Une idée excellente d'éditer une intégrale de Picsou par Don Rosa, meilleur disciple de Carl Barks inventeur / dessinateur de la saga des canards de Donaldville.
L'intégrale en sept volumes s'ouvre sur la jeunesse de Picsou en douze histoires. Quel bonheur ! Nous suivons donc le jeune Picsou dans ses premières années en Écosse et nous apprenons comment lui vient cette formidable envie de réussir.
L'ouvrage est de qualité et les épisodes sont complétés des commentaires précis et toujours pertinent de Don Rosa. Ces parties "littéraires" sont très instructives et montrent notamment comment Don Rosa s'inscrit dans la filiation de Barks tout en s'en affranchissant un peu parfois.
Ce tome nous explique beaucoup sur la psychologie des personnages connus et nous présente l'origine de certains conflits récurrents. Nous retrouvons les Rapetou, les origines de la concurrence Picsou / Flairsou / Grippesou... Don Rosa s'impose pour notre plus grand bonheur les contraintes présentes dans les oeuvres de Barks et développe des évènements évoqués parois dans une seule vignette.
Un bonheur pour amateur et novice. On attend la suite avec impatience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

critiques presse (5)
Lexpress   04 juillet 2013
Bien plus qu'un simple album pour enfants, La Jeunesse de Picsou s'impose comme un grand roman américain, à savourer à tout âge !
Lire la critique sur le site : Lexpress
Liberation   04 février 2013
Avec une qualité de dessin que l’on trouve rarement chez les publications Disney et affiliées, cette BD est un grand roman américain.
Lire la critique sur le site : Liberation
LeFigaro   31 janvier 2013
Don Rosa s'est coulé avec aisance dans l'univers créé par son prédécesseur Carl Barks, le créateur de Donaldville. Il apporte à l'édifice son humour et sa grande connaissance de l'œuvre mais reste très fidèle au personnage culte que tous les enfants connaissent.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Auracan   21 décembre 2012
Un hymne indispensable à l'avarice.
Lire la critique sur le site : Auracan
BulledEncre   04 décembre 2012
Keno Don Rosa se place en digne héritier en réussissant à reprendre toute la mythologie duckesque créée par Barks tout en ajoutant sa propre patte (non palmée !), en multipliant les références, le souci du détail, l’humour mais aussi de véritables émotions.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
garrytopper9garrytopper9   23 décembre 2014
- Tu ne t’en rends peut-être pas compte, onc’ Picsou, mais tes milliards sont un vrai fardeau ! Tu n’es qu’un pauvre vieux !
Commenter  J’apprécie          180
DavalianDavalian   08 avril 2017
Mon ami, tu viens d'apprendre que les grands hommes vivent dans la solitude ! Souviens-toi que la richesse est bien plus qu'un simple tas d’argent... C'est la gloire de l'accomplissement qui compte !
Commenter  J’apprécie          70
kik_frizenkik_frizen   03 juin 2013
J'ai été plus dur que les gros durs, plus malin que les petits malins et j'ai réussi honnêtement, en restant carré !
Commenter  J’apprécie          50
liliazaliliaza   29 août 2014
L'idée du père de Balthazar ne valait pas un sou et pourtant...un petit sou s'en mêla.
Commenter  J’apprécie          70
MineyMiney   17 avril 2017
L'air pur sera-t-il plus doux ? Les jours de soleil seront-ils plus brillants ? Les étoiles seront-elles plus scintillantes ? Ou vais-je perdre tout ça ?
Est-ce que je veux vraiment être riche ?
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Don Rosa (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Don Rosa
Interview Don Rosa pour Planète BD .Une brève interview avec l'immense Don Rosa, créateur des aventures de Picsou et Donald, qui se présente et nous parle de ses débuts, de sa carrière et de son dessin.
autres livres classés : canardsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14890 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..