AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de PGilly


PGilly
  20 mars 2020
Hartmut Rosa alterne le développement de concepts autour d'une idée maîtresse - accélération, résonance - dans des études volumineuses et ardues, et leur substance clarifiée dans des ouvrages courts, enrichis d'illustrations concrètes puisées dans la vie quotidienne. Ici, il nous parle de l'impasse à vouloir rendre le monde prévisible et maîtrisable. Autrement dit à le rendre disponible le plus largement possible. Or la vitalité, le contact et l'expérience réelle naissent de la rencontre avec l'indisponible. Les amateurs de football ou de tennis, par exemple, assistent à un match parce que le résultat est incertain, même en cas de forces disproportionnées en présence. Si tout est prédictible, comme on essaie de nous le vendre, alors la vie n'a plus de sel.
À force de vouloir paramétrer le moindre de nos gestes, de nos actes, de nos contacts, nous transposons un désir de relation fondamental chez l'être humain en un désir d'objet. Et nous ne sommes pas plus avancés quand des paramètres physiques (pulsations, glycémie, nombre de pas) entrent en contradiction avec des paramètres nutritifs. En fait connaître, dominer, conquérir, rendre utilisable un max de disponible, nous coupe de notre corps, de nos sensations. Nous oublions de nous laisser aller à la résonance, phénomène qui ne peut être obtenu, ni empêché de manière certaine. La résonance, c'est être touché, être atteint intérieurement par il ou elle. Un émotion, un frisson, un regard, une voix vous animent par surprise. Rendre le monde indisponible, c'est amener du vivant, au lieu d'agresser la nature en la malmenant au nom de la croissance indispensable à l'élargissement de la disponibilité du monde.
Nous ne pouvons pas attraper un flocon de neige, il fond dans la main. Les averses de flocons sont imprévisibles, c'est pour cela que nous avons envie de voir la neige tomber, surtout à Noël.
Le sociologue allemand est un des grands penseurs critiques de la modernité. Sa conclusion pessimiste incite à mettre les bouchées doubles afin de laisser une place incontrôlée à l'incertitude de la rencontre.
Lien : http://cinemoitheque.eklablo..
Commenter  J’apprécie          50



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (3)voir plus