AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782298116571
560 pages
Éditeur : France loisirs (01/09/2016)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 55 notes)
Résumé :
Depuis d’ancestrales querelles, les humains et les Faës vivent séparés par une frontière invisible, le Voile. Intrépide et courageuse, la jeune Edwenn ne supporte pas la vie à laquelle sa société condamne les femmes, et rêve dans sa quête d’aventures de pouvoir explorer cet autre monde mystérieux.
Mêlée à son insu au conflit qui oppose le prince faë Kadvael au Seigneur des Chimères, la voilà projetée sur les terres des Faës. Mais il ne fait pas bon être humai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  02 février 2017
C'est un roman fantastique dans lequel j'ai eu peine à entrer. J'ai dû me forcer pour ne pas l'abandonner, un livre diesel en sorte. L'intrigue de départ est, ma foi, très banal. La magie vient de la richesse des descriptions de la faune, de la flore et surtout la réelle consistance des personnages. Un univers créé de toutes pièces par l'auteur ou cohabitent humains et personnages fantastiques.
Les humains sont séparés du monde des Faës par un voile. Personne ne s'aventure de l'autre côté. Pourtant un jour, Kadvaël, un prince Faë, amoureux de la très belle Derdre est contraint de franchir cette frontière, poursuivit par les troupes du père de Derdre. Il sera recueilli par Edwenn, jeune paysanne d'une vingtaine d'années qui a du mal à se comporter comme le voudrait son village. Elle, elle rêve un jour, de franchir le voile pour explorer le côté interdit. En recueillant et en soignant le jeune prince, Edwenn va se retrouver dans un tourbillon d'événements, qui vont la propulser de l'autre côté du voile, du côté du monde Féerique.
Et c'est là que le roman prend tout son attrait. Les descriptions, l'univers que Charline Rose compose mérite bien son prix de l'imaginaire 2016. Un univers complètement recréé, déstabilisant, bluffant, dépaysant et envoutant ou la faune et la flore sont parfois complice des êtres vivants.
L'histoire même si elle souffre de beaucoup de descriptions est aussi captivante. Les nombreux personnages qui y prennent part nous sont apportés progressivement, l'auteur s'attachant à ne pas nous perdre en route.
Un premier roman qui je l'espère aura une suite.
Livre à lire en parrallèle avec un morceau genre : trance 4 motion de Wahnfried.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
liliaza
  13 mars 2017
Ce qui m'a plu dans ce roman c'est d'abord son univers féérique. Cela change de la fantasy que l'on connait avec un elfe et un nain qui se déteste et un humain au milieu de tout ça. La plus grande difficulté de ce livre a été de rentrer dans cet univers du fait justement de sa nouveauté. Mais une fois qu'on y est on ne s'arrête pas. J'ai tendance à lire partout même si c'est pour 5 minutes sauf qu'avec ce livre on ne peut pas. Il faut quelques minutes pour re-rentrer dans cet univers si riche. Par contre une fois qu'on est au pays des féés on ne part plus. Il y a peu de livres qui arrive vraiment à vous faire vivre les choses, à vous faire pleurer ou à réellement vous énerver. Cette dernière option a été mon cas.
Il y a trois types de méchants : le méchant qui est là car il en faut bien un, le méchant qu'on adore détester (Severus Rogue, l'agent Smith par exemple) et celui qu'on déteste au point de vouloir rentrer dans le livre pour le claquer (dolores ombrage). Ici on a eu les trois : Camall celui qui est là parce qu'il faut un méchant, L'impératrice qu'on adore détester et Lueur celle qui nous pousser des soupirs haineux. Ce personnage est telle qu'on a envie de féliciter l'auteur pour l'avoir imaginé mais autant on a surtout le désir de lui donner des claques pour lui faire comprendre la vie. Cette petite peste est entré dans mon top 5 des personnages détestés.
L'héroine m'énervait un peu au début mais très vite je me suis attaché à elle et aux changements qu'elle a réussit à apporter en Féerie. L'écriture est très belle et poétique. Elle a sa dans cet univers. Cet univers est d'ailleurs très riche. La création de ces différents peuples nous fait rêver. J'ai notamment beaucoup apprécié le peuple sous le vents et le personnage d'Enya (lien avec la chanteuse?). J'aime beaucoup lire des histoires de personnages proche de la nature.
Je rajouterais juste quelques mots : à quand la suite?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
manguy
  21 avril 2020
Coup de coeur !
Edwenn est une villageoise, vivant avec son frère et la femme de celui-ci, ils ne roule pas sur l'or mais mènent une existence tranquille. Un jour, alors qu'Edwenn chasse en forêt, elle vient en aide à un Faë, Kadvael, blessé et chassé par des Chimères et ayant franchit le Voile séparant l'Humanité de la Féerie depuis des guerres ancestrales. Elle devient alors aussi leur cible, pour la protéger, le Faë la mène en terre des Faës où elle rencontre son frère, Jezekael, roi des Faës d'Alwena, et tombe sous le charme de celui-ci. Mais être humaine n'est pas une chose facile en Féerie, surtout lorsqu'on se retrouve au milieu d'une guerre opposant Faës et Chimères.
Plongée instantanément dans cette histoire, j'ai adoré ! Cela m'a un peu rappelé l'histoire d'Un Palais d'Epines et de Roses, mon dernier coup de coeur.
Le suspense à certains moments cruciaux est insoutenable, une véritable torture, je pense que c'est pour cette raison que je ne pouvais plus lâcher ce roman une seconde et qu'il ne me quittait plus.
L'écriture de Charline Rose est entrainante, fluide, rapide à lire, comme si elle apportait un peu de la Féerie avec elle.
Edwenn, une vraie tête brûlée, est réellement attachante, même si je dois bien avouer que j'ai une large préférence pour les princes de Nuit, Luner et Maël. Lueur, bien que je ne la porte pas dans mon coeur, a une véritable complexité.
Pour continuer avec les personnages, ils sont très nombreux, mais pourtant, j'ai trouvé surprenant de ne pas tous les confondre et ne pas être perdue, moi qui suis d'habitude la première à devoir rechercher quel est le personnage qui porte tel nom, qui est-il... Ce qui est encore un très bon point.
L'intrigue, m'a particulièrement plut, cette idée de guerre et de massacres causés par l'amour tout au long du roman m'a particulièrement marquée, dans le sens positif.
J'ai également découvert bon nombre d' "espèces" féeriques qui m'étaient jusqu'ici inconnues.
En résumé, une très belle découverte, pleine d'amour, d'action et de magie avec une tonne d'émotions garanties !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Lildrille
  24 octobre 2019
Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=23064
J'ai mis la note de : 14/20
Mon avis : Edwenn – le monde des Faës de Charline Rose est l'heureux gagnant du prix de l'Imaginaire 2016 ! A ne pas confondre avec le Grand Prix de l'Imaginaire, ce concours est dirigé par les éditions Nouvelles Plumes en collaboration avec les enseignes France Loisirs. Il a été créé pour permettre aux auteurs français de percer sur le marché et de se faire connaître du grand public. le jury est composé de personnes toutes aussi ordinaires que vous ou moi, indéniablement attirées par les voyages dans des contrées mystérieuses ou magiques. Les deux dernières lauréates de ce prix ont déjà vendu plusieurs milliers d'exemplaires et sont reconnues comme étant des auteures de talent. L'auteure du prix de l'Imaginaire 2014 est d'ailleurs déjà dans la réalisation de son troisième tome (la série s'appelle Les Ailes d'Emeraude et est écrite par Alexiane de Lys). Enfin bref. Revenons à nos moutons, ou, plutôt, à nos Faës.
Dans Edwenn – le monde des Faës, l'imaginaire prend le visage de la fantaisie, ce genre littéraire où les lecteurs débarquent dans un univers créé de toutes pièces, mêlant fantastique et merveilleux. Ce monde est divisé en deux entités : le monde des humains, dit Terre d'Hommes et Féérie, le monde des Faës, des elfes, des sirènes, et toutes autres créatures que l'on a l'habitude de voir dans la mythologie ou les contes. Ces deux sociétés sont séparées par un voile, « fine étole de magie allant du ciel, au-delà des étoiles, jusqu'aux tréfonds de la terre » (Edwenn – le monde des Faës, chapitre 1). Cette description peut rappeler le Voile tant chéri par Terry Goodkind dans son Epée de Vérité, mais il n'en est rien. Ce Voile peut être très facilement traversé par les humains comme les êtres magiques, sans aucune douleur.
Le monde des Hommes n'est pas beaucoup décrit par l'auteure. Nous pouvons seulement y entrevoir Edwenn, chassant près de son petit village, là où vit également son frère Lazerian. La jeune fille a du caractère et apparaît comme une rebelle aux yeux de ses compatriotes : ne désirant pas se marier et ayant déjà refusé deux demandes, elle préfère apprendre à se battre à l'épée. Elle ne sait pas lire, ne se préoccupe pas de tenir sa maisonnée et aime l'indépendance que la bonté de son frère lui permet d'acquérir. Bien qu'étant son allié, Lazerian s'inquiète pour sa soeur, une personne rêveuse qui ne cesse de penser au monde des Faës et à la douce vie que l'on doit y mener.
Au contraire des autres habitants, Edwenn n'est pas effrayée par la nature magique des Faës. Elle se plaît à regarder les images de ces êtres dans les livres qu'elle peut piocher. La beauté glaciale des Faës, leur sournoiserie et leur intelligence effraient les humains depuis longtemps. L'histoire commune de ces deux mondes remonte à une époque bien sombre où les guerres faisaient rage. Edwenn apparaît ainsi comme une personnalité intéressante qui se méfie des ragots et qui est prête à partir à l'aventure pour se faire ses propres idées.
Alors que la jeune fille se balade dans la forêt, un drame se produit. Kadvael, un Faë, traverse le Voile pour fuir ses ennemis. Edwenn l'aperçoit et ne peut s'empêcher de lui venir en aide. Son désir d'ailleurs est l'élément déclencheur qui aura tout fait basculer.
La particularité de ce livre est qu'Edwenn n'apparaît pas toujours comme étant la figure principale de ce roman. D'autres personnages font progressivement leur apparition pour devenir de véritables acteurs de l'intrigue. Parmi eux, nous pouvons citer deux Faës : Jezekael, roi de la cité d'Alwena, frère de Kadvael et Luner, prince du royaume de Nuit, son cousin. Ces deux Faës sont attachants, chacun à leur manière, et vont aider Edwenn dans sa quête.
Comme le laissait supposer le titre du livre, le monde des Faës est quant à lui bien décrit, chaque royaume ayant ses particularités, ses paysages, sa culture et son mode de vie. le lecteur se plaît à découvrir les manigances des uns, les amours des autres, les charmes des dryades, des nymphes, le chant des sirènes, la sagesse des elfes ou la forêt d'Eibhlean, le domaine des Sages. Féérie n'est pourtant pas seulement habitée par des êtres charmeurs. D'autres espèces plus noires, plus volages et subtiles y vivent aussi, pour le plus grand malheur de nos héros.
Ce livre est agréable tant par la légèreté de l'écriture que par la simplicité de l'histoire. L'auteure écrit bien et ses descriptions sonnent comme des poésies à nos oreilles. Son talent lyrique n'est pas à contester.
Même si l'intrigue laisse entrevoir des fins probables et que le scénario n'est pas vraiment original pour une aventure de fantaisie, ce qui fait la différence sont les personnages, leurs forces et leurs faiblesses qui les rendent si authentiques. le lecteur est vite embarqué dans ce monde magique au côté d'Edwenn et de ses nouveaux amis que Charline Rose sait introduire avec finesse et beauté. le caractère d'Edwenn peut néanmoins énerver par moment, même exaspérer : sa curiosité maladive, son entêtement, sa naïveté et sa jovialité font d'elle une personne imparfaite dans un monde féérique où tout semble l'être. N'était-elle finalement pas comme nous ?
Cette dualité entre le monde des Faës et Terre d'Hommes fascine et est réussie. La fin du livre est sans équivoque : une suite est à venir. Espérons alors que les aventures d'Edwenn seront aussi rafraichissantes que celles décrites dans ce premier tome plein de promesses. N'hésitez pas : vous passerez un agréable moment de lecture.
Lien : http://www.lavisqteam.fr/?p=..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LeslecturesdeKevin
  09 août 2016
Avant tout, je tiens à remercier France Loisirs et Belgique Loisirs de m'avoir permis de lire ce roman exceptionnel ayant obtenu le prix de l'imaginaire France Loisirs/Nouvelles Plumes 2016. C'était un grand honneur de pouvoir le lire et je suis très fier de vous le présenter maintenant et vous expliciter les raisons pour lesquelles j'ai aimé ce livre.
Tout d'abord, l'univers mis en place par l'auteur est merveilleux, incroyable et c'est en lisant ce genre de romans que je suis à chaque fois émerveillé par la féerie de la fantasy. Un monde créé à partir d'éléments nous rappelant le Moyen-Âge, de magie et de contrées lointaines et imaginaires. Être plongé dans un univers qui nous est inconnu, loin des nouvelles technologies et des grandes villes polluées. Un territoire où la nature y est omniprésente. Tant d'éléments importants qui ne cesseront de m'émerveiller, qui n'arrêteront pas d'émerveiller les lecteurs. le cadre spatial est une des caractéristiques essentielles d'un roman de fantasy et l'auteur, l'ayant compris, a très bien imaginé et décrit le décor dans lequel son histoire se déroule et le lecteur se sent immergé au coeur de ce monde imaginaire à vivre les péripéties des personnages. de plus, le paysage est extrêmement important dans l'émerveillement du lecteur. Un simple petit exemple devrait vous éclairer sur ce point. Imaginez vos vacances parfaites, idéales, de rêve. Vous imaginez peut-être les plages de sable blanc, les montagnes ou la forêt… tant de décors qui vous intéressent. le cadre spatial est un élément d'arrière-plan qui a toute son importance et qui est souvent remarqué quand il est mal ficelé. Or, ici, on le remarque car c'est un chef-d'oeuvre et nous sommes comme l'héroïne, nous voulons voyager et découvrir ce monde féerique avec toutes ses contrées et particularités.
Ensuite, les personnages sont très intéressants et captivants, méritant qu'on s'y attarde dessus et que je vous donne mon avis. Nous rencontrons à la fois des humains et des personnages surnaturels. le contraste entre les deux types de personnes est assez marrant à analyser, visualiser mais ce qui m'a plus marqué est le caractère de chacun des protagonistes. Nous faisons face à une multitude de personnages dont la mentalité varie plus ou moins. Certains sont plus ouverts à la connaissance des autres, d'autres plus belliqueux et nous, en tant que lecteur, nous sommes invités à découvrir chacun de ces personnages et percer leurs secrets et le mystère qui les entoure. C'est tantôt une mission facile tantôt une tâche plus ardue. Bien entendu, le lecteur se retrouvera parmi un ou plusieurs des personnages présentés et rêvera d'en être un en particulier, préférant le calme ou l'aventure mais ça, c'est un choix personnel. Je trouve que c'est juste merveilleux de pouvoir opérer ce choix parmi plusieurs personnages tous très intéressants, qu'ils soient bons ou mauvais. Ce qui est également très intéressant avec les personnages, ce sont les interactions entre eux car certaines reflètent une stratégie mortelle aux conséquences assez désastreuses ou bénéfiques. Nous ne nous retrouvons pas en face d'actions bénignes aux conséquences tout aussi peu importantes mais face à des personnages illustres qui, par leurs décisions, peuvent changer l'avenir du monde que nous découvrons au fil des pages. Cette importance nous pousse à nous intéresser un peu plus aux héros du livre et à les percer pour pouvoir les comprendre et les anticiper.
Pour terminer, je ne peux pas clore cette argumentation sans parler de la plume de l'auteure. Comme l'histoire et l'espace, elle est envoûtante. Les mots sont tellement bien choisis et les phrases tellement bien tournées que nous nous sentons transportés dans l'histoire. On ne lit pas ou on n'assiste pas à ce récit, on le vit. C'est seulement en tournant la dernière page et en pensant à mon sentiment de lecture que je me suis rendu compte que j'étais happé dans les aventures, aux côtés d'Edwenn et des autres. Littéralement happé. Un peu comme si je revenais d'un voyage. L'image peut vous sembler forte mais c'est réellement le cas et je suis très impressionné de cela. de plus, vu que nous sommes aspirés dans le roman, l'histoire se déroule vite, très vite. On n'a pas vraiment l'impression de lire une brique. Personnellement, j'aime tellement ce livre que je regrette qu'il ne soit plus gros, que les aventures cessent. On a un magnifique cadre spatial et de chouettes personnages. L'écriture est la cerise sur le gâteau, un gâteau que nous dévorons, part par part. Il y'a certains livres qui nous marquent intérieurement et celui-là en fait partie.
En conclusion, je ne peux que vous recommander ce roman de fantasy qui est un coup de coeur. Fans de fantasy, vous ne pouvez pas passer à côté de ce moment merveilleux.
Lien : http://leslecturesdekevin.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
MoonBearMoonBear   22 décembre 2018
Edwenn s'amusa avec les hautes herbes : elle les fit grandir et verdir rapidement. Elle entendit les paroles du vent et c'était presque comme une renaissance. Enfin, les premières tombes apparurent. Aucune n'était triste ni morose. Elles étaient belles sous la lueur de la lune. Elles le trouvèrent facilement, car c'était le plus récent. Sa pierre resplendissait.

-Le voilà, murmura Azenor.

Sur la plaque était gravé : "A notre ami, compagnon de guerre et frère, Maenowen, Faë de Nuit et fidèle serviteur de la Reine".

Edwenn écarquilla les yeux : elle n'arrivait toujours pas à y croire. La montagne, c'est ainsi qu'elle le surnommait. Un guerrier courageux et fort qui lui avait appris tant de choses durant leurs entraînements. Il l'avait protégée et aidée et s'était maintes fois confié à elle après le départ de son frère. Elle se souvint de leurs repas privilégiés, de leurs fous rires et de leurs larmes, à songer à l'avenir et à ce qu'ils pourraient faire une fois la guerre passée. Sa main se resserra sur le pendentif qui était toujours à son cou. Elle ne doutait pas qu'il avait entendu ses appels et ses messages et qu'avec Enya, ils avaient mené le groupe jusqu'à elle.

(...)

Elle regretterait à jamais l'absence d'Enya et de Maenowen. Elle pleura longuement en silence, puis tenta de se calmer, toujours protégée par le regard de son amie.

Lorsqu'elle s'approcha du tombeau, elle toucha chaque fleur déposée sur la stèle. Chacune d'entre elles se raviva et soupira.

Au-dessus de la pierre rectangulaire, une statue grandeur nature du soldat avait été érigée. Elle eut un regard lumineux, car son visage était superbement réalisé. Il aurait presque pu leur parler. Il se tenait debout, droit et fier, les mains posées sur le pommeau de son épée, la lame pointée vers le sol.

Edwenn s'arrêta. A ses pieds, une jeune pousse de chantante débutait une mélodie aiguë. Alors elle l'enveloppa de ses doigts fins, ferma les yeux et la plante grandit tout autour d'elle. Les branches longèrent la tombe pour se nicher aux pieds du guerrier.

D'un bleu nuit éclatant, les fleurs s'ouvrirent au ciel étoilé et entamèrent une litanie douce et émouvante. Se tenant la main, Azenor et Edwenn l'écoutèrent un moment avant que leurs voix ne s'éteignent pour quelques temps. Plus tard, les simples fleurs furent enlevées, car elles avaient fané. Mais le tombeau fut connu comme celui du chevalier de Nuit ayant donné sa vie pour sauver le roi d'Alwena et l'Humaine. "Le guerrier aux chantantes éternelles", car même après des siècles, jamais elle ne moururent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
domisylzendomisylzen   06 février 2017
Cette dernière s'arrêta, leva sa flèche et la planta dans la jambe gauche de l'Impératrice. Elle s'écroula au sol et poussa un cri si strident que les branches en frissonnèrent.
Commenter  J’apprécie          240
MoonBearMoonBear   22 décembre 2018
Enfin, elle arriva là où habitaient la plupart des guerriers de Nuit. Il n'en était pas un seul qui ne soit sur les remparts, mais elle voulait vérifier que Maenowen avait bien entendu l'appel. A l'approche de sa demeure, elle le vit sortir, une épée d'argent à la taille. Il était si imposant que sa tête atteignait presque le haut de la porte.

-Edwenn ! Par Idonig et Oona, que faites-vous là ?

Il la contempla et la vit prête à se battre.

-Je venais vous chercher ! Je sais que vous êtes seul et il était hors de question que tout le monde s'en aille sans vous. Si tant est que nous partions. Si nous devons nous battre, je veux savoir où vous êtes.

Il sourit légèrement. Décidément, cette jeune Humaine le fascinait. Ils partirent ensemble d'un pas décidé.

(...)

-Prenez ceci.

Il défit un pendentif de pierre de lune de son poignet et l'entoura autour du sien. Il dut faire beaucoup plus de tours pour le serrer.

-Ce sera un lien entre nous. Si vous m'appelez, je vous entendrai, peu importe le lieu où vous serez. N'hésitez pas à l'utiliser. Envoyez-moi des images de votre esprit, parlez-moi en songes ou en murmures, n'hésitez jamais...

-Merci Maenowen.

Elle le regarda.

Elle aurait tant aimé rester à ses côtés, là où toute chose ne semblait plus l'atteindre. Mais les remparts et le combat n'étaient pas sa place, du moins pas si tôt.

Leur séparation fut déchirante. Dans tout son être, il lui semblait que jamais ils ne se reverraient. Contre toute attente, le Faë la prit dans ses bras. Il ne serra pas fort, juste assez pour l'enlacer. Mais il n'y avait rien d'enjôleur dans cette étreinte. Une simple amitié que l'avenir menaçait de détruire. Lorsqu'il se dégagea, des larmes serpentaient sur son visage.

-Pour votre frère, chuchota Edwenn.

Il fit un signe fier de la tête et elle le laissa partir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MoonBearMoonBear   22 décembre 2018
Le nouvel arrivant leur parlait en songe.

Un cerf apparut, majestueux, le poil fauve, luisant à la lueur de la lune maintenant pleine et spectatrice de l'assemblée.

Ses bois étaient immenses, frôlant les branches et cognant les troncs.

Tous le saluèrent. Il avança lentement, son pas lourd faisant protester le sol, puis il devint plus léger et son aspect changea. Les pattes s'affinèrent et, en un craquement doux, elles devinrent des jambes et des bras. Le museau noir et brilla se transforma en un nez aquilin, alors que le regard passait du noir intense au vert sombre. Tenag Heneg était un esprit de la forêt depuis près de quatre siècles et en cela, il n'était évidemment pas le plus ancien. Autrefois maître archer chez les Elfes sylvestres dont il était natif, mais aussi défenseur de Madeg-Eireen, la capitale des Hauts-Elfes, il avait choisi une vie entre deux. Le cerf était le symbole de son peuple et il lui fut tout naturellement attribué par les dieux. Personne ne s'y méprenait : ce cerf n'était pas un simple animal ou un être changeur d'apparence. Tous savaient, en le percevant entre les arbres, qu'il était bien plus que cela. Son aura était perceptible, tel un halo de lumière posé sur l'animal.

Il s'assit à son siège. Tenag Heneg avait jadis détenu la beauté froide et impériale des Elfes. N'ayant jamais égalé celle des Faës, elle avait totalement disparu avec les années et les transformations. Ses traits avaient acquis une certaine force, ses pommettes s'étaient élargies, sa mâchoire était devenue frappante, les os proéminents de chaque côté. Ses yeux, autrefois d'un vert si clair que l'on disait y voir le secret des sylves et des forêts, avaient hérité du noir animal et s'étaient rembrunis. Même l'écho de sa voix avait changé, passant du chant ajusté de l'elfique au grondement sépulcral de l'animal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MoonBearMoonBear   22 décembre 2018
Gorban était à la barre. Il était le monarque des Îles Cendrées, protecteur des eaux, dit l'Indomptable. Bon nombre de personnes avaient convoité ses terres flottantes, mais jamais aucun n'avait pu en avoir une parcelle. Autant par la force que par des traités, rien n'avait été cédé.

Le Faë possédait une beauté sauvage, des pommettes saillantes et des yeux d'un bleu océan. Sa peau avait été brunie par le soleil, mais par nature les Faës Cendrés naissaient avec une peau claire.

Sur le bateau, ses quatre fils travaillaient. Ils aidaient le reste de l'équipage aux corvées. Le peuple cendré était une véritable communauté où la hiérarchie s'effaçait à certains moments. Les princes devenaient des marins afin d'assurer le voyage jusqu'au bout. Ils se prénommaient ainsi par âge décroissant : Aeddan, Glenn, Uisdean et Kentiern. Ils présentaient des traits physiques véritablement similaires à leur père. Aeddan, l'aîné, était un Faë robuste au faciès dur et farouche. Certainement le moins avenant des quatre, et son caractère était souvent défini comme suffisant. Glenn, qui le suivait de quatre années, était le plus calme, arborant les seuls yeux verts de sa famille et un sourire discret. Uisdean, frère jumeau de Glenn, se différenciat par une chevelure plus longue et des muscles plus fins. Kentiern, le plus jeune, avait le même regard et la même détermination que son père. Il dépassait déjà tous ses frères d'une tête et était un combattant hors pair.

Plus loin, à l'avant du bateau, une Faëry était allongée. Elle prenait un bain de soleil et admirait les flots. Parfois, elle s'étonnait de voir la silhouette d'une créature marine, elle qui vivait pourtant sur les Îles depuis quatre vingts années. Elle était différente des Faës présents sur le navire. Une apparence très fine à la peau de porcelaine et une chevelure rousse. Elle s'appelait Enya. Ses origines s'étaient faites ailleurs, dans une contrée lointaine dénommée Vert Bois. Dans cette région, le peuple était plus proche de la nature, car il vivait en totale harmonie avec elle. Leur apparence pâle était due au fait que les branchages les protégeaient souvent de la lumière.

Le mariage de Gorban et d'Enya s'était déroulé dans la douleur. Aucun des deux ne s'aimait et leurs familles avaient tout arrangé, car l'alliance promettait un avenir séduisant et des avantages incontestables. Heureusement pour eux, leurs caractères s'étaient accordés et leur premier garçon était né. Gorban n'avait jamais été infidèle, contrairement à son père et à toute la lignée des Faës Cendrés. Il vouait à sa femme un respect sans faille et s'était entièrement dédié à sa personne. Seul Glenn possédait un peu de sa mère dans son regard vert.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Charline Rose (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charline Rose
Julie Muller Volb, lauréate 2017, nous livre ses impressions à chaud suite à la remise du Prix obtenu pote son roman L'hayden, le secret d'Eli. Alexiane de Lys et Charline Rose, lauréates 2014 et 2016, témoignent de leur propre experience et marquent leur soutien à Julie.
autres livres classés : chiméresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1568 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

.. ..