AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2917817178
Éditeur : La Contre Allee (04/10/2012)

Note moyenne : 5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Sous la forme d’un puzzle narratif, Un fil rouge, premier roman de Sara Rosenberg, raconte l’histoire de Julia Berenstein, jeune femme engagée dans l’action révolutionnaire en Argentine, dans les années soixante dix.
A travers le discours et la perception des personnes qui l’ont connue, le lecteur découvre petit à petit l’histoire des disparus dans un contexte de lutte armée et de « guerre sale ». La polyphonie et les différentes modalités d’écriture, de même... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
marcossor
  16 mars 2014
Pour le lecteur, le fil rouge, c'est celui de la vie de Julia qui se reconstruit pour nous page après page, puzzle douloureux dont chaque voix délivre une bribe. le fil rouge, c'est aussi celui de la peur, qui enferme et capture les vigognes, ces animaux insaisissables qui survivent proches des sommets désertiques des Andes, là où le ciel est pur mais la nourriture rare.
Dans les années de la dictature de Videla, Julia s'est résolument dressée. Pour cela elle a été emprisonnée, a du fuir et revenir, pour finir par disparaître. Entre les pages secrètes de son journal et les voix de ceux qui l'ont connue, qui l'ont aimée ou détestée, parfois crainte et prise pour folle, nous apprenons petit à petit à la connaître, même si au bout du récit, elle nous échappera encore.
Publié pour la première fois en 1998, Un fil rouge est un récit à la recherche de la mémoire, celle d'un personnage et celle de tout un peuple, tissée avec les fils amers de l'Argentine d'aujourd'hui. L'histoire est un labyrinthe où chacun fait son chemin. Prison, souffrance, vol d'enfant, exil, mais aussi amour et amitié, révolte et espoir jalonnent celui de Julia dans lequel Sara Rosenberg nous entraîne et où résonne aussi sans doute sa propre histoire, ayant elle-même connue la prison en ces années de dictature.
La splendeur et la profondeur de la voix qui s'élève, mêlant exaltation, nostalgie, révolte et lucidité a quelque chose de désespérant, mais elle ne semble ni se résoudre au désespoir ni se noyer dans un pessimisme cynique.
Il y a tout au long de ce Fil rouge, des mots et des images qui peuvent nous hanter et nous éclairer, sans complaisance aucune. Au delà du fil de la peur, il y a celui de la mémoire. le démêler est pour chacun un travail nécessaire. Vital, même et surtout lorsqu'il réveille douleur et colère. C'est dans cette aventure que nous entraîne irrésistiblement Un fil rouge.

Lien : http://filsdelectures.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Maylin
  01 avril 2014
J'ai asisté à une conférence où Sara Rosenberg était invitée; je ne la connaissais pas. J'ai beaucoup aimé sa manière de parler de l'écriture, de son pays l'Argentine,sans excès, avec beaucoup de sincérité et de sensibilté surtout quand elle évoque la dictature, période traumatisante. c'esst donc avec le plus grand plaisir que j'ai acheté ce roman qui n'est pas récent mais qui est très émouvant...je le termine vite !
J'ai bien aimé le roman de Sara Rosenberg et je ne change rien à ma présentation qui est identique à l'impression que j'ai eue lors de la rencontre littéraire mais comme bien souvent.... j'ai l'impression que le roman perd de sa force quand il est traduit.....dommage l'édition espagnole est introuvable...Bonne lecture !
Commenter  J’apprécie          11
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
marcossormarcossor   16 mars 2014
Je l'entends encore dire : "La ville nous appartient et nos devons l'occuper avec la vie et l'art. Les murs et les places sont à nous, les toits sont la propriété de ceux qui ont des choses à dire au ciel".
Commenter  J’apprécie          20
marcossormarcossor   16 mars 2014
Temps des rapaces humains bien implantés. Temps de pénurie et de bonheur de supermarché, vitrines pleines de produits identiques, en masse. Aux coins des façades bien propres, dorment, recroquevillés, des petites silhouettes errantes, ces formes sombres présentes dans toutes les villes.
Commenter  J’apprécie          10
JEREMADAJEREMADA   05 juillet 2015
Il semblait si difficile de dire non. Savoir dire non. On assimilait toujours cette difficulté à une carence intérieure où à une espèce de lâcheté innée qui rendait suspects tous ceux qui doutaient de quelqu'un ou de quelque grande vérité du moment.
Commenter  J’apprécie          10
marcossormarcossor   16 mars 2014
Habiter quelque part n'a jamais été simple et les frontières que nous avons essayé d'ignorer se sont imposées partout sur cette terre, chaque jour plus sanglantes et abyssales.
Commenter  J’apprécie          10
marcossormarcossor   16 mars 2014
La tendresse est un acte de résistance civile.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Sara Rosenberg (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sara Rosenberg
Animé par Martine Laval, journaliste littéraire et éditrice.
Qu?ils évoquent les premières années de vie et d?apprentissage de celui qui deviendra un grand géographe communard et anarchiste ("Élisée, avant les ruisseaux et les montagnes" de Thomas Giraud, éditions La Contre Allée), la découverte d?une future maternité et les impératifs sociaux et culturels auxquels elle renvoie la femme ("La Femme brouillon" d?Amandine Dhée, éditions La Contre Allée), ou les traces laissées dans les mémoires individuelles et collectives par une dictature criminelle (les deux romans de Sara Rosenberg), de nombreux textes édités à La Contre Allée se trouvent être des récits d?émancipation qui mettent en question les évidences apprises et toutes les formes de domination et d?aliénation.
Samedi 20 mai - Comédie du Livre 2017
+ Lire la suite
autres livres classés : roman politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr