AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791020905901
240 pages
Les liens qui libèrent (07/03/2018)
3.61/5   41 notes
Résumé :
Voici l'ouvrage sur une des révolutions scientifiques les plus importantes de ces cinquante dernières années. Un livre qui va changer votre vie !Jusqu'à ces dernières années, la science expliquait que nous étions programmés par notre  patrimoine génétique. Or, à la lumière de recherches récentes, les scientifiques revoient leur théorie. La nouvelle révolution en biologie, appelée épigénétique, montre que votre comportement quotidien ? ce que vous mangez, l'exercice ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,61

sur 41 notes
5
1 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

frconstant
  27 décembre 2019
Que dire d'un livre trop savant pour moi qui, pourtant, m'a fait du bien ?
Je ne possède pas, en effet, toutes les connaissances en biologie nécessaires à tirer la substantifique moelle de cet essai. Mais j'avais entendu l'auteur, Joël de Rosnay, le présenter en vulgarisant ses propos pour être compréhensible par tout lecteur de bonne volonté. J'en avais gardé l'impression libératrice que je (comme tout un chacun) n'étais pas réduit à un patrimoine génétique prédestiné. Selon de Rosnay, les recherches en sciences montrent, actuellement, que notre ADN peut être stimulé et modifié par nos comportements, nos manières d'agir et de penser. Je peux donc devenir le chef d'orchestre de la symphonie qu'est ma vie et co-auteur responsable de mon équilibre.
Cet essai, "La symphonie du vivant", reste parfois obscur, hermétique. Mais la volonté de l'auteur est accessible, expliquer l'état de la recherche en génétique et donner des exemples de modes de vie pouvant influencer ce que nous sommes. A nous donc la liberté de participer à notre développement, notre manière de devenir !
Mais ce livre va plus loin. Il aborde aussi la notion de 'mème', équivalent culturel du 'gène'. L'auteur montre comment nous pouvons modifier l'« ADN sociétal » dans lequel nous nous débattons au quotidien.
C'est une intéressante ouverture à la réflexion sur ce que peut être notre participation à la modification collective de l'expression de cet ADN sociétal qui détermine le présent, et bien plus encore le futur, de notre société.
Un livre difficile à lire, je me répète, mais un livre d'espérance !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
zorme
  19 octobre 2021
Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette lecture me laisse perplexe. le livre est composé de deux parties, une sur l'épigénétique, que l'on peut définir comme une génétique individuelle participative et l'autre sur l'épimémétique, son pendant sociétal et technologique (influence sur notre vie commune par le biais des réseaux sociaux notamment). Deux partie donc, séparées par un chapitre sur les théories de l'évolution, et que j'ai du mal à voir associées. L'aspect technologique ne correpond pas à ce que j'étais venu chercher. Mais soit, l'ensemble est intéressant et stimulant. Les enjeux sociétaux sont importants. Et l'imprévu participe aussi de l'intérêt de la lecture.
En 210 pages, ce livre donne beaucoup d'espoir tant les « implications » sont nombreuses. Il intéressera aussi bien celles et ceux qui voudront comme moi découvrir l'épigénétique (et un peu l'ARN messager) que les personnes qui pratiquent les soins énergétiques, par exemple, pour ne parler que de la première partie.
Il conviendra sans doute mieux aux personnes qui ont un locus de protection interne, comme ont dit en psychologie, c'est-à-dire qui sont tentées d'agir plutôt que de toujours s'en remettre à quelqu'un ou quelque chose d'autre (Dieu, la génétique, le gouvernement).
Côté pratique, on aura parfois l'impression de déjà tout savoir sur ce qui est bien ou mal pour notre organisme (pollution, exercices sportifs ou méditatifs, etc) et pourtant, il reste tant à faire ! La maladie n'est pas toujours une fatalité. Et l'auteur partage quelques savoirs-faire accessibles à tous pour améliorer le quotidien. Des informations étonnantes, également.
Par contre, je trouve Joël de Rosnay bien candide quand il évoque cette sorte de révolution épimémétique qu'il appelle de ses voeux.
L'auteur vante en effet les pratiques vertueuses (en tout cas sur le papier) des banques coopératives, grands groupes au demeurant, qui continuent bien sûr à affamer les peuples en spéculant avec la participation active des actionnaires.
Par ailleurs, je crains que la nouvelle prise en charge médicale préventive (e-santé) ne laisse au bord du chemin celles et ceux qui n'auront pas les moyens ou qui auront loupé le coche technologique. En somme, ceux qui auront sans doute le plus besoin de médecine.
Qui peut croire en effet que les économies évoquées profiteront au patient ? La santé a un prix.
Que dire aussi de la participation financière des citoyens dans les médias, pour soit-disant garantir leur neutralité ?
Ce n'est pas évoqué ici, mais je n'ose pas imaginer par exemple, une participation plus active du citoyen en matière de justice. Que chacun s'investisse plus dans sa santé me paraît évidemment souhaitable pour tout le monde, mais d'un point de vue collectif, que chacun reste à sa place. On a déjà des parents qui apprennent leur métier aux enseignants, des polémistes qui remplacent les historiens...
Enfin, concernant les études relatées, il m'a parfois manqué des sources que je n'aurais de toute façon pas vérifiées. Oui, il reste beaucoup de travail pour comprendre le genre humain...
En bref, ce fût une bonne expérience, une de celles qui continuent d'infuser longtemps, une fois le livre refermé.
0 commentai
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Anb
  23 avril 2018
Très bon ouvrage permettant de mesurer comme notre mode de vie (alimentation, sport, sommeil, méditation...) impacte notre santé par le biais de l'épigénétique (modification de l'expression de nos gènes). Joel de Rosnay est dans cet ouvrage un très bon vulgarisateur, la lecture est aisée et agréable. Il nous donne des conseils clairs et des changements faciles à instaurer (à partir du moment ou nous le décidons, bien sur !) pour améliorer notre qualité de vie au fil des années. J'ai apprécié son ton pédagogue et non culpabilisant ou donneur de leçons que l'on peut parfois rencontrer dans ce type d'ouvrages à orientation développement personnel.
En deuxième partie, l'auteur développe le parallèle avec le même sociologique et comment notre société aspire à plus de symbiose et de coopération, mais j'avoue que j'ai trouvé cette deuxième partie moins captivante et plus abstraite.
A noter que l'auteur cite notamment Bruce Lipton, Steven Pinker et Dawson Church, de belles références, et évoque rapidement les bienfaits d'une alimentation cétogène dans certaines pathologies, ce qui nous laisse entrevoir l'étendue de ces connaissances et influences ainsi que son ouverture d'esprit, sans tomber dans une dérive extrême en matière de nutrition, et encore une fois sans discours moralisateur.
En conclusion :
Excellent ouvrage de vulgarisation pour prendre conscience de l'impact de notre mode de vie sur notre santé par le biais de l'épigénétique, mais reste basique à ce sujet à qui est déjà sensibilisé à cette notion. Parallèle intéressant par extension à notre société mais encore une fois, relativement basique (s'intéresser à la physique quantique pour aller plus loin).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
watercolorandbooksparis
  29 mai 2019
Ce livre traite de l'une des découvertes les plus importantes de ces 20 dernières années, l'epigénétique :
"Les notes des différents mouvements de l'Hymne à la joie ne peuvent être jouées à la perfection que par des musiciens et un chef d'orchestre capables de leur donner vie en respectant l'intention du compositeur. On peut considérer que les notes de musique sur une portée sont la génétique, tandis que l'epigénétique est la symphonie exécutée à partir de ces notes."
C'est la première fois que je lis ce type de livre, de vulgarisation scientifique.
J'ai trouvé qu'il était abordable, bien fait, le lexique à la fin est très utile.
J'ai mis 3,5 étoiles car j'ai trouvé qu'il y avait quelques longueurs par moment. Je pense que je le relirai dans quelques années pour approfondir le sujet.
J'ai appris beaucoup de choses sur l'humain, le pouvoir que nous avons sur notre corps et notre vie, ainsi que sur l'ADN de la société.
Commenter  J’apprécie          70
agnesmoisan84
  02 octobre 2022
J'ai été un peu déçue par cet essai. Je m'attendais à ce que Joël de Rosnay développe davantage la première partie sur l'épigénétique.
Qu'est-ce que l'épigénétique ?
C'est l'ensemble des modifications de l'expression de nos gènes. Autrement dit, il y a nos gènes et il y a ce que nous en faisons. Notre comportement peut activer ou inhiber certains de nos gènes. Nous pouvons donc agir sur notre santé grâce notamment à : l'alimentation, l'exercice physique, la gestion du stress, le plaisir dans ce que nous faisons et le lien affectif et social. Cette découverte scientifique nous permettrait donc de nous aider à vieillir jeune et en bonne santé. Pas de déterminisme ici, nous sommes les chefs d'orchestre de notre corps !
Tout ceci est très intéressant et j'aurais souhaité que l'auteur développe chacun de ces principes.
J'ai été un peu moins intéressée par la seconde partie du livre sur l'épimémétique ou la transposition de l'épigénétique au fonctionnement de la société, et notamment, via le numérique et Internet.
A compléter donc avec d'autres essais sur le sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
CannobiaCannobia   04 novembre 2019
Ce qui est étonnant, c'est que l'on retient mieux les participations ou justifications fondées sur des arguments négatifs ou contestataires que celles s'appuyant sur des arguments positifs, voire optimistes. Ainsi, les statistiques démontrent que les réactions à un article publié sur un journal en ligne, un blog ou le site d'une entreprise ou d'une association sont généralement négatifs ou de nature contestataire.
Ceux qu'on appelle les 'trolls' et, d'une manière générale, les commentateurs anonymes expriment le plus souvent des sentiments, des analyses, des opinions négatifs ou contradictoires. Un phénomène que les psychosociologues assimilent à un besoin 'd'exister' par rapport aux autres. Se crée une sorte de cercle vicieux...cela signifie t-il que Twitter n'est que du vent ? peut-être pas mais il est certain que son influence mériterait d'être relativisée quand on prend conscience de cette réalité : 48 millions de comptes Twitter, sur environ 300 millions, seraient des automates dont le seul objectif est de manipuler l'opinion. C'est ce que révèlent en tout cas de récentes études américaine et britannique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
watercolorandbookspariswatercolorandbooksparis   28 mai 2019
Lamarck et Darwin, la réconciliation

(...)

Savez-vous pourquoi les girafes ont toutes un long cou ? Selon Lamarck, les premières girafes étaient affublées d' un cou beaucoup plus court. C'est seulement à cause de leurs efforts pour étendre leur cou afin d'atteindre les aliments situés sur les plus hautes branches des arbres que celui- ci se serait progressivement allongé.
Ces "nouvelles" girafes auraient transmis cet avantage adaptatif du " cou plus long" à leurs descendants. Toutes les générations suivantes ont conservé ce caractère en développant un cou de plus en plus long, jusqu'à ce que le processus atteigne la longueur idéale (actuelle, donc) pour l'espèce dite "girafe". Une théorie que des naturalistes ont résumée par l'expression : " la fonction crée l'organe".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   08 avril 2018
Grâce aux progrès scientifiques et technologiques, il semble possible de construire ensemble une société souhaitée et un futur désirable, plutôt que de continuer à être déterminés, voire programmés, par des pouvoirs politiques, religieux ou industriels, ou même par l’ordonnance de notre médecin et les médicaments de l’industrie pharmaceutique. Nous pouvons « reprendre la main » et être le chef d’orchestre de notre propre corps pour jouer la symphonie du vivant en tenant compte de principes fondamentaux confirmés par la science.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DanieljeanDanieljean   08 avril 2018
« Oui, on peut faire quelque chose pour soi. »
Cette phrase, souvent reprise dans ce livre, remet au premier plan notre responsabilité face à notre communauté de destin et au sens que nous pouvons personnellement donner à notre vie. Nous n’avons qu’une seule vie. Autant en faire un original, sans copier les vies de personnalités politiques, médiatiques, artistiques ou sportives – ce à quoi aspirent trop souvent des jeunes désorientés, en manque de repères ou de valeurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CannobiaCannobia   01 mai 2019
Dans les cellules existent également des systèmes de surveillance de l'intégrité des gènes afin d'éviter des mutations susceptibles d'évoluer vers un cancer.
Lorsque de tels dégâts se produisent, des systèmes de réparation de l'ADN interviennent. Par exemple, le gène suppresseur de tumeurs appelé p53 joue un rôle déterminant dans la signalisation des dommages de l'ADN, leur réparation ou l'élimination des cellules dont l'ADN a été modifié par mutations. Lorsque les dommages subis par cet ADN sont trop importants, le gène p53 provoque la mort de la cellule par un mécanisme de suicide cellulaire appelé apoptose. Les modifications épigénétiques intervenant sur des gènes suppresseurs de tumeurs dérégulent leur fonctionnement et peuvent donc conduire à l'apparition de processus de cancérisation. Cette piste est explorée actuellement par de nombreux laboratoires dans le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Joël de Rosnay (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joël de Rosnay
LES COUPS DE CŒUR DES LIBRAIRES 12-06-20
autres livres classés : adnVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
372 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre