AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782350874425
368 pages
Éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson (01/03/2018)
  Existe en édition audio
3.18/5   539 notes
Résumé :
Sentinelle de la pluie est un roman d’une rare intensité dramatique où Tatiana de Rosnay déploie une tension psychologique magnifiée par un cadre apocalyptique renversant. Elle fait surgir de l’ordinaire bouleversé, l’insubmersible pouvoir de l’amour et de la rédemption.

La famille Malegarde est réunie à Paris pour fêter les 70 ans de Paul, le père, arboriste de renommée internationale. Sa femme Lauren prépare l’événement depuis deux ans, alors qu’imp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (166) Voir plus Ajouter une critique
3,18

sur 539 notes

jeannalbertina
  11 mars 2018
Déception en lisant le nouveau roman de Tatiana de Rosnay : Paris submergé par une crue historique de la Seine est certes un cadre intéressant. A ceci s'ajoute le huis-clos d'une famille d'abord dans l'hôtel puis dans la chambre d'hôpital. Mais l'auteur ne fait qu'aligner des clichés : le fils homosexuel, la fille seule survivante d'un accident, le gendre alcoolique,la tante suicidée par dépit amoureux, l'AVC du père, le secrets ... Trop c'est trop ! Aucune surprise quant à la fin, cousue de fil blanc. L'écriture est plate, voire laborieuse.
Commenter  J’apprécie          7815
Jmlyr
  05 février 2021
Si j'apprécie toujours le style de Tatiana de Rosnay, je n'ai pas été spécialement enthousiasmée par ce roman. Peut-être parce que le sujet rappelle trop une certaine actualité : inondations de villes et villages entiers, maladie, hôpital, etc. J'ai besoin de rêver quand je lis un roman, sinon je préfère lire des témoignages.
Une rencontre familiale qui a lieu dans un Paris en danger sous les eaux m'a rappelé la crue de 2016 où je rendais visite à ma belle-mère, ne pouvant emprunter certaines lignes de métro fermées, et angoissée par les images télévisées, comme dans le roman.
Les personnages sont attachants, certes, et les sujets comme l'homophobie bien traités, mais il m'a manqué un zeste d'originalité.
La seule chose qui m'a touchée, en tant qu'ancienne infirmière, est le passage sur la communication avec une personne victime d'AVC dans les jours suivants. le message est important : la communication existe toujours, quelle que soit sa forme, à nous de trouver le chemin.
Commenter  J’apprécie          756
jeunejane
  26 mars 2018
Paul Malegarde et Lauren, son épouse, ont donné rendez-vous à leurs deux enfants, Tilia et Linden, à Paris pour fêter leurs 40 ans de mariage et les 70 ans de Paul.
Les parents vivent dans la Drôme où Paul , célèbre connaisseur des arbres, n'hésite pas à parcourir le monde pour la défense d'arbres précieux. Ils utilisent le mot "arboriste" dans le livre. Il aime particulièrement les tilleuls: il en a planté de nombreux dans son domaine et a baptisé ses enfants Linden et Tilia, noms des tilleuls dans une autre langue.
Nous en connaîtrons la raison à la toute fin du livre.
Paul arrive dans Paris et ses enfants voient qu'il a perdu son dynamisme. Il semble tout désorienté.
Paris est envahi par des pluies diluviennes et la crue de la Seine est plus que menaçante. Cela ajoute de la lourdeur à l'ambiance.
A chaque étape de la montée des eaux, l'auteur nous décrit le niveau sur la statue du zouave du pont de l'Alma. Je suppose que le titre "Sentinelle de la pluie" vient de la célèbre statue toujours prise comme référence dès que la Seine monte.
Linden, célèbre photographe professionnel a une vie privée qui ne plaît pas à son père mais jamais il n'a osé lui avouer son secret.
Tilia a été victime d'un accident terrible dans sa jeunesse et en traîne encore les séquelles physiques et psychologiques.
Lauren porte un secret dans sa vie personnelle et amoureuse.
Au début de chaque partie du roman, figure une jolie feuille avec dessous un extrait célèbre de la littérature et directement après un extrait de deux, trois pages bien mystérieuses en italique qui déboucheront sur un autre secret, je ne vais pas le dévoiler. D'ailleurs, l'auteure ne dit pas tout ouvertement à ce sujet. A nous d'amener nous-mêmes nos conclusions.
On l'a compris : Tatiana de Rosnay nous livre un roman où chaque membre de la famille porte ou un drame ou un secret avec comme cadre pour révéler tout cela un Paris envahi par la Seine comme au tout début de cette année 2018.
Le titre est parfaitement bien choisi "Sentinelle de la pluie" comme le zouave du pont de l'Alma dont on mesure chaque fois le niveau de l'eau sur les différents niveaux de sa statue à chaque crue parisienne.
J'ai lu tous les romans de l'auteure et celui-ci s'approche de l'intensité de ses premiers ouvrages.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          638
Annette55
  11 mai 2019
J'ai lu « Rose, » « Boomerang, » «  Elle s’appelait Sarah»,( mon préféré ) , Le Voisin » et « Son-carnet-rouge » de Tatiana de Rosnay .
C'est l'histoire d'une famille : les Malegarde plus que celle des inondations , des pluies diluviennes qui s'abattent sur la ville Lumière.
L'auteur décrit avec minutie le zouave immergé jusqu'à la taille, le fleuve indocile , la Seine qui s'est transformée en un monstre boueux à l'appétit insatiable, les berges englouties , les poubelles et autres troncs d'arbres qui défilent , caracolants , heurtant des fondations, le Pont Royal tronqué enjambant de justesse le courant rugissant, les hordes de photographes qui braquent leurs appareils vers les flots ....
Elle décrit les hôpitaux évacués et l' hélitreuillage des personnes comme le père de notre héros Linden qui lui rend visite ...
Pour l'anniversaire de son père Paul , 70 ans , et l'anniversaire de leurs quarante ans de mariage , Lauren d'origine américaine , réunit sa famille à Paris , Linden est venu de San Francisco pour l'occasion et Tilia , leur fille de Londres...
Dans ce Paris menacé par la crue l'auteur explore avec talent le drame familial, chaque détail est travaillé , la tension monte comme les eaux...
Failles béantes, secrets , douleur cachées sont mises à jour : l'amour inconditionnel de Paul pour les arbres, sa passion dévorante ....son admiration pour Jean Giono .
Blessures et révélations en cascade: Linden raconte son histoire , revisite son enfance auprès d'un père assez mutique ..
Brillant photographe à San Francisco où il vit avec Sacha , son amour, il a longtemps caché son homosexualité sauf à sa tante tant aimée Candy qu'il perd tragiquement
Sa soeur Tilia revit un traumatisme grave et ancien qui la ronge ...
Comme toujours l'auteur fait la part belle à la nature , la splendeur des arbres , ce qui les différencie ,le friselis du feuillage, le gazouillis des oiseaux....et bien d'autres merveilles ...
Un roman dense , émouvant , aux nombreuses révélations sociales et familiales , dédié à la nature , aux dangers des phénomènes et catastrophes naturelles, à la non communication, aux réminiscences , à la compréhension de l'autre et / où à son acceptation , où l'urgence va bientôt délier les langues , le journal intime de cette famille fera revivre un passé occulté ....
Une espèce de remise à plat en grand de la cellule familiale, surtout l’image d’une fratrie, captivante, pétrie de rebondissements, bien travaillée que l'on a du mal à lâcher ...
Peut être que les nombreuses descriptions des quartiers de Paris atteints par la crue peuvent lasser ou ennuyer certains lecteurs , les évocations du vacarme assourdissant de Manhattan ....la tempête de 1999 ...
«Quand je suis parmi vous
Arbres de ces grands bois,
Dans tout ce qui m'entoure et me cache à la fois,
Dans votre solitude où je rentre en moi- même ,
Je sens quelqu'un de grand qui m'écoute
Et qui m'aime . »
Victor-Hugo, Aux arbres »

.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4913
Jeanfrancoislemoine
  22 juillet 2018
Le roman "Sentinelle de la pluie",de Tatiana de Rosnay relate la rencontre,à Paris,de Paul Malegarde dont on va fêter les soixante dix ans,son épouse Lauren,américaine de soixante et un ans,leur fils,Linden,brillant photographe de New York et leur fille Tilia,vivant à Londres,aux crochets d'un mari riche mais alcoolique.
Paris,la ville lumière, connaît au même moment la crue du siècle et c'est dans un décor apocalyptique que Paul va être victime d'un AVC qui va bien entendu,bousculer tous les beaux projets.
Pris au piège, par l'eau et l'état de santé du père, les protagonistes de l'histoire vont alors revivre un passé qu'ils s'étaient efforcés d'occulter jusqu'alors.
Dès lors s'engage un combat violent:au fur et à mesure de la dramatique montée des eaux dévastatrices, les barrages se fissurent et laissent peu à peu remonter à la surface,les mensonges,les non-dits,les trahisons,les regrets,les remords,les confessions.....
Tatiana de Rosnay excelle dans l'art de mettre en avant les thèmes qui lui sont chers,les relations familiales,sociales,la compréhension, l'acceptation de l'autre....
C'est avec le talent qu'on lui connaît qu'elle nous amène sur son terrain.Il y aura des révélations, de l'émotion dans ce roman où le sourire se fait rare.L'être humain est complexe et T de Rosnay aime à fouiller le tréfonds des âmes.
La construction est bien maîtrisée ,fluide et offre,en parallèle, une autre histoire dont on connaîtra l'explication à la fin.
le style de l'auteure est toujours aussi efficace .Un petit reproche cependant:à mon sens,certaines situations,certaines descriptions sont un peu longues,voire peu utiles donc un peu ennuyeuses.Heureusement,le dénouement final,bien que prévisible,est à la hauteur.
Un bon livre pour réfléchir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510


critiques presse (4)
Actualitte   01 juin 2018
Paris : connu, familier, inoffensif. Qui devient le théâtre d'une lente descente dans l'ombre de la vie. Cette ombre qui nous suit partout, derrière, à côté, mais qui dans Sentinelle de la pluie s'impose et révèle failles et douleurs cachées.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeJournaldeQuebec   28 mai 2018
Écrivaine de talent, très habile pour saisir chaque détail, le décrire à la perfection, sans jamais créer de surcharge ou de longueurs, Tatiana de Rosnay a patiemment travaillé ce livre.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LePoint   14 mars 2018
La romancière revient en experte de la psychose avec « Sentinelle de la pluie », magistral drame familial dans un Paris menacé par la montée des eaux.
Lire la critique sur le site : LePoint
LeFigaro   09 mars 2018
Auteur du best-seller phénoménal Elle s'appelait Sarah, et de nombreux succès, elle ne conçoit pas son métier sans prise de risque. En témoigne son nouveau roman, «Sentinelle de la pluie».
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   26 mars 2018
J'ai confié ma terreur à l'arbre. Il m'en a délesté et m'a fait sien. L'arbre m'a maintenu debout. Il m'a enfermé en lui. Jamais je ne m'étais senti aussi protégé. Jamais rien ni personne n'avait veillé à ma sauvegarde de cette façon-là.
...
Et là, au cœur du tilleul, je savais qu'aucun monstre, aucune horreur, jamais ne me trouverait.
Commenter  J’apprécie          360
Annette55Annette55   11 mai 2019
« Les arbres ont une mémoire. Ils peuvent anticiper. Ils peuvent assimiler les informations. Nous savons depuis un certain temps qu’une forêt est un réseau complexe qui partage ses données , un milieu où les arbres veillent les uns sur les autres .
Chez l’arbre tout est lent, la façon dont il pousse, dont il se développe.
Nous avons oublié l’art de la patience .
Personne ne peut réellement comprendre cette lenteur et l’âge vénérable que les arbres sont capables d’atteindre.
Certains arbres ont des milliers d’années. En fait , les arbres constituent « l’antithèse » absolue de cette Folle Époque de vitesse qui est la nôtre . »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
ladesiderienneladesiderienne   08 octobre 2020
Linden connaissait San Fransisco avant d'y élire domicile, mais aujourd'hui il se rend compte qu'il ne pourrait vivre nulle part ailleurs. Il avait tout de suite aimé la ville. Après Paris et New York, le petit campagnard qu'il était foncièrement avait enfin trouvé son port d'attache. Peut-être étaient-ce les vues sur l'océan, les couchers de soleil teintés de reflets roses, la proximité des étendues sauvages, la présence des jardins botaniques. Ici, contre toute attente, c'est la nature qui commande, comme au pays de son enfance. Le vent froid soufflant en rafales lui rappelle le mistral qui fait rage dans la vallée, à Vénozan. Le brouillard ne le dérange pas, pas plus que les averses soudaines et la fraîcheur humide de l'atmosphère. Le fracas métallique des tramways lui plaît. Il ne se lasse pas du spectacle du Golden Gate, et il se régale chaque fois du vertige que lui causent les rues escarpées de Russian Hill.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
fanfan50fanfan50   28 août 2020
La première image qui lui vient est celle de son père, à Vénozan, avec son chapeau de paille fatigué et sa salopette ; son père se penchant pour examiner ses arbustes et ses fleurs. Quand il était petit, Linden avait l’habitude de le suivre dans le jardin. Son père ne parlait pas beaucoup, mais Linden s’en accommodait. Il se sentait proche de Paul même pendant les silences, il avait appris à ne pas s’en offusquer. Il s’agenouillait à côté de son père et, jouant dans le sol rocailleux avec son râteau et sa pelle de plage, il observait. Les mains de son père volaient de-ci de-là., arrachant les mauvaises herbes, redressant les tiges courbées. Dans un de ses premiers souvenirs, Linden se revoit indiquer à son père les différentes couleurs. « Bleu », avait-il lancé fièrement, en français. Tant de nuances de bleu autour de lui ! Et des plantes si merveilleuses ! Intimidé, il avait caressé de petits globes indigo pareils à des boules de ouate, si doux et légers au toucher qu’on les aurait cru tissés par des araignées magiques. « Echinops ritro », avait annoncé son père, bourru. Linden avait désigné un autre bleu – des fleurs tubulaires compliquées au bout de minces tiges argentées. « Sauge de Russie », lui avait-on répondu. Il y avait aussi des touffes compactes de brins filiformes semblables à des aiguilles : il avait tourné autour sans oser toucher leurs pointes d’un bleu éclatant. « Fétuque bleue », avait précisé son père. Et ces fleurs en forme d’étoiles qui poussaient en bouquet très denses et semblaient aiguiser l’appétit des abeilles ? « Bourrache » Il adorait jouer au jeu des couleurs avec son père.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ladesiderienneladesiderienne   09 octobre 2020
Alors qu'il lui tient la main, en cet instant paisible, la mort éventuelle de Paul lui semble une hérésie. Pourtant, dans un coin de sa tête, subsiste une image puissante, qu'il ne peut effacer. Il voit la vie de son père qui se retire lentement, au même rythme insidieux que monte le niveau de la Seine, comme si les deux évènements étaient entremêlés et établis d'avance. L'enchevêtrement de nerfs, de cellules et d'organes constituant le corps de son père rappelle l'entrelacs des rues parisiennes peu à peu envahies par les flots, qui voient le courant électrique coupé, la transmission des données bloquée. Linden regarde à travers le carreau ruisselant, et il lui semble être devenu une sentinelle qui guette l'inévitable submersion aquatique, qui surveille son père, la pluie, la cité entière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Tatiana de Rosnay (69) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tatiana de Rosnay
Découvre l'émission intégrale ici https://www.web-tv-culture.com/emission/tatiana-de-rosnay-celestine-du-bac-52740.html
Un succès mondial, ça vous colle à la peau. Tatiana de Rosnay en a fait l'expérience en 2013 avec « Elle s'appelait Sarah », adapté au cinéma et traduit dans une quarantaine de langues. Tatiana de Rosnay avait pourtant déjà sept titres à son actif dont « L'appartement témoin », « La mémoire des murs » ou « Moka ». Et déjà, dans ces premiers romans, on retrouvait les thèmes chers à l'auteur, la filiation, les secrets de famille, l'importance de lieux et des habitations sur nos vies. Ce dont on ne s'étonnera pas quand on sait qu'elle a grandi dans la fascination du roman de Daphné du Maurier, « Rebecca » qui répondait à ces critères.
Au fil des années et des publications, Tatiana de Rosnay a fidélisé un large public qui aime à retrouver la spontanéité de son écriture mais aussi l'originalité de ses intrigues et de ses personnages. Car Tatiana de Rosnay aime surprendre et quand on ouvre l'un de ses romans, on ne sait jamais ce vers quoi l'auteur veut nous entrainer mais on se laisse embarquer avec enthousiasme.
Le hasard, les coups de pouce du destin, les clins d'oeil inattendus font aussi partie de l'histoire de Tatiana de Rosnay.
Au hasard d'un déménagement, elle ressort un vieux manuscrit d'il y a 30 ans, que les éditeurs avaient rejeté. Elle le montre à l'équipe éditoriale Robert Laffont qui, cette fois-ci, est séduit par l'histoire et les personnages. Et voici donc Martin Dujeu et Célestine du Bac de retrouver une vie de héros de papier. Mais des héros de l'ordinaire, des êtres cabossés qui vont se rencontrer quand tout les opposait.
Martin Dujeu, 18 ans, mal dans sa peau depuis la mort de sa mère, incompris de son père et qui se rêve écrivain. Et en bas de chez lui, dormant sur des cartons sous une porte cochère, Célestine, qui vit dans la rue depuis des années et raconte sa vie dans son journal intime.
De ce point de départ, Tatiana de Rosnay tisse une jolie toile où l'amitié est le maître mot, une aventure qui vous mènera de la grisaille de Paris au soleil de l'Atlas sur les traces familiales, une fable pleine de sensibilité qui vous mettra du baume au coeur.
Une histoire qui nous invite à nous pencher sur notre propre parcours et à rechercher l'essentiel de nos vies.
Quant au personnage de Célestine, vous le garderez longtemps en mémoire et nul doute que vous ne regarderez plus comme avant ces anonymes, ces sans voix que l'on croise chaque jour dans nos rues en détournant le regard.
« Célestine du bac » de Tatiana de Rosnay est publié chez Robert Laffont.
+ Lire la suite
autres livres classés : InondationsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Elle s'appelait Sarah

Chez quelle maison d'édition ce livre a-t-il été d'abord publié ?

Phébus
Plon
Héloïse d'Ormesson

13 questions
363 lecteurs ont répondu
Thème : Elle s'appelait Sarah de Tatiana de RosnayCréer un quiz sur ce livre

.. ..