AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782707331489
105 pages
Editions de Minuit (01/11/1983)
4.31/5   36 notes
Résumé :
La joie est, par définition, illogique et irrationnelle.
La langue courante en dit là-dessus plus long qu'on ne pense lorsqu'elle parle de " joie folle " ou déclare de quelqu'un qu'il est fou de " joie ". Il n'est effectivement de joie que folle ; tout homme joyeux est à sa manière en déraisonnant. Mais c'est justement en cela que la joie constitue la force majeure, la seule disposition d'esprit capable de concilier l'exercice de la vie avec la connaissance d... >Voir plus
Que lire après La force majeureVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Une réflexion ardue sur une émotion volatile. Difficile de conceptualiser - même avec Nietzsche en soutien - sur un état difficilement accessible. La joie se vit plus qu'elle ne s'explique.
Les critiques précédentes sont exhaustives, charpentées et pensées.
Je me contenterai donc dépingler une phrase essentielle, clé de joies simples, à portée des non-philosophes,
"Toute joie parfaite consiste à mon sens en la joie de vivre, et en elle seule." Vivre, s'aviser que le monde existe et qu'on en fait part.
J'ois la joie de bon aloi.
Commenter  J’apprécie          182
Un livre à connaitre des mélomanes, des inconditionnels de la musique classique et de la musique rock, amateurs de Mozart et des tragiques grecs (Sophocle, Eschyle).
Ce livre peut être un bon guide pour apprécier une interprétation musicale où on décèlerait un brin d'allégresse teintée de folie retenue. Clément Rosset vous permettra de connaitre la philosophie tragique de Nietzsche et de resituer les concepts qu'il a construits, l'apollinien et le dionysiaque, l'éternel retour, la joie et le tragique, dans des oeuvres musicales et théâtrales .
Clément Rosset, un philosophe contemporain, non habitué des plateaux de télévision qui gagne à être mieux connu, lorsqu'il nous invite à parcourir la galaxie philosophique, à travers la musique, la littérature et le cinéma.
Commenter  J’apprécie          60
La force majeure, c'est la joie, selon la conception qu'en a Nietzsche, c'est-à-dire le fait d'aimer le présent qu'il soit jouissance ou souffrance, approbation du vivant jusqu'à la mort. Cette joie de vivre quoiqu' indéfendable car promise à une fin tragique s'appuie sur le gai savoir c'est à dire savoir qu'il n'y a pas de sens à l'existence, pas de dieu, pas de loi. La vie est absurde et tout le reste est illusion.
La béatitude nietzschéenne est pure adhésion à l'existence sans remords ni arrière pensée. La souffrance peut être transfigurée en une épreuve positive, ce qui arrive souvent quand un malade échappe de peu à la mort. La vie lui apparait comme un bien précieux.
La béatitude nietzschéenne est liée à la jubilation musicale, elle a le pouvoir de dire oui au monde. Même chopin est heureux dans le malheur. La musique donne des ailes à la pensée, rend libre parce qu'elle nous apprend à entendre, nous impose de supporter son étrangeté jusqu'à ce qu'on s'habitue à son discours et qu'elle nous fascine. La fascination est un mode d'approbation de la réalité.
Clément Rosset revient sur certaines interprétations de la philosophie de Nietzsche qu'il estime fausses et sur certains concepts il est vrai assez obscurs (éternel retour du même, la volonté de puissance).
Commenter  J’apprécie          20
Le 12 février dernier, j'étais tout en émoi, je voyais des liens partout, notamment « une parenté d'esprit entre Émile Cioran et Clément Rosset, ce dernier lui ayant même consacré un essai : La Force majeure ». J'ai vraiment écrit ça ! Eh bien non. Je viens de terminer la lecture de cet essai, et, s'il est vrai que les deux philosophes s'accordent sur le constat de « l'égale et morne insignifiance de toute chose », en revanche ils s'opposent quant à la manière d'échapper à cet état de fait. Alors que Cioran ne voit d'issue que dans le suicide (la vie, un « état de non-suicide », écrit-il dans Précis de décomposition), Rosset, lui, table sur la joie, la « béatitude » nietzschéenne, laquelle tire sa force du réel, c'est-à-dire de ce qui, précisément, ne peut que la contrarier.

La suite sur mon blogue
Lien : http://lachambredecoute.blog..
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
LesInrocks
22 décembre 2023
Sa prose, limpide, jamais jargonneuse, peut être interprétée de mille façons. Résolument originale, elle est un état d’esprit plus qu’un appel, un caillou dans la godasse qui nous tient en alerte.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Affirmer le caractère névrotique de l'espérance peut certes sembler paradoxal : puisqu'on tient généralement celle-ci pour une vertu, c'est à dire une force. Pourtant il n'est pas de force plus douteuse que l'espérance. Ce n'est sans doute pas par hasard, ni par l'effet d'une erreur de copiste, que Hésiode assimile, toujours dans Les travaux et les jours, l'espoir au pire des maux, au fléau qui est resté dans la boîte de Pandore, à la libre disposition des hommes qui s'y précipitent dans la pensée qu'ils y trouveront le salut et le contre-poison à tous les autres maux, alors qu'il s'agit d'un poison parmi les autres, sinon du poison par excellence. Tout ce qui ressemble à de l'espoir, à de l'attente, constitue en effet un vice, soit un défaut de force une défaillance, une faiblesse, - un signe que l'exercice de la vie ne va plus de soi, se trouve en position attaquée et compromise. Un signe que le goût de vivre fait défaut et que la poursuite de la vie doit dorénavant s'appuyer sur une force substitutive : non plus sur le goût de vivre la vie que l'on vit, mais sur l'attrait d'une vie autre et améliorée que nul ne vivra jamais. L'homme de l'espoir est un homme à bout de ressources et d'arguments, un homme vidé, littéralement "épuisé" ; tel cet homme dont parle Schopenhauer, qui "espère trouver dans des consommés et dans des drogues de pharmacie la santé et la vigueur dont la vraie source est la force vitale propre".
Commenter  J’apprécie          160
Une des marques les plus assurées de la joie est, pour user d’un qualificatif aux résonances fâcheuses à bien des égards, son caractère totalitaire. Le régime de la joie est celui du tout ou rien : il n’est de joie que totale ou nulle (et j’ajouterai, anticipant sur la suite de mon propos, qu’il n’est de joie qu’à la fois totale et de certaine façon nulle). L’homme joyeux se réjouit certes de ceci ou de cela en particulier ; mais à l’interroger davantage on découvre vite qu’il se réjouit aussi de tel autre ceci et de tel autre cela, et encore de telle et telle autre chose, et ainsi de suite à l’infini. Sa réjouissance n’est pas particulière mais générale : il est « joyeux de toutes les joies », omnibus laetitiis laetum, comme le dit un amoureux comblé dans une pièce du dramaturge latin Trabéa, partiellement citée par Cicéron. Parole pénétrante, encore qu’on ignore tout du contexte dans lequel elle se situait. Ce que suggère une telle parole peut à peu près s’énoncer ainsi : il y a dans la joie un mécanisme approbateur qui tend à déborder l’objet particulier qui l’a suscitée pour affecter indifféremment tout objet et aboutir à une affirmation du caractère jubilatoire de l’existence en général. La joie apparaît ainsi comme une sorte de quitus aveugle accordé à tout et à n’importe quoi, comme une approbation inconditionnelle de toute forme d’existence présente, passée ou à venir.

La force majeure, p. 7-8
Commenter  J’apprécie          80
L’appoint de la joie est nécessaire à l’exercice de la vie comme à la connaissance de la réalité.
Commenter  J’apprécie          220
Conséquence curieuse de ce totalitarisme : l’homme véritablement joyeux se reconnaît paradoxalement à ceci qu’il est incapable de préciser de quoi il est joyeux, de fournir le motif propre de sa satisfaction. Car il aurait sur ce point beaucoup trop de choses à dire en général, tout en ne trouvant rien à alléguer en particulier.

La force majeure, p. 8
Commenter  J’apprécie          50
Cette manière moderne d’ignorer Nietzsche par le biais d’un commentaire enthousiaste soit du fait que Nietzsche ne pense pas, soit du fait qu’il pense dans le sillage d’une modernité post-hégélienne, équivaut évidemment à une fin de non-recevoir (…) Il y aurait sans doute à s’interroger sur les causes d’une telle fin de non-recevoir, qui persiste près d’un siècle après la mort de Nietzsche. La raison fondamentale de ce rejet me paraît résider en ceci que tout discours totalement affirmateur, comme l’est celui de Nietzsche ou comme le sont ceux de Lucrèce et de Spinoza, est et a toujours été reçu comme totalement inadmissible. Inadmissible non seulement aux yeux du plus grand nombre, comme l’insinuait Bataille dans son livre sur Nietzsche, mais aussi, et je dirais plus particulièrement, aux yeux du petit nombre de ceux qu’on appelle les "intellectuels" .
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Clément Rosset (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clément Rosset
"J'entre ici en perdante. Je sais que les mots ne pourront rien. Je sais qu'ils n'auront aucune action sur mon chagrin, comme le reste de la littérature. Je ne dis pas qu'elle est inutile, je dis qu'elle ne console pas." C'est ainsi que débute Inconsolable, le livre que nous explorons au cours de cet épisode.
À travers un récit porté par une narratrice confrontée à la mort de son père et qui scrute, au quotidien, la douleur, la tristesse, le monde qui n'est plus le même et la vie qui revient malgré tout, son autrice, la philosophe Adèle van Reeth, tente de regarder la mort en face et de mettre des mots sur cette réalité de notre condition d'êtres mortels. C'est un livre qui parle de la perte des êtres chers et qui est en même temps rempli de vie.
Adèle van Reeth nous en parle au fil d'un dialogue, où il est question, entre autres, de la difficulté et de la nécessité d'écrire, de la vie avec la tristesse et d'un chat opiniâtre. Et à l'issue de cette conversation, nos libraires Julien et Marion vous proposent de découvrir quelques livres qui explorent la question du deuil.
Bibliographie :
- Inconsolable, d'Adèle van Reeth (éd. Gallimard) https://www.librairiedialogues.fr/livre/21563300-inconsolable-adele-van-reeth-gallimard
- La Vie ordinaire, d'Adèle van Reeth (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20047829-la-vie-ordinaire-adele-van-reeth-folio
- le Réel et son double, de Clément Rosset (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/501864-le-reel-et-son-double-essai-sur-l-illusion-e--clement-rosset-folio
- L'Année de la pensée magique, de Joan Didion (éd. le Livre de poche) https://www.librairiedialogues.fr/livre/1177569-l-annee-de-la-pensee-magique-joan-didion-le-livre-de-poche
- Comment j'ai vidé la maison de mes parents, de Lydia Flem (éd. Points) https://www.librairiedialogues.fr/livre/16192372-comment-j-ai-vide-la-maison-de-mes-parents-une--lydia-flem-points
- Rien n'est su, de Sabine Garrigues (éd. le Tripode) https://www.librairiedialogues.fr/livre/22539851-rien-n-est-su-sabine-garrigues-le-tripode
- Vivre avec nos morts, de Delphine Horvilleur (éd. le Livre de poche) https://www.librairiedialogues.fr/livre/21199965-vivre-avec-nos-morts-petit-traite-de-consolati--delphine-horvilleur-le-livre-de-poche
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Allemagne et AutricheVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie occidentale moderne>Allemagne et Autriche (278)
autres livres classés : joieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (156) Voir plus



Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
440 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

{* *}