AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782707320209
40 pages
Éditeur : Editions de Minuit (14/02/2008)
3.33/5   3 notes
Résumé :
Rien de plus étrange, ni de si mal connu, que la nature du désir.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
valsing
  18 avril 2018
Que savez-vous du désir ?
Le désir n'est jamais seul sinon il n'est qu'un impact isolé, celui du dépressif qui disparaît aussi vite qu'il est évoqué !
Le « vrai désir » n'est pas isolé, il est unique, c'est différent. Son impact fait « tache d'huile » et une kyrielle d'émotions jaillit. Comme le génie qui sortirait de sa lampe magique et répandrait enfin les effluves du bonheur. Le désir prend pour cible un objet et celui-ci une fois atteint diffuse une somme de petits plaisirs entraînés dans une sorte de réaction en chaîne, un « effet domino ». La joie survient. C'est d'ailleurs la promesse de ces réactions en cascade qui stimule le Désir !
Car si le bonheur était un fait isolé, il serait facilement « tué dans l'oeuf ». Tel le condamné à mort qui savoure son ultime cigarette avant son exécution !
Non ! le désir ne peut se satisfaire du seul objet qu'il convoite. Il est pluriel, doté d'un potentiel prêt à s'exprimer…à s'enflammer…à exploser…ou… se sublimer !
L'amoureux est épris de sa bien-aimée et de tout ce qu'elle suscite en lui (et vice-versa d'ailleurs) !
Un plat sans garnitures, vous mettrait-il autant en appétit ?
Vous l'aurez compris, le désir isolé est voué à se scléroser, puisque dénué de substance.
Mais alors que dire des héros balzaciens et de leur idée fixe ? Que leur désir est Unique et les protège même de la dépression ! Il les amène à constamment se ravitailler de tout ce qui entoure l'objet tant convoité !
Clément Rosset, j'aurais tant d.é.s.i.r.é. vous lire l'année du Bac pour exceller dans cet « obscur SUJET du DESIR ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          384

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
valsingvalsing   19 avril 2018
Il est donc vrai que le héros balzacien est généralement la proie d'une monomanie, c'est-à-dire d'un désir privé de tout complément qui s'ajouterait à ce désir. Mais il est vrai aussi que ce trait distinctif ne fait nullement de lui un mélancolique ou un dépressif. Bien au contraire c'est un enthousiaste, un entreprenant, un hyper-actif auquel le moindre temps manquerait s'il fallait consacrer une seconde au doute et à la mélancolie. Effectivement, tout le contraire d'un déprimé. Je dirais même que l'homme engagé dans l'entretien permanent d'une idée fixe, quel que puisse être par ailleurs le caractère aberrant de celle-ci, est probablement l'un des mieux protégés qui soit contre les pouvoirs dévastateurs de la dépression.
p.32
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
valsingvalsing   19 avril 2018
On pourrait objecter qu'une joie, loin de s'associer à des réjouissances qui sont comme ses préliminaires et, selon moi, ses conditions, peut apparaître au contraire comme particulièrement précieuse lorsqu'elle interrompt soudain une série opiniâtre de revers. Mais ce prix même que lui vaut son caractère exceptionnel l'expose à un risque majeur. Le moindre vent, la moindre girouette, suffisent à la faire tourner de bord ; c'est pourquoi « bien fol et qui s'y fie », comme dit le duc de Mantoue dans Rigoletto.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
valsingvalsing   19 avril 2018
Le déprimé est coupé du monde, il est lui-même seul, d'une solitude morne et stérile qui est à l'opposé de la solitude fréquente chez certaines personnes par ailleurs très gaies. Cela aussi explique sa difficulté à désirer si l'on pense, comme je le pense, qu' il y a toujours quelque chose d'universel mais aussi de « communicationnel » dans l'expérience de la jouissance parfaite, de l'exaucement total du désir. Ce sentiment de communauté relève sans doute généralement du fantasme ou, dans la majorité des cas, d'une utopie aussi détestable que nuisible. Mais il est aussi parfois l'occasion d'un bonheur infiniment précieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
valsingvalsing   19 avril 2018
Comparaison n'est pas raison. Je comparerais pourtant volontiers le dépressif à quelqu'un qui renonce à un fruit posé sur une table vide, le balzacien à quelqu'un qui continue à le désirer par indifférence à tous les autres fruits présents sur la table.
p.35
Commenter  J’apprécie          20
valsingvalsing   19 avril 2018
Autrement dit, l'accomplissement d'un désir n'a de sens que s'il est accompagné de la perspective de mille autres accomplissements du désir.
p.20
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Clément Rosset (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clément Rosset
Clément Rosset, le réel et la joie : Entretiens avec Raphaël Enthoven (2006 / France Culture). Photographie : Getty. Crédits : Louis Monier. Cinq entretiens avec Raphaël Enthoven pour l’émission “À voix nue”, diffusés du 20 au 25 février 2006. « “La saveur de l'existence est celle du temps qui passe et change, du non-fixe, du jamais certain, inachevé ; c'est d'ailleurs en cette mouvance que consiste la meilleure et plus sûre permanence de la vie...” Clément Rosset (1939-2018) Né dans les années 30, ancien élève de l'École Normale Supérieure, Clément Rosset obtient à vingt ans l'agrégation de philosophie (malgré la parution, le jour de son dernier oral, d'un grand article dans “Le Monde” sur son tout premier livre). Il conduit ensuite une honorable carrière universitaire principalement à Nice, avant de prendre une retraite anticipée qu'il consacre à ciseler des ouvrages toujours plus brefs, incisifs et désopilants sur le thème du “double”. Il est aujourd'hui adoré du petit nombre de ses lecteurs qui lui reconnaissent le double mérite d'être à la fois un philosophe culte et (encore) confidentiel. Avec “Fantasmagories”, - celui qu'on surnomme “le gai savant” choisit de mettre un point final à une réflexion commencée trente ans plus tôt par “Le réel et son double”, et qui, sur une quinzaine d'ouvrages truffés d'histoires drôles, dresse le portrait d'une humanité désemparée, incapable d'accepter l'indifférence tragique du monde et la joyeuse simplicité de toute chose. “On ne demande pas au philosophe de nous donner des raisons de vivre”, répète-t-il à l'envi. De fait, vous n'en trouverez aucune dans ses livres. Mais peut-être trouverez-vous, au gré de ces “À voix nue”, de quoi vous satisfaire du monde comme il est, et sourire, simplement, de la vie comme elle va. » Raphaël Enthoven
1er entretien : 00:00
2ème entretien : 24:45
3ème entretien : 49:28
4ème entretien : 01:13:55
5ème et dernier entretien : 01:38:54
Source : France Culture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : EssaisVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Essais (404)
autres livres classés : désirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
365 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre