AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782130421306
128 pages
Éditeur : Presses Universitaires de France (01/12/1993)

Note moyenne : 4.31/5 (sur 13 notes)
Résumé :

Le caractère absurde du Vouloir demeure, ainsi qu'il apparaîtra ailleurs, l'intuition majeure de Schopenhauer. Cette recherche de l'absurde est la seconde origine du désintéressement de Schopenhauer à l'égard des thèmes généalogiques. Le dessein philosophique n'est pas d'expliquer le comportement singulier, mais de faire apparaître l'absurde de tout comportement. Pour servir ce dessein, l'étude du Vou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Christw
  08 février 2018
"La philosophie schopenhauerienne répudie comme bavard tout effort pour se substituer au silence absurde. Il ne faut pas compter sur le philosophe pour trouver des raisons de vivre." (C. Rosset)
En 1967 Clément Rosset propose aux PUF cette relecture (1967) de Schopenhauer sous forme de deux courts essais limpides qui m'ont permis d'englober assez rapidement la pensée du philosophe allemand. le premier texte concerne l'apport de Schopenhauer à la philosophie généalogique, le second décrit l'intuition de l'absurde qui "assure l'unité profonde de sa pensée" : 80 pages concises, qui demandent un peu d'application, de concentration et deux trois annotations au crayon.
Il semble plus logique d'aborder le second essai avant le premier mais je crois que l'ordre du livre tient à ce qu'un élément fondamental est bien exposé dans le premier, il s'agit de la fameuse notion de Vouloir.
[...]
Rosset conclut que la philosophie de Schopenhauer est un peu celle d'une révolution manquée qui attendra Nietzsche et Marx pour assumer la rupture avec Kant.
L'essayiste voit une double origine à ce défaut. D'une part, l'incapacité involontaire et maladroite d'exploiter ses propres concepts à des fins généalogiques. D'autre part, une intention cohérente favorisée par le credo du Vouloir unique et sans fondement qui crée un monde irrationnel et absurde : ".... ce qui l'intéresse d'abord n'est pas d'expliquer les phénomènes par l'influence du Vouloir, mais de décrire le Vouloir lui-même dans son absurdité précisément inexplicable" (p. 32).
L'entreprise schopenhauerienne aboutit à la libération par "une sorte de sagesse pratique [...] dont le dernier mot est d'éviter la souffrance" (pp 42-44). le philosophe français y voit "un curieux postulat optimiste" où il nie (et se retourne contre) la volonté dont l'homme est prisonnier.
Pour conclure et atténuer la mélancolie reflétée par cette pensée, le spectacle de l'homme voué à une situation absurde n'a pas un caractère vraiment tragique chez Schopenhauer. Aussi pénible soit-il, il apparaît au pire tragi-comique, sous le regard du penseur désabusé et sarcastique. "Nietzsche le principal lecteur de Schopenhauer, tenta de replacer le débat à un niveau plus tragique", rappelle Clément Rosset (p. 78).
Article complet sur le blog Marque-pages
Lien : https://christianwery.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Drych
  04 février 2021
C'est sur les conseils de Luc Ferry dans son cours sur Schopenhauer que je me suis intéressé à ce petit livre, un peu réticent à me plonger directement dans le monde comme volonté et comme représentation, avec ses mots grecs incompréhensibles. Ces deux essais de Clément Rosset ne sont pas d'une lecture aussi facile qu'un cours de Ferry, mais en s'accrochant un peu, c'est une belle introduction et surtout une incitation à la lecture de l'original.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   06 octobre 2016
Cette théorie du Vouloir manifeste une opposition directe avec la tradition intellectualiste de la philosophie antérieure et contemporaine de Schopenhauer, depuis Platon jusqu’à Hegel. Le primat du Vouloir sur les représentations intellectuelles représente une rupture d’importance inestimable dans l’histoire des idées. Non que cette rupture soit entièrement nouvelle : les philosophes et les écrivains classiques avaient déjà analysé tel ou tel aspect de la primauté de la « passion » sur le « jugement » ; mais Schopenhauer est le premier à fonder et à systématiser cette primauté du Vouloir sur l’« Esprit ». Auparavant, il s’agissait seulement d’« accidents » de l’esprit, de cas singuliers où l’esprit, victime de l’amour-propre ou de quelque autre puissance affective, perdait momentanément sa suprématie de droit. Pour Schopenhauer, au contraire, la suprématie de droit revient au Vouloir, qui gouverne tout, et toujours : ce qui était l’exception devient la règle. C’est là le premier de ces renversements de valeurs qu’allait instaurer la philosophie de Nietzsche, et Schopenhauer, très conscient de son originalité, s’explique lui-même de manière précise à ce sujet : « Je vais commencer, écrit-il au début des Suppléments au deuxième livre du Monde, par produire une série de faits psychologiques d’où il résulte que dans notre propre conscience la volonté se présente toujours comme l’élément primaire et fondamental, que sa prédominance sur l’intellect est incontestable, que celui-ci est absolument secondaire, subordonné, conditionné. Cette démonstration est d’autant plus nécessaire, que tous les philosophes antérieurs à moi, du premier jusqu’au dernier, placent l’être véritable de l’homme dans la connaissance consciente : le moi, ou chez quelques-uns l’hypostase transcendante de ce moi appelée âme, est représenté avant tout et essentiellement comme connaissant, ou même comme pensant ; ce n’est que d’une manière secondaire et dérivée qu’il est conçu et représenté comme un être voulant. Cette vieille erreur fondamentale que tous ont partagée, cet énorme πρώτον Ψεύδος, ce fondamental ΰστερου πρότερου doit être banni avant tout du domaine philosophique, et c’est pourquoi je m’efforce d’établir nettement la nature véritable de la chose ».

La philosophie de Schopenhauer est la première à poser comme absolu le conditionnement des fonctions intellectuelles par les fonctions affectives ; la première à considérer comme superficielle et comme « masque » toute pensée dont les termes veulent rester sur le plan de la cohérence logique et de l’« objectivité ». « Tout ce qui s’opère par le medium de la représentation, c’est-à-dire de l’intellect – celui-ci fût-il développé jusqu’à la raison – n’est qu’une plaisanterie par rapport à ce qui émane directement de la volonté ». La philosophie de la volonté inaugure l’ère du soupçon, qui recherche la profondeur sous l’exprimé, et la découvre dans l’inconscient.
(...)
La thèse de Schopenhauer selon laquelle « l’intellect obéit à la volonté » représente donc le point de départ d’une philosophie généalogique (Marx et Nietzsche), ainsi que d’une psychologie de l’inconscient (Freud). L’une et l’autre existent d’ailleurs chez Schopenhauer à l’état d’ébauche, un peu dissimulées mais présentes sous l’appareil conceptuel pseudo-classique.
(...)
De manière générale, il apparaît que la théorie du primat du Vouloir est riche d’une série infinie de prolongements, qui se confondent avec la meilleure part de l’histoire de la philosophie postérieure à Schopenhauer. L’idée qu’il n’y a pas d’intellectuel en tant que tel, pas de pensée qui ne se rattache à des motivations inconscientes, a son origine chez Schopenhauer. La multiplicité et la maladresse des emprunts à la philosophie classique ne doivent pas faire oublier cette originalité décisive. Si la théorie de la « représentation » est issue de Kant, celle de la « volonté » est entièrement neuve ; les seuls précurseurs de Schopenhauer en la matière ne sont pas des philosophes, mais deux physiologistes français de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècles, Cabanis et Bichat. Les théories « vitalistes » de ces deux médecins-philosophes rompaient, comme on sait, avec les interprétations mécanistes et quantitatives de la physiologie empiriste. Le génie de Schopenhauer est d’avoir découvert la portée de ces considérations physiologiques, en les introduisant dans le domaine philosophique. Au rationalisme succède, dès lors, un volontarisme irrationnel : c’est Schopenhauer qui inaugure la critique de la raison classique, en lui opposant cette intuition iconoclaste de la toute-puissance du désir, même dans le domaine des pensées. Intuition terrible, contre laquelle n’ont cessé de lutter, depuis Schopenhauer, toutes les philosophies soucieuses de sauvegarder l’indépendance de la raison et l’autonomie de la liberté, non pas, comme elles se le prétendent à elles-mêmes, par recherche sereine d’objectivité, mais par secrète volonté morale. Ce n’est pas par hasard que Sartre maintient dans sa philosophie le mythe de la responsabilité intégrale, ni que la plupart des idéologies progressistes se recommandent du rationalisme. Schopenhauer l’avait prévu, et découvert avant Nietzsche : pour bien servir la volonté, rien de plus utile que les idées. (chap. I)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
blanchenoirblanchenoir   09 octobre 2014
Pourquoi ce besoin angoissé de cause ? On se trouve ainsi ramené aux sources de l’étonnement schopenhauérien, mais les termes de la question se sont inversés : on ne se demande plus pourquoi il y a un monde, mais d’où provient le besoin de lui attribuer une cause.
Commenter  J’apprécie          220
enkidu_enkidu_   06 octobre 2016
Le spectacle de l’homme voué, lucide ou non, à une situation absurde, ne prend donc jamais, dans la pensée de Schopenhauer, de caractère véritablement tragique. Ce spectacle, si douloureux soit-il, est tout au plus tragi-comique. On ne trouve nulle part l’idée d’une grandeur tragique de la condition humaine, de cette « misère de prince dépossédé » dont parle Pascal. La vision de l’absurde se cantonne sur elle-même, et n’éveille jamais le sentiment de la tragédie, auquel Schopenhauer semble avoir été étranger. À cet égard, il est intéressant de remarquer que le principal lecteur de Schopenhauer, Nietzsche, tente de replacer le débat à un niveau plus tragique, et par là même moins désabusé et sarcastique – un peu de la même façon dont réagit Pascal face au scepticisme de Montaigne, en acculant à la tragédie les conclusions pessimistes et souriantes de son principal inspirateur.

Ainsi le Vouloir, qui gouverne tout, n’a en lui-même ni fin, ni origine, ni raison de son propre pouvoir contraignant, et ne fait qu’éternellement se répéter. Il ne procède de rien, et ne mène nulle part. La conclusion qui s’impose est que le Vouloir est privé de tous les caractères du Vouloir : l’absurdité dernière de la volonté schopenhauerienne consiste en ceci qu’elle est incapable de vouloir. C’est à la faveur de l’illusion inspirée par le désir vital qu’on attribue de la volonté à un ensemble d’impulsions absurdes. Rien dans le Vouloir qui puisse s’interpréter comme « voulant » : et toutes les tendances qui en procèdent participent de la même absence de volonté. La volonté, qui ne veut jamais, engendre des impulsions fictives. Comme il n’y a pas de volonté dans le Vouloir, il n’y a pas non plus d’émotion, de désir, de haine dans les sentiments des hommes. L’absurde des passions n’est pas dans leur force contraignante et inassouvissable, mais dans l’absence qui se cache sous leur présence fictive. Les passions jouent le rôle théâtral du « comme si » : comme si l’amour, comme si la haine, comme si l’émotion, à l’instar du Vouloir qui agit comme s’il voulait.

Schopenhauer fait sienne la fameuse définition shakespearienne : « Le monde est une histoire racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien ». Si le théâtre reflète la vie des hommes, ceux-ci constituent à leur tour un autre théâtre également fictif, et bien davantage même, car il ne reflète plus rien. L’homme est un personnage sans acteur pour le supporter, au sein d’un envers dont il n’est nul endroit. Les actes qu’il joue attendent en vain un niveau quelconque de « réalité » à partir duquel les interpréter. La philosophie schopenhauerienne est non interprétative, et répudie comme bavard tout effort pour se substituer au silence absurde. Il ne faut pas compter sur le philosophe pour trouver des raisons de vivre. (chap. II)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
blanchenoirblanchenoir   09 octobre 2014
L’absurde est que tout soit à la fois nécessaire et privé de nécessité, que la nécessité qui gouverne le monde soit elle-même privée de nécessité, de cause pour l’expliciter et la justifier du même coup. Fondement de tout, la nécessité est en même temps dénuée de tout fondement.
Commenter  J’apprécie          110
Wertheimer05Wertheimer05   12 janvier 2014
L’homme du remords croit qu’il « aurait pu » agir autrement, qu’il lui aurait été possible d’éviter l’acte qui hante sa conscience - alors qu’en réalité, dit Schopenhauer, c’est une voix sourde qui lui dit : « Tu devais être un autre homme !» De même, lorsqu’il hésite sur la conduite à tenir, il s’imagine avoir devant lui mille possibilités offertes ; mais c’est seulement parce qu’il ne sait pas encore l’homme qu’il est - et il ne l’apprendra qu’en agissant. Il sera toujours trop tard pour la liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Clément Rosset (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clément Rosset
Clément Rosset, le réel et la joie : Entretiens avec Raphaël Enthoven (2006 / France Culture). Photographie : Getty. Crédits : Louis Monier. Cinq entretiens avec Raphaël Enthoven pour l’émission “À voix nue”, diffusés du 20 au 25 février 2006. « “La saveur de l'existence est celle du temps qui passe et change, du non-fixe, du jamais certain, inachevé ; c'est d'ailleurs en cette mouvance que consiste la meilleure et plus sûre permanence de la vie...” Clément Rosset (1939-2018) Né dans les années 30, ancien élève de l'École Normale Supérieure, Clément Rosset obtient à vingt ans l'agrégation de philosophie (malgré la parution, le jour de son dernier oral, d'un grand article dans “Le Monde” sur son tout premier livre). Il conduit ensuite une honorable carrière universitaire principalement à Nice, avant de prendre une retraite anticipée qu'il consacre à ciseler des ouvrages toujours plus brefs, incisifs et désopilants sur le thème du “double”. Il est aujourd'hui adoré du petit nombre de ses lecteurs qui lui reconnaissent le double mérite d'être à la fois un philosophe culte et (encore) confidentiel. Avec “Fantasmagories”, - celui qu'on surnomme “le gai savant” choisit de mettre un point final à une réflexion commencée trente ans plus tôt par “Le réel et son double”, et qui, sur une quinzaine d'ouvrages truffés d'histoires drôles, dresse le portrait d'une humanité désemparée, incapable d'accepter l'indifférence tragique du monde et la joyeuse simplicité de toute chose. “On ne demande pas au philosophe de nous donner des raisons de vivre”, répète-t-il à l'envi. De fait, vous n'en trouverez aucune dans ses livres. Mais peut-être trouverez-vous, au gré de ces “À voix nue”, de quoi vous satisfaire du monde comme il est, et sourire, simplement, de la vie comme elle va. » Raphaël Enthoven
1er entretien : 00:00
2ème entretien : 24:45
3ème entretien : 49:28
4ème entretien : 01:13:55
5ème et dernier entretien : 01:38:54
Source : France Culture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Allemagne et AutricheVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie occidentale moderne>Allemagne et Autriche (278)
autres livres classés : Absurde (philosophie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16726 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre