AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2863391089
Éditeur : Du Rhin (01/01/1995)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
"Cet important travail retrace avec minutie et saveur la vie des habitants de Haute Alsace en cette période difficile, et un moment privilégié de l'histoire nationale..."
Alain Decaux
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
araucaria
  14 août 2015
Un très beau récit. Un livre émouvant très bien écrit et très plaisant à lire. Une belle découverte.
Commenter  J’apprécie          120
akahama
  10 novembre 2014
Ovni par sa forme - le texte oscille en permanence entre autobiographie, mémoires, documents - ce livre est un témoignage de ce que pouvait être une enfance alsacienne avant et pendant la première guerre mondiale. le récit est dynamisé par les multiples références aux chansons, à la cuisine et à la langue alsaciennes. Curieusement, on en ressort avec l'impression étrange d'une enfance idéalisée, en dépit d'un contexte historique omniprésent sans toutefois être oppressant. Un livre intéressant.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   07 janvier 2019
Note sur l'emploi du français

A bien des points de vue, la période de l'annexion de l'Alsace par les Allemands de 1871 à 1914 n'a rien de comparable avec l'annexion de l'Alsace par les nazis en 1940. Alors que par ces derniers tout mot français était proscrit, tout livre français traqué et jeté au bûcher, l'usage de la langue française entre 1871 et 1914 était courant, surtout dans la bourgeoisie alsacienne.
Le sermon en français de notre curé n'était pas exceptionnel en Alsace. Ainsi, à Mulhouse, et sans doute ailleurs aussi, certains sermons de Carême étaient faits en langue française.
Les maisons de commerce gardaient souvent leur raison sociale antérieure à 1871.
Il n'était pas concevable qu'un menu pût être rédigé en allemand.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
araucariaaraucaria   07 janvier 2019
Quelque chose me tracasse. Je m'en ouvre à maman : j'ai besoin de savoir ce que feront tous ces soldats qui occupent le village.
"Ils vont tous repartir chez eux, dit-elle joyeusement.
- Et le village, alors, il sera vide?
- Et nous, nous sommes bien là, et tous les habitants de toutes les maisons."
J'essaie d'imaginer cela.
Sans le va-et-vient des soldats, je ne vois qu'un désert.
C'est une vraie catastrophe!
Que l'on ne croie pas à l'exagération des impressions d'une enfant. Soixante ans après (en 1978), j'eus le grand plaisir de revoir, en Alsace, un de mes camarades, instituteur retraité et qui avait neuf ans à la fin de 1918. Joseph et moi évoquions le passé. Spontanément, il me dit :
"Me croiras-tu? L'armistice, la fin de la guerre, me paraissait le fin du monde. Plus de soldats chez nous! Impensable! J'étais désespéré!"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
araucariaaraucaria   07 janvier 2019
Je suis née au début du siècle dans une région qui n'est ni l'Alsace, ni la Franche-Comté, mais un seuil entre Vosges et Jura, et, de ce fait, tout en divergences.
Dans les villages voisinaient, à cette époque, les maisons de style banal du début du siècle avec véranda en façade, et les fermettes très franc-comtoises à colombages, aux toits descendants très bas du côté ouest, presque à ras du sol. La maison alsacienne à colombages, d'architecture différente, ne se rencontrait qu'à quelques kilomètres, dans le Sundgau.
Les habitants ne se comprenaient pas très bien entre eux. Les autochtones des fermettes patoisaient franc-comtois; les Alsaciens, dans les maisons neuves, parlaient le dialecte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
araucariaaraucaria   07 janvier 2019
Dans le texte - cela va de soi -, je n'ai employé, sauf exceptions, que le français; mais il est évident que tout ce qui fut dit avant 1914 l'était en alsacien (ou en allemand). Après la guerre, l'habitude nous était restée de parler le dialecte en famille puisque maman, comme beaucoup d'autres Alsaciens, avait des difficultés dans l'élocution du français.
Commenter  J’apprécie          20
araucariaaraucaria   07 janvier 2019
A la 11e heure du 11e jour du 11e mois de ma 11e année, c'est l'armistice. Un lundi. Il est vrai qu'il a été signé à 5 heures du matin, mais il n'a pas pris effet et n'a été communiqué aux troupes et à la population qu'à 11 heures.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : alsaceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
789 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre