AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Édith Ochs (Traducteur)
ISBN : 2749110467
Éditeur : Le Cherche midi (06/02/2008)

Note moyenne : 3.26/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Julia Stein, une brillante gérontologue, se voit confier un cas exceptionnel, Aaron Lacey, un enfant atteint de progéria. Quand ses parents le lui confient, il présente tous les signes de la vieillesse : petit, voûté, la vue faible, le crâne chauve. Touchée par Aaron, Julia tente tout ce qu'elle peut pour lui venir en aide, quitte à user de méthodes peu conventionnelles. Commencent alors chez Aaron, dont le corps est épuisé, une série de métamorphoses qui vont en fa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Yumiko
  04 octobre 2012
Je ne connaissais pas du tout l'auteur avant cette lecture et je dois dire que je n'avais pas réfléchi autant depuis longtemps. Les thèmes abordés sont lourds et ne laissent pas indifférents.
Aaron est un enfant qui présente une maladie rare: la progéria. Au lieu de grandir petit à petit comme tout le monde, son corps vieillit à une vitesse accélérée. Julia a décidé de se battre contre les maladies qui touchent les personnes âgées et voit en ce cas une possibilité de trouver des réponses. Au côté d'Aaron, elle va découvrir un monde auquel elle n'aurait jamais cru être confrontée et rencontrer un être inattendu qui va bouleverser sa vie. Ce jeune garçon possède une vision du monde hors norme et des capacités irréelles.
Ce livre n'est pas une lecture détente. C'est un roman qui fait réfléchir qui nous happe dans des théories inattendues et profondes. Différents thèmes sont abordés comme la mort, la vieillesse, la maladie, la médecine moderne, l'immortalité, etc. Ce sont autant de thèmes variés et traités de façon humaine et touchante qui nous sont offerts et qui nous emportent. le tout avec une pointe de philosophie qui ravira les fans de ce type de texte.
En ce qui me concerne, j'ai eu beaucoup de peine avec ce côté-là, car j'ai toujours de la peine à entrer dans des réflexions trop orientées philosophie. Je finis par m'y perdre et c'est ce qui s'est produit plusieurs fois. J'ai trouvé que les théories devenaient très opaques par moment et alourdissaient fortement le récit. J'ai perdu le fil plusieurs fois pour le reprendre dès que l'histoire avançait de nouveau, c'est dommage car le texte est vraiment magnifique.
Heureusement, le récit est palpitant. On ne sait jamais à quoi s'attendre et les transformations d'Aaron sont juste incroyables! J'ai adoré cette pointe de fantastique dans ce récit très actuel. Julia et Aaron m'ont beaucoup touché, même si certains rapprochements entre eux m'ont un peu gênée. On peut comprendre que le garçon est autre chose qu'un enfant, mais c'est quand même dur de se détacher de l'enveloppe corporelle. Ils sont quand même bénéfiques l'un à l'autre et leur histoire nous touche énormément.
La critique de la société moderne et de la médecine est intéressante. J'ai aimé découvrir différentes méthodes et visions du vieillissement et de la mort. Qui n'a pas peur de disparaître, de partir? Si on avait le choix, ne choisirions-nous pas de rester? C'est prenant et intrigant de se poser ces questions, cela nous fait réfléchir sur notre propre conception des choses par des faits ou des théories parfois dérangeants, mais c'est le meilleur moyen pour pousser les gens à la réflexion.
J'ai toutefois un autre petit point négatif à soulever: les dialogues du début du texte sont alourdis par des « elle dit », « je dis », etc. à chaque prise de parole ce qui est vraiment dérangeant et m'a énervée. Heureusement cela ne dure pas trop longtemps, même si c'était déjà presque trop à mon goût…
En bref, ce livre est une lecture complètement inattendue qui m'a obligée à me pencher sur mes idées sur différents thèmes auxquels on évite souvent de réfléchir. Je me suis découverte des pensées et des peurs auxquelles je ne m'attendais pas et j'ai aimé cette introspection. le roman est extrêmement bien réfléchi et l'histoire intrigante, dommage que les passages philosophiques soient un peu trop importants à mon goût, cela a un peu coupé ma lecture et m'a empêché d'être entièrement dans le livre à certains passages, mais ce point ravira les adeptes! Je le conseille donc à ce type de lecteur ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Salsera15
  24 octobre 2012
Un gros merci aux éditions le livre de poche pour m'avoir permis de découvrir ce roman qui est un petit bijou que je conserverai toujours dans ma bibliothèque. Vous l'aurez bien compris, j'ai eu un vrai coup de coeur pour ce roman, tellement que je ne sais plus par quel endroit commencer ma critique.

Le style d'écriture de l'auteur est technique, mais bien adapté à l'intrigue. On n'aurait pas pu alléger l'écriture alors qu'on traite de thèmes comme la maladie, la vieillesse et le temps qui passe. Les mots qu'il utilise sont lourds de sens et il faut prendre le temps de s'attarder à chaque phrase pour bien sentir l'ampleur du raisonnement et du cheminement à effectuer en tant que lecteur. Il est impossible de ne pas ressentir d'émotions dans cette histoire. Les phrases sont conçues d'une telle sorte qu'il est impossible de passer les mots rapidement. On passe en peu de temps une multitude d'émotions: de la pitié, au soulagement en passant par le bonheur et la perplexité. C'est un roman très complet dans lequel vous aurez l'impression de voir défiler une vie entière. Il s'agit d'un auteur que je découvre par ce roman et je me suis grandement délectée, car il m'a permis de réaliser, du même coup une introspection de moi-même.
J'ai trouvé les personnages très intéressants, car ils avaient tous une façon de réfléchir différente. Les thèmes étaient présentés sous différents points de vue, ce que j'ai grandement apprécié. Je me suis beaucoup attachée au personnage d'Aaron Lacey, un enfant atteint de la progéria qui devient soudainement un être exceptionnel que la science ne peut expliquer. de l'enfant s'émane une telle sagesse que je lisais ses réflexions avec attention. Bien que la mythologie ne soit pas un concept auquel j'adhère personnellement, ma curiosité de découvrir l'évolution du personnage m'a poussée à m'attarder longuement sur ses explications. Julia Stein est la doctoresse qui s'est occupée d'Aaron et qui s'est retrouvée prise au dépourvue par les progrès de l'enfant. Elle s'est grandement attachée à lui en le soignant et souhaite le garder près d'elle en tout temps pour le protéger, ce qui bien sûr ne fait pas l'affaire de nombreuses personnes. Julia est une femme attentionnée avec ses patients, elle mise sur l'encouragement et l'importance d'avoir un bon moral pour la guérison. Son collègue, Kevin Forrester qui travaille en génétique n'a que le succès, le pouvoir et l'argent en tête. C'est pour cette raison que le cas d'Aaron l'intéresse beaucoup. Finalement, il y a le docteur Deleon, véritable charlatan qui recherche l'elixir de la jeunesse éternelle. Inutile de dire que j'ai détesté ce personnage. Il est trop superficiel et manque grandement de professionalisme. Il aime montrer ses possessions et dire qu'il est très riche.
L'intrigue se situe généralement autour de réflexions scientifiques, philosophiques et mythologiques sur les thèmes de la vieillesse, la jeunesse, la maladie et le temps. L'action n'est pas chose prédominante dans ce roman. Cependant, je me suis laissée prendre à l'atmosphère du roman. Étant de nature intéressée par les sujets scientifiques en médecine, j'ai grandement apprécié les réflexions. On y retrouve un peu du genre policier lors de la fugue d'Aaron, mais aussi de la science-fiction concernant les progrès dans la santé du jeune garçon et ce qu'il devient par la suite. J'ai trouvé que la partie de fiction était quand même bien dosée. Bien sûr, j'aurais peut-être du faire une recherche pour savoir ce qu'était vraiment la progéria. Mon avis aurait été plus éclairé. Cependant, la fiction tourne aussi à l'ésotérisme lorsqu'Aaron collectionne les cristaux. Il y a une longue histoire autour de ceux-ci et des secrets que vous découvrirez si vous lisez le roman.
Dans l'ensemble ce roman est un coup de coeur. Je n'ai senti aucune longueur et je me suis plongée dans des réflexions interminables qui ne m'ont pas ennuyée. Ce roman m'a ouvert les yeux sur une façon différente de voir la vie et de concevoir la maladie.
Le seul point que j'ai un peu moins aimé, malgré le fait que je l'aie supporté sans problème, c'est la partie fiction-ésotérique que j'ai trouvé un peu mal adaptée. On traite d'une maladie réelle et on modifie le résultat de façon à ce qu'il devienne tout autre chose. C'est à ce moment que je suis devenue perplexe, car j'ai perdu un peu de la crédibilité que j'accordais à l'oeuvre dans l'ensemble, grâce à la véracité des thèmes et à l'engagement émotif des personnages.
Cependant, ce roman est à découvrir absolument si la quasi absence d'action ne vous rebute pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Sara2a
  16 novembre 2012
Au départ de l'histoire la voix d'un enfant, Aaron, atteint de progéria, il vient d'être intégré dans le service de gérontologie du Docteur Julia Stern, un médecin qui se dévoue corps et âme pour repousser les limite de la vieillesse et qui aide ses patients à surmonter la période qui précède la fin de la vie.
Aaron est le défi pour cette doctoresse car à la différence de ses autres patients celui-ci est un enfant, qui à priori n'a pas à subir les affres de la vieillesse, un patient qu'elle veut sauver à tout prix.
Encore une fois je ne veux pas trop en dire, je vous invite tout simplement à découvrir cette histoire difficile à classer, une fable qui frise avec le fantastique...
Théodore Roszak parvient à donner une profondeur extrême à ses personnages, il leur crée une ampleur en creusant leurs pensées et en nous offrant toutes leurs complexités.
Ce n'est pas un roman léger, ni une histoire larmoyante, c'est une exploration très dense sur le thème du vieillissement, du corps qui peine tant à l'approche de la mort.
C'est une extraordinaire histoire qui verse parfois dans l'angoisse, dans l'imaginaire et le fantastique de façon presque imperceptible au départ, l'écrivain nous emmène dans épopée très curieuse.
Je suis très facilement rentrée dans cette histoire, m'attachant et compatissant au personnage d'Aaron, admirant Julia ce médecin dévoué qui tente toutes sortes d'essais thérapeutiques en dépit du jugement de ses pairs, son combat est rude, repousser la mort, faciliter le vieillissement.
Et puis soudain ces deux personnages parviennent à provoquer des sentiments totalement opposés, personnellement les deux personnages m'ont mise très mal à l'aise. Mais je me suis totalement laissée « embarquer » dans l'histoire jusqu'à ne plus lâcher le roman.
Théodore Roszak n'est pas avare de mots, il nous ensevelit de termes assez soutenus en rapport avec la gérontologie, la génétique, et j'ai parfois trouvé que certains passages étaient très longs, voir répétitifs mais l'intrigue nous tient suffisamment en haleine pour pallier à ces longueurs qui ralentissent rythme.
J'ai adoré ce roman qui bien qu'il m'ait angoissée par moments donne une très belle histoire et une réflexion intéressante sur la vie.
Théodore Roszak aborde le thème de la vieillesse, de la mort et de la vie éternelle de façon très originale, son histoire m'a surprise, et a soulevé de nombreux questionnement sur l'homme et son évolution, sur le temps qui passe.
Ce n'est pas un véritable coup de coeur, car j'ai ressenti des moments d'ennui mais le roman est tellement original qu'il vaut le coup d'être découvert!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
JoyeuxDrille
  19 juin 2015
Un livre qui pose énormément de questions aux lecteurs. Roszak a écrit ce livre à près de 75 ans et cet enfant de cristal, c'est un peu lui. Comment nos sociétés s'occupent-elles des gens âgés et pourquoi ? Société de consommation, progrès et manque de respect aux anciens sont les thèmes de ce roman
Commenter  J’apprécie          10
mediatheque
  10 octobre 2008
L'idée de départ est intéressante, mais l'histoire s'essouffle quelque peu et finit en banal récit de science fiction. Décevant.
Club de lecteurs de la Médiathèque des Chartreux

Lien : http://www.mediatheque-agglo..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
miladomilado   08 mars 2018
... Je le récompensai d'un baiser copain-copain. Il est devenu pourpre tant il était gêné.
- Je ne suis pas gay, s'est-il empressé de me dire.
- Moi non plus.
Il voulait sans doute que je lui explique mon geste, mais je ne l'ai pas fait. Peut-être parce que j'en étais incapable. Je connais les règles, mais les règles sont absurdes. Si vous fermez les yeux, comment pouvez-vous dire qui vous embrassez ? Et quelle différence ça fait ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
aturninsaturnins   04 avril 2011
Vieillir est du autant à la négligence de l'esprit qu'au déclin du corps
Commenter  J’apprécie          90
Video de Theodore Roszak (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Theodore Roszak
Theodore Roszak : Towards an Eco-Psychology (excerpt) -- Thinking Allowed DVD w/ Jeffrey Mishlove
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
171 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre