AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 274362910X
Éditeur : Payot et Rivages (22/10/2014)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 7 notes)
Résumé :
En dépit de son titre, ce roman, écrit en 1936 à Paris, trois ans avant la mort de l'auteur, n'est pas à proprement parler un roman policier, c'est bien plus que cela : une captivante parabole sur le pouvoir du mal, le désir d'amour et d'ascension sociale, sur la faute et la trahison.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Erik35
  30 septembre 2018
CHARIVARI AU TARI-BARI
Mais quel est donc cet homme étrange, un peu rude, toujours poli quoi que peu loquace, que le narrateur de cette confession croise régulièrement dans son bistrot préféré, le "Tari-Bari", lieu essentiellement fréquenté par des émigrés russes qui ont fuit la révolution bolchevique pour se retrouver, de jour comme de nuit, dans ce rade parisien où le temps semble s'être aussi bien arrêté que la vieille horloge qui y trône ? Bien que l'observant de tout son talent d'écrivain - on devine que c'est un double de l'auteur qui assistera à cette nuit pour le moins surprenante - le narrateur n'en aurait sans doute rien appris s'il ne s'était retrouvé assis à côté, ce soir-là, de deux piliers de comptoir russes évoquant l'homme mystère en le qualifiant d'assassin ! Qu'ils s'exprimassent en russe ne fit qu'accroître leur étonnement de voir notre témoin afficher sa surprise - le narrateur, en imposteur amateur, ayant tout fait jusqu'à cette soirée pour qu'on ne le pense pas russophone -. Un seul ne le fut point, étonné. C'est cet homme effacé, un rien lugubre qui, en quelques mots dressa le portrait exact du futur chroniqueur de l'édifiante histoire à venir. Comment, sans que ce dernier lui-ai seulement jamais dit plus de trois mots, comment l'homme pouvait-il en savoir autant sur lui ? C'est une des choses qu'il avait à expliquer, et qu'il fera tout au long de cette longue nuit au cours de laquelle il racontera comment un jeune garçon du fin fond de la Russie blanche, fils d'un modeste bûcheron, se retrouvera, quelques décennies plus tard, dans ce café parisien.
Tout débuta donc pour lui dans les sombres forêts russes, propriétés récentes du Prince Krapotkine. Par ennui, par goût pour la luxure et sans doute aussi pour répondre à une amourette du moment, celui-ci séduisit une charmante jeune épouse de simple condition, mariée à un bûcheron débonnaire mais naïf, et la pratiqua si régulièrement qu'il finit par l'abandonner, grosse... Ce n'est que plus tard que la vérité éclata, fatalement pour le père abusé, provoquant un trouble dont le jeune garçon ne se départira jamais : il était donc fils de prince et c'est ainsi que lui, Semjon Golubtschik au patronyme tellement grotesque (son nom signifie en effet "petit pigeon" en russe !) finirait par récupérer le seul nom qu'il se sent en droit de porter, celui de son vrai géniteur, le prince. Bien entendu, rien ne se passera comme attendu. À Odessa où réside Krapotkine, le jeune Semjon se rendra définitivement ridicule aux yeux du "grand homme", lequel d'ailleurs ne comprend pas cette demande, ce dernier ayant toujours assuré les besoins financiers de sa mère et le coût des études de son rejeton bâtard. Mais le ver est dans le fruit, d'autant qu'un étrange petit personnage se faisant passer pour un négociant - mais dont on apprendra qu'il travaille pour la police secrète du Tsar - semble devoir le pousser, tel un mauvais petit diable, vers la monomanie et les vices inassumés de l'encore bien jeune Semjon. Ce dernier va, à son tour, devenir un imposteur rétribué par l'état puisqu'il va rejoindre, sur un coup de tête et par provocation, les rangs de cette même police, la fameuse et sulfureuse Okhrana. de là, il va pouvoir fomenter sa vengeance, principalement à l'encontre du fils du prince mais qui n'est qu'un rejeton adopté - ce qui révulse encore plus notre futur meurtrier - cet enfant étant celui de son épouse jadis mise enceinte par un noble français. On va ainsi suivre Semjon à travers la Russie tsariste d'abord, et à St Petersbourg en particulier où il a pour mission de surveiller un couturier français et sa douzaine de cocottes venus présenter à la cour impériale la mode française. Il va cependant avoir la très mauvaise idée de tomber amoureux de l'une de ces jeunes modistes - ce qui ne sera pas sans lui jouer de mauvais tours - mais un coup du sort (pourtant très défavorable à sa carrière) lié à une jalousie maladive et au fils honni va lui permettre de retrouver cette jeune femme à Paris où il est envoyé pour espionner les agissements des russes défavorables au pouvoir tsariste. Là, les événements vont s'enchaîner quasi diaboliquement et c'est presque logiquement qu'il va en arriver à accomplir ce qu'il pensait alors être un double meurtre (strictement passionnel, faut-il le préciser ?)...
Comme presque toujours dans ses romans, Joseph Roth s'amuse à perdre le lecteur, à lui faire prendre des vessies pour des lanternes. Bien qu'il s'agisse ici du roman d'un imposture, représentée par l'existence presque entière de cet homme, l'auteur oeuvre tant et si bien en ce sens qu'on finit par oublier que, à des degrés et pour des raisons diverses, la plupart des autres protagonistes de cette histoire rocambolesque mais tragique sont eux-mêmes des imposteurs : le fils du prince qui ne l'est que par adoption et qui, pour couronner le tout, est proche des milieux activistes luttant contre l'absolutisme tsariste ! La jeune modiste qui se fait passer pour une demoiselle sortie du ruisseau à la force de son travail alors qu'elle est la fille d'un tailleur reconnu sur la place de Paris et que dire de ce négociant, ce Lakatos, se faisant passer pour un homme d'affaire hongrois mais qui semble en réalité tout à fait russe et aux fonctions bien plus troubles que prétendues. Et en matière d'imposture, l'auteur lui-même en connaissait un rayon, qui fit longtemps croire à son entourage qu'il avait été officier de l'armée austro-hongroise puis fait prisonnier durant la Grande Guerre" tandis qu'il avait été simple volontaire, versé dans les bureaux aux services de l'information de l'armée... Il n'y a guère que ce couple de juifs russes (un frère et sa soeur, d'une pureté d'âme sans égal) réfugiés à Paris après un attentat manqué qui semblent n'être autre que ce qu'ils sont vraiment aux yeux du monde. Ils seront les seuls à périr "pour de vrai" dans cette histoire aux ramifications parfois monstrueuses bien que s'en tenant presque entièrement à la sphère privée (du moins, là aussi, dans les apparences. On y sent pourtant bien que le maelström politique et militaire de l'époque n'attend qu'une étincelle pour prendre feu, exploser), en ces années où le monde prenait une tournure aussi inattendu que violent. C'est par la faute du "petit pigeon" que ces deux purs vont perdre la vie.
Est-ce à dire que seuls les imposteurs, les menteurs, les trafiquants de mémoire et d'identité parviendraient à survivre dans ce monde en plein bouleversement qu'est celui des derniers jours de la "belle-époque" ? La guerre n'offrira d'ailleurs même pas la rémission des péchés à notre assassin manqué (comme on s'en apercevra vers la fin de cette étrange et sordide confession), lequel courra tout le conflit durant après les bombes et les balles sans jamais obtenir satisfaction. L'expiation par la mort dans cette geste tout à la fois sublimante et abominable que fut la première guerre mondiale lui est interdite. Sans doute fallait-il que sa honte soit bue jusqu'à la lie et qu'il sache que le seul acte un tant soit peu courageux (grotesque et désespéré, certes, mais courageux) qu'il avait pensé accomplir avait été totalement vain, infructueux ! Et l'auteur de nous proposer, dans le même temps, un grand roman de l'exil, mais d'un exil avant tout intérieur, celui de l'impossibilité pour cet être néfaste et malheureux de connaître le moindre point d'ancrage intime - lui qui ne se reconnait pas comme le fils du bûcheron mais qui ne sera jamais reconnu pour celui du prince - et c'est en pénible victime de ses obsessions et de ses mensonges passés tout autant que des impostures du monde qui l'entoure que l'auteur, désormais dépositaire de ce lourd secret quitte la scène au point d'avouer ne plus jamais avoir pu remettre les pieds dans ce bar qu'il affectionnait pourtant, incapable d'y entendre d'autres "racontars" (la traduction en français du nom de ce café, "Tari-Bari"), au point même de quitter, tel un oiseau migrateur la branche où il faisait halte, l'hôtel où il avait jusque-là posé ses bagages : L'hôtel des Quatre-Vents...
Un bizarre petit roman, écrit dans les dernières années de vie, parisiennes, du romancier autrichien, lequel nous embarque dans un véritable roman russe - c'est d'ailleurs ainsi que son éternel ami Stefan Zweig le lisait -, magnifique d'équilibre entre sa période d'apprentissage en Russie et celle des déconvenues et des trahisons à Paris. Roman «d'une fripouille à une période révolue» ainsi que le résume son préfacier et traducteur Pierre Deshusses, expliquant ainsi que les mots "damals" ("en ce temps-là") et "Schurke" ("fripouille", "canaille") reviennent continuellement sous la plume de l'auteur, à la manière d'un leitmotiv, d'une respiration, d'une manie de langage. Cette confession nous emmène vers les horizons les moins avouables, les plus pénibles et assurément sombres de l'âme humaine - même si l'ironique Joseph Roth ne reste jamais tout à fait en retrait, ici comme dans la plupart de ses textes - et laisse, une fois terminée, un goût des plus amers quant à notre condition d'être social si facilement porté vers ses plus honteux et lâches penchants. Un roman moins "essentiel" (encore faudrait-il s'entendre sur le mot) que le Poids de la Grâce, La Marche de Radetzky ou La crypte des Capucins, sans doute, mais il ne faut pas s'y tromper : les récits de Joseph Roth continuent à vous hanter longtemps après que vous les ayez lu. Celui-ci ne fait pas exception à cette règle, et c'est aussi pour cela qu'on y revient sans cesse !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Pirouette0001
  26 août 2016
Fort différent de "La marche de Radetsky", ce court roman décrit les errements d'un homme russe, décrit d'entrée par le titre comme un assassin. Le narrateur qui loge à l'hôtel en face d'un café russe, y passe une soirée et entend dire par deux hommes au comptoir qu'un troisième est un assassin. Celui-ci décide, dans une sorte de volonté de rédemption, de raconter son histoire.
C'est un petit bijou fort bien construit que cette brève histoire, laquelle, malgré les relents malsains de ce qui est raconté, tient le lecteur en haleine d'un bout à l'autre. C'est fort bien écrit et la traduction n'est pas un frein au plaisir de lire de la belle littérature.
Un conseil toutefois : ne lisez pas la préface ou lisez-la en postface, elle se contente de résumer l'histoire et de décrire tous les aléas qui en forment les ressorts. On y apprend juste que Zweig jugeait que ce roman était d'un équilibre parfait. Voilà vous le savez maintenant, inutile de lire le reste.
Commenter  J’apprécie          190
Kirsikka
  14 juin 2015
Au Tari-Bari, restaurant russe où les émigrés, contre la « mentalité calculatrice, calculant tout et très calculée de l'Europe occidentale » s'efforcent de rester d'authentiques russes et de jouer les authentiques russes tout à la fois, même la pendule s'ingénie à ne pas respecter le temps qui passe. le narrateur y a pris ses habitudes, il habite en face, et y descend en fin d'après-midi ou la nuit, car on y sert à toute heure. Allemand, il parle russe, mais par politesse fait semblant de ne pas le comprendre ; quand un soir, il entend parler d'un autre habitué qui l'intriguait déjà, et dont il est dit « notre assassin ». Cet homme, Semjon Golubstchik, dont le nom signifie « petit pigeon », raconte alors son histoire. Fils d'un garde-chasse, son véritable père est un prince qui ne l'a bien sûr par reconnu, et la morsure de porter un nom qui n'est pas le sien le conduit par des détours rocambolesques au service de la police secrète du Tsar. La surveillance de mannequins venus présenter les « créations » d'un couturier français l'emmènera ensuite à Paris. Il raconte sans s'appesantir les turpitudes de son métier, sa passion pour Lutetia, la rivalité avec le fils adoptif du Prince.
Golubtschik vit sous le joug de ses origines obscures, de la jalousie et de ses passions, il s'obstine à vouloir être mauvais, mais il est le jouet des circonstances, ou des agissements étranges d'autres personnages, comme Lakatos. Doué comme agent de renseignement qui multiplie les trahisons, il n'est pourtant pas maître de ce qui arrive et ce qu'il croit vouloir faire lui échappe, entre arrogance, soif de pouvoir et volonté de « porter sa croix ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Erik35Erik35   11 septembre 2018
«Je ne suis absolument pas une personnalité politique. Et je ne fais aucun cas des affaires publiques. J'aime la sphère privée. C'est la seule chose qui m'intéresse. Je suis un bon russe des confins - je suis né dans l'ancienne Volhynie. Mais jamais je n'ai pu comprendre mes camarades de jeunesse et leur envie folle de sacrifier leur vie pour une quelconque idée, qu'elle soit folle ou normale. Non ! Croyez-moi ! La vie privée, la simple humanité, est plus importante, plus grande, plus tragique que toute la sphère publique. Et ça peut paraître absurde à des oreilles d'aujourd'hui. Mais c'est ce que je crois et j'y croirai jusqu'à ma dernière heure. Jamais je n'aurai pu faire preuve de suffisamment de passion politique pour tuer un homme pour des raisons politiques. Je ne crois d'ailleurs absolument pas que les criminels politiques soient meilleurs ou plus nobles que les autres ; sauf à penser qu'un criminel, de quelque nature qu'il soit, ne peut avoir la moindre noblesse. Moi par exemple, j'ai tué et je me considère vraiment comme un homme bien. C'est une créature bestiale, et pour le dire tout net : une femme, qui m'a poussé au meurtre.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Erik35Erik35   13 septembre 2018
Nous [les russes] avons parfois l'impression que Dieu a comblé de faveurs les Européens, alors qu'ils ne croient pas en lui, tout simplement parce qu'il leur a beaucoup donné. Ils deviennent alors arrogants et s'imaginent avoir eux-mêmes créé le monde et n'en sont en plus pas satisfaits, alors que, de leur propre avis, ils en portent la responsabilité.
Commenter  J’apprécie          220
Erik35Erik35   17 septembre 2018
D'ailleurs, pendant qu'on l'écoutait, ça n'avait rien d'invraisemblable. Elle vivait depuis de longues années dans le mensonge, dans ce mensonge particulier, et il lui arrivait de croire de temps en temps à son histoire. Elle était aussi perdue que moi. Les gens perdus mentent avec une certaine innocence, comme les enfants.
Commenter  J’apprécie          190
Erik35Erik35   15 septembre 2018
Ce n'est que bien plus tard que j'ai appris que les mots sont plus puissants que les actes - et je ris souvent quand j'entends cette phrase que beaucoup affectionnent : «Pas de paroles mais des actes !» Comme les actes sont faibles ! Un acte passe, une parole reste ! Un acte peut même être le fait d'un chien, mais seul l'homme prononce des paroles.
Commenter  J’apprécie          160
Erik35Erik35   16 septembre 2018
Ayant appris au fil des années que les photos falsifiées prouvent autant que les vraies, il avait complètement désappris à faire la distinction entre les deux et il croyait avec une naïveté presque enfantine que les falsifications qu'il avait lui-même apportées n'étaient pas des falsifications.
Commenter  J’apprécie          180
Video de Joseph Roth (3) Voir plusAjouter une vidéo

Joseph Roth : Automne à Berlin
A Turin, non loin des rails du tramway puis dans celui-ci, Olivier BARROT parle du livre "Automne à Berlin" de Joseph ROTH. - Il rappelle brièvement le destin de J. ROTH, juif né en Galicie, venu habiter à Vienne, mobilisé en 1913 et mort à Paris en 1939 après de nombreux voyages en Europe.
autres livres classés : littérature autrichienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
243 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre